Les tarifs autoroutiers augmenteraient de 0,76% en 2017

 |   |  282  mots
Selon le JDD l'augmentation des tarifs du réseau ASF atteindra ainsi 1,197% l'an prochain, au-dessus par exemple des augmentations prévues sur le réseau APRR (+0,896%) et les autoroutes des sociétés Sanef et SAPN (+0,582%). Le réseau de la société Cofiroute (+0,572%) connaîtra l'augmentation la plus modérée.
Selon le "JDD" l'augmentation des tarifs du réseau ASF atteindra ainsi 1,197% l'an prochain, au-dessus par exemple des augmentations prévues sur le réseau APRR (+0,896%) et les autoroutes des sociétés Sanef et SAPN (+0,582%). Le réseau de la société Cofiroute (+0,572%) connaîtra l'augmentation la plus modérée. (Crédits : © Regis Duvignau / Reuters)
Selon le "Journal du Dimanche", en moyenne, les tarifs des autoroutes augmenteraient de 0,76% à compter du 1er février 2017.

Les tarifs des péages autoroutiers vont augmenter de 0,76% en moyenne en 2017 en France, la hausse la plus importante concernant le réseau des Autoroutes du sud de la France (ASF) géré par Vinci, rapporte le Journal du Dimanche.

La variation du prix des péages fait intervenir diverses composantes, comme le niveau de l'inflation, l'augmentation de la redevance domaniale et les travaux non prévus dans les contrats des sociétés concessionnaires.

Des hausses très variées

La hausse sur le réseau ASF atteindra ainsi 1,197% l'an prochain, au-dessus par exemple des augmentations prévues sur le réseau APRR (+0,896%) et les autoroutes des sociétés Sanef et SAPN (+0,582%). Le réseau de la société Cofiroute (+0,572%) connaîtra l'augmentation la plus modérée, selon le JDD qui n'idendifie pas la source de ses informations. La hausse prendra effet le 1er février, précise le journal.

En septembre, le gouvernement avait annoncé un deuxième plan de relance autoroutier d'un milliard d'euros, financé notamment par les collectivités locales et une autre hausse des tarifs des péages.

Celle-ci sera "comprise entre 0,3% et 0,4% par an entre 2018 et 2020", avait prévenu le secrétaire d'Etat chargé des Transports, Alain Vidalies.

Il s'était écoulé seulement deux mois entre l'annonce d'un deuxième plan par le président François Hollande en juillet et sa mise sur les rails à la rentrée.

A titre de comparaison, le premier plan signé en septembre 2015 avait été négocié durant plus de trois ans. Une longue gestation en partie liée au choix d'un allongement des concessions, de deux ans et demi en moyenne pour 3,2 milliards d'euros d'investissements.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/11/2016 à 16:01 :
Ils sont vraiment stupides. Nous sommes aussi beaucoup à ne prendre que des portions d'autoroute. Pour ma part, je fais les calculs et l'autoroute ne représente qu'entre 1/4 et 1/3 de mon trajet en France. Et oui, j'habite en Allemagne du Nord donc sur 770 km de routes en France, je prends moins de 300 km d'autoroute au lieu de 600.

C'est bien la mentalité française : mettre un prix toujours plus élevé plutôt que de se dire, je veux avoir un maximum de consommateurs.
a écrit le 21/11/2016 à 13:25 :
mdr!! pas grave
les ploucs se taperont toujours encore les bouchons pour leurs vacances d'une semaine au camping!!!!!
c'est les actionnaires qui doivent se poiler!
a écrit le 20/11/2016 à 21:20 :
Les autoroutes sont hors de prix, je les évite le plus possible (mais je reconnais que ce n'est pas facile). Encore un petit pourcentage d'augmentation qui alimente une stagflation de plus en plus évoquée, bien pire et plus durable que l'inflation plus facile à maîtriser. Un problème que le gouvernement Fillon qu'on nous promet aujourd'hui aura à gérer. Son programme économique risque d'être passablement écorné.
a écrit le 20/11/2016 à 19:27 :
On nous explique qu'il n'y pas d'inflation après ça......................
a écrit le 20/11/2016 à 18:16 :
Les actionnaires sont difficiles à rassasier.
a écrit le 20/11/2016 à 16:59 :
Il est urgent d'attendre le démenti de Mme Royal !
a écrit le 20/11/2016 à 15:59 :
Et le livret A , combien d’intérêt ?
On nous parle de 0.25 % pour une hausse des prix de 0% et là, c'est 0.76 % .
Ou va cet argent ?
Surement pas que chez les concessionnaires !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :