Pourquoi il faut accompagner les entreprises

 |   |  345  mots
Pour réduire cet écart, BPI France a lancé en 2014 le programme Accélérateur PME. Concrètement, il consiste à former les dirigeants de PME à développer leurs relations avec les grands comptes, à établir une stratégie à l'international, à repenser leur gouvernance et à travailler sur leur marque.
Pour réduire cet écart, BPI France a lancé en 2014 le programme Accélérateur PME. Concrètement, il consiste à former les dirigeants de PME à développer leurs relations avec les grands comptes, à établir une stratégie à l'international, à repenser leur gouvernance et à travailler sur leur marque. (Crédits : UNICS REUTERS/Jim Young CRB)
BPI France dévoile les résultats chiffrés de son programme dédié au développement des PME. Un tiers des PME accompagnées sont devenues des ETI.

Ce serait l'une des faiblesses du tissu économique tricolore. Selon la plupart des experts, c'est parce que la France ne compte que 3.200 ETI, c'est-à-dire des entreprises de plus de 250 salariés, que le made in France peine à conquérir les marchés étrangers et que sa valeur ajoutée souffre de la comparaison avec celle des produits conçus et fabriqués en Allemagne où 10.000 ETI sont aujourd'hui recensés.

Pour réduire cet écart, BPI France a lancé en 2014 le programme Accélérateur PME. Concrètement, il consiste à former les dirigeants de PME à développer leurs relations avec les grands comptes, à établir une stratégie à l'international, à repenser leur gouvernance et à travailler sur leur marque.

Un tiers des PME devenues des ETI

Au total, 60 entreprises ont partie de cette promotion dont les résultats sont les suivants : 42 %ont connu une croissance à deux chiffres ; plus de la moitié ont fait des acquisitions ; en moyenne les effectifs de ces entreprises ont cru de 10% en 2016 et leur chiffre d'affaires a fait un bond de 22% en deux ans. Plus globalement, vingt PME sur les soixante ayant suivi ce programme sont devenues des ETI.

Distillé sur vingt-quatre mois, cette formation semble séduire les dirigeants. Ainsi, 91% des dirigeants ont trouvé le programme utile pour leur réflexion stratégique. Ils sont 87% à considérer que cette formation les à aider à exécuter leur stratégie. Dans la foulée, ils sont 62% des entreprises à avoir fait évoluer leur gouvernance. Ils sont 87% à avoir trouvé le programme utile pour leur développement en tant que dirigeant. Ils sont 81% à considérer qu'il avait favorisé l'émulation de leurs équipes

" Le programme s'inscrit dans une démarche de moyen terme. Le programme Accélérateur PME continuera de porter des effets dans la durée sur la croissance des entreprises accompagnées. Le dispositif Alumni a vocation à garder un lien serré avec l'ensemble de la promotion ", explique Fanny Letier, la directrice exécutive Fonds propres PME et accompagnement au sein de la banque publique d'investissement. Actuellement, une troisième promotion est en train de plancher.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/03/2017 à 16:23 :
Le problème qui du coup n'est pas près d'être résolu c'est que les PME encaissent de plein fouet la surcharge fiscale liée à l'évasion fiscale massive des multinationales et aux milliards qu'on leur distribue chaque année via l'état français ou l'ue.

L’Allemagne est loin d'être parfaite mais d'avoir privilégié ses PME plutôt que ses multinationales lui permet d'avoir une économie pas trop détériorée aujourd'hui c'est un fait, les avantages de celles-ci étant en effet innombrables.

Je pense aussi à cette homogénéisation économique du territoire, c'est une bien meilleure gestion des infrastructures nationales qui s'y joue du coup.

Nos multinationales et nos multimilliardaires sont en train de ravager notre économie sous les applaudissements de la classe politique française et des médias de masse.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :