Restaurants, bars, écoles...Le gouvernement mise sur un déconfinement très progressif à partir de la mi-mai

L'Élysée a tracé les premières lignes de sa stratégie de sortie du troisième confinement, placée sous le signe de la prudence. « L'augmentation du nombre de personnes vaccinées nous permettra d'autres réouvertures, progressivement », a indiqué son porte-parole. Pour l'heure, aucune date précise n'a été donnée pour la réouverture des restaurants, qui interviendrait dans une deuxième temps.
(Crédits : BENOIT TESSIER)

"Quand ça va rouvrir, ça va être absolument la folie", s'enthousiasme un restaurateur. On nous appelle déjà pour réserver le 15 mai", rapporte un autre. Mais pour l'heure, l'activité française reste entièrement administrée par le calendrier gouvernemental. Emmanuel Macron a indiqué jeudi soir à une quinzaine de maires qu'il comptait bien rouvrir des musées et des terrasses à partir de la mi-mai. Ces réouvertures se feront de manière progressive, par étapes "toutes les trois semaines si tout va bien", ont indiqué à l'AFP plusieurs participants à cette visioconférence.

Le chef de l'Etat a également confirmé que les établissements scolaires rouvriraient aux dates prévues (26 avril pour les écoles et 3 mai pour les collèges et lycées), dates selon lui "gravées dans le marbre", a précisé un maire. L'Elysée n'a pas commenté ces propos rapportés.

Le retour de la stratégie territorialisée ?

Emmanuel Macron, qui a ensuite réuni une dizaine de ministres par visioconférence, ne s'est "pas engagé sur la date de la mi-mai pour la réouverture des lieux culturels" mais a répété que "la priorité était les musées et les terrasses".

Pour le reste, le gouvernement veut se laisser une marge de manoeuvre en cas de nouvelles détériorations de la situation dans les hôpitaux. "Un nouveau décalage de calendrier ne serait pas compris", a déjà opposé Roland Héguy, président du principal syndicat de l'hôtellerie restauration (Umih). La date du 15 mai "est dans la tête de tous les professionnels", a-t-il ajouté.

Le président de la République a laissé entendre que ces réouvertures pourraient être "territorialisées" en fonction des situations sanitaires dans les différentes régions, pour "ne pas rejouer le déconfinement de mai dernier", selon plusieurs maires.

Aucune date n'a été donnée précisément pour la réouverture des restaurants, qui interviendrait dans une deuxième temps.

"Le président a donné un cap: certains lieux culturels et certaines terrasses rouvriront à la mi-mai. Par la suite, l'augmentation du nombre de personnes vaccinées nous permettra d'autres réouvertures, progressivement. Nous emploierons des critères rationnels, de bon sens, en distinguant les lieux extérieurs et intérieurs, ceux où l'on circule ou pas, ceux où il est nécessaire de retirer son masque", a détaillé le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

« Parce que le virus revient, on serait obligé de tout refermer »

Quant aux établissements scolaires, "pour certains, le retour en classe pourrait se faire par demi-groupe" avec davantage de tests salivaires dans les écoles des régions les plus frappées par l'épidémie, a poursuivi Gabriel Attal. Des autotests pourront aussi y être proposés.

"Rien ne serait pire que de dire à la mi-mai 'on commence à tout rouvrir', et 15 jours ou trois semaines plus tard, parce que le virus revient, on serait obligé de tout refermer", a jugé pour sa part sur France 2 le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, après la réunion à l'Elysée.

"Nous ferons tout ce qui est possible d'abord pour nous débarrasser du virus, et ensuite pour engager à la mi-mai la réouverture progressive d'un certain nombre de commerces", a-t-il expliqué, sans donner de détails sur les protocoles de réouverture des établissements accueillant du public, qui sont négociés depuis plusieurs semaines avec les organisations professionnelles.

Un deuxième plan de relance

Enfin, le chef de l'Etat a aussi évoqué devant les maires la possibilité d'un "plan de relance de 2e génération, co-construit avec les élus locaux", selon un participant à la réunion.

La France a déjà déclenché un plan de 100 milliards d'euros pour sa relance, auquel s'ajoute le prolongement des aides pour les entreprises avec la prolongation du confinement. L'an passé, la crise sanitaire a déjà coûté près de 160 milliards d'euros à l'État, selon le ministre des Comptes publics Olivier Dussopt. L'épidémie va coûter au total 424 milliards d'euros aux finances publiques sur trois ans, a-t-il précisé.

(Avec AFP)

Lire aussi : Chute de la compétitivité française : la crise qu'on ignore

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 17/04/2021 à 11:37
Signaler
On arrive a la campagne présidentielle 2022, le déconfinement va donc être progressif pour éviter le retour des gilets jaunes tout en faisant croire a un retour des liberté pour le promouvoir... Mais faut pas vous leurrer le retour des libertés sera ...

à écrit le 16/04/2021 à 14:45
Signaler
On comprend que le Président veut donner de l'espoir à la population et aux entreprises mais étant donné la situation réelle cela me semble prématuré. Le pire demeure... avec des variants plus agressifs et d'autres évidemment à venir. Cette tentative...

à écrit le 16/04/2021 à 12:15
Signaler
«Le vrai problème est d’avoir fait reposer la sortie de crise sur le seul recours à la vaccination.» dit Philippe Murer «Si le variant brésilien arrive à se propager, le risque est qu’il résiste aux vaccins, comme l’ont avancé plusieurs scientifiques...

à écrit le 16/04/2021 à 11:02
Signaler
Le cancer fait 160 000 mort par an chaque année. Et il tue à tous les âges. Il faut arrêter cette réaction disproportionnée des mesures sanitaires de la crise Covid. Et libérer la France sérieusement de ceux qui nous briment pour gérer leur risque pé...

à écrit le 16/04/2021 à 11:02
Signaler
Le cancer fait 160 000 mort par an chaque année. Et il tue à tous les âges. Il faut arrêter cette réaction disproportionnée des mesures sanitaires de la crise Covid. Et libérer la France sérieusement de ceux qui nous briment pour gérer leur risque pé...

le 16/04/2021 à 13:06
Signaler
...ceux qui nous briment... ah woué quand même... A ce qu'il se dit, 1/4 à 1/3 des gens ayant eu le covid ( forme légère ou grave ) développent des troubles allant jusqu'à la démence. Il m' apparait que vous avez dû le choper..

à écrit le 16/04/2021 à 9:48
Signaler
Le dé-confinement sera comme le confinement, un "stop and go" incessant suivant le climat social en cours! On nous rejoue la partie à l'envers!

à écrit le 16/04/2021 à 9:31
Signaler
la vérité ne gagne pas a montrer son vrai visage ! il est reconnu que la vérité n est pas aimée des rois

à écrit le 16/04/2021 à 9:17
Signaler
Les VRP des laboratoires pharmaceutiques vu que cette information disant qu'il faudra des vaccinations chaque année est une véritable bombe. Merci internet de nous avoir ouvert les yeux sur la réalité, même désespérante, de notre classe dirigeante.

le 16/04/2021 à 10:02
Signaler
Mais... en quoi est-ce "une bombe" ? La vaccination contre la grippe saisonnière est annuelle, simplement parce que le virus mute, il me semble, non ? Où est la "révélation" ? Où est le scoop ? Qui ne s'en doutait pas ? Internet est-il nécessaire pou...

le 16/04/2021 à 10:49
Signaler
@ multipseudos: " La vaccination contre la grippe saisonnière est annuelle, " Ne touchant même pas un quart de la population, tandis qu'ils nous affirment qu'il faut vaccinner 90% des gens pour atteindre l'immunité collective, à savoir une multip...

le 16/04/2021 à 15:57
Signaler
@ multipseudos: "pour me traiter avec boursouflure d'ignorant " Ah mince c'était donc toi Manu !? Désolé hein mais encore signalé, tu sais tu as du pain sur la planche en ce moment hein, tu as autre chose à faire que de trainer sur les forums...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.