Autoroutes : l'Etat rechigne à publier les contrats des concessions autoroutières

Le ministère de l'Economie utilise tous les recours pour ne pas avoir à produire les documents.

1 mn

L'Etat devra communiquer les documents au militant grenoblois qui les réclamait. (Crédits : Reuters)
L'Etat devra communiquer les documents au militant grenoblois qui les réclamait. (Crédits : Reuters) (Crédits : Reuters)

Bercy fait de la résistance. En juillet, un militant écologiste de Grenoble remportait une victoire au tribunal administratif de Paris : ce dernier enjoignait l'Etat de publier les contrats de concessions autoroutières, signés en avril 2015. Mais le ministère de l'Economie n'entend pas céder, du moins tout de suite : il vient de saisir le Conseil d'Etat pour éviter d'avoir à se plier au jugement.

Pour Raymond Avrillier, la manœuvre ne trompe personne: "Bercy, comme M. Macron, veulent jouer la montre. De toute évidence, ils souhaitent conserver le secret sur leurs arrangements avec les sociétés autoroutières". Le militant souligne par ailleurs qu'il allait demander la transmission des documents, ce pourvoi n'étant pas suspensif.

Accords et concessions

Les accords actaient notamment le gel des tarifs des péages en 2015 en échange d'une prolongation de la durée des concessions. "Une négociation de marchands de tapis, étrangère à la conception d'intérêt public", avait assuré en août le militant à l'AFP.

(Avec AFP)

1 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 22/09/2016 à 7:21
Signaler
au moment ou les péages vont augmenter , celà ferait désordre , je pense ,de publier les " details " des contrats ...; d'autre part , signalez donc à mr Lavrillier que Macron n'est plus à Bercy ...

à écrit le 20/09/2016 à 0:44
Signaler
Des clauses doivent être scandaleuses. Enquête de plus prêt.

à écrit le 19/09/2016 à 18:48
Signaler
Pour ceux qui empruntent l'autoroute pour du Paris Brest : fin de l'autoroute, à mi-trajet, juste à l'entrée de la Bretagne ( Vitré 35) continuité GRATUITE sur quatre voies identiques parfaitement entretenues, sécurisées et surveillées à 110KM/H, au ...

le 22/09/2016 à 7:33
Signaler
" ceux qui "...: moi j'en suis , et je prefere la partie autoroute , malgré les 28 euros de péage : j'ai remarqué mettre le meme temps sur Paris /Rennes (350 kms ) que sur Rennes / Brest ( 240 kms ) ; et ce n'est pas du à la limitation , mais à la de...

à écrit le 19/09/2016 à 12:13
Signaler
qu'est-ce que c'est cette nouvelle augmentation des tarifs qui a besoin d'être justifiée....par des travaux d'entretien. On se fiche de la figure des usagers. C'était déjà dans la réponse à toutes les précédentes augmentations si je ne m'en abuse. ...

le 20/09/2016 à 9:37
Signaler
@teddy19 Vous commencez à découvrir le revers de la médaille! Les autoroutes, infrastructures essentielles, étaient un Service Public. Sous la pression de politiciens populistes de bas étages, toujours les mêmes, qui promettent de "baisser les impôt...

le 20/09/2016 à 16:35
Signaler
Alatar cerne parfaitement le problème . Maiil faugrait se résoudre à rendre les politiques responsables de leur complaisance par rapport à certaines firmes privées ; on verrait alors que nombre de privatisations ne sont pas justifiées ; Ces politique...

le 22/09/2016 à 7:36
Signaler
Alatar : bravo .

à écrit le 19/09/2016 à 10:35
Signaler
Sarkozy était ministre du gouvernement qui a privatisé entièrement les autoroutes. Une erreur de plus.

le 19/09/2016 à 15:33
Signaler
Pas tout à fait, les sociétés privées ont l'exploitation des autoroutes à péage pour une quinzaine d'années encore. A leur décharge, il faut reconnaître qu'elles sont plutôt bien entretenues avec beaucoup de facilités le long de leurs tracés. Ce n'es...

le 19/09/2016 à 18:35
Signaler
Sarkozy était Ministre de l'Intérieur des deux Copains Anti-Sarkozy Chirac et son 1er Ministre Villepin. Sarkozy au sein de ce Gouvernement était OPPOSE à cette privatisation bradage. Et d'autres Ministres Aussi.

à écrit le 19/09/2016 à 10:14
Signaler
En parlant d'autoroutes : L'économiste français Alain Minc, un des proches conseillers du président Nicolas Sarkozy, a été nommé président des autoroutes Sanef, a annoncé, mercredi, le groupe espagnol d'infrastructures et de services Abertis, mais...

le 20/09/2016 à 18:01
Signaler
Minc président de la SANEF ? A la place de la SANEF et de ses employés, je serai inquiet de l'avenir vu l'incompétence du personnage !

à écrit le 19/09/2016 à 9:44
Signaler
L'état veut cacher les magouilles qu'il fait contre le peuple souverain. Il oublie une ligne de la constitution de 1958. Gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple. Dans ce dossier pour le peuple a été mis dans la poubelle de la démocratie...

à écrit le 19/09/2016 à 9:41
Signaler
Il y a bien longtemps que les politiques ont retiré de leur vocabulaire la notion d'intérêt public, mais Hollande et ses acolytes, c'est la cerise sur le gateau :-)

à écrit le 19/09/2016 à 9:23
Signaler
notre état endetté n'a et n'avait absolument pas les moyens de racheter ces concessions. A partir de là, dur de trouver des accords ou aménagements favorables...Merci à ceux qui ont vendu pour des raisons obscures notre patrimoine. Toujours super de ...

le 19/09/2016 à 12:42
Signaler
Il ne s'agit absolument pas que l'état "rachète" les concessions autoroutières ! mais les concessions ont une durée, à l'issue de laquelle l'état retrouve la pleine propriété des autoroutes : il s'agit donc simplement de rendre aux français ce qui a...

le 19/09/2016 à 14:30
Signaler
Mais si tout le problème est là, sans pouvoir racheter ses concessions avant leurs termes, on l a dans l os, d ou les cachoteries... Et ne rêvez pas, elles seront de toute façon prolongées, l état n a ni les moyens de les entretenir, ni embaucher du...

le 20/09/2016 à 9:44
Signaler
@Nico "Mais si tout le problème est là, sans pouvoir racheter ses concessions avant leurs termes, on l a dans l os" Le problème est que les racheter en cours de route est sans doute complexe et coûteux. L'idéal aurait été de ne pas les vendre. Mais...

à écrit le 19/09/2016 à 8:59
Signaler
qui peut encore faire confiance a ces gouvernants ?..personne

à écrit le 19/09/2016 à 8:50
Signaler
On veut toujours croire que c'est la faute des États, mais on oublie que derrière c'est l'UE qui force la main et qui veut apparaitre comme un chevalier blanc!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.