Plus de 500.000 d'euros pour la cagnotte de grève de la CGT

 |   |  318  mots
Près de 8.622 donateurs ont contribué à la cagnotte, selon la CGT.
Près de 8.622 donateurs ont contribué à la cagnotte, selon la CGT. (Crédits : JACKY NAEGELEN)
Cette "caisse de grève" qui totalise désormais près d'un demi-million d'euros a été lancée le 24 mai au moment des premiers appels à des grèves reconductibles dans les raffineries. Elle est destinée à soutenir les salariés en grève, syndiqués ou non.

En vingt jours, elle a doublé de taille. La cagnotte ouverte fin mai par la CGT pour aider les salariés impliqués dans des grèves reconductibles contre la loi Travail portée par la ministre Myriam El Khomri, a dépassé le demi-million d'euros, a annoncé lundi le syndicat.

"501.753 euros: c'est la somme exacte collectée en un mois pour venir en aide aux salarié(e)s en grève reconductible pour le retrait de la loi travail", déclare dans un communiqué la fédération Info'com de la CGT, à l'origine de l'initiative avec les sections CGT d'Air France, Goodyear et SIP (imprimerie de la presse).

Sur cette somme, "près de 250.000 euros ont été versés ou sont en cours de versement", précise la CGT Info'com. La majeure partie a été versée en ligne, soit 396.020,75 euros. Le reste a été remis par chèque ou liquide.

Près de 9.000 donateurs

Quelque 8.622 donateurs ont contribué à la cagnotte, selon la CGT : parmi eux, 8.542 citoyens, 75 organisations CGT, mais aussi des syndicats liés à Sud et la FSU, le Parti de Gauche (PG) et des sections du Parti communiste (PCF) et du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA).

"De mémoire de militant, jamais une caisse de syndicats n'avait recueilli autant de dons en si peu de temps", écrit la CGT Info'com.

Cette "caisse de grève" a été lancée le 24 mai au moment des premiers appels à des grèves reconductibles dans les raffineries. Elle est destinée à soutenir les salariés en grève, qu'ils soient syndiqués à la CGT, dans une autre centrale, ou non-syndiqués. Ils peuvent bénéficier d'une indemnité moyenne de 30 à 50 euros par jour de grève. "Il ne s'agit pas de compenser le salaire d'une journée de travail", a toutefois souligné par le passé Romain Altmann, secrétaire général de la fédération Info'com.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/06/2016 à 18:12 :
Toujours loin de la caisse anti-gréve de l'UIMM et ces 160 millions d'euros :

C’est à elles, ont expliqué les patrons à la barre, que les millions d’euros auraient été distribués en espèces afin de renforcer le «dialogue social». Mais maintenant, la petite mise en scène est terminée, le procès a touché à sa fin le mardi 22 octobre… Et la veille, c’est la procureure Ariane Amson qui a dressé, dans un réquisitoire assassin pour Denis Gautier-Sauvagnac, l’ancien vice-président délégué général de l’UIMM, le bilan de cette mauvaise pièce de boulevard.«C’est tout de même un peu étonnant d’entendre Denis Gautier-Sauvagnac dire qu’il ne peut pas révéler les noms des destinataires des enveloppes d’espèces, qu’il n’entend pas faire de délation, relève-t-elle. C’est un vocabulaire qu’on a l’habitude d’entendre dans des dossiers liés au grand banditisme, et pas avec des gens si honorables qui n’ont que l’intérêt général à la bouche. En fait, cela fait terriblement penser à la criminalité organisée…» Au nom du ministère public, la procureure attaque: «Au bout de six ans, Denis Gautier-Sauvagnac finit par indiquer entre deux portes que c’est aux syndicats qu’il a donné l’argent… Mais pourquoi devrions-nous le croire sur parole? Au tribunal correctionnel, quand un prévenu nous dit qu’il va prendre un emploi, qu’il va faire une formation, nous lui demandons de nous en apporter la preuve… Pourquoi Denis Gautier-Sauvagnac serait-il le seul à ne pas devoir apporter la preuve de ce qu’il avance?»
a écrit le 27/06/2016 à 18:02 :
@BONJOUR Belle somme ! mais tout cet argent n'a pas été volé aux français comme celle se trouvant dans les caisses du parti ripoublicain ou dans les poches de Mrs BISMUTH .... BALKANY ... COPPE ECT ..... Arrêtez de nous casser les pieds avec la C.G.T. Tout ce bordel est bien la faute de VALLS c'est bien lui qui veut faire voter cette LOI SELERATE qui va à l'encontre du système social français ..... VALLS supprime cette LOI et tout rentrera dans l'ordre il ni a pas de honte à faire marche arrière !
a écrit le 27/06/2016 à 17:13 :
il faut confisquer ces sommes via une contribution de solidarite exceptionnelle
on affectera les fonds a la reparations des degats des manifs, a la reparation de l'hopital pour enfants honteusement saccage ' dans la justice reenchantee', et a l'achat de vins pour la buvette des policiers du commissariat de mon arrondissement
utilisons les methodes syndicales!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :