Pour 2022, la reconquête d'Emmanuel Macron passe par Belfort

POLITISCOPE. Du salon du Made in France à la relance du nucléaire français à Belfort, où Emmanuel Macron se déplacera prochainement, le débat présidentiel se focalise sur la relance de l'industrie. Mieux vaut tard que jamais.

5 mn

(Crédits : Reuters)

Le « made in France » devient un objet politique à la mode. Ce week end, les responsables politiques s'affichent en nombre au salon du « made in France » qui a lieu à la Porte de Versailles à Paris. En guise de stratégie pour le pays, chacun y va de son image symbolique. On se souvient qu'il y a déjà neuf ans, Arnaud Montebourg, alors ministre du « Redressement productif », avait été jusqu'à poser en marinière bretonne avec dans ses mains un robot ménager Moulinex, à la une du Parisien magazine. Alors, en ces temps de Covid-19 où les dirigeants français se sont aperçus un peu tard que le pays ne savait plus fabriquer grand chose, tous les responsables politiques essayent de marquer les esprits par des coups de com' du même genre.

Certains, comme Montebourg, s'en sont fait une spécialité. De son côté, Xavier Bertrand ne cesse de rappeler son combat pour la ré-industrialisation de sa région des Hauts-de-France. D'autres apprennent plutôt en urgence, comme Éric Zemmour d'ailleurs qui a déjà montré de nombreuses lacunes dans le domaine malgré ses slogans.

Mais tous savent que les Français, choqués de devoir quémander des masques ou du gel en pleine pandémie, les attendent au tournant. Après la séquence très « identitaire » de la rentrée politique où les médias n'ont axé leurs interrogations que sur l'immigration et autres thématiques favorites de l'extrême-droite, la question de la souveraineté économique va revenir en force sur le terrain économique, notamment quand chaque candidat aura commencé à dévoiler le contenu de son programme...

Forcément, avec ce contexte, Emmanuel Macron est sur ses gardes. Le président sait que ses opposants n'attendent qu'une chose : faire son procès quant à ses difficultés à maintenir l'emploi industriel en France, mais aussi quant à ses états de service comme ancien banquier d'affaires. Pour contrer ces potentielles attaques, le presque candidat à sa réélection multiplie les symboles et les discours sur la thématique de la « souveraineté économique ».

En imposant à EDF le rachat à General Electric des anciennes activités nucléaires d'Alstom, comme La Tribune l'avait révélé fin août, l'Elysée a abattu sa première carte. Et celle-ci est un atout majeur tant l'entreprise Alstom est devenue un symbole de la désindustrialisation du pays.

C'est justement pour cette raison que le président a décidé de se déplacer prochainement à Belfort pour marquer le coup. Préférant toujours l'attaque à la défense, l'ancien banquier de chez Rothschild souhaite retourner le symbole Alstom à son avantage, pour couper l'herbe sous le pied de ses contempteurs. De la même manière, le chef de l'État a profité de son allocution télévisée pour annoncer aux Français sa décision de relancer un programme nucléaire durant son prochain quinquennat. C'était pourtant l'un des axes principaux d'attaque ces derniers jours des candidats LR.

Un arbitrage clair en faveur du nucléaire

Les industriels du secteur nucléaire se désespéraient ces derniers mois à grand renfort de lobbying de ne pouvoir obtenir un arbitrage clair de la part de l'Elysée. Emmanuel Macron semble aujourd'hui décidé d'assumer ses décisions dans ce domaine si stratégique (et si présidentiel sous la Vème République). Justement, alors qu'il resta vague quant à la forme de cette future relance du nucléaire en France, il préciserait ses intentions lors de son prochain déplacement à Belfort. Rappelons au passage que Jean-Bernard Lévy, le PDG d'EDF qui avait renâclé à mettre la main à la poche pour racheter les activités hérités d'Alstom à General Electric, attendait du président un engagement ferme sur la relance d'un programme nucléaire.

Voilà pour les grandes manoeuvres. Car sur le front de la com', les premières tentatives présidentielles sur le sujet de la souveraineté économique, notamment le plan France 2030 qu'Emmanuel Macron a présenté début octobre, ont plutôt fait un flop médiatique et politique. Comme si l'opinion percevait que ces gestes à quelques mois de l'élection présidentielle intervenaient un peu trop tard, comme si tout cela n'était encore une fois qu'une affaire de com'. Dans le domaine de l'industrie, les Français semblent osciller entre résignation et facilité. Les ouvriers sont capables d'arriver à des extrémités dans leurs luttes pour tenter de sauver leurs emplois, tandis que les consommateurs urbains n'ont que leur « pouvoir d'achat » en tête. Un peu comme ce cadre de santé de l'AP-HP (Assistance Publique - Hôpitaux de Paris) qui a tenté il y a quelques jours de s'immoler par le feu dans l'hôpital Saint-Louis. Un geste désespéré à l'image de l'état des hôpitaux et des services de santé français.

Dans ce secteur de la santé, comme dans le cas de l'industrie en général, et du nucléaire en particulier, on a bien l'impression que le corps social est à deux doigts de craquer, tant les supply chain et les ressources humaines manquent à l'appel. Il est peut être temps d'appeler un chat un chat : comme les États-Unis qui ont décidé de lancer un grand plan d'investissements dans les infrastructures de transport, la France a besoin plus que jamais de reconstruire un appareil productif digne de ce nom. Car le temps des fabless (entreprises sans usines) a bel et bien vécu. Et on attend des candidats à la présidentielle qu'ils nous présentent leurs différents chemins pour permettre cette reconstruction. La com' ne suffira pas.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 15/11/2021 à 10:27
Signaler
Le mari de Jean-Michel TROGNEUX va ramer : comment faire passer sa vente à la découpe d'ALSTOM du tant de son passé de BANKSTER chez Rothschild ???

à écrit le 15/11/2021 à 7:58
Signaler
Il va se faire punir du fait de la dictature sanitaire, cet escalade autoritaire laissera forcément des traces indélébiles, comme la trahison du référendum de 2005 avec Sarkozy, et à mon avis il ne sera pas le seul ce sera dans à peu près tous les pa...

à écrit le 14/11/2021 à 14:18
Signaler
Qui a vendu Altsom et ses turbines ? Decidemment dire les choses a la Tribune reste complexe. Maintenant le guignol parle de reindustrialiser ! Tartuffe.

à écrit le 13/11/2021 à 18:31
Signaler
Ces turbine vapeur (photo) sont à l'industrie ce que Rolex est à l'horlogerie... Par pitié ne perdez pas ce savoir faire sinon ce sera dé-fi-ni-tif... Bon, les Chinois savent faire..

à écrit le 13/11/2021 à 11:12
Signaler
"De son côté, Xavier Bertrand ne cesse de rappeler son combat pour la ré-industrialisation de sa région des Hauts-de-France" en construisant des éoliennes, et les installer ailleurs. :-) Qui, y a 30-40 ans, a décidé qu'on serait un pays de services ...

le 13/11/2021 à 12:48
Signaler
La répression des autorités de l'etat dans les hdf vat etre du pain benit pour le populisme dans cette région

à écrit le 13/11/2021 à 10:49
Signaler
La réélection de Macron passe pas par Belfort, elle est conditionné a son bilan du quinquennat (pas ce qu'il avait promis mais sa nullité) L'année prochaine même si aujourd'hui les sondage le donne a 25% il y aura un vote massif contre lui.. Comme po...

le 14/11/2021 à 11:14
Signaler
Et vous croyiez que Zero peut être meilleur ?

à écrit le 13/11/2021 à 9:37
Signaler
Sans un minimum de protectionnisme même intra européen, c'est pas la peine d'y penser. Alors avec en plus la mentalité et la fiscalité, française... vous vous rendez compte que ça fait pls de 30 ans qu'on fiance le développement des pays du sud de l'...

à écrit le 13/11/2021 à 9:18
Signaler
Il va se faire punir du fait de la dictature sanitaire, cet escalade autoritaire laissera forcément des traces indélébiles, comme la trahison du référendum de 2005 avec Sarkozy, et à mon avis il ne sera pas le seul ce sera dans à peu près tous les pa...

le 13/11/2021 à 11:13
Signaler
Du coup, le vaccin obligatoire contre le tétanos et la polio, ça aussi c'est un diktat?

le 14/11/2021 à 11:04
Signaler
Réponse à lalala. C’est toujours très affligeant, ces réponses qui sont le reflet, au mieux de conversation de bistrot, au pire de la collaboration active d’un conformisme politicomédiatique.

le 15/11/2021 à 8:00
Signaler
Bonne réponse cheng mais désolé je signale mon commentaire afin de décourager au maximum cet empilement sous mes commentaires, empilement commençant par un pitoyable trollage. 100 balles ou que dalle les radins.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.