RATP : les conducteurs votent la reprise du travail lundi

 |   |  274  mots
(Crédits : Reuters)
D'après l'UNSA, le trafic de la majorité des lignes de métro reprendra dès lundi à Paris après un mois et demi de paralysie. Le syndicat prévient cependant qu'il s'agit d'une pause pour "reprendre des forces" et qu'il reste "déterminé à poursuivre la lutte".

Les conducteurs du métro parisien en grève contre la réforme des retraites ont voté vendredi dans la plupart de leurs assemblées générales la suspension du mouvement à partir de lundi, a annoncé samedi le syndicat Unsa RATP Pôle Traction, pour autant toujours "déterminé à poursuivre la lutte".

Il s'agit pour les grévistes de "reprendre des forces" avant la prochaine mobilisation, prévue vendredi 24 janvier, jour de la présentation du projet de réforme en Conseil des ministres, a précisé Laurent Djebali, représentant des conducteurs de métro et RER à l'Unsa RATP, 1er syndicat de la régie.

Le trafic devrait donc reprendre normalement sur 12 lignes de métro, ainsi que sur le RER A, a-t-il détaillé. Les lignes du métro 5 et 13, ainsi que le RER B, pourraient rester perturbés. Les lignes de métro 1 et 14, automatiques, continueront à fonctionner normalement.

"Après 45 jours de grève, une majorité d'assemblées générales du réseau ferré a décidé de réorienter, dès lundi, le mouvement illimité pour s'orienter sur une autre forme d'action", a indiqué dans un communiqué l'Unsa RATP Pôle Traction.

Pour beaucoup de grévistes, cette décision a été décidée "pour des raisons pécuniaires": "On peut comprendre que certains collègues aient besoin de se renflouer", a précisé à l'AFP M. Djebali.

Pour autant, "dès que les collègues sont prêts, on repart en illimité, en espérant une convergence des luttes". "Il est hors de question qu'on appelle à cesser la grève illimitée, bien au contraire", a-t-il insisté.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/01/2020 à 16:08 :
Le désastre est clairement entamé du côté de la CGT: berezina aux élections professionnelles (la CGT n'a plus que 430 000 adhérents, les 3 quarts dans le secteur public et parapublic), ses troupes qui désertent et abandonnent la grève après seulement quelques semaines, une "convergence des luttes" imaginaire qui ne se produira jamais (le maintien de la retraite à 57 ans ne concerne qu'une ultraminorité de français), des usagers des transports en RP bafoués et humiliés, des enquêtes en cours pour violences physiques, intimidation et menaces sexistes et homophobes vis-a-vis de collègues non grévistes... ça sent le sapin pour Martinez.
Réponse de le 19/01/2020 à 16:52 :
Effectivement,les regimes speciaux concernent une ultra minorite,mais la reforme des retraites concerne une ultra majorite....bon courage pour les prochaines decennies
a écrit le 19/01/2020 à 12:02 :
la reforme passe,les parisiens(et les francais) vont pouvoir aller travailler tranquillement
longtemps,tres longtemps....ils le meritent bien apres tous ces tracas
Réponse de le 19/01/2020 à 19:33 :
Il n'y a pas de miracle.Connaissez vous un seul pays en Europe où l'on peut avoir une bonne retraite en travaillant moins longtemps ?
a écrit le 19/01/2020 à 10:00 :
nos représentants politique élus par défaut ! ne sont pas les représentants de la démocratie du pays ! mais d un gachis
Réponse de le 19/01/2020 à 10:54 :
C'est le peuple Français qui choisissent ses représentants par les élections à deux tours.
Donc dans le système électoral actuel c'est le candidats qui arrive en tête qui est élu. Donc peut être nos représentants sont élus par défaut mais c'est aux politiques d'appliquer une stratégie pour se faire élire non par défaut mais pour cela il faudrait qu'ils surmontent leurs égos surdimensionnés et fassent des alliances des le premiers tours.
Réponse de le 19/01/2020 à 11:38 :
Si, les élections se sont déroulées démocratiquement et nos représentants politiques n'ont pas été élus par défaut. Malheureusement, il y a des mauvais perdants, cette ultra gauche qui n'accepte pas le résultat des urnes et qui a mis cette idée dans la tête à certains individus plus ou moins radicalisés.
Réponse de le 19/01/2020 à 13:47 :
Le président a été élu sur u programme et cela a été confirmé dans les urnes aux législatives qui ont suivies. Vous ne pouvez donc pas affirmer le contraire. Il est donc légitime qu'il applique son programme. Il faut que les politiques appliquent le programme sur lequel ils ont été élus. Ce sera une première en France.
Réponse de le 20/01/2020 à 13:22 :
@Tototiti : vous rêvez totalement, Macron n'a JAMAIS été élu sur son programme !! Il a été élu parce que les français ne voulaient plus de la gauche après les années Hollande, ne voulaient pas voir revenir la droite au pouvoir [et demandez-vous donc pourquoi Fillon a commencé à baisser dans les sondages dès qu'il a commencé à exposer son programme de réformes !], et n'étaient pas prêts pour l'extrême-droite !! Restait qui alors, représentant le centre, hein ??
Et c'est parce Macron est, comme vous, plongé à fond dans ce malentendu en étant persuadé qu'il est l'Elu envoyé par Dieu pour réformer la France que tout va si mal et qu'il va finir ... comme Jésus-Christ, cloué sur la croix du néolibéralisme !!
Réponse de le 20/01/2020 à 23:12 :
@ Aerolyte : Vous qualifiez Macron de néolibéral. Comment un pays qui est le champion de la redistribution, qui vit au dessus de ses moyens depuis 40 ans, et qui continue d'avoir même sous Macron un déficit annuel de plus de 100 Milliards d'Euros peut être qualifié de néolibéral. C'est à ne plus rien comprendre et pour le moins un oxymore.
Réponse de le 21/01/2020 à 14:14 :
@Tototiti : vous n'avez pas compris, ce n'est pas la France qui est néolibérale, c'est Macron qui l'est et tente d'entraîner, contre son gré, le pays avec lui pour rejoindre la cohorte des pays anglo-saxons qui ont fini par voter Trump, le Brexit etc !
Quand à la dette, on peut très bien être un pays néolibéral et avoir une dette colossale, voir les Etats-Unis et la Chine ! Il suffit juste de la faire payer par les pays moins malins ou plus fragiles et hop, le tour est joué !!
a écrit le 19/01/2020 à 9:16 :
je ne soutiens pas les privileges de La RATP ET les autres mais je trouve quand meme que cette semaine le gouvernement fait de la provoc et merite se faire secouer en abaissant le livret A à 0,5 avec une inflation à 1,4 et que par contre on vote la FLAT TAX pour les riches ,,,,,
Réponse de le 19/01/2020 à 12:42 :
Si vous n'êtes malheureusement pas capable de faire travailler vos neurones et devenir riche, personne ne peut rien pour vous...
Réponse de le 19/01/2020 à 13:56 :
Le taux du livret A a pendant longtemps été en dessous de l'inflation. Dans les années 70-80, l'inflation était à 2 chiffres - 10% et le taux du livret était à 5%. Mais le taux actuel est dû à la baisse des taux de toutes les banques centrales. En contrepartie si vous empruntez pour une acquisition immobilière, vous bénéficiez aussi d'un taux très très bas. N'oubliez pas que dans les années 80 ce taux était à pas loin de 10%. Il faut par ailleurs être pragmatique et ne pas mettre plus que 2000 ou 3000 Euros sur un livret A. Il y a plus d'une possibilité qui rapporte plus.
a écrit le 19/01/2020 à 8:04 :
Reprendre des forces, recharger les batteries...

Les conducteurs RATP vont reprendre le boulot pour pouvoir...se reposer un peu. Je croyais qu'ils défendaient la pénibilité de leur travail et par conséquent leur départ anticipé à la retraite...

Tout est dit. Clap de fin. Sujet suivant.
a écrit le 19/01/2020 à 7:43 :
Si ces héros sont fatigués qu'ils sachent que les usagers parisiens sont excédés.
Réponse de le 19/01/2020 à 11:02 :
paris n'est pas la france venez en province mas moi je soutient les grévistes reposez vous et reprenez de plus belle les francais soutiennent les grevâtes au dernier sondage
Réponse de le 19/01/2020 à 13:59 :
@papiencolere : Ne vous en déplaise, la majorité des Français veulent l'abolition des privilèges des régimes spéciaux.
Réponse de le 19/01/2020 à 16:13 :
Parlez pour vous.
Je suis à fond avec tous les grévistes et parisien.

Ce projet de restructuration des retraites est totalement bancal et inique alors gardez votre morale pour vous.

Au moins la ratp et la sncf ont encore des gars qui en ont dans le pantalon.
Réponse de le 19/01/2020 à 18:17 :
C'est surtout les banlieusards qui sont éprouvés.
Quand on est parisien (intra-muros), pas trop difficile de se déplacer entre vélib (ou autres), trottinettes, cityscoot (ou autres), bus, et marche à pied.
Et c'est même plutôt agréable
et pour finir, un peu de télétravail !
Réponse de le 19/01/2020 à 18:18 :
C'est surtout les banlieusards qui sont éprouvés.
Quand on est parisien (intra-muros), pas trop difficile de se déplacer entre vélib (ou autres), trottinettes, cityscoot (ou autres), bus, et marche à pied.
Et c'est même plutôt agréable
et pour finir, un peu de télétravail !
a écrit le 19/01/2020 à 1:04 :
Le gouvernement est en train de se perdre dans une série de négociation sans fin puisque chaque ministre est en butte avec ses propres fonctionnaires, qui eux vont continuer à faire gréve (enseignants, médecins, pompiers, bercy...).

C'est tout l'appareil d"état qui est en crise, avec une fonction publique au bord de la guerre ouverte contre le gouvernement Macron.
La participation de la RATP n'est plus aussi importante. Tout le monde a compris que cette réforme n'est ni faite, ni à faire puisqu'elle substitue 43 régimes spécifiques à 42 régimes spéciaux et recule de deux ans l'âge de la retraite.

Sans compter que bientôt LREM va avoir d'autres soucis. Si les sondages ont une valeur prédictive (et parfois c'est le cas...) Grivaux arriverait troisième à Paris, après Hidalgo et Dati.

Ca va tanguer sec chez les députés LREM. Tous ne sont pas dégoutés et beaucoup voudraient être réélus en 2022. Macron va connaître les délices de la fronde avec un président de l'assemblée nationale officiellement mis en examen pour prise illégale d'intérêt, donc inaudible.
Réponse de le 19/01/2020 à 16:04 :
En attendant, le désastre est clairement du côté de la CGT: berezina aux élections professionnelles (la CGT n'a plus que 430 000 adhérents, les 3 quarts dans le secteur public et parapublic), ses troupes qui désertent et abandonnent la grève après seulement quelques semaines, des enquêtes en cours pour violences physiques, intimidation et menaces sexistes et homophobes vis-a-vis de collègues non grévistes... ça sent le sapin pour Martinez.
Réponse de le 20/01/2020 à 15:53 :
ah bon?

Je ne vois pas de bérezina à la CGT. D'où tirez vous cette certitude?

Ci joint le compte rendu MINISTERIEL officiel des dernières élections professionnelles dans la fonction publique du 20 décembre 2018.

Les positions respectives des organisations syndicales dans l’ensemble des trois versants de la fonction publique ne sont pas modifiées par rapport aux dernières élections professionnelles. La CGT obtient 21,8 % des voix (-1,2 point par rapport aux élections précédentes). La CFDT est en seconde position avec 19,0 % (-0,3 point) suivie de FO (18,1 % ; -0,5 point), de l’UNSA (11,2 % ; +0,8 point), de la FSU (8,6 % ; +0,7 point) et de Solidaires (6,4 % ; -0,5 point). La FA-FP et la CGC recueillent respectivement 3,5 % et 3,4 % des voix. Enfin, la CFTC obtient 2,9 % des voix.

Dans la fonction publique de l’État, FO totalise 17,1 % (+0,1 point), FSU 16,3 % (+0,7 point), l’UNSA 15,9 % (+1,0 point), la CFDT 13,8 % (-0,2 point) et la CGT 12,1 % (-1,4 point). Solidaires et la CGC obtiennent respectivement 7,6 % et 6,1 % des voix. La CFTC obtient 2,7 % des voix.

Dans la fonction publique territoriale, la CGT obtient 28,8 % (-0,8 point), la CFDT 22,6 % (+0,3 point), FO 16,1 % (-1,6 point) et l’UNSA 8,2 % (stable). Solidaires recueille 4,0 % des voix (+0,4 point) et FSU progresse de 0,5 point pour atteindre 3,8 % et devancent tous deux la CFTC (3,5 % ; inchangé).

Dans la fonction publique hospitalière, la CGT obtient 31,4 % des voix (-0,3 point), la CFDT 24,1 % (-0,9 point) est devancée par FO 24,7 % (+0,9 point). Solidaires perd 0,1 point à 8,4 % et l’UNSA gagne 0,6 point à 5,6%.

Je ne vois pas non plus de troupes qui désertent. Si vous avez bien lu l'article, ce sont les sympathisant UNSA RATP qui stoppent momentanément la grêve, pas ceux de la CGT.

En fait je serais plus inquiet pour l'avenir syndical des sieur Bergé et Lescure, qui ont accepté de s'embarquer dans des négociations sans avenir puisque le gouvernement n'a pas retiré l'âge pivot . Il figure encore dans le projet de loi présenté au conseil d'état pour conformité et Philippene fait pas mystère que si les deux individus en question ne l'acceptaient pas, il passerait en force.

C'est une sorte de diner de c..s, un remake de la réforme de l'assurance chômage.
a écrit le 18/01/2020 à 21:42 :
C’est tout simplement parce que l'Unsa-RATP a enfin compris que la réforme de la retraite par points était ce qu’il y avait de mieux, non seulement pour la RATP, mais aussi pour tous les Français pour qui la retraite est une chose à ne pas prendre à la légère.
a écrit le 18/01/2020 à 18:51 :
Un changement de carrière à envisager pour eux bientôt peut-être ? Parce que ça leur ferait certainement du bien d'aller à voir ailleurs si l'herbe est plus verte. Faut oser les gars ! Puisqu'on vous dit qu'on vous soutient ! C'est une fin de grève, pas une retraite...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :