Réindustrialisation : Le Maire annonce la suppression de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises dès 2023

À quelques semaines de la présentation du budget 2023, l'annonce du ministre de l'Economie risque d'enflammer les débats parlementaires à l'automne. En effet, beaucoup de collectivités dépendent de cette ressource fiscale. Pour Bruno Le Maire, cette suppression serait "un signal positif" pour la réindustrialisation de l'économie française. En attendant, les industries menacées de rationnement énergétique s'apprêtent à passer un hiver douloureux.
Grégoire Normand
Bruno Le Maire a déclaré que Bercy planchait sur plusieurs scénarios énergétiques à l'approche de l'hiver.
Bruno Le Maire a déclaré que Bercy planchait sur plusieurs scénarios énergétiques à l'approche de l'hiver. (Crédits : Reuters)

L'explosion des prix de l'énergie fait des dégâts sur le tissu industriel. Le célèbre fabricant verrier Duralex a annoncé qu'il allait mettre son four sur pause pendant plusieurs mois. De nombreuses industries très consommatrices d'énergie ont déjà commencé à ralentir la cadence sur le territoire avant un hiver très redouté. Une fermeture complète du robinet de gaz russe pourrait mettre à terre de nombreuses entreprises industrielles alors que beaucoup ont déjà souffert des longues années de pandémie.

En dépit de ce contexte troublé, le ministre de l'Economie veut mettre l'accent sur la réindustrialisation pour son second quinquennat. Lors d'une réunion avec des journalistes ce jeudi premier septembre, Bruno Le Maire a annoncé que ce chantier allait être la première priorité de la rentrée. « L'ère des délocalisations de masse doit être définitivement close. Il faudra beaucoup de temps pour que la reconquête industrielle fonctionne », a-t-il déclaré.

Budget 2023 : supprimer la CVAE en une seule fois

Pour accélérer cette réindustrialisation, le ministre de l'Economie entend bien poursuivre sa politique de l'offre comme il l'a répété devant le patronat mardi dernier à l'occasion de la rencontre des entrepreneurs de France (REF) à l'hippodrome de Longchamp. « La seule recette est de tenir bon sur la politique économique tenue depuis 2017 : c'est la politique de l'offre. Elle donne des résultats sur l'emploi, l'investissement ou encore l'attractivité », a-t-il affirmé.

Parmi les sujets brûlants de la rentrée figure la baisse des impôts de production. Lors de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait promis de s'attaquer à la CVAE, la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises. Cette fiscalité avait rapporté environ 10 milliards d'euros aux collectivités locales en 2021.

Ce manque à gagner risque de susciter un tollé au Parlement lors des prochaines discussions budgétaires prévues à l'automne. « Faire passer en une seule fois la suppression de la CVAE dans le budget 2023 ne sera pas une mince affaire », a concédé Bruno Le Maire. « La suppression de la CVAE est un choc d'offre important pour la production », a-t-il poursuivi. Cette taxe avait fait son apparition au moment de la réforme de la taxe professionnelle en 2010. Elle est devenue une des composantes de la Contribution économique territoriale (CET) fortement contestée dans les milieux patronaux.

La crise énergétique, un frein à la réindustrialisation

La crise énergétique sur le Vieux continent hante de nombreux chefs d'industrie. Après deux longues années de pandémie, beaucoup de secteurs sont en première ligne face aux effets collatéraux de la guerre en Ukraine. « On assiste à une réduction de la consommation de gaz de 15% à 20% dans les entreprises industrielles », a informé le ministre de l'Economie. Selon Bercy, le rationnement doit concerner « 2.300 entreprises industrielles ». En outre, la poussée de fièvre des prix n'est pas prête de retomber compte tenu du contexte géopolitique. Autant dire que la réindustrialisation pourrait se transformer en chemin de croix.

Face à ces obstacles, le gouvernement a ouvert un guichet unique sur le site de la Direction générale des entreprises (DGE) « mais il ne fonctionne pas. Nous avons décaissé seulement 500.000 euros sur les 3 milliards d'euros disponibles. Les critères sont trop exigeants. Il faut que la consommation d'énergie représente 3% du chiffre d'affaires. Nous travaillons avec Roland Lescure [le ministre délégué à l'Industrie] pour améliorer l'accès à ce fonds », a indiqué le ministre. « Concernant le fond pour les entreprises très consommatrices d'énergie, nous avons engagé des discussions avec la Commission européenne pour améliorer l'accès à ces aides »,-a-t-il poursuivi. La crise risque encore de faire des secousses.

Grégoire Normand

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 02/09/2022 à 12:38
Signaler
La France va voir sa désindustrialisation accélérée sous le règne de Sarkozy, Hollande et Macron par idéologie Reagano-thatchérienne folle!

à écrit le 02/09/2022 à 9:57
Signaler
Qu'attend il pour surtaxer les produits importés par rapport aux produits locaux? L'autorisation de Bruxelles?;-)

à écrit le 02/09/2022 à 3:18
Signaler
Nous avaons vraiment besoin de ça

à écrit le 02/09/2022 à 1:15
Signaler
Prenez ce qu'il y a de pire dans le socialisme, dans le communisme, dans le keynésianisme et dans les égouts de la pensée libérale. Secouez-le tout. Et hop, voilà la politique économique de Le Maire. Les Rois de France regardaient à 100 ans ; Napolé...

à écrit le 01/09/2022 à 23:03
Signaler
Ah Bruno, sacré Bruno, tu maîtrises le sophisme avec une main de maître. Par contre, au niveau des biais cognitifs, tu peux encore entraîner ta mémoire. Je t'explique. Sur les neuf premiers mois de l'année 2012 - en pleine cure d'austérité qui frappa...

le 02/09/2022 à 9:46
Signaler
OU vous voyez de l austerite en France ? On a un deficit du budget et de la secu depuis les annees 70 ! Par contre c est vrai qu on depense n importe comment ! En France on distribue gratuitement des tampax (ca s appelle lutter contre la precarite me...

le 03/09/2022 à 14:44
Signaler
a CDG Les retraités font vivre l economie du tourisme en France , cette economie qui manqua de main d oeuvre car vos jumeune ne veulent pas bosser 40/45 ,chose que faisait tout les anciens qui donc n ont pas voler leur retraite ..

à écrit le 01/09/2022 à 22:59
Signaler
Pour faire naître ou renaître une industrie nationale, on est en droit de la protéger un temps par des barrières douanières. Bref : faire du protectionnisme, un peu. Même si c’est devenu un vilain mot pour les rois du politiquement corrects, et Die...

à écrit le 01/09/2022 à 20:37
Signaler
Le pb de la France c'est qu'elle fait du en même temps... Donc ils suppriment ça et en meme temps ils votent une taxe ou oas sur les profits et en même temps ils ne font aucune économie et ont plein d'idées de dépenses nouvelles...donc en même temps...

à écrit le 01/09/2022 à 20:24
Signaler
Bravo, c'est bien qu'il y ait une prise de conscience du fait que l'économie Française soit surtaxée. Il faudrait aussi faire d'autres choses : favoriser la création d'activité en supprimant les excès de réglementations, simplifier encore la création...

à écrit le 01/09/2022 à 20:19
Signaler
la suppression des impôts, obsession de Le Maire et Macron , est très inquiétante eu égard à l'état de nos hôpitaux, de nos écoles, de nos centrales nucléaires, ....... Je ne comprends pas que face aux enjeux climatiques et sociaux, l'Etat fasse le ...

le 01/09/2022 à 21:59
Signaler
Il faut arrêter avec ce terme "ultralibéralisme" en qualifiant la France. Ce pays est ultra taxé, champion du monde des prélèvements obligatoires, champion du monde la redistribution et on prétend sans rire que l'on vit en ultralibéralisme. Il est ur...

le 01/09/2022 à 23:03
Signaler
@ Démeter : l'Etat ne fait pas de l'ultralibéralisme, il redistribue à tout va avec le fric de vos impôts : la réalité, c'est ça. Et ce n'est pas mal en soi. Laissez tomber l'idéologie bidon de gauche moralisante et ringarde, que ressortent tous le...

le 02/09/2022 à 4:30
Signaler
l'incompétence de nos profs ou de nos hopitaux n'est pas dû à un manque d'investissement mais bien à leur formation. Nos enfants sont très mal barrés et là est bien la raison des rodeos dont les journeaux nous rabattent les oreilles !!! Le gamin q...

le 02/09/2022 à 10:39
Signaler
L'"Aigle de Meaux” – c’est-à-dire l’homme d’Église, prédicateur et écrivain français, Jacques-Bénigne Bossuet (1627-1704) – avançait que “Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences alors qu’ils en chérissent les causes”. À ce titre, nos...

le 02/09/2022 à 12:37
Signaler
Il faut cesser de focaliser sur le taux de prélèvements obligatoires. Ce qui compte c'est ce l'on en fait de ces prélèvements obligatoires, s'ils sont bien utilisés et aussi, à l'origine, s'ils sont appliqués avec équité, selon les capacités contribu...

à écrit le 01/09/2022 à 20:13
Signaler
Comprends pas très bien Nono Le Maire.. d'un côté il détruit tout et " en même temps " il veut ( utopie ) tout rapatrier. C'est assez incohérent. Détruire étant plus rapide que construire j'ai bien des doute sur les facultés mentales des uns et des a...

à écrit le 01/09/2022 à 20:00
Signaler
Cela correspond a la décentralisation des responsabilités et a la centralisation des moyens financiers, c'est la construction pyramidale d'une politique autoritaire! A l'image de l'administration de l'UE par Bruxelles!

à écrit le 01/09/2022 à 19:55
Signaler
Cette mesure est inutile ,l'outil industriel perdu ne renaîtra jamais. Par ailleurs cette perte de ressource financière devra être comblée par d'autres taxes. En outre la récession économique qui s'annonce ne va pas faciliter les choses. Notre pa...

le 01/09/2022 à 22:03
Signaler
C'est la surtaxation avec une augmentation inexorable des dépenses publiques qui fait partir ce pays en sucette. On ne peut pas ad vitam éternam à vivre au-dessus de nos moyens comme on le fait depuis 1974.

le 02/09/2022 à 9:53
Signaler
@Tototiti "le comique". C'est bien la France qui devait franchir en 1973 une étape historique sur le chemin de la libéralisation financière internationale (ultra-libéralisme) en s'interdisant de recourir à la planche à billets de sa propre banque cen...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.