Pour le patronat, les exonérations de charges annoncées, c'est bien, mais pas suffisant

 |   |  377  mots
C'est une bonne mesure, mais nous considérons que c'est une première étape et il nous semble que, de toute façon, il faudra l'élargir, a estimé de son côté le président de la CPME François Asselin, dans un entretien à l'AFP.
"C'est une bonne mesure, mais nous considérons que c'est une première étape" et "il nous semble que, de toute façon, il faudra l'élargir", a estimé de son côté le président de la CPME François Asselin, dans un entretien à l'AFP. (Crédits : © Christian Hartmann / Reuters)
Les annonces du Premier ministre, hier, sur la question des reports et exonérations de charges sociales et fiscales ont donné satisfaction aux différentes organisations patronales. Mais elles préviennent déjà qu'il faudra faire plus pour sauver les entreprises françaises.

Les organisations patronales se sont montrées satisfaites mardi de la décision du gouvernement d'exonérer de charges sociales et fiscales les entreprises fermées durant le confinement, la CPME demandant toutefois que ce ne soit qu'une "première étape".

Le Premier ministre Edouard Philippe a indiqué lundi au Sénat que le gouvernement était prêt à convertir les reports déjà accordés "en exonérations définitives de charges, non seulement pour les entreprises du secteur de la restauration et du tourisme, mais aussi pour toutes les TPE ayant fait l'objet de mesures de fermeture".

"Le Medef portait une demande de dégrèvement, d'annulation de charges", car "une entreprise, un commerce qui a totalement fermé ne sera pas dans la capacité de rembourser, parce que le chiffre d'affaires perdu s'est envolé à jamais", a réagi sur LCI son vice-président et porte-parole Fabrice Le Saché.

"C'est une bonne mesure, mais nous considérons que c'est une première étape" et "il nous semble que, de toute façon, il faudra l'élargir", a estimé de son côté le président de la CPME François Asselin, dans un entretien à l'AFP.

Aborder la relance dans de meilleures conditions

"Au-delà des secteurs qui ont subi une fermeture administrative, il y en a d'autres qui s'en trouvent directement victimes", a-t-il expliqué en citant en exemple les distributeurs de boissons, car "leurs clients étant fermés, ils ne vendent plus".

Pour le président de la Confédération des petites et moyennes entreprises, "il faut y aller avec une épuisette un peu plus large en oubliant personne, parce qu'il y en a qui, s'ils n'ont pas cette mesure d'exonération de charges, ne pourront jamais redémarrer".

Enfin, l'Union des entreprises de proximité (U2P), qui représente des commerçants, artisans et professions libérales, s'est félicitée dans un communiqué "que le gouvernement donne ainsi une suite favorable à sa demande".

L'exonération annoncée par le Premier ministre Edouard Philippe permettra, selon l'U2P, "d'aborder la relance de l'activité dans de meilleures conditions".

La mesure gouvernementale "répond à la logique 'zéro recette, zéro dépense' défendue par l'U2P depuis le début de la crise", explique cette organisation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/05/2020 à 10:36 :
Etrange comme Pays la France, tant de grandes entreprises souvent multinationales se plaignent ont des aides et on ignore toutes les petites qui coulent et ferment !
a écrit le 07/05/2020 à 10:00 :
le patronat Français serait bien inspiré de faire profil bas en ce moment...leurs amis
Lr au pouvoir pendant 30 ans ayant principalement participé à la suppression des 10000 lits en 30 ans à l' hôpital...n' est ce pas Eric Woerth (qui au passage à confondu les intérêts de sa ville avec les intérêts privé pour la vente de l' Hippodrome de Compiègne)
adéclaré en 2007 : " il y a trop de lits à l' Hopital !" (voir sur you tube.
N' est-ce pas Xavier Bertrand ( un assureur au ministère de la santé...) qui a annulé le dispositif pandémie et détruit les stocks de masques " trop cher" ,mis en place par sa prédécesseur Roselyne Bachelot , il est vrai que Marisol Touraine apoursuiie dans cette voie.
a écrit le 06/05/2020 à 11:36 :
J'ai lu hier sur le site capital.fr que la taxation de l'épargne des français n'était qu'une question de temps. Autrement dit, dans le cas où cela se passe, on aura distribué des dizaines de milliards d'euros aux plus nantis et on ferait payer l'addition aux français qui ont l'outrecuidance d'épargner ! Alors même que l'isf a été supprimé. Pas bien ça !
Réponse de le 08/05/2020 à 10:38 :
Vous avez pas encore remarqué que les président de notre pays sont les robot des bois des riches? Faudrait ouvrir les yeux, pourquoi croyez vous que le choix politique aux urnes est si mal?
a écrit le 06/05/2020 à 9:01 :
comme d'habitude les patrons demandent toujours plus a l'etat pour s'en mettre encore plus dans les poches mais ne veulent pas d'augmentation de charges et d'impots de temps en temps il serait bon qu'ils prennent un peu de risque et d'initiatives et seraient donc plus respecter L'ETAT ou plutot LES CONTRIBUABLES ne peuvent pas tout
a écrit le 05/05/2020 à 19:41 :
Personnellement je suis contre l'utilisation de l'argent publique pour cela.
Il serait plus logique,plus juste et acceptable et plus sain de permettre à 100% des entreprises avec un plan de relance carré de se refinancer via le crédit auprès des banques. Par contre il y aura forcément des entreprises qui mourrons car leur Business model ne correspond pas à une économie de crise durable, elles fermerons donc avec toutes les conséquences malheureuses qui vont avec ... .
Mais distribuer gratuitement l'argent des contribuables à des organisations privées ce n''est ni constitutionnel, ni juste socialement.
Cet argent doit servir aux infrastructures du pays et aux citoyens en priorité ert certainement pas à des entreprises de droit privé.
a écrit le 05/05/2020 à 19:21 :
C'est suffisant, assez, c'est l'argent des contribuables !
a écrit le 05/05/2020 à 18:31 :
Les patrons n'en n'ont pas encore assez reçus. Ho! Ouiiiiiiiiii..... encore, encore........
a écrit le 05/05/2020 à 18:21 :
A quand la "tva sociale" que l'on n'entende plus ces jérémiades, a moins... qu'il ne faille attendre de sortir de l'UE pour sa mise en place!?
a écrit le 05/05/2020 à 16:04 :
Cela semble tellement évident.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :