Pourquoi Hollande se trompe sur l'attractivité de l'enseignement supérieur

 |   |  760  mots
François Garçon, auteur de : Formation, l'autre miracle suisse, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, 2014, Enquête sur la formation des élites, Perrin, 2011.
François Garçon, auteur de : "Formation, l'autre miracle suisse", Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, 2014, "Enquête sur la formation des élites", Perrin, 2011. (Crédits : DR)
François Hollande se trompe quand il affirme que la France est le pays qui accueille le plus grand nombre d'étudiants étrangers. Il se trompe aussi sur les raisons du succès relatif des universités françaises hors de nos frontières. par François Garçon, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Lors de son intervention télévisée, François Hollande s'est félicité de ce que la France est en Europe la première destination des étudiants étrangers. Existe-t-il meilleure preuve selon lui de l'attractivité de notre pays ? Que vaut donc cette affirmation ?

Les meilleures universités en Grande-Bretagne, Hollande, Suisse...


En 2013, on recensait 289.274 étudiants étrangers venus en France poursuivre leurs formations dans un établissement supérieur. Leur migration tiendrait-elle à la qualité des formations que l'on peut y suivre? On se permettra d'en douter. Les palmarès internationaux, que consulte tout étudiant candidat à la migration, disent clairement, et depuis de nombreuses années, qu'en Europe, les meilleures universités sont en Grande-Bretagne, en Hollande, en Suisse, en Allemagne. Les uns à la suite des autres, les classements, y compris le plus récent du US News, répètent le même ordre d'arrivée. Pour contrer ce lent déclin, les établissements supérieurs français (écoles de commerce mises à part) ont été placés sous puissants anabolisants (les Communautés d'universités et établissements, COMUE). On navigue désormais vers des établissements gigantesques, d'où devraient sortir plein de publications et de médailles Fields. Si ça ressemble fort à l'organisation de feu le système universitaire soviétique, nul ne peut aujourd'hui prédire l'impact de ces regroupements sur les futurs palmarès.

Un étudiant étranger en Angleterre rapporte 60 fois plus


On revient à la question : pourquoi tant d'étudiants étrangers choisissent la France comme destination pour leurs études ? La raison principale est la gratuité des formations supérieures qui y sont proposées, soit un coût annuel de 183 euros en cycle Bachelor, et 250 euros en cycle bachelor. A titre de comparaison, en 2012/2013, les Britanniques accueillaient 425.265 étudiants étrangers, dont 374.310 inscrits à plein temps . Bien davantage d'étudiants étrangers qu'en France donc. Statistique facilement accessible que les lourds services de François Hollande à l'Élysée et au ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche auraient dû fournir au président. A quoi s'ajoute un autre facteur, éminemment stratégique en période de crise : les droits d'inscription dont s'acquittent les étudiants en Angleterre sont en moyenne de 11.500 euros par an. Et encore s'agit-il là que d'une moyenne. Les étudiants débarqués de pays extérieurs à l'Union européenne sont soumis à des écolages plus élevés encore. Pour parler crûment, un étudiant en Angleterre rapporte 60 fois plus au ministère de l'Enseignement supérieur qu'un étudiant en France en première année de licence. On rappellera qu'en Angleterre les étudiants ont à leur disposition un système de prêt à long terme et remboursable sous conditions de ressources sur une période de 25 ans.

La France mal placée pour la collaboration université-entreprise


Puisqu'il souhaitait s'exprimer sur l'enseignement supérieur français, François Hollande aurait mieux fait de s'inquiéter de la faible connexion entre l'enseignement supérieur français et l'entreprise, ce nouveau mantra. Quand, sous l'angle de la collaboration entre les deux univers, la Suisse se situe en pôle position, avec dans sa roue la Finlande, les États-Unis, Singapour et la Grande-Bretagne, la France pointe en 31e position, dans le sillage de l'Arabie Saoudite et de l'Indonésie, selon le Global Innovation Index 2014 (page 334) . Là est le vrai enjeu de l'enseignement supérieur et la justification de son coût dont s'acquitte la collectivité, et elle seule dans le système français.
Déplorons donc qu'une fois encore, le chauvinisme, cette pathologie maligne identifiée la première fois sur un champ de bataille au 19e siècle sur un grognard dont un boulet avait emporté un bout de cerveau, ait frappé. Une fois intoxiqué, le patient développe une forme d'autisme à l'égard de tout ce qui pourrait l'inspirer, stimuler sa réflexion. Pire, convaincu d'être le meilleur en tout, persuadé de susciter l'envie du monde entier, chaque fois que Chauvin pourrait tirer profit d'une expérience étrangère, il la repousse, s'enfermant dans son narcissisme. Planté devant son décor Potemkine, il s'extasie devant sa construction imaginaire. Ce n'est pas en brandissant le « French bashing » aux sceptiques que la situation s'arrangera, mais en se mesurant aux autres, notamment à ceux qui nous doublent. Et ils sont sacrément nombreux aujourd'hui, notamment dans l'enseignement supérieur.

François Garçon

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Auteur de :
- "Enquête sur la formation des élites", Perrin, 2011
- "Le dernier verrou, En finir avec le Conseil des Universités", The Media Faculty, 2012
- "Formation, l'autre miracle suisse", Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, 2014.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/03/2015 à 11:23 :
Le président ne se trompe pas, il sait très bien ce qu'il en est. Il nous raconte de belles histoires à vocation électorale, comme d'habitude et comme bien d'autres politiciens.
a écrit le 16/03/2015 à 11:14 :
On ne dénoncera jamais assez la sous-rémunération des universitaires français par rapport à leurs homologues anglo-saxons...encore plus flagrante en début de carrière : moins de 2000€ nets par mois pour un Bac+10 !!
a écrit le 19/11/2014 à 17:09 :
La vérité.
a écrit le 19/11/2014 à 15:54 :
Beaucoup tire comme conclusion de cet article que l'auteur veut rendre l'université payante. Il explique juste que si nous avons tant d'étudiants étrangers qui viennent étudier en France, c'est à cause de la gratuité (sans compter les bourses, CAF etc...) et pas par la qualité de notre enseignement. Il faut être sourd et aveugle pour ne pas se rendre compte que nos universités et nos profs sont déconnectés de la réalité du monde du travail et du monde économique. Ceci a d'autant plus de valeur venant d'un professeur de fac. Nos écoles supérieures, payantes elles, sont reconnues par les entreprises et même à l'international. Alors qu'un étudiant en fac est un futur chômeur. Alors oui les propos de Hollande sont totalement déconnectés des réalités. les étudiants étrangers viennent pour la plupart d'Afrique ou d'Asie mais rarement des pays industrialisés: perso j'ai rarement croisé des canadiens, britanniques ou allemands. Comme toujours avec Hollande, nous sommes au pays de oui-oui.
a écrit le 19/11/2014 à 15:18 :
Retournez tous bosser !
a écrit le 19/11/2014 à 13:42 :
Normal 1er ne se trompe jamais, il se contente de mentir :-)
Réponse de le 19/11/2014 à 16:25 :
Au final, mettre "hollande" et "tromper" dans la même phrase consiste à dire deux fois la même chose...
a écrit le 19/11/2014 à 12:47 :
Une seule chose s'impose: que ce Mr démissionne de l'enseignement français; et postule ailleurs, où un professeur est "bien payé". Mais il n'est pas certain (vu le niveau reflété dans l'article) que sa candidature intéresse quiconque...
Réponse de le 20/11/2014 à 10:36 :
C'est quoi selon vous, le "niveau reflété dans l'article". Vous avez un altimètre? Quels sont vos critères pour juger du "niveau" d'un article? En l'occurrence, il s'agit de démonter un faux chiffre qu'utilise un président de la République s'adressant à un public crédule. Le bon niveau aurait-il été, selon vous, d'applaudir la parole présidentielle, et le bobard qu'elle véhicule? Au nom de quoi? De l'amour de la France, de sa grandeur, etc ? Attitude grotesque qui est aussi une injure à la raison.
a écrit le 19/11/2014 à 11:55 :
Assurément ce Mr ne goutte pas les propos de F HOLLANDE certes un peu trop optimistes.Mais ce n'est pas en faisant payer plus cher l'accès à la scolarité pour un étudiant étranger que l'on en fait un critère d'excellence pour ce même étudiant.
Réponse de le 21/11/2014 à 21:54 :
Non, mais ça n'est pas non plus en faisant du chiffre sur le nb d'étudiants puisque les études sont peu chères qu'on peut se gargariser sur le fait que l'enseignement supérieur français soit attractif comme le suggère Mr Hollande.
a écrit le 19/11/2014 à 11:22 :
Voici une très bonne analyse ! Et on ne peut pas se consoler en disant que seul F Hollande est concerné. En réalité, beaucoup de sympathisants PS font cette même analyse erronée...
a écrit le 19/11/2014 à 11:01 :
Il ne se trompe pas, il ment en toute connaissance de cause, tout simplement .
a écrit le 19/11/2014 à 10:54 :
Cet article n'est pas du french bashing mais de la déploration du chauvinisme. Nuance ! Mais pour des propositions concrètes, essayez ailleurs.
a écrit le 19/11/2014 à 10:40 :
Merci pour ce plaidoyer positive. Il est vrai qu'avec des capitaines comme vous, le moral des troupes ne peut etre qu'au beau fixe....
a écrit le 19/11/2014 à 10:33 :
les études supérieures en France sont totalement déconnectées des réalités et à quelque niveau que ce soit !!! il serait raisonnable d'amener les entreprises à créer leur propre écoles. Cela a déjà été tenté mais les profs s'y sont massivement opposés : ils exigeaient d'être les seuls à savoir alors qu'ils ne savent RIEN !!! résultat effondrement économique du pays !!!
a écrit le 19/11/2014 à 10:30 :
De toutes façons, il se trompe sur tout !
a écrit le 19/11/2014 à 10:18 :
Donc, le remède au chauvinisme, maladie typiquement française d'après le professeur (il devrait quand même là aussi voir les maladies de ce type existant à l'étranger) c'est de rendre l'enseignement supérieur payant. C'est dans sa magnifique argumentation, la seule conclusion qu'on puisse en tirer. A part bien sûr le fait que François Hollande soit le responsable de cet état de fait. Mais avec des professeurs de ce type, il sera difficile de faire payer les étudiants.
Réponse de le 19/11/2014 à 11:09 :
Vous avez lu un peu vite et dérapé avant la fin du texte...
Réponse de le 19/11/2014 à 12:43 :
@EBT avis parfaitement partagé
@Yves vous avez peut être lu jusqu'à la fin; mais il n'est pas sûr que vous ayez compris ce qui était écrit...
a écrit le 19/11/2014 à 10:05 :
Certaines universités françaises gratuites sont remplies d'étrangers dont le but principal a été l'accès en france: ce n'est pas du tout une question d'attractivité de l'enseignement mais de notre système social.
Par ailleurs la gratuité fausse les comparaisons:
il faudrait être au moins au même prix que les autres pour comparer l'attractivité entre 2 pays et encore il faudrait aussi rajouter l'aide au logement, les soins gratuits, la quasi certitude de pouvoir rester, la nationalité offerte à un enfant né ici,......
Réponse de le 19/11/2014 à 12:41 :
Vous avez mille fois raison...
Hélas ! mille fois hélas !
a écrit le 19/11/2014 à 10:03 :
François Hollande ne se trompe pas il raconte n'importe quoi, comme d'habitude.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :