Notre-Dame-des-Landes : les médiateurs n'ont "pas d'intime conviction"

Après avoir interrogé près de 200 personnes, l'équipe chargée de débloquer un dossier en stand-by depuis plusieurs années a estimé que la décision finale serait entièrement "politique". Une position qui ne satisfait pas les collectivités participant au financement de la nouvelle infrastructure. Du côté des opposants, on veut avoir "confiance".
Vieux de cinquante ans, relancé au début des années 2000, le dossier de Notre-Dame-des-Landes est clairement une prise de tête, parce que les positions sont tranchées, sont violentes, de part et d'autre, a confié Gérard Feldzer.
Vieux de cinquante ans, relancé au début des années 2000, le dossier de Notre-Dame-des-Landes est "clairement une prise de tête, parce que les positions sont tranchées, sont violentes, de part et d'autre", a confié Gérard Feldzer. (Crédits : © Stephane Mahe / Reuters)

Les médiateurs nommés par le gouvernement pour sortir de l'impasse le projet contesté d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) n'ont "pas d'intime conviction", a a déclaré Gérard Feldzer à la presse, à l'issue d'une réunion à la préfecture de Loire-Atlantique avec une centaine de participants, partisans et opposants au nouvel aéroport nantais, auditionnés depuis le 1er juin dans le cadre de la médiation voulue par le gouvernement pour débloquer ce dossier enlisé depuis des années.

Cette médiation "n'est pas un rapport de plus, on fait appel à des expertises extérieures et indépendantes, sur le bruit, sur les trajectoires, sur qui paye quoi, sur le réaménagement des pistes à Nantes-Atlantique (l'aéroport existant, NDLR), sur l'agriculture, sur la biodiversité. On a tout listé et il n'y a pas une chose qui nous aurait échappée", a poursuivi cet ancien pilote de ligne proche du ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot.

| Lire aussi : Notre-Dame-des-Landes: premier dossier explosif du nouveau gouvernement ?

Mais "sur la centaine de questions qu'on s'est posées, ce n'est pas déterminant pour faire le choix, le choix, il sera politique. On ne va pas l'orienter du tout, vraiment pas", a martelé le médiateur, répondant à certaines critiques formulées par les deux camps.

Le syndicat mixte aéroportuaire mécontent

Le syndicat mixte aéroportuaire (SMA) du Grand Ouest, qui regroupe les collectivités participant au financement de la nouvelle infrastructure, ont immédiatement dénoncé, dans un communiqué, "une présentation orientée et partielle" de la part des médiateurs qui ont "surtout focalisé leurs analyses sur le réaménagement de Nantes Atlantique".

"Les collectivités, qui avaient dénoncé la partialité de cette médiation, voient aujourd'hui leurs craintes renforcées, avec une médiation d'apaisement qui tourne vers une médiation de contournement", déplore le SMA.

Les opposants au projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes ont également retenu de cette réunion de plus de deux heures que les médiateurs avaient "insisté sur le fait qu'il fallait rééquilibrer l'option Nantes-Atlantique et c'est quelque chose qu'on demande depuis très très longtemps", selon Thomas Dubreuil, l'avocat de deux associations anti-aéroport. "Pour l'instant, la méthode paraît assez vertueuse, mais il y a quand même des points de crispations. On jugera sur pièces, (...) on essaye d'avoir confiance."

Une décision avant Noël

Vieux de cinquante ans, relancé au début des années 2000, le dossier de Notre-Dame-des-Landes est "clairement une prise de tête, parce que les positions sont tranchées, sont violentes, de part et d'autre", a confié Gérard Feldzer. Il doit remettre, avec les deux autres médiateurs, Michel Badré, ingénieur membre du Conseil économique, social et environnemental, et Anne Boquet, préfète, un rapport au gouvernement le 1er décembre. Le Premier ministre Edouard Philippe a promis de prendre une décision avant Noël.

Une liste complète des auditions menées et des travaux en cours a été mise en ligne mardi soir sur internet.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 02/11/2017 à 17:50
Signaler
Pas d'intimes convictions... ça me fait rire, c'est parce qu'ils vivent pas sous les avions et leur pollution, ou que leurs enfants ne sont pas malades à cause des particules toxiques que ça répand... En tout cas, c 'est sûr qu'ils ont pas l'air de v...

à écrit le 28/09/2017 à 5:57
Signaler
tiens ...le dossier est encore sur la table ...? Quel cinéma ...!

à écrit le 27/09/2017 à 14:21
Signaler
"Notre-Dame-des-Landes : les médiateurs n'ont "pas d'intime conviction"" seul les pépètes les intéressent!

à écrit le 27/09/2017 à 13:52
Signaler
Vinci ! enfin !!!! trop de pouvoir de pression, alors ils l'auront.

à écrit le 27/09/2017 à 12:57
Signaler
dans cette histoire personne ne pose la question : superficie de l’aéroport de Genève ? la superficie de celui de Nantes? Celui de Genève est plus petit mais accueille un traffic international important! Pourquoi ne pas améliorer l'attractivité de ...

le 28/09/2017 à 6:02
Signaler
Genève ...un peu plus de 16 millions de passagers / an ...; Malaga ( ou je reside ) , c'est aussi + de 16 millions , avec comme à Geneve un aéroport + petit que le projet de Nantes ...Alors , arretons les utopies ...!

à écrit le 27/09/2017 à 12:48
Signaler
N'allez pas me dire qu'un (MEDIATEUR ) proche de Nicolas hulot peut etre independant!!!!

à écrit le 27/09/2017 à 12:15
Signaler
Et pendant que ces messieurs réfléchissent, l’aéroport actuel est largement à saturation et on n’arrête pas de voir des avions passer à basse altitude au dessus de Nantes.

le 28/09/2017 à 6:04
Signaler
? à saturation ?...on n'arrete pas dev voir des avions à basse altitude ...? vous devez voir c'a dans vos reves ...

à écrit le 27/09/2017 à 10:43
Signaler
Un TGV rapide reliant Nantes a Roissy en 1H30 est de loin la meilleure solution.

à écrit le 27/09/2017 à 10:30
Signaler
" depuis 50 ans ce projet..., prise de tete". Mais en France tout est prise de tete.

le 27/09/2017 à 10:59
Signaler
"Mais en France tout est prise de tete" "Si vous ne trouvez plus rien, cherchez autre chose." B. Fontaine A un moment mon ami quand on trouve que tout est nul autour de soit faut se remettre un minimum en question hein.

le 27/09/2017 à 13:52
Signaler
Non, Non , citoyen blase, Matins calmes a bien raison. Trop de choses, de gens surtout sont nuls en France.

le 28/09/2017 à 13:33
Signaler
"Trop de choses, de gens surtout sont nuls en France." de gens de choses !? Mais quels "gens" et quelles "choses" svp ? Le savez vous au moins ? Comme je dis se remettre en question peut s'éviter bien des ulcères, croyez moi...

à écrit le 27/09/2017 à 10:20
Signaler
Cette "médiation" est une astuce politique pour enterrer le projet. C'est évident: les membres sont contre, le ministre en charge est contre, et le gouvernement n'a pas franchement envie de se farcir l'évacuation de la zad. Ce n'est pas peine d'en fa...

à écrit le 27/09/2017 à 9:47
Signaler
ça fait 50 ans bon sang, ils vont lâcher quand les actionnaires milliardaires et leurs bon toutous politiciens ? ah ils sont pas habitués à perdre c'est sûr hein, on voit ça...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.