Malgré les critiques, l'Assemblée vote en faveur de la ratification du Ceta

 |   |  602  mots
(Crédits : Regis Duvignau)
L'Assemblée nationale a approuvé ce mardi 23 juillet la ratification du controversé traité de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada (Ceta), par 266 voix contre 213, et 74 abstentions, malgré un record de contestations au sein du groupe LREM.

La majorité des députés LREM a voté pour, mais 52 "marcheurs" se sont abstenus et surtout 9 ont voté contre le texte. L'ensemble de la gauche s'est prononcée contre. LR et UDI-Indépendants se sont en majorité opposés au texte qui doit maintenant être soumis au Sénat à une date encore indéterminée.

Record de contestations

Un texte n'avait jamais généré autant de contestations au sein de la majorité présidentielle. Le scrutin sur la proposition de loi "anticasseurs", début février, avait donné lieu certes à cinquante abstentions mais aucun élu LREM n'avait voté contre.

Du côté du MoDem, partenaire d'En Marche, 32 députés ont validé la ratification du Ceta mais 6 se sont abstenus et 2 ont voté contre. Entré en vigueur pour partie et de manière provisoire il y a bientôt deux ans, l'"Accord économique et commercial global" (AECG) - en anglais Ceta - supprime notamment les droits de douanes sur 98% des produits échangés entre les deux zones. Il est vivement critiqué par les agriculteurs et les ONG.

Son examen au Palais Bourbon mercredi dernier avait donné lieu à environ 10 heures de vifs échanges, jusque tard dans la nuit. Hasard du calendrier, ce vote s'est déroulé lors d'une journée chargée au Palais-Bourbon, marquée aussi par la visite de la figure suédoise de la lutte contre le changement climatique Greta Thunberg.

Passe d'armes entre Hulot et Macron

Mardi matin en réunion de groupe LREM, le Premier ministre Edouard Philippe avait tenté de lever les doutes, mettant en garde contre les "conséquences non nulles" d'un vote qui ne serait pas aligné, selon un participant. Lundi, l'ex-ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot a appelé, dans une lettre ouverte, les parlementaires à avoir "le courage de dire non" à ce traité, qui risque à ses yeux d'ouvrir la porte à des substances dangereuses par un abaissement des normes sanitaires.

Une ratification irait "dans le bon sens", lui a répondu Emmanuel Macron, tout en réaffirmant la nécessité de s'assurer que le texte soit "bien mis en œuvre". Le chef de l'Etat a souligné que l'ex-ministre s'était lui-même "battu pour (l') améliorer".

Négocié pendant plus de sept ans, le Ceta avait été approuvé par le Parlement européen en février 2017. Il doit être ratifié par les 38 assemblées nationales et régionales d'Europe, d'où son passage par l'Assemblée, puis au Sénat à une date qui reste à définir.

"Tromperie" pour la FNSEA

La présidente du principal syndicat agricole français, la FNSEA, a dénoncé mardi des "non-dits" et une "tromperie" concernant le Ceta, quelques heures avant l'approbation à l'Assemblée de ce traité de libre-échange controversé entre l'UE et le Canada. Selon Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, il y a des secteurs gagnants avec le Ceta - celui du vin et du fromage notamment -, et des secteurs perdants, "celui de la viande bovine".

"Lorsqu'il a été dit par plusieurs membres du gouvernement qu'il n'y a pas de farines animales de bovins utilisées pour nourrir les bovins (au Canada, ndlr), il y a aujourd'hui confirmation que cet argument est faux", a-t-elle affirmé à l'AFP lors d'une visite dans le Tarn. "Il y a surtout des non-dits, ou une tromperie. Est-ce un mensonge d'Etat? Je ne sais pas", s'est demandé Mme Lambert, dénonçant l'utilisation de "la gélatine et du sang pour nourrir des bovins". "C'est du cannibalisme", a-t-elle lancé.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/07/2019 à 9:53 :
Des agriculteurs de Haute-Saône ont monté ce jeudi soir un mur devant la permanence de la députée LREM, Barbara Bessot-Ballot, lui reprochant d'avoir voté en faveur du traité de libre-échange entre l'UE et le Canada (Ceta).Les trois syndicats agricoles reprochent à la députée LREM d'avoir voté « pour la ratification du Ceta malgré les mensonges du gouvernement, notamment concernant les farines animales qui ont semé le doute même au sein de la majorité LREM, qui s'est en partie abstenue », ont-ils expliqué dans un communiqué commun.« Elle nous a menti, elle nous a trahi »

« Comme aujourd'hui, c'est la clôture de la session parlementaire, on va clôturer la permanence de la députée », a annoncé Emmanuel Aebischer, président de la FDSEA de Haute-Saône en arrivant sur les lieux. « Elle nous a menti, elle nous a trahi », a-t-il estimé. Selon Emmanuel Aebischer, Barbara Bessot-Ballot leur avait pourtant assuré qu'elle ne ratifierait pas le texte.
a écrit le 24/07/2019 à 23:13 :
comment reagir quand nos gouvernants marchent sur la tête et ne prennent pas en compte l'urgence ecologique?
a écrit le 24/07/2019 à 14:57 :
Fable :
- Donc ça c'est écolo, ça c'est pour éviter le réchauffement climatique, ça c'est pour favorisé la production locale et la répartition des richesses .
- "mmmééééé non mméééé non" dit le mouton en se faisant tondre ."mmméééééé on nous dit qu'on n'a pas le choix et qu’en plus maintenant c'est dans la loi mmmmmééééé je contribue de toutes mmmméééééé force en donnant toute ma laine et en votant mmmméééééééécron "
2 jours plus tard, il fut sacrifié en méchoui pour un banquet en l'honneur d'un grand banquier.
a écrit le 24/07/2019 à 9:15 :
"Le chef de l'Etat a souligné que l'ex-ministre s'était lui-même "battu pour (l') améliorer"

Mais qui fait la communication pour les lrem ? Un stagiaire d'été fils de non !? Parce que comem argument exposer un gars qu'on a prit la main dans le sac de gaspiller l'argent public c'est d'abord et avant tout inquiétant.

Macron compte bien trop, et son entourage également, sur le vote anti lepen pour 2022, il va se planter, les gens sont rincès du vote du bien contre le mal...
a écrit le 24/07/2019 à 8:22 :
J'attends de voir ce qu'en dit le sénat. Voir l’effet sur la navette parlementaire... quiz !
a écrit le 24/07/2019 à 8:18 :
C'est drôle voir rigolo, Greta Thunberg au parlement, et ensuite vote de cet accord. Je me demande ce qu'en dit De Rugy? .
Réponse de le 24/07/2019 à 13:26 :
Il faut être tombés bien bas pour inviter une prophète d'apocalypse comme Greta Thunberg à l'assemblée. La seule chose qu'elle mériterait c'est d'un bon conseil de discipline pour punir ses absences à l'école.
a écrit le 24/07/2019 à 7:42 :
Hulot a raison sur le fond mais plutot que de s'adresser à des parlementaires il ferait mieux de s'adresser aux consommateurs. Car au final c'est bien eux qui décideront du sort de ce traité en consommant ou pas la viande canadienne. Macron a raison, Hulot aurait du agir avant. Maintenant il ne lui reste plus qu'à se ranger aux cotés des consommateurs, ce qu'il aurait pu faire avant aussi d'ailleurs.

Donc, Nicolas, explique aux français comment ne pas consommer du boeuf canadien.
Réponse de le 24/07/2019 à 13:28 :
Si le boeuf canadien est d'excellente qualité à prix raisonnable, pourquoi s'en priver ?
Réponse de le 24/07/2019 à 16:50 :
"pourquoi s'en priver ? "

T'es près a raconter n'importe quoi, parce que tu es pour ce CETA,mais j'ai comme l'impression que tu vas pas y toucher à cette viande.
Réponse de le 24/07/2019 à 18:53 :
Le problème avec le boeuf canadien ,c'est qu'il pourra etre américain et maquillé en canadien.Le deuxième problème c'est qu'ils contourneront les apelllations:il suffira qu'une partie soit découpée en France pour qu'il ait le label France.Ces grand traités commerciaux ne profitent qu'a quelques grosses sociétés(batiment ,aviation )au détriment des autres secteurs.Je vois mal notre gouvernement se passer des généreux droits de douane,il nous tondra ailleurs
Réponse de le 24/07/2019 à 19:14 :
Entre autre parce qu'au Canada l'utilisation de farines animale dans la nourriture des bovins est acceptée, alors qu'elle est interdite en Europe depuis la crise de la vache folle.

Autre point. Le glyphosate est sur le point d"être interdit en Europe alors qu'au Canada non seulement il est autorisé, mais il est couramment utilisé juste avant les récoltes afin de "nettoyer" les grains.

Si l'on fait entrer des produits détaxés, ils ne peuvent pas être inférieurs en qualité aux standards européens sinon c'est une concurrence démotivante et insupportable pour nos agriculteurs qui sont soumis à des règles strictes.

Pour finir, l'UE a accepté pour le règlement des litiges, une juridiction exotique qui enlève à tous les pays leur souveraineté.

Ce qui veut dire que si un industriel canadien décide que l'interdiction d'un insecticide ou un désherbant quelconque lèse ses intérêts , il pourrait saisir cette juridiction et faire condamner la France qui devra modifier sa législation en s'asseyant sur les légitimités du gouvernement, des parlements (y compris européen) et du peuple français, plus si souverain que ca.
a écrit le 23/07/2019 à 23:34 :
Je cherchais à comprendre pourquoi on nous avais mis un Macron au pouvoir. Je pense maintenant que c'est tout simplement pour finaliser la fusion de l'Europe avec l'Amérique du nord. Tout devient alors logique, notamment l'harmonisation de normes européennes avec celles des USA. On commence gentillement par un accord avec le Canada, qui deviendra une passerelle vers l'europe pour les USA.
Réponse de le 24/07/2019 à 7:57 :
Surtout ne cherchez plus !!!. L anti américanisme primaire, est une vieille lune franchouillarde qui ressort périodiquement de manière pavlovienne.
Réponse de le 24/07/2019 à 13:30 :
On n'a mis un Macron au pouvoir que parce qu'il n'y avait pas le choix au second tour. Tout le monde savait en votant pour lui qu'il n'était que le fils caché de Hollande et qu'il continuerait à peu près la même politique crypto-archéo-sociialiste.
Réponse de le 24/07/2019 à 16:46 :
"qu'il continuerait à peu près la même politique crypto-archéo-sociialiste".

D’où les 3/4 des LR derrière lui, maintenant ah,ah, pauvre Bruno.
Réponse de le 25/07/2019 à 10:43 :
@lachose : LR, ex UMP, ex RPR n'a jamais été un mouvement majoritairement libéral, et Chirac se définissait lui-même comme travailliste à la française (donc lui aussi crypto-socialiste).
a écrit le 23/07/2019 à 22:06 :
On a du mal à comprendre comment un traité de libre échange avec un pays qui a le même niveau d'état sanitaire que l'UE (voire supérieur) a pu soulever de telles polémiques et l'agitation injustifiée de tant d'épouvantails. Et dès que les USA auront envoyé Trump à la retraite, il faudra relancer les discussions autour d'un nouveau TAFTA.
Réponse de le 23/07/2019 à 23:14 :
On ne comprend pas qu'un traité sorte d'une pochette surprise, sans que personne ne l'ai demandé sauf bien-sur les multinationales!
Réponse de le 24/07/2019 à 0:57 :
@bruno_bd. Vous aurait-il échappé que les peuples de l'UE avec les poussées nationalistes (y compris la France) ne sont déjà pas vraiment d'accord à vivre ensemble ? Du coup, je ne vois pas comment des accords avec des pays externes (fut-de le Canada qui est un pays tout à fait estimable) peuvent être ratifiés facilement.
Personnellment, je ne suis pas expert, mais je ne vois pas vriament en quoi le CETA va améliorer la vie des Européens lambdas. C'est désormais la question à se poser pour toute action ou traté faitspar l'UE.
Réponse de le 24/07/2019 à 13:37 :
@Beauf : un traité qui a été négocié en plus de 7 ans ne peut être considéré sorti d'une pochette surprise
@Ptolémée : pour moi le libre échange devrait être la règle et le protectionnisme l'exception (ex: quand les produits échangés présentent un danger prouvé).
a écrit le 23/07/2019 à 21:53 :
ratifié par 38 assemblées ?
Il y en a bien une qui va refuser de signer le truc. On se souvient que la Wallonie avait été à deux doigts de refuser.

Pour les français, ce qui sera retenu c'est la duplicité de ce régime qui fait le contraire de ce qu'il promeut.

Le score est d'assez mauvais augure pour le sort du Mercosur qui est encore moins défendable que le CETA.
Réponse de le 24/07/2019 à 13:40 :
Dans un pays normal il ne devrait même pas y avoir besoin de défendre le CETA qui est un traité qui coule de source et dont l'adoption aurait dû relever de l'évidence.
a écrit le 23/07/2019 à 21:15 :
Bravo aux députés pour avoir vote en faveur du CETA.
a écrit le 23/07/2019 à 19:59 :
Macron est en train de détruire la France, son économie, sa souveraineté, ...

L'affaire Alstom est emblématique de cette politique, si nous en sommes à vendre des actifs stratégiques à un "allié" qui nous a régulièrement tordu le bras, que voulez vous que pèse l'agriculture française ?
a écrit le 23/07/2019 à 18:45 :
C'est dans l'intérêt de la France
Et tant pis pour l'intérêt des français

Vive la République
Vive la France

Allez zenfants de la patrihiheu...

Tout les jours je me félicite d'avoir fait lapin, on a des belles oreilles et on passe son temps a rigoler. Lapin, c'est trop bien
Réponse de le 24/07/2019 à 10:09 :
Bon appétit.
Moi c'est des oeufs, la viande je la laisse à notre monarchie
a écrit le 23/07/2019 à 18:37 :
Je ne voterai plus jamais LREM.
Même pour faire barrage au RN.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :