Plombée par le pétrole, la Bourse de Paris termine en forte baisse

 |   |  517  mots
L'indice Cac 40 a perdu 2,47% ce mardi, emporté par une nouvelle chute des cours du pétrole, la veille, il avait lâché 0,56%.
L'indice Cac 40 a perdu 2,47% ce mardi, emporté par une nouvelle chute des cours du pétrole, la veille, il avait lâché 0,56%. (Crédits : Charles Platiau/Reuters)
Avant la clôture ce mardi, la Bourse de Paris perdait 2,47%, dans un marché qui a fait les frais d'une nouvelle chute des cours du pétrole. L'indice CAC 40 a perdu 108,34 points à 4.283,99 points, dans un volume d'échanges nourri de 4,0 milliards d'euros. La veille, il avait lâché 0,56%.

La Bourse de Paris a terminé en forte baisse mardi (-2,47%), dans un marché qui a fait les frais de la rechute des cours du pétrole, tout en subissant la dégringolade du secteur bancaire.  Le marché parisien a ouvert en baisse, puis n'a cessé de creuser ses pertes au fil de la journée, chutant brièvement de plus de 3% dans l'après-midi, pénalisé par le très mauvais début de séance à Wall Street.

"Le marché renoue avec sa tendance du début d'année, souffrant d'un côté de la baisse des prix du pétrole après son rebond et de l'autre des indicateurs chinois préoccupants", remarque Renaud Murail, gérant chez Barclays Bourse.

L'indice CAC 40 a perdu 108,34 points à 4.283,99 points, dans un volume d'échanges nourri de 4,0 milliards d'euros. La veille, il avait lâché 0,56%.

Le pétrole donne le ton

L'évolution du prix du pétrole a encore donné le ton sur les marchés. Les cours du brut ont ouvert en baisse à New York, tout juste au-dessus de 30 dollars, les investisseurs restant sceptiques sur les chances d'assister à une réduction de l'offre face à une demande inquiétante à la veille des chiffres hebdomadaires sur les stocks de brut aux Etats-Unis. Le baril de Brent de la mer du Nord a reculé de 3% par rapport à la semaine dernière, à 33,15 dollars.

"En ce début du mois de février, les indices européens retrouvent les démons du mois précédent", note le courtier Aurel BGC. Le pétrole menace de casser la zone des 30 dollars sur le WTI, les banques sous-performent encore sensiblement et la Chine n'est jamais très loin dans les esprits", égrène-t-il.

| Lire l'analyse Les deux seuils fatidiques de l'économie mondiale : 3.000 points à Shanghai, le pétrole à 30 dollars

Les marchés ont à nouveau faibli alors même qu'ils avaient retrouvé un peu de vigueur la semaine dernière grâce aux espoirs placés dans l'action des banques centrales.

"La faiblesse persistante du baril de pétrole, combinée aux inquiétudes quant à la capacité de la croissance économique à rester correctement orientée, alimente les doutes des banquiers centraux", remarquent les stratégistes chez Crédit Mutuel-CIC.

Parmi les valeurs, le secteur pétrolier a souffert de la baisse du baril. Vallourec a perdu 5,69% à 4,11 euros, Maurel et Prom 5,99% à 2,51 euros, CGG 5,41% à 0,70 euro, Technip 4,54% à 41,27 euros et Total 4,49% à 38,21 euros.

BNP Paribas lâche 5,7%

Les valeurs bancaires ont été sanctionnées, en ce début de saison des publications d'entreprises, alors que la banque suisse UBS a été lourdement touchée par les turbulences sur les marchés financiers au quatrième trimestre, en particulier dans la gestion de fortune et la banque d'investissement.

BNP Paribas a lâché 5,67% à 40,88 euros, Crédit Agricole 4,96% à 8,65 euros, Société Générale 6,35% à 32,58 euros et Natixis 5,86% à 4,21 euros. STMicroelectronics a perdu 5,79% à 5,48%, après des résultats fraîchement accueillis du fabricant allemand de semi-conducteurs Infineon Manitou a chuté (-8,68% à 15,15 euros), ses perspectives prudentes pour 2016 suscitant des inquiétudes parmi les investisseurs, malgré un chiffre d'affaires annuel en hausse de 3%.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/02/2016 à 0:21 :
Bousse en bairse : "Heureusement il y a finQEdus.". FinQEdus : l'argent n'est gelé que s'il n'est pas produit .. du vide.
a écrit le 02/02/2016 à 21:44 :
Selon certains économistes, le méga_krash financier est en vue ; a chacun de prendre ses dispositions, des fois que les distributeurs de billets de banques soient "enraillés" et les ptis chefs des banques cachés sous leurs bureaux ... des comptes inaccessibles avec des pannes opportunes des serveurs des banques
a écrit le 02/02/2016 à 20:53 :
Peut-on expliquer la différence d’évolution depuis 2009 entre le CAC, le Dow et le Dax ? S’il existe des mouvements anti euro en Europe est-ce parce qu’en 2015 le PIB est au même niveau que 2007 alors qu’aux usa cette situation n’existe pas ? Les diplômés français ne devraient-ils en réseau examiner les raisons de ce phénomène, l’Europe est-elle une foire ? Ne devrait-on réaliser un bilan ? Ainsi dans de nombreux pays d’Europe les citoyens ne devraient-ils pas examiner les raisons de la faible croissance et du chômage record, alors qu’on publie des baisses de pib par habitant. Il existe des diplômés se verraient retirer leurs allocations lorsqu’ils entrent en formation professionnelle pour trouver du travail, ne devrait-on empêcher ces erreurs ? La croissance long terme n’est-elle pas de 2,3% ? Peut-on expliquer que les américains font plus de croissance et que leur patrimoine augmente plus vite ? Ne devrait-on faire plus de croissance et donc d’emplois ? Les Européens ne sont-ils pas Abel victimes d’un DYSFONCTIONNEMENT économique alors qu’à Bruyères-le-Châtel on ferait du saccage d’église, n’existe-t-il pas une attitude anti chrétienne ? On publie qu’il existerait un raz le bol fiscal à 79% seulement le déficit n’est-il pas plus élevé qu’en Allemagne pour une croissance moindre. Ne devrait-on sonner une alerte pour mise en péril de l’économie européenne ? http://www.valeursactuelles.com/societe/79-des-francais-font-etat-dun-profond-ras-le-bol-fiscal-58856
Réponse de le 03/02/2016 à 0:17 :
Sauf que prier ne sert que les religions. Et vous pensez que les diplômés ne comprennent pas ce qui se passe..?? Tu parles... Nous essayons tous de devenir milliardaires avant que ça devienne trop critique.
Réponse de le 03/02/2016 à 11:13 :
@pique
Vous devriez vous informer AUSSI ailleurs que chez "Valeurs Actuelles".
"Alerte, mise en péril de l'économie" ... fatras de mots anxiogènes qui n'ont qu'un seul but, faire accepter à la population toujours plus de réformes, toujours plus de recul social pour que la classe défendue par VA puisse continuer à bénéficier des ses privilèges et si possible les accroître.
On nous a fait croire qu' il fallait abandonner la lutte des classes, que c'était une lutte du passé. Le résultat c'est qu'il y a désormais une seule classe dominante financière, intellectuelle, supérieure qui pense détenir une vérité universelle, son droit inaliénable de l'imposer . La vérité, c'est qu'elle défend ses privilèges et qu'il serait temps que les classes dominées se réveillent pour énoncer leur propre vérité, sur les bases de la justice et du partage.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :