La pauvreté, angle mort du plan de relance : France Stratégie tire la sonnette d'alarme

 |  | 1012 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : Reuters/Regis Duvignau.)
0,8% : le comité d'évaluation de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté, piloté par France Stratégie, regrette que la part allouée aux personnes en situation de pauvreté dans le plan de relance soit aussi "limitée".

La crise pourrait faire des ravages dans les semaines à venir. La pandémie a plongé l'économie française dans une léthargie profonde provoquant déjà la destruction de plusieurs centaines de milliers de postes et une probable aggravation de la pauvreté et de l'extrême pauvreté.

Face à cette bombe à retardement, France Stratégie a décidé de donner l'alerte dans une note rendue publique ce vendredi 2 octobre. Les auteurs pointent particulièrement les risques chez les plus démunis.

"La crise sanitaire et le confinement en place entre mars et mai 2020 ont entraîné des difficultés importantes et spécifiques pour les plus vulnérables, notamment en matière de subsistance (recours important aux distributions alimentaires), de santé (exposition plus forte au virus et risque plus élevé de développer une forme grave de la maladie, situations de discontinuité des soins) ou encore d'accès à l'éducation à distance (manque d'équipement, difficultés d'accompagnement par les familles, exiguïté du logement)."

Vendredi dernier, les associations de lutte contre la pauvreté étaient reçues à Matignon. A l'issue de cette rencontre, le gouvernement a promis un acte 2 de son...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/10/2020 à 10:24 :
En France on peut toucher des allocations RSA meme si vous etes propetaire d'une maison avec un valeur d'un million d'euro. Dans tous les autres pays il vaut vendre vos propetaires avant d'avoir le droit de toucher des allocations. Egalement vos epargnes sont limites.
Réponse de le 09/10/2020 à 10:00 :
tout a fait, la semaine derniere il y avait au journal televisö un homme qui se plaignait de ne pas toucher le RSA car il avait plus de 20 000€ d epargne. ET le pire c est qu il etait dans son droit ! Les rares conseils generaux qui conditionne le RSA a ne pas avoir d argent sont dans l illegalite. Bezos (Amazon) pourrait toucher le RSA en france vu qu amazon ne le paie pas !
a écrit le 06/10/2020 à 3:53 :
Un jour les laisses pour compte se revolteront.
a écrit le 05/10/2020 à 21:08 :
Plan de lutte contre la pauvreté :

1) changer le système de pris en charge en France

2) apporter une réforme sur la gestion des HLM en France , faire un système malus- bonus des immeubles entretenus ou pas , cadrage des loyers sociaux - revoir les salaires , quotas et barème d’attribution, autoriser que les personnes en précarité avec un smic.

3) réformer de manière à lutter que les gens se retrouvent dans la rue .

4) faire une audit sur la gestion des subventions et des fonds sociaux attribués aux organisations sociales.

Les idées ne manquent pas , mais je pense que depuis 1964 , les fonds sociaux et subventions ne sont pas correctement gérés par les organisations, car ces même organisation s’enrichissent alors que normalement elles sont à but non lucratives et des parcs entiers sont laissés à l’abondon ( ces organisations sociaux sont soutenus par des notables des régions , banques , élus ...)

La misère des gens font la richesse de ces gens , ces gens pour qui nous votons sans le savoir .
a écrit le 05/10/2020 à 20:26 :
Le plus gros assistanat de tous les temps : le gonflement des actifs des plus riches par les émissions incontrôlées (par ce qu'elle n'ont plus le choix) de monnaie des banque centrales !!!!!!

Qui a envie de travailler pour ces nababs ?
a écrit le 05/10/2020 à 18:42 :
La seule façon de sauver les gens de la pauvreté, c'est de leur donner un savoir faire par l'école ou la formation professionnelle et du travail en stimulant l'économie. Tout le reste n'est qu'assistanat, certes nécessaire à court terme mais qui sur le long terme ne débouche sur rien.
a écrit le 05/10/2020 à 18:35 :
Il ne faut pas perdre de vue que Jupiter est aporophobe et apathique, ses séides également. Pas étonnant donc que la lutte contre la pauvreté soit quasiment absente du plan de relance. Ce gouvernement et son leader suprême profitent même de l'instant covid pour faire voter des lois ultralibérales sapant un peu plus les mécanismes de solidarité et ce qui reste du pacte social français. Mais bon, il sera de toute façon réélu après avoir supprimé toute opposition et confisqué le débat démocratique.
a écrit le 05/10/2020 à 16:33 :
Le seul plan contre la pauvreté qui ne prive pas de dignité les hommes est celui qui prévoit plus d'investissements et de recherche, une meilleure éducation et moins d'handicaps fiscaux et buraucratiques pour nos entreprises, les plus pénalisés d'Europe.
a écrit le 05/10/2020 à 14:04 :
Le gouvernement privilégient les premiers de cordée, tellement persuadé que tout repose sur leurs dents longues et leur avidité. Il leur lache notre argent public sans compter, sans contrepartie et leur accorde des avantages fiscaux. Les pauvres n'interessent pas ce gouvernement. Pour lui, ce sont forcément des feignants. La réussite sociale n'est pour lui que le fruit du mérite. L'héritage, il l'élude.
a écrit le 05/10/2020 à 14:02 :
Tout libéral vit aux dépends de ceux qu'il égoutte (le ruissellement anti gravité, vers le haut).

La liberté des Huns est souvent l’enchaînement des autres, c'est une réalité constamment mise sous le boisseau.

L'appauvrissement des autres comme de la nature est une externalité négative qui n'intervient pas dans les équations économiques basées sur un monde aux ressources dites primaires (en fait déjà très élaborées et en quantités finies) en fait premières.

Un système contradictoire va toujours vers sa propre implosion ou explosion.
a écrit le 05/10/2020 à 13:30 :
Voilà, ceux qui pourraient relancer l'économie parce que utilisant tout ce qu'on leur donnerait, sont méprisés.

Notre oligarchie n'est remplie visiblement plus que par de sinistres idiots aliénés, attention cela va faire vraiment très mal.

Le déclin sans fin, ou pas.
Réponse de le 05/10/2020 à 15:07 :
Certes il y a de la pauvreté en France. Mais connaissez beaucoup de pays où les aides, RMI, RSA, CMU sont aussi généreuses ?
Réponse de le 05/10/2020 à 16:43 :
@marc469 Et alors? Les aides les plus généreuses en France ne sont certainement pas pour les personnes modestes.
Réponse de le 05/10/2020 à 17:17 :
"Mais connaissez beaucoup de pays où les aides, RMI, RSA, CMU sont aussi généreuses ? "

411, 70 balles par mois tu appelles ça "généreux" sans rire ?! Tu sais ce que c'est que d'essayer de vivre avec ça ? Essaye stp, ensuite tu me diras si c'est "généreux" ou pas, pour le reste un proverbe français te répondra sans hésiter en t'affirmant que "comparaison n'est pas raison" puisque les contextes sont forcément différents d'un pays à l'autre déjà qu'ils le sont d'un individu à l'autre.

Ensuite je ne pense plus que le RMI existe il a été remplacé par le RSA à savoir que le gars va devoir offrir son travail à un employeur quelconque afin d'avoir une activité quelconque.

Et la CMU devrait rembourser à 100% tous les actes médicaux, je pense surtout aux lunettes et aux dents dont les tarifs sont exorbitants et être élargie à toute la population française.

Les cliniques privées elles devraient être financées à 100% par de l'argent privé et non à 90% par de l'argent public pour que les riches y aillent se soigner cela ne me dérange absolument pas mais le problème est qu'ils sont bien trop radins, préférant se faire soigner à l'as ils sont encore une fois l'anomalie qui détruit tout.

Et si je peux pas et-c...
Réponse de le 05/10/2020 à 17:47 :
@Citoyen blasé

"il a été remplacé par le RSA "

D"ailleurs on voit en ce moment martin Hirsch la TV ,pour évoquer le covid .On peut rappeler ce qu'il a fait en toute discrétion sur le RSA en 2010 :

Un vent de panique est en train de souffler sur le Revenu de solidarité active (RSA) avec l’arrivée récente, selon les départements, des déclarations trimestrielles permettant de toucher ce revenu. Quelques personnes éligibles au RSA m’ont envoyé leur déclaration et, vérification faite, une subtile taxe a été mise en place, qui concerne tous les éligibles au RSA, qu’ils soient d’ex-RMistes, allocataires de l’allocation de parent isolé (API) ainsi que des salariés pauvres touchant une partie du RSA. En fait, ce mode de financement masque une taxation que le site Internet du Haut commissariat aux solidarités actives contre la pauvreté a été récemment contraint de mettre au jour. Le Haut commissariat a en effet été obligé de mettre en ligne, le 2 octobre, une réponse aux « inquiétudes [qui] se sont récemment manifestées sur le formulaire de demande du RSA à propos de la déclaration des revenus d’épargne » .

La confirmation des inquiétudes des allocataires du RSA , une information qui a peu circulé ces dernières semaines, suscite quelques remous dans les CAF : « Oui les revenus de l’épargne quelle que soit la forme de cette épargne sont pris en compte au même titre que les autres revenus perçus par le foyer (salaires, pensions, retraites, etc.) » , avoue le Haut commissariat (voir aussi l'encadré ci-dessous). Cette disposition, qui ne figure pas sur le formulaire de demande RSA, et qui est inscrite dans la rubrique 041 (autres revenus) des déclarations trimestrielles, concerne tous les livrets, y compris le livret A, et donc la petite épargne utilisée par les personnes les plus précaires qui ne peuvent avoir accès au système bancaire classique.

Cette taxation des ressources des allocataires au RSA est très perverse : Par exemple, elle consiste à déduire du RSA 3 % du montant de l’indemnité de licenciement que vient de percevoir une personne au chômage. Et si cette somme a été déposé, par exemple sur un livret A, 4 % seront déduit du RSA. Explication : une personne au chômage éligible au RSA vient de percevoir une indemnité de licenciement s’élevant à 10 000 euros. La caisse d’allocations familiales déduira du RSA 3 % des 10 000 euros, soit 300 euros, soit 25 euros mensuels. Ôtez ces 25 euros sur les 447 euros (maximum) que peut percevoir une personne seule sans emploi alors que le seuil de pauvreté est évalué à 817 euros, et vous avez une (petite) idée de la situation de grande pauvreté qu’est en train de provoquer cette discrète taxation des revenus des pauvres qui sert finalement à financer… le RSA.
Réponse de le 09/10/2020 à 10:05 :
a quoi ca sert de relancer l importation de produits made in china ?
Il est legitime qu on ne laisse pas quelqu un mourrir de faim mais quand on voit certains comportement on se demande si le sytseme n est pas completement verolé (ex le pere de la fameuse leonarda qui expliquait ne pas vouloir travailler et vivre des aides, des gens au RSA et donc incapable de se nourrir eux meme qui font encore des gosses et demande un HLM plus grand ...)
a écrit le 05/10/2020 à 13:28 :
La pauvreté a toujours été un sujet traité à la va-vite car il n'y a pas de retour "image" de la lutte contre la pauvreté. La pauvreté provient de la seule pensée économique non contrainte : le libéralisme non cadré. La richesse part majoritairement vers les investisseurs en oubliant de rémunérer le contexte, créé par les Etats, et donc les populations. Oublié le pan "contexte" et vous vous trouvez avec des Etats super endettés. (bombe à retardement).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :