Pourquoi le chômage baisse fortement alors que l'activité ralentit ?

Malgré l'inflation, la guerre en Ukraine, et une activité qui ralentit, le chômage a fortement baissé en 2022 en France Le quatrième trimestre a été étonnamment dynamique avec un nombre de demandeurs d'emploi qui a diminué de 9,3% en un an. De quoi déjouer les pronostics des économistes qui tablaient sur un retournement de la situation sur le marché de l'emploi. Pourquoi cette baisse ? Explications.
(Crédits : SARAH MEYSSONNIER)

C'est à n'y rien comprendre.... C'est un peu la première remarque des experts et économistes, quand on leur demande d'expliquer cette baisse continue du chômage. Le nombre de demandeurs d'emplois inscrits à Pôle emploi en catégorie A (soit sans activité ), s'établit au quatrième trimestre à 3,05 millions, soit une baisse de 3,8 % en France métropolitaine. Les effectifs de la catégorie A n'ont jamais été aussi bas depuis 2011, signe que la décrue s'accélère.

Pourtant, en France, l'activité ralentit et la croissance est atone. Il y a une déconnexion inhabituelle. Autrement dit, l'économie crée beaucoup d'emplois alors qu'il y a peu d'activité. Et ce, dans un contexte d'incertitudes, avec des tensions internationales, une inflation élevée, une augmentation des taux etc...

Baisse du chômage des jeunes

Une des explications tient au chômage des jeunes. C'est cette catégorie qui bénéficie le plus de la baisse : 9,8 % de moins sur un an. Cette diminution tient en partie à l'apprentissage, très encouragé par le gouvernement, via des primes distribuées aux entreprises depuis 3 ans. L'an dernier, près de 700. 000 contrats d'alternance - comptabilisés comme des contrats de travail - ont été signés. Selon l'Insee, ces contrats pourraient expliquer près d'un tiers des embauches.

Les entreprises gardent la main-d'oeuvre... et la déclarent

Par ailleurs, dans certains métiers, les experts de l'emploi notent un phénomène de « rétention de main-d'œuvre ». Craignant de ne pas trouver de personnel étant donné les tensions sur le marché du travail, les employeurs préfèrent garder leurs équipes, alors même qu'ils ont moins de commandes ou que les missions sont terminées. C'est le cas par exemple dans l'aéronautique, ou l'industrie...Ils les gardent en poste. De la même qu'auparavant, lorsqu'il y avait des difficultés, les personnes étaient licenciées, elles sont maintenues dans l'emploi.

Autre élément : pour toucher des aides de l'Etat, comme le chômage partiel, les employés ont intérêt à être déclarés. Les employeurs ont eux aussi intérêt à comptabiliser dans la masse salariale toutes leurs équipes.

« C'est une hypothèse, avance un conseiller technique de la Darès, mais qui mérite d'être creusée dans certains secteurs comme la restauration, le tourisme etc...le travail au noir aurait tendance à baisser  ».

Enfin, une piste semble se dessiner aussi du côté les travailleurs détachés. A cause du covid, de la guerre en Ukraine, des milliers de personnes ne sont pas venues dans l'hexagone travailler. De fait, dans les secteurs de la construction, ou de l'agriculture, ces salariés manquants ont été remplacés par de la main-d'œuvre domestique. Ce qui contribue à faire baisser le taux de chômage.

Une baisse de la productivité

En revanche, une chose est sûre : « Ces créations d'emplois dans un contexte de croissance atone, montre que la productivité en France baisse alors que ces dernières années, c'était plutôt le contraire : elle augmentait, du fait de l'organisation du travail, de la formation, de la robotisation... Là, c'est nouveau, on crée plus d'emplois que de valeur ajoutée », note Mathieu Plane, directeur adjoint du département analyse et prévision de l'OFCE. Ce qui n'est pas forcément une bonne nouvelle et selon les économistes il convient de surveiller ce phénomène.

En attendant, le gouvernement s'est réjoui. Dans un tweet, Olivier Dussopt , le ministre du Travail a réagi : « Le plein emploi, c'est aussi le bon emploi. Nous poursuivons notre mobilisation »

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 24
à écrit le 26/01/2023 à 12:12
Signaler
En fait cette catégorie A est une arnaque mise en place par Macron ... Si un chômeur travaille 1h il disparaît de la catégorie A ou une personne entrant dans le chômage mais ayant travaillé dans le mois précédent n'en fait pas partie non plus. En fai...

le 26/01/2023 à 15:15
Signaler
Ca fait bien longtemps que ces catégories existent et sont définies. De mémoire, elles existaient déjà sous Hollande et Sarkozy, mais peut-être pas sous Chirac (fin de règne en 2007).

le 27/01/2023 à 10:01
Signaler
Ne pas oublier qu'Hollande avait acté le rallongement de la retraite décidé sous la fin de règne de Sarkozy. Donc de nombreuses personne avaient repoussé leur départ, pour ne pas avoir leur retraite rabiotée, afin de les conserver à taux plein. Don...

à écrit le 26/01/2023 à 9:40
Signaler
L'année 2022 a aussi battu tous les records de radiation.

le 26/01/2023 à 11:20
Signaler
Faux. Le nombre de radiations est stable. Source Pôle Emploi.

le 26/01/2023 à 17:42
Signaler
Hé marco469 : au mois de novembre 58100 personnes on été radiés, un record depuis que les stats existent depuis 1996 (source pole emploi). Les chiffres sont têtus. (Repris par Le Monde) Tu sais où tu te les mets tes chiffres stables...

le 26/01/2023 à 18:29
Signaler
@marc469 Toi qui aime les sources sans jamais en donner une : Selon les chiffres publiés, mercredi 25 janvier, par l’opérateur public et le ministère du travail, le nombre de demandeurs d’emploi sans aucune activité (catégorie A) a diminué de ...

à écrit le 26/01/2023 à 9:22
Signaler
La prestidigitation est un "art" et un détournement d'attention ! C'est un semblant de politique qui fait disparaitre virtuellement un problème ! ;-)

le 26/01/2023 à 11:21
Signaler
Dès qu'il y a une bonne nouvelle il y en a toujours pour la contester. C'est bien français !!!

à écrit le 26/01/2023 à 9:16
Signaler
dans les fins de cycle en general l'investissement et l'emploi continuent d'accelerer, et quand les agents comprennent leur erreur, ca se retourne, parfois violemment, vu qu'il y a eu surinvestissement et sur emploi ( je devrait dire ' des super inve...

à écrit le 26/01/2023 à 7:02
Signaler
Le taux de chômage ne veut pas dire grand chose. On peut ne pas être inscrit pour cause de radiation ou démarches dissuasives. On observe d'ailleurs une variation trimestrielle significative qui correspond à la réinscription des personnes radiées. Un...

à écrit le 26/01/2023 à 2:15
Signaler
Il est assez surprenant qu'un journal comme la Tribune relaie sans fin la com de l'elisier. Il est si facile d'eliminer certains demandeurs d'emploi, trop vieux, trop jeune sans experience etc. C'est consternant une semblable mauvaise foi pour un can...

le 26/01/2023 à 8:07
Signaler
Ils n'ont pas le choix, les capitaux, même si venant de l'argent public, appartiennent quand même officiellement aux dragons célestes qui ont tellement besoin des mensonges des médias de masse pour pallier un tout petit peu à leur peur pathologique p...

à écrit le 26/01/2023 à 0:47
Signaler
Il y a environ 29,5 millions de travailleurs. Il y a 3 millions de chômeurs en catégorie A. Cela fait donc un taux de chômage de 10% et non pas de 6,5%.

à écrit le 25/01/2023 à 23:15
Signaler
Nombre de personnes en France commencent à comprendre ce qu’il va leur arriver s’ils ne se décident pas à travailler. Le seul dossier « retraites » en fait réfléchir plus d’un..2023 va être une année très dure, et donc de basculement des mentalités (...

à écrit le 25/01/2023 à 22:45
Signaler
Le pays vieillit , moins de jeunes qu il y a 20-30 ans donc manque de bras sans compter les baby boomer pâti à la retraite des 5 dernières années eux a 58-60 ans.

à écrit le 25/01/2023 à 20:57
Signaler
Moins de 6,5% de chomeurs, et hop, au boulot. Les nouvelles regles.

à écrit le 25/01/2023 à 20:41
Signaler
Ils sont passés sous les radars des statistiques, entre les statistiques que l'état refusent d'avoir et les statistiques ou sont mélangés tout et n'importe quoi, du moment que cela colle à la propagande ! C'est comme les chiffres de l'inflation de 5%...

à écrit le 25/01/2023 à 19:36
Signaler
Une augmentation de plus de 10% des radiations en 2022 par rapport à 2021 à savoir de 42000 à 50000.

à écrit le 25/01/2023 à 19:33
Signaler
Les chômeurs pourront toujours manger ,ouf L’UE autorise l’utilisation des insectes comme denrées alimentaire

le 26/01/2023 à 10:25
Signaler
Des insectes,oui,......mais d'élevage! Il ne s' agit pas de chasser les sauterelles, mouches,moustiques....qui alimentent les oiseaux de nos viles et de nos campagnes. En plus ,ils seront bio,sans antibiotiques ni insecticides.C'est pas formidable c...

à écrit le 25/01/2023 à 19:31
Signaler
Pour répondre à cette question pas la peine de chercher loin... Rappelez vous juste la dernière reforme du chômage qui enlève leur droit aux indemnisés... Pour faire baisser le chômage deux possibilités soit on crée de l'emploi soit on arrête d'inde...

à écrit le 25/01/2023 à 19:16
Signaler
Si le chômage baisse, pas nécessaire de faire la réforme des retraites. Il suffit d'ajouter la suppression des exonérations de cotisations sociales pour les entreprises et d'augmenter les salaires des femmes.

à écrit le 25/01/2023 à 19:01
Signaler
Parce que les salaires sont de la monnaie de singe très rapidement devalues sans valeur tangible.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.