Reprise : 180 milliards d'euros d'épargne attendus à la fin de l'année 2021

Dans sa dernière lettre au président de la République, le gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau espère que la reprise de l'économie française pourra s'appuyer sur cette épargne Covid des ménages.
Grégoire Normand

4 mn

François Villeroy de Galhau a annoncé que l'épargne Covid des ménages pourrait atteindre 180 milliards d'euros à la fin de l'année.
François Villeroy de Galhau a annoncé que l'épargne Covid des ménages pourrait atteindre 180 milliards d'euros à la fin de l'année. (Crédits : Reuters)

Un an et demi après l'arrivée du virus, les Français ont accumulé une montagne de cash. Les périodes de confinement à répétition ont en quelque sorte "empêché" la population française de consommer pendant de longues périodes. Entre la fermeture des frontières et les restrictions de déplacement, les Français ont dû limité leurs achats.

Dans sa traditionnelle lettre au Président de la République, le gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau a annoncé lors d'une réunion avec des journalistes ce vendredi 9 juillet que l'épargne Covid des ménages pourrait atteindre 180 milliards d'euros à la fin de l'année.

Si la plupart des instituts de statistiques ont revu à la hausse ces dernières semaines leurs prévisions de croissance pour l'année 2021, l'économie française tourne toujours en deçà de son niveau d'avant-crise. Selon le dernier point de conjoncture de la Banque de France, les pertes estimées de produit intérieur brut sont encore de 2% au mois de juin. La multiplication des foyers de contamination du variant Delta pourrait venir assombrir la fin de l'année si le gouvernement devait prendre de nouvelles mesures d'endiguement. Dans ce contexte d'incertitudes, les yeux sont à nouveau braqués sur cette manne accumulée par les Français, soit environ 7% du produit intérieur brut (PIB).

Une épargne inégalement répartie

La somme annoncée par la banque de France peut paraître colossale. En réalité, ce "magot" est inégalement réparti au sein de la population française. Plusieurs travaux du conseil d'analyse économique (CAE) et de l'Insee menés depuis plusieurs mois ont montré que ce sont surtout les ménages situés en haut de l'échelle sociale qui ont pu épargner. En effet, leurs postes de dépenses habituels (voyages, restaurants, hôtels, culture) ont été contraints par les fermetures administratives. Leurs dépenses ont principalement concernées les biens "essentiels". Dans le même temps, leur épargne a pu augmenter dans des proportions bien supérieures aux ménages les plus modestes. "Les plus aisés notamment, même s'ils ont souffert de la baisse des cours boursiers au début de la crise, ont eu tendance à épargner de façon plus importante qu'en temps normal, du fait de la très forte chute de leur consommation" indique le CAE dans une note. Les 10% les plus aisés sont à l'origine de 50% des sommes épargnées.

Lire aussi 5 mnLa surabondance d'épargne est inégalement répartie

Des placements plutôt que de la consommation

Partant de ce constat d'une inégale répartition de l'épargne, la consommation même si elle montre des signes d'accélération depuis la réouverture de l'économie au mois de mai pourrait être moins forte qu'attendu. En effet, les économistes considèrent généralement que ce sont les ménages les plus modestes qui ont la plus forte propension à consommer. Or les foyers les plus aisés s'ils ont recommencé à consommer vont orienter une partie de leur épargne en placements. S'il est encore difficile à ce stade de prévoir le comportement d'épargne de ces ménages, certains économistes tablent sur une hausse de l'appétit pour les placements risqués.

"Un signal encore faible, mais qui préfigure peut-être ce que risque d'être le destin de cette épargne liquide concentrée sur les mieux lotis : nourrir une demande de placements financiers plus risqués (en titres notamment) ou d'immobilier, un mouvement de transformation de l'épargne liquide en immobilisation financière et non financière, davantage qu'un retour sur la consommation courante" expliquait l'économiste de Xerfi Alexandre Milicourtois.

Dans sa missive adressée au chef de l'Etat, le banquier central François Villeroy de Galhau estime que "la force de la reprise se jouera du côté de l'offre, plus encore que de la demande, d'autant que celle-ci pourra s'appuyer sur une « épargne Covid » des ménages". En réalité, le prolongement de la crise sanitaire et la montée en puissance du variant Delta dans les chaînes de contamination repoussent toujours plus les espoirs d'une reprise solide de l'activité surtout à un moment où la campagne de vaccination cherche un nouveau souffle.

Grégoire Normand

4 mn

Sommet du Grand Paris

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 11/07/2021 à 12:49
Signaler
La belle rafle qui s'annonce !

à écrit le 11/07/2021 à 9:18
Signaler
Ah ça notre classe dirigeante elle l'aime notre fric ! Beaucoup trop d'ailleurs...

à écrit le 11/07/2021 à 7:52
Signaler
L'Etat est surendetté alors que l'épargne privée est gigantesque et alimente la spéculation. Et les besoins collectifs sont immenses : éducation , santé, lutte contre le réchauffement collectif,..... Nous vivons dans un monde incohérent. L'Etat doit ...

à écrit le 10/07/2021 à 21:16
Signaler
Vous êtes en forme à la Tribune, c'est le deuxième article le plus drôle de l'année après celui sur Philips Morris, et ça le même jour !! 🤣😂🤣🤣😂🤣

à écrit le 10/07/2021 à 18:08
Signaler
Il doit évoquer les 20% des ménages qui détiennent 80% de ces 180 milliards.

le 10/07/2021 à 22:23
Signaler
Oui sans doute ! le nous permettant d'éviter la mise en cause !

à écrit le 10/07/2021 à 17:40
Signaler
Il est urgent de faire disparaitre cette montagne de richesses avant que les génies du vol organisé le dilapide !

à écrit le 09/07/2021 à 20:02
Signaler
Désolé de ne pouvoir participer, j'ai fait 0 euro d'économie depuis 10 ans (normal quand on ne travaille plus... Mes revenus viennent de mon Assurance-Vie, 190€/mois, retraite l'an prochain, là je vais épargner un maximum, ça fera trop :-) ). Les ge...

à écrit le 09/07/2021 à 19:52
Signaler
"Galhau espère que la reprise de l'économie française pourra s'appuyer sur cette épargne Covid des ménages." 180 milliards d'euros ? euh tu parle de quels ménages galhau ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.