"Orpea : les responsables sont des salopards" (Laurent Berger, CFDT)

L'actualité politique, économique et sociale ne manque pas de sujets questionnant l'éthique. Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, s'exprime sur deux d'entre eux, brûlants : Orpea et les entreprises qui ont révélé des profits 2021 records. Ses mots, d'une rage inhabituelle, traduisent une immense colère : les dirigeants du groupe de maisons de retraite « sont des salopards qui devront payer cher », ceux des secondes « devront rendre », notamment la part que leurs gains doivent à la solidarité de l'Etat et des pouvoirs publics dans la gestion de la crise.
(Crédits : Reuters)

LA TRIBUNE- Le « scandale Orpea » révélé par le journaliste Victor Castanet dans Les fossoyeurs (Fayard) n'en finit pas de bouleverser l'opinion publique. Car il est au croisement d'enjeux humains, médicaux, sociaux, managériaux, financiers et spéculatifs qui concernent toute la société. Est-ce le paroxysme de la « crise du travail » ?

LAURENT BERGER- Il faut condamner sans appel ce qu'il s'est passé chez Orpea. Je le dis haut et fort : les responsables sont des salopards. Salopards à l'égard des personnes âgées, à l'égard de leurs travailleurs, à l'égard des syndicalistes - le livre Les fossoyeurs a révélé une répression syndicale hors norme. Je réclame à leur endroit une commission d'enquête, les poursuites que dictent leur comportement et leurs exactions, et les peines afférentes les plus sévères. Si les faits sont avérés, ils devront payer cher.

Mais au-delà, il faut faire oeuvre d'une grande prudence : assimiler à Orpea tous les acteurs, qu'ils soient des secteurs privé ou public, lucratif ou associatif, serait une immense erreur. La tentation de tout amalgame est délétère. D'abord c'est profondément injuste vis-à-vis des salariés. Car qui sont-ils dans leur grande majorité ? Des travailleurs extraordinairement mobilisés et dévoués, en dépit de rémunérations très insuffisantes. Donner le sentiment qu'ils sont acteurs d'une maltraitance dont seuls leurs dirigeants et leurs actionnaires sont coupables est terrible.

C'est également injuste à l'égard des familles, qui n'ont pas d'autre choix que de placer leurs aînés dans ces établissements et qui ajoutent à cette possible « culpabilité » celle de « savoir », désormais, de quoi peuvent être capables les organisations de ces maisons. Ils sont pris doublement en otage, et c'est odieux.

Il est d'autant plus essentiel de briser cette tentation de l'amalgame, si populaire à l'ère de l'hystérisation et de la simplification à tous crins. Il ne reflète nullement la réalité. Quiconque, et c'est mon cas, a visité des établissements publics comme privés en a rencontré qui sont remarquablement tenus, où les résidents sont considérés et traités avec humanité grâce à un personnel et à des directions impliqués et responsables.

Le soin des plus vulnérables doit-il échapper aux règles marchandes ? Voilà une question centrale. La tranchez-vous ?

Le secteur privé du soin et de la dépendance est-il parfait ? Non. Le secteur public du soin et de la dépendance est-il parfait ? Non plus. Loin s'en faut. Mais la responsabilité nous échoit collectivement. Investit-on assez dans le grand âge ? Non. Le gouvernement a renoncé à la loi Grand âge et autonomie, pourtant promise. La puissance publique, les parlementaires, le gouvernement ont failli. Quant à l'imposition de règles de fonctionnement interne et au contrôle dans les établissements, si déterminants, ces mêmes acteurs publics ont été faibles ou absents. C'est incompréhensible : comment est-ce possible quand on parle à la fois d'argent public et d'individus, qui plus est vulnérables ? Enfin, il est capital d'investir massivement dans ces métiers-là, surtout qu'à l'avenir les besoins seront exponentiels.

Ces enjeux de régulation, de formation et de recrutement, ce n'est sûrement pas en se défoulant sur l'Ehpad bashing qu'on va les accomplir. Si seulement, en revanche, il permettait de soulever LA question cardinale : pourquoi n'investit-on pas davantage dans ces secteurs du soin où l'on confie ce qui nous est le plus cher : nos proches ?...

Autre sujet éthique épineux pour certains : en 2021, les cinq principales banques françaises ont cumulé 31 milliards d'euros de résultats nets, TotalEnergies a atteint 16 milliards de dollars de profits, et le bénéfice consolidé des entreprises du CAC 40 a tutoyé les 140 milliards d'euros. Ces résultats historiques ont été obtenus « notamment » parce que l'Etat et l'Europe ont soutenu l'économie et le social - et pendant qu'une grande partie de la France était plongée dans les drames, aussi bien humains qu'entrepreneuriaux. Concernant TotalEnergies, on ajoutera que ce succès résulte dans sa grande majorité de son activité dans les hydrocarbures, et intervient au moment où la crise du coût énergétique affecte durement le pouvoir d'achat des Français. Y a-t-il là un sujet éthique profond ?

Voilà la preuve que nous sommes au bout de la logique du capitalisme débridé. Ce n'est plus supportable et donc ce n'est plus tolérable. Ces deux dernières années, à quoi l'économie doit-elle d'avoir survécu ? A la puissance publique et ses nombreuses aides, aux impôts, à l'investissement des travailleurs, à la mobilisation du monde associatif comme à celle des partenaires sociaux (accords APLD pour maintenir l'emploi, etc.). Personne ne peut oser le nier. Et c'est ainsi que l'économie se porte bien mieux qu'on pouvait le redouter. Maintenant, il faut rendre. Ces entreprises doivent rendre. Comment ? De trois manières. D'abord, une plus juste répartition de la richesse via des négociations salariales de branches exigeantes. Quand je vois certaines de ces entreprises (Auchan, Bonduelle, etc.) accumuler d'immenses profits et concéder des miettes aux salariés, cela me révulse.

D'autre part, l'État doit maintenant s'engager dans une véritable conditionnalité des aides publiques - notamment au maintien et au développement de l'emploi de qualité -, dans une véritable répartition de la richesse, et dans une véritable bascule en faveur de la transition écologique. Et il faut appliquer un contrôle social aux aides versées. C'est ce que la CFDT propose à travers l'avis conforme du CSE (comité social et économique) ; les représentants du personnel doivent pouvoir s'assurer que les aides versées ont été justement utilisées.

Enfin, les entreprises doivent adopter des règles d'éthique bien plus strictes. Et en premier lieu abandonner le principe, insupportable, d'optimisation fiscale. Rappelons à quoi elle sert en priorité : soustraire aux salariés une partie de la richesse créée pour la convertir en dividendes. La fiscalité doit, aux fins de cette meilleure répartition de la richesse, être refondue autour de deux axes : un meilleur partage au sein de la chaîne de valeur - en faveur par exemple des sous-traitants - ; et aligner la taxation des revenus du capital sur celle des revenus du travail. Cette mesure est capitale, si on veut donner à la fois au travail sa juste valeur et au capital sa simple valeur.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 20/02/2022 à 15:12
Signaler
Je retrouve certaines des maltraitances décrites dans le livre dans l’Ehpad public où est mon père malgré p’usieurs courriers aux différentes instances publiques en charge de cet ephad rien ne bouge …

le 20/02/2022 à 18:26
Signaler
Qu'attendez-vous pour mieux traiter votre père?

à écrit le 19/02/2022 à 10:00
Signaler
Sans ce journaliste, les actionnaires d'ORPEA continueraient à prospérer dans la sérénité.

le 20/02/2022 à 11:24
Signaler
Pour info au travers des participations de l'état vous êtes actionnaires d'EDF qui offre des EPR à l'étranger...

le 21/02/2022 à 10:12
Signaler
Les Français ont peu de pouvoir quant aux choix des prises de participation de l'Etat dans les entreprises ni des orientations à l'export

à écrit le 19/02/2022 à 8:53
Signaler
"Le « scandale Orpea » révélé par le journaliste Victor Castanet dans Les fossoyeurs (Fayard) n'en finit pas de bouleverser l'opinion publique". En parlant de livre : Selon les auteurs du livre Les Infiltrés, l'État serait devenu dépendant de ...

à écrit le 19/02/2022 à 8:40
Signaler
Début février ,la CFDT a demandé à la ministre Élisabeth Borne de se pencher sur un mystérieux syndicat qui n'existe nulle par ailleurs que chez Orpea, appelé Arc-en-ciel. Évoqué dans le livre du journaliste, ce syndicat aurait été créé de toute p...

à écrit le 18/02/2022 à 18:38
Signaler
il faut dire qu'en matiere de magouille, les syndicats en connaissent un rayon, et ils n'aiment pas la concurrence, alors si ca peut ramener les maisons de retraite dans leur cagniotte escarcelle, pour qu'ils s'en ramassent plein les fouilles, faut f...

le 20/02/2022 à 9:26
Signaler
Ramener les maisons de retraite dans leur escarcelle, pour qu'ils s'en ramassent plein les fouilles, ... C'est exactement ça. La CFDT a plus de 200 millions d'euros d'actifs, son PDG, pardon son secrétaire, a un salaire de 5000 euros par mois. L'ense...

à écrit le 18/02/2022 à 14:11
Signaler
C’est un peu facile de tirer sur une ambulance !! J’imagine que la CFDT était représentée chez Orpea comme chez d’autres…. Alors pourquoi est-elle restée silencieuse jusqu’à maintenant, comme d’autres syndicats d’ailleurs ?

le 18/02/2022 à 17:10
Signaler
ne sont guère pas plus visionnaire que notre politique du moment ! les français pas surpris encore un échec! la liste est longue

le 18/02/2022 à 17:18
Signaler
apparement le livre fait etat de repression syndicale. donc il devait pas y avoir beaucoup de syndiques (deja qu il n y en a pas beaucoup dans le prive en general, la ca devait etre quasiment 0)

à écrit le 18/02/2022 à 13:56
Signaler
En effet ces mots traduisent la colère du fait de son impuissance mais bon ça mange pas de pain hein tandis que les responsabilités des syndicats sont elles aussi engagées. Hypocrites, tous.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.