Vallourec dégradé de deux crans par S&P

 |   |  264  mots
Vallourec vaut 567 millions d'euros en bourse, l'action a chuté de 51% depuis le 1er janvier.
Vallourec vaut 567 millions d'euros en bourse, l'action a chuté de 51% depuis le 1er janvier. (Crédits : Reuters)
Le spécialiste des tubes sans soudure devrait voir ses comptes financiers se détériorer en 2016, estime l'agence de notation financière. Par ailleurs, Philippe Crouzet, PDG de Vallourec, s'est inquiété de la vulnérabilité du groupe parapétrolier face à un prédateur compte tenu de sa faible valorisation.

L'agence d'évaluation financière Standard and Poor's (SP) a dégradé mardi 2 février de deux crans la note de crédit du fabricant français de tubes sans soudure Vallourec, de "BB+" à "BB-", estimant que le résultat brut d'exploitation du groupe sera en déclin en 2016. La veille, le groupe a annoncé un nouveau plan de restructuration,.

Dans des conditions de marché difficiles liées au pétrole, "l'Ebitda (résultat brut d'exploitation) restera en déclin en 2016 et bien plus bas que ce que nous avions escompté, après un Ebitda négatif en 2015", écrit l'agence de notation dans un communiqué.

À 10h35, l'action du groupe était en baisse de 5,76%, à 4,11 euros. Depuis le 1er janvier, l'action a chuté de plus de 50%.

Vallourec en danger d'OPA

Vallourec a annoncé lundi 1er février une vaste recapitalisation d'un milliard d'euros, dont l'Etat français prendra une bonne part, via BPI, et du groupe japonais NSSMC. Le patron de Vallourec a jugé mardi 2 février sur Radio Classique que l'entreprise était une proie compte tenu de son poids en Bourse.

"Vallourec n'a pas d'actionnariat stable. Il est par nature exposé à une OPA aujourd'hui plus qu'hier car nous valons moins cher. Nous vivons avec cette éventualité", a ainsi déclaré Philippe Crouzet.

Au terme de cette augmentation de capital, l'Etat français devrait détenir 22% du capital de Vallourec, tandis que NSSMC s'arogerait 16,5% des parts. L'action du fabricant de tubes sans soudure a perdu 51% de sa valeur depuis le 1er janvier. La capitalisation boursière du groupe est de 567 millions d'euros.

(N. B. avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/02/2016 à 12:36 :
Pour que Vallourec "qui n'a rien vu venir" ne se trouve pas devenir japonais, l'état gaspille de l'argent sans raison et sans mission. Un épisode honteux de plus. Tout au plus avec ce sauvetage des capitaux nippons, a-t-on obtenu une indépendance provisoire de l'entreprise.
Pour permettre la restructuration on maintient une équipe qui ne devrait pas l'être, le tout poussant à l'irresponsabilité généralisée que l'on a déjà constaté avec Areva. Bien triste.
Réponse de le 02/02/2016 à 21:46 :
Nous voilà actionnaire de 22% de cet entreprise ( une part de mes impôts ).

Mr Crouzet a montré son incompétence dans le choix de ses anciens directeurs alors comment résoudre des problèmes maintenant qu'il prend la barre de cet entreprise ...
Peut être qu'une OPA ( a défaut de prendre l'argent public ) le conduira dehors et mettra à la place des dirigeants responsables .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :