Choc de simplification : la CPME propose une solution

 |   |  329  mots
 L'Etat n'est pas le seul à définir l'agenda social. Les corps intermédiaires que sont les partenaires sociaux doivent agir en toute indépendance, en toute liberté, pour servir l'intérêt général , déclare François Asselin.
" L'Etat n'est pas le seul à définir l'agenda social. Les corps intermédiaires que sont les partenaires sociaux doivent agir en toute indépendance, en toute liberté, pour servir l'intérêt général ", déclare François Asselin. (Crédits : © Christian Hartmann / Reuters)
La Confédération des petites et moyennes entreprises souhaite que les entreprises qui ont adopté une démarche RSE voient leurs démarches administratives allégées. Mercredi, la CPME lancera une concertation paritaire au niveau national interprofessionnel pour définir les modalités de cette proposition.

Lasse d'attendre les premiers effets du choc de simplification lancé en 2014 par François Hollande mais déjà initié par... Georges Pompidou, la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) a décidé de prendre le taureau par les cornes.

" Les mois passent et le quotidien administratif empire. Un exemple ? La loi Travail ajoute 238 pages au code du Travail », constate François Asselin, le président de la Confédération.

Afin d'inciter les entreprises à adopter une démarche Responsabilité sociétale des entreprises (RSE) tout en accélérant le choc de simplification, la CPME propose le marché suivant : les entreprises qui ont adopté une démarche RSE, qui repose aujourd'hui sur le volontariat, bénéficient de formalités administratives allégées.

Concrètement, il ne s'agit pas de punir celles qui n'ont pas encore adopté une démarche RSE, respectueuse des relations sociales, des relations inter-entreprises et de l'environnement. Il s'agit en revanche de récompenser celles qui l'ont intégré à leur stratégie de développement et d'inciter les autres à franchir le pas.

Tout le monde sur le pont ?

Selon François Asselin, la plupart des organisations syndicales de salariés sont intéressées par ce projet. Une concertation paritaire au niveau national interprofessionnel, débutera mercredi, pour définir les modalités de cette proposition. La CPME espère qu'un texte validé par tous sera prêt au printemps. Pour l'instant, le Medef et l'U2P ne sont pas associés à cette initiative. Mais les choses pourraient bouger à terme. " Notre porte est ouverte ", assure François Asselin qui, avec cette proposition, veut adresser un message fort à l'Etat et à l'opinion publique.

" L'Etat n'est pas le seul à définir l'agenda social. Les corps intermédiaires que sont les partenaires sociaux doivent agir en toute indépendance, en toute liberté, pour servir l'intérêt général. Chaque jour doit être utile pour aider les chefs d'entreprises et leurs salariés ", explique-t-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/02/2017 à 13:26 :
je ne comprends pas la position de la CGPME.
Celà signifie-t-il que l'on ferait expres de rendre les choses compliquées pour certaines entreprises et on les simplifie pour d'autres ?
Le plus cohérent pour la performance de l'économie francaise est de simplifier mais je pense que nos politiques ne savent pas faire . Par exemple :
- pénibilité
- mutuelle
- CICE
- prelèvement à la source
...
a écrit le 31/01/2017 à 21:46 :
Concrètement, elle propose quoi la CGPME ?
On entend les gauchos dénoncer les "cadeaux" aux entreprises mais on n'entend pas les mêmes dénoncer le racket qu'elles subissent, comme par exemple, en cotisant à l'ADESATT, un organisme "syndical" chargé de "suivre l'accord sur le de temps de travail" en 1999 !
On espère que l'accord a été bien "observé" et surtout que les délégués ont fait quelques bonnes bouffes avec les cotisations obligatoires des entreprises concernées
Réponse de le 01/02/2017 à 12:03 :
Idem pour l'ADSAMS pour les métiers de l'artisanat;
On dirait que les "syndicats" ont été achetés avec la création d'entités financées par les adhérents où les "copains" peuvent faire des pots et des barbecue à bon compte.
a écrit le 31/01/2017 à 14:14 :
"La loi Travail ajoute 238 pages au code du Travail"

Certe, mais cette fois-ci au détriment des salariés ,il devrait donc être satisfait.
Réponse de le 31/01/2017 à 20:58 :
... Comme quoi vous n'avez toujours RIEN, mais alors strictement RIEN compris aux entreprises !!!
Réponse de le 01/02/2017 à 10:11 :
@Réponse de @lachose


Heureusement que tes propos sont la pour m'éclairer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :