Logements : recul des mises en chantier et permis de construire au 3e trimestre

 |   |  404  mots
Sur un an toutefois, les mises en chantier de logements neufs ont progressé de 9,7%, comparé aux trois mêmes mois de 2016, tandis que les permis de construire augmentaient de 6,8%.
Sur un an toutefois, les mises en chantier de logements neufs ont progressé de 9,7%, comparé aux trois mêmes mois de 2016, tandis que les permis de construire augmentaient de 6,8%. (Crédits : Regis Duvignau)
Sur août-octobre, le nombre de logements commencés s'inscrit en léger recul, de 0,8% par rapport aux trois mois précédents, avec une hausse de 0,9% dans l'individuel et un recul de 1,8% dans le collectif, en données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables.

Le nombre de mises en chantier de logements et celui des permis de construire ont légèrement fléchi sur trois mois à fin octobre même s'ils continuent d'afficher une solide croissance en rythme annuel, selon les données publiées mardi par le ministère de la Cohésion des territoires.

Sur août-octobre, le nombre de logements commencés s'inscrit en léger recul, de 0,8% par rapport aux trois mois précédents, avec une hausse de 0,9% dans l'individuel et un recul de 1,8% dans le collectif, en données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables.

Au cours de ces trois mois, les mises en chantier se sont élevées à 92.700 unités, tandis que le nombre de permis de construire délivrés dans le même temps a été de 130.300, précise le ministère dans un communiqué

Forte croissance annuelle

Sur un an, les mises en chantier de logements neufs ont progressé de 9,7%, comparé aux trois mêmes mois de 2016, tandis que les permis de construire augmentaient de 6,8%. Le logement individuel (non groupé) et celui du logement collectif ont été également dynamiques: les mises en chantier ont progressé respectivement de 12% dans le premier secteur et de 12,2% dans le second, toujours d'août à octobre.

Pour les permis de construire, la hausse a été de 6,8% dans l'individuel pur et de 8,9% dans le collectif, sur ces mêmes trois mois.

Sur les 12 mois écoulés à fin octobre, les mises en chantier de logements neufs et les permis de construire ont augmenté respectivement de 17,2% à 418.300 unités et de 12,4% à 503.700 unités, comparé aux douze mois précédents. Par type de logement, les mises en chantier ont bondi de 16,7% dans l'individuel (non groupé) tandis que dans le collectif, elles ont augmenté de 21,1%, toujours de novembre 2016 à octobre 2017.

Importants taux d'annulation

Pour la période août-octobre, le ministère a une nouvelle fois constaté des taux d'annulation des permis de construire supérieurs à leur moyenne de longue période, que ce soit pour les logements individuels (16,3%) ou pour les logements collectifs (26,9%). Dans le collectif (y compris en résidence), il est de 26,9%, là encore au-dessus de sa moyenne de longue période (19,9%), toujours en octobre 2017.

Quant au délai moyen d'ouverture de chantier pour les logements individuels, il est resté quasi stable à 4,9 mois, tout comme celui des logements collectifs à 9,3 mois, le mois dernier (contre une moyenne de 10,7 mois).

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/12/2017 à 10:43 :
"Une fiscalité punitive n’enrichit ni le peuple, ni l'etât, elle les appauvrit"
Pour un appartement en résidence secondaire de deux pièces en Rez de jardin, sombre et humide, à Vence (06140) je dois payer pour 2017, € 1294,- de taxe d'habitation, redevances Audiovisuelle incluses (ma résidence principale est en Allemagne où je paye déjà des redevances audiovisuelles, je ne suis donc pas dispensé comme les autres de la redevance audiovisuelle pour la résidence secondaire) La valeur locative pour cet appartement a été augmentée pour 2017 de façon arbitraire à € 822,-, alors que pour cet appartement un loyer de € 650,- serait le maximum. Ceci est de l’arnaque et du vol manifeste. J'en remercie les maires de Vence (nouveau et ancien) C'est facile de s'en prendre à ceux qui ne peuvent se défendre et qui ne votent pas ! C'est français en somme, de quoi en avoir honte. Une résident secondaire ne coûte que très peu à la commune, par contre elle donne du travail à pas mal de monde. L'achat de cet appartement, il y a environs 10 ans, nous a coûté en frais divers (intérêts, agence et mutation) les yeux de la tête, en revendant aujourd'hui nous perdrions énormément. Pris au piège en somme, on ne m'y reprendra pas. Injuste est aussi le fait que nous payions les redevances audiovisuelles deux fois parce-que NÔTRE résidence principale est en Allemagne, alors que si elle était en France nous ne payerions qu'une fois. C'est l'Europe vue par LA FRANCE
Réponse de le 04/12/2017 à 12:20 :
à ces € 1294,- de taxe d'habitation viennet s'ajouter la taxe foncière, l'assurance et autres frais.
C'est cher de vouloir passer de temps en temps quelques semaines ou mois près des siens quand on est expatrié.
a écrit le 28/11/2017 à 11:09 :
Manifestement Jupiter rend les investisseurs immobiliers nerveux puisque c'est l'habitat collectif qui souffre en premier, et on sait bien pourquoi.

On a pourtant besoin de logements neufs si l'on veut lutter contre la facture énergétique, la pollution, la crise du logement et le chômage.
Hollande n'avait pas tout réussi, mais il me semble qu'on doive mettre à son crédit l'embellie immobilière depuis 2016. Dès lors, faire comme Macron de l'anti-hollandisme primaire sur un chantier qui marche, c'est plus que dommage, c'est même une faute de sa part.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :