Quand la médiation secrète de Mestrallet permet à Veolia de gagner contre Suez

 |  | 1232 mots
Lecture 6 min.
(Crédits : PHILIPPE WOJAZER)
POLITISCOPE. Derrrière l'accord qui a signé la paix des braves et scellé l'OPA hostile de Veolia sur Suez, devenue amicale depuis la semaine dernière, un homme, Gérard Mestrallet, l'ancien patron d'Engie, a oeuvré en coulisse pour mettre fin aux hostilités. Récit d'une médiation conclue à l'hôtel Bristol, en face de l'Elysée et révélations sur les détails du découpage-dépeçage de Suez.

Un combat de titans. Depuis l'été dernier, la place financière parisienne vivait au rythme des escarmouches entre deux frères ennemis, deux géants français des « utilities », les services à l'environnement (eau, déchets...), Veolia et Suez, héritiers de la Compagnie Générale des Eaux et de la Lyonnaise des Eaux. Deux sociétés au cœur du capitalisme d'Etat à la française, où luttes de pouvoir et guerres de réseaux se confondent. Lors de ce dernier épisode, qui mobilisa une bonne partie des banquiers et avocats d'affaires de la place parisienne, sans parler des communicants, le terrain financier se transforma très vite en bataille politique. Pour espérer remporter le morceau, les « moines soldats » de Veolia eurent l'imprudence initiale de revendiquer leur proximité élyséenne, tandis que les « résistants » de Suez, pour contrer les assauts de Veolia, mobilisèrent tout azimut les élus locaux.

Ces derniers jours, l'épilogue de cette lutte acharnée prit un tour surprenant. En à peine dix jours, Veolia gagna par KO sur Suez. Une véritable Blitzkrieg qui ne manque pas de susciter la colère des salariés de Suez (et leurs représentants). Pour eux, les choses sont entendues : la « trahison » de leur président, Philippe Varin, est totale, « coupable » à leurs yeux d'avoir privilégié les intérêts des actionnaires aux enjeux industriels et sociaux, comme le confie un représentant des salariés, dépité. À la décharge du patron de Suez, sur un strict plan financier, la proposition finale de Veolia (20,50 euros par action) pour racheter Suez était difficile à écarter. Soit une surenchère d'un peu plus de 1,5 milliard d'euros pour un total de 13 milliards d'euros. De quoi faire des heureux du côté des banquiers d'affaires : « Jean-Marie Messier était prêt à lâcher au-delà de 20 euros si le périmètre proposé par Veolia n'était pas discuté par le camp d'en face », nous confie un acteur des négociations.

Mais si la colère se mêle à la sidération du côté des troupes de Suez, c'est que la médiation menée tambour battant par Gérard Mestrallet, ancien PDG d'Engie (ex GDF-Suez) et du groupe Suez, est restée secrète jusqu'au bout. Tout commence avant le week-end de Pâques. La tension est alors à son comble. Dans un communiqué publié quelques jours plus tôt, l'autorité des Marchés Financiers (AMF) se montrait réservée quant à la proposition alternative du clan Suez avec l'aide des fonds français Ardian et américain GIP. De son côté, Veolia décidait de menacer de poursuivre en justice les administrateurs de Suez (en leur réclamant tous solidairement 300 millions d'euros de dommages), pour avoir voté la création d'une fondation de droit néerlandais destinée à bloquer son OPA.

Dans ce contexte, Gérard Mestrallet publie opportunément une tribune dans Les Echos appelant au calme les deux parties : « Le temps de l'apaisement est venu entre Veolia et Suez », exhortait-il alors. Celui-ci a lancé avec quelques associés une plate-forme internationale de médiation, Equanim International. Par ailleurs, l'homme avait eu en 2012, alors PDG d'Engie, le projet de fusionner Suez et Veolia... Un retour aux sources. C'est donc presque tout naturellement que Philippe Varin décide de faire appel à lui. Et contre toute attente, Antoine Frérot décide aussi de le prendre comme médiateur officiel. « C'est une originalité, d'habitude, lors de ce genre de médiations, chaque partie contracte avec un médiateur différent », constate un acteur de l'opération.

Et cette médiation trouve finalement une issue dimanche dernier. Rendez-vous est pris à 10h30 à l'hôtel Bristol, en face de l'Elysée. Il faudra encore dix petites heures pour qu'Antoine Frérot et Philippe Varin tombent d'accord. Dans la foulée, le PDG de Suez convoque son conseil d'administration. Il est 23 heures quand les représentants des salariés apprennent la nouvelle et tombent de leur chaise. Aucun n'avait été tenu au courant des dernières négociations.

C'est que chaque partie a réussi à tenir secrète cette médiation de la dernière chance. À Suez comme à Veolia, aucun des administrateurs n'avait été mis dans la confidence. Pour les syndicalistes et salariés, la pilule à avaler est d'autant plus amère que Philippe Varin avait continué ces derniers jours à jouer les va-t-en guerre devant son conseil : « Veolia n'a aucun projet industriel », avait-il encore déclaré récemment, selon un témoin qui est obligé de reconnaître : « Côté Suez, le sujet a toujours été géré à contretemps. Nous avons commencé mou, et on a terminé dur. Mais dès lors qu'Ardian et GIP avaient laissé passé le tempo d'une OPA, c'était fichu ». Sans compter que, dès septembre dernier, la vente surprise par Engie de ses parts dans Suez à Veolia plaçait de fait le clan Suez dans une situation de contre-attaque constante... Impossible à tenir dans la durée.

Pourtant, après ce énième coup de théâtre, il reste une inconnue. Et elle est de taille : dans l'accord trouvé de deux pages, il est spécifié que Meridiam, mais également Ardian et GIP, seront les futurs actionnaires du « new Suez » : « Ils ont découvert le montage en même temps que les salariés ! », s'amuse un initié, qui ajoute : « Après l'OPA globale, Veolia va leur revendre ce nouveau Suez, mais à quel prix et avec quelle dette ? Rien n'est défini ».

Selon nos informations, il est prévu que Méridiam récupère 40 % du nouveau Suez (qui ne pèsera plus que 6,9 milliards d'euros de chiffre d'affaires), c'est-à-dire autant qu'Ardian-GIP, et par ailleurs, la Caisse des Dépôts, déjà actionnaire de Veolia, doit prendre 10 % du futur ensemble, laissant une part équivalente au management de l'entreprise. Ce découpage a pour l'instant été « imposé » par Veolia. Ardian-GIP vont-ils y trouver leur compte ?

Pas de panique pour autant : dans les termes de l'accord, c'est notamment Gérard Mestrallet qui est chargé de sa mise en application. L'ex-PDG d'Engie voit en tout cas son rêve de fusion entre Suez et Veolia s'exaucer neuf ans plus tard : « sauf qu'à l'époque, le nouveau ensemble aurait été dirigé par Jean-Louis Chaussade [alors DG de Suez, ndlr], et tout cela ne se serait pas fait aux dépens de Suez », raille un soutien du clan. Le capitalisme d'Etat à la française réserve donc son lot de surprises et de petites cruautés, qui n'ont parfois que peu de rapports avec l'économie... En 2012, Gérard Mestrallet était considéré comme proche du pouvoir. Aujourd'hui, la roue de la fortune a tourné au sein de la cour parisienne, et Antoine Frérot, patron de Veolia, est vu comme un proche de l'Elysée. À tort ou à raison, ce genre de considérations continue manifestement de peser dans la vie des affaires à Paris.

L'affaire a en tout cas fait des heureux : avocats, banquiers d'affaires, communicants et officines diverses se seraient partagés 150, voire 160 millions d'euros de commissions, explique un proche du dossier. Une autre source laisse même entendre que Jean-Marie Messier, dont la banque d'affaires a mené l'opération depuis l'été, toucherait un super bonus supplémentaire de 25 millions d'euros. L'eau P.A., ça rapporte...

Lire aussi : Dans les coulisses de Veolia/Suez: réseaux, jeux de pouvoir et avenir d'Engie

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/04/2021 à 16:46 :
Comme la dernière élection présidentiel on va assister a des opérations de fusion acquisition afin que d'aider à la campagne du candidat sortant (ex banquier d'affaire)...?
a écrit le 19/04/2021 à 11:00 :
Abonnements toujours plus cher, eau toujours plus mauvaise et service toujours plus dégradé, une coupe d'eau depuis plus de douze heures maintenant et rien sur internet pour nous expliquer pourquoi.

Merci qui ? Merci Véolia !
Réponse de le 19/04/2021 à 15:32 :
Et la nouveaux coups de téléphone à veolia et la personne au telephone: " Ah ben oui tiens c'est bizarre que vous n'ayez pas d'eau !" 20h après ! :D

Ah on peut se foutre de la gueule des fonctionnaires hein... il me tarde le prochain sketch ! ^^
a écrit le 18/04/2021 à 15:35 :
Plus que des garanties pour Suez, c'est vraisemblablement un poste qu'a négocié Varin. Comme nous verrons des proches de Macron, conseil de Veolia (Macron et ses proches en conseil de Veolia vous le savez je crois déjà), débarquer dans la nouvelle entité après s'être gave de fees.
a écrit le 17/04/2021 à 12:54 :
Tout est parfait, mais la manière de
« présenter l’abonnement sinon allez... »ne paraît pas ni élégant ni convivial.
a écrit le 16/04/2021 à 16:47 :
Philippe varin toujours la. apres avoir mis en faillite PSA et sa branche financière en 2009 puis saccager Areva avec la bénédiction de Hollande il est nommé a la tête de suez pour un résultat? c est homme est particulierement competent pour défendre les intérêts de ses puissants amis. la casse sociale les renflouement des dettes par l etat et les dividendes pharaoniques seront toujours appréciés par les actionnaires. macron a su reconnaître un serviteur. les campagnes électorales arrivent
a écrit le 16/04/2021 à 12:12 :
Fusion Veolia - Suez: Combien de dividende en plus pour les actionnaires, combien d'augmentation des tarifs de l'eau pour gaver ces chers (très chers actionnaires) et surtout de suppression d'emplois?
Réponse de le 17/04/2021 à 16:29 :
@Laustralien 22: Les actionnaires sont là pour assurer le financement des dépenses de l'entreprise lors de son démarrage et pendant les périodes difficiles; ce ne sont pas des mercenaires et, en général, des gens comme vous et moi. Le problème de SUEZ était qu'il y avait peut-être de l'Eau dans le Gaz.
a écrit le 16/04/2021 à 10:08 :
Les "voyous" finissent toujours par s'entendre en se partageant le territoire. Dont acte. Nous pouvons d'ores et déjà être certain que ce seront les utilisateurs des services Veolia et Suez qui paieront l'addition.
a écrit le 16/04/2021 à 9:43 :
Les élites françaises politiques et économiques contre l'intérêt des français (ça on commence à en avoir l'habitude) , mais surtout contre l'intérêt du pays. En droit pénal, ça s'appelle de la trahison.
a écrit le 16/04/2021 à 9:39 :
Il n'est jamais rassurant de savoir que des multinationales monopolistiques prennent le pouvoir et imposent leur loi!
a écrit le 16/04/2021 à 8:57 :
Bienvenu en UERSS, empire prévu pour durer mille ans mais ce serait étonnant.
a écrit le 16/04/2021 à 8:40 :
Combien de valises ce monsieur a porté ou promis pour acter le dépeçage ?

Combien de licenciements à la clé et de perte d'influence FR ?

Bravo à la start-up nation, encore un succès des rapaces oligarques
a écrit le 16/04/2021 à 8:24 :
Voila ou en est le pays France. D'un cote des arrivistes aux interets glauques bien places avec le prince, de l'autre ceux qui ne sont pas du bon cote du manche. Luttes fratricides et on s'etonne du declin. Tant pis pour ceux qui viendront derriere. En 22 virez tous ces sinistres potiches.
Réponse de le 16/04/2021 à 10:14 :
@matins calmes a écrit le 16/04/2021 à 8:24
Citation: "En 22 virez tous ces sinistres potiches".
On les vire mais pour qui vote t-on ?

Veuillez préciser (vous ne répondez jamais.....): pour qui voter ?
Les alternatives sont: FN (reine des post-it, programme commun de 1981, retour au Franc... mais on garde aussi l'Euro) ? LFI ?, Hamon (revenu universel à géométrie variable) ? Verts (les pastèques) ? PC ? LCR ? NPA ? Asselineau ?
Cordialement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :