Limitation à 80 km/h : les fabricants prêts à changer pour des panneaux 90 km/h

 |   |  488  mots
(Crédits : DR)
Dans l'attente de l'adoption définitive de la loi d'orientation des mobilités qui permettrait aux collectivités de revenir aux 90 km/h, le syndicat des équipements de la route (SER) estime que ses adhérent(e)s pourraient changer, de nouveau, 20 à 25.000 panneaux de limitation de vitesse.

Lors de l'examen du projet de loi d'orientation des mobilités (LOM) le 6 juin dernier, les députés ont voté en première lecture la possibilité d'abaisser la limitation de vitesse de 90 à 80 km/h sur les routes secondaires. Réunis en commission mixte paritaire Assemblée nationale-Sénat le 10 juillet dernier, les députés et les sénateurs n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur un texte commun. Ce dernier doit revenir en septembre à l'Assemblée en deuxième lecture. En attendant, des mairies et des conseils départementaux ont d'ores et déjà fait savoir qu'ils étaient prêts à changer d'équipements routiers.

--

LA TRIBUNE - Les entreprises que vous représentez sont-elles déjà sollicitées par les collectivités pour réinstaller des panneaux ?
JULIEN VICK - 
Elles sont effectivement déjà sollicitées pour revenir à des équipements qui font figurer la limitation à 90 km/h, mais ce changement devra se faire selon des règles bien précises. Ces panneaux, certifiés par l'association pour la certification et la qualification des équipements de la route (ASCQUER, délégation de l'Afnor Certification, Ndlr), sont très réglementés pour assurer visibilité et lisibilité de la route aux usagers. Les panneaux doivent respecter trois classes de visibilité : 80, 250 et 500 mètres de distance grâce à des films rétro-réfléchissants.

Un an après le décret prescripteur du Premier ministre, pensez-vous que ces aller-retours législatifs et réglementaires auraient pu être évités ?
La solution prévue par le gouvernement peut redonner plus de marges de manœuvre aux collectivités territoriales. Le président de la République et les ministres ont su écouter les doléances des gilets jaunes. La question de la mobilité est essentielle, et particulièrement dans les territoires situés en périphérie. À chacun, maintenant, de connaître les besoins de ses administrés, que ce soit à l'échelle d'une commune ou d'un département. Enfin, que cela serve d'avertissement pour la suite.

Au fait, combien coûte un panneau de limitation de vitesse, de sa fabrication à son installation au bord de la route ? 
Un panneau sorti d'usine coûte 80 euros toutes taxes comprises. Entre l'acheminement et la main d'oeuvre, en passant par le balisage de sécurité, un panneau installé revient donc à près de 200 euros.

Sachant qu'il y a près d'un million de routes dites secondaires, combien de panneaux devraient être changés dans les prochains mois ?
La France compte 673.000 kilomètres de routes communales, 379.000 de routes départementales, sans parler des 9.765 km de routes nationales, 9.000 d'autoroutes concédées et 2.615 autoroutes non-concédées.

Le nombre de panneaux est, lui, estimé entre 20 et 25 millions, dont 20.000 changés depuis la décision du Premier ministre. Par exemple, en région Bretagne, d'un conseil départemental à l'autre, on passe d'une dizaine à une centaine de panneaux qui sont passés de 90 à 80.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/07/2019 à 20:16 :
Un auto collant avec un 9 à coller sur le 8 , en attendant que ça change encore .i
a écrit le 30/07/2019 à 15:00 :
Euh, une question me turlupine. Ou sont passé ceux qui étaient déjà sur nos routes?
Gaspillage abusif, conspiration secrète, idiots au pouvoir. Je pèse mes mots.
Pour les panneaux 90 qui ont été recouvert d'un film collants afficher 80. On ne peut pas décoller le film collants, en vous aidant d'acétone ?
Pfff misère, et je n'ai qu'un bac pro!
a écrit le 30/07/2019 à 11:56 :
On se demande bien pourquoi E. Philippe passe par la voie législative pour modifier son propre décret ; problème d'ego ? manœuvre dilatoire ?
Réponse de le 31/07/2019 à 17:32 :
Philippe préfère faire endosser par d'autres la responsabilité éventuelle des victimes qui seraient causées par un retour à 90 km/h...

C'est à ce genre de détail qu'on reconnaît les héros
a écrit le 30/07/2019 à 10:20 :
Je suis quelque peu surpris sur le fait que nous devions refabriquer des panneaux.
Ou sont passés les anciens panneaux ?

Il suffit de les ressortir des stocks.

A moins que ses sociétés les ai revendu, pour un usage dans un autre pays ou recyclés ?
a écrit le 29/07/2019 à 21:26 :
"Sachant qu'il y a près d'un million de routes dites secondaires,"
voire même 1 million [de kilomètres] de routes de toutes sortes (hors chemins de terre), pas que "secondaires".
A certains endroits y a des vieux panneaux qui sont sombres voire noirs sous les phares la nuit, même des entrées de villes, trop anciennes, on ne lit rien, et pourtant on est censé être à 50km/h à leur niveau. On distingue la forme mais c'est tout, déduction : entrée de ville. Bof.
En Suède la vitesse courante est 70 sauf exception mais ça semble être devenu moins courant (juin 2019), mais ça dépend des routes et leur fréquentation. En Norvège le défaut est 80 sur route (indiqué à la frontière).
a écrit le 29/07/2019 à 21:13 :
Faut peut être arrêter de nous prendre pour des vaches à lait, les anciens panneaux de 90 non sûrement pas été broyé et 200€ pour un panneau posé c'est du vol
a écrit le 29/07/2019 à 18:57 :
Revenir sur cette loi est criminel, c'était avant qu'il fallait réfléchir et prendre une décision une bonne fois pour toute.

Le Rétropédalage En Marche
a écrit le 29/07/2019 à 18:52 :
J'espère bien que les départements ont gardés les anciens panneaux dans leurs hangars et pourront nous les remettre sans devoir en racheter.
Réponse de le 29/07/2019 à 19:26 :
J'espère surtout qu'on ne remettra pas trop de panneaux... La mesure a réduit clairement le nombre de mort (et de blessés graves) sur les routes secondaires qui sont les plus dangereuses.
Réponse de le 29/07/2019 à 21:00 :
manquerait plus que ca tiens et qui payerait les pots de vins dont ces allers et retour sont la seule justification a ce gachis d'argent public
les élections municipales sont pour 2020 il faut donc se dépécher de gacher un maximum
Réponse de le 29/07/2019 à 21:29 :
Espérons, s'ils étaient récents, sinon ils ne rétro-réfléchissaient pas. Vous n'avez jamais vu des panneaux vieux qui sont noirs sous les phares ? Datant de qq décennies (et cuits au soleil).
Un département très sinueux a dû en changer 6 je crois, donc peu encombré par les anciens.
Réponse de le 30/07/2019 à 18:34 :
Gab vous croyez vraiment les âneries que vous dites ? Si oui je n ai plus aucun espoir sur le genre humain

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :