Les réformes de l'ISF et de la flat tax ont fait bondir les dividendes

 |  | 1026 mots
Lecture 5 min.
Cette réforme voulue par Emmanuel Macron, tout comme la transformation, également en 2018, de l'impôt sur la fortune (ISF) en IFI (impôt sur la fortune immobilière), avait pour but affiché de stimuler l'activité en encourageant les contribuables les plus aisés à investir dans l'économie.
Cette réforme voulue par Emmanuel Macron, tout comme la transformation, également en 2018, de l'impôt sur la fortune (ISF) en IFI (impôt sur la fortune immobilière), avait pour but affiché de stimuler l'activité en encourageant les contribuables les plus aisés à investir dans l'économie. (Crédits : Reuters)
Transformation de l'impôt sur la fortune (ISF) en impôt sur la fortune immobilière (IFI), mise en place d'un prélèvement forfaitaire unique (PFU ou "Flat tax"), baisse de l'impôt sur les sociétés... La diminution de la fiscalité sur le capital depuis l'arrivée au pouvoir d'Emmanuel Macron a fait bondir la distribution de dividendes (+62%) entre 2017 et 2018 selon un rapport du comité d'évaluation rattaché à France Stratégie.

La suppression de l'impôt sur la fortune et son remplacement par un impôt sur la fortune immobilière et l'introduction d'une flat tax avaient suscité une vague de débats. La crise des gilets jaunes débutée en novembre 2018 avait été le point d'orgue de cette contestation. Ces choix fiscaux critiqués pour leur iniquité ont clairement marqué les premières années du quinquennat Macron. Près de trois ans après le vote de ces réformes à l'Assemblée nationale, le comité d'évaluation rattaché à France Stratégie a rendu public un avis documenté sur les possibles effets de ces mesures ce jeudi 8 octobre. Selon les premiers résultats communiqués, les dividendes distribués ont clairement bondi passant de 14,3 milliards d'euros en 2017 à 23,2 milliards d'euros en 2018, soit une hausse de 62%. "La hausse des dividendes déclarés par les foyers fiscaux ont augmenté très fortement (+9 milliards). En 2019, la hausse se poursuit selon les premières données fiscales. Les hauts revenus ont augmenté plus vite que les autres. La hausse des revenus s'explique principalement par une hausse des revenus financiers. La hausse des dividendes est très concentrée dans la population" a affirmé Fabrice Lenglart, président du comité d'évaluation sur les...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/10/2020 à 21:34 :
Macron était le candidat d'une "élite" financière qui lui a payé sa campagne électorale (une grosse vingtaine de millions €), en échange de nouveaux avantages pour eux.

22 millions + une promesse d'embauche dans un job bien payé (de dividendes). Voilà ce qui a rapporté aux commanditaires plus de 20 milliards chaque année de son quinquennat.

Se payer un président, c'est rentable. Surtout s'il est de droite et décomplexé.
a écrit le 08/10/2020 à 18:54 :
La suppression de L’ISF est clairement une grosse injustice sachant les événements économique survenus par la suite.
Réponse de le 08/10/2020 à 21:16 :
@ Christelle

Sauf que, en réalité, la taxation du capital a encore augmenté en France en 2018.

Car la baisse de l'ISF a été compensée par la hausse d'autres impôts sur le capital.

Comme le montrent les statistiques d’Eurostat qui viennent juste d’être publiées, en 2018, la France est resté le pays d’europe où le taux implicite de taxation du capital, c’est à dire la part des revenus du capital qui est nécessaire pour payer l’ensemble des impôts sur ce même capital, est le plus élevé.

Ce taux est passé de 44,6% en 2007 puis à 49,9% en 2012, à 54,2% en 2017 et à 55,1% en 2018.

Ainsi, en 2018, la taxation des revenus du capital a rapporté 154,4 milliards d'euros (dont 44,1 milliards d'euros payés par les ménages, 67,6 milliards d'euros payés par les sociétés et 42,7 milliards d'euros payés par les entrepreneurs individuels)

La taxation de la possession du capital a rapporté 100,5 milliards d'euros.

Pourtant certains continuent de croire que Macron fait une politique ultra-libérale.
Réponse de le 08/10/2020 à 21:48 :
Réponse à luc : on peut faire une politique ultralibérale et être accro aux taxes et aux impôts, surtout en France où on a une longue tradition de caisses de l'état vides et un savoir faire reconnu de collecte de l'impôt pour les renflouer. C'est pas incompatible.
Réponse de le 09/10/2020 à 9:07 :
L'ISF ne fait que deplacer l'imposable à l'etranger où il payera moins d'impots.
L'ISF est injuste dans ses resultats et n'a de justification que dans des postures idéologiques.
a écrit le 08/10/2020 à 17:37 :
On dit "" Mercie MACRON """. Maintenant on va les plumer avec la réforme des retraites.
a écrit le 08/10/2020 à 15:24 :
Corrélation n'est pas causalitén: ce n'est pas parce que deux phénomènes ont lieu concouramment que l'un cause l'autre.
Le vrai modèle est plus probablement le suivant : Chute de la bourse (pour cause de covid et faible croissance) => montée des dividendes.
En théorie (cf ModiMiller), il y a équivalence entre plus value du titre et dividende, mais de nos jours la majorité des titres est gérée pour des tiers (fonds de pension, assurances). Ces "gestionnaires" endorment les propriétaires en leur distribuant des intérêts annuels (tirés des dividendes) et passent sous silence les pertes en capital (supposées récupérables quand les marchés iront mieux). Il suffit de voir les PER pour le constater.
Malgré la bulle monétaire la capitalisation boursière ne vaut plus aujourd'hui que 70% de ce qu'elle valait il y a 10 ans. Il faut donc bien faire sembler de compenser par des dividendes.
a écrit le 08/10/2020 à 13:27 :
Se servir du pouvoir constitutionnel pour servir ses affides au mepris du peuple.
Jusqu'a quand cela va t-il perdurer ?
a écrit le 08/10/2020 à 12:27 :
Ce n'est pas la distribution de dividendes (la majorité des actionnaires sont etrangers) mais les dividendes déclarés par les residents français qui ont augmenté de 62%.
Au final les français payent donc plus de taxes sur les dividendes qu'avant la reforme. Selon le point de vue c'est différent...
a écrit le 08/10/2020 à 11:35 :
hausse des dividendes mais uniquement pour 0,1% de la population, une surprise ? où cela une surprise ?
juste du bon boulot pour ses maîtres, rien de plus le macron.
a écrit le 08/10/2020 à 11:19 :
Cet article oublie juste de signaler que les dividendes avaient fortement chuter après 2012.

Ils n'ont donc fait que retrouver leurs niveaux de 2012.
a écrit le 08/10/2020 à 11:12 :
La question cruciale étant: Est-ce que ce nouvel impôt sur la fortune immobilière a calmé quelque peu la spéculation immobilière particulièrement délétère puisque faisant dormir les salariés français dans leurs bagnoles ?

Parce que ça baisse pas vraiment encore hein...
a écrit le 08/10/2020 à 11:08 :
et sinon, avec les coups de massue de hollande, ca avait diminue de combien?
sortir les choses du contexte, ca permet de dire plein de choses!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :