Restauration : les pourboires payés par carte bancaire ne seront plus taxés

L'Etat fait un geste en direction du secteur de la restauration en défiscalisant les pourboires payés par carte bancaire. L'objectif est de redonner de l'attractivité à un secteur qui manque de bras après le Covid. Mais les nouvelles habitudes de consommation pourraient bien bousculer plus durablement la profession.

5 mn

Pendant l'été, les cafés, restaurants, hôtels et discothèques sont restés loin de leur niveau d'avant-crise, avec une activité estivale en recul de 20% par rapport à l'été 2019, selon les organisation syndicales.
Pendant l'été, les cafés, restaurants, hôtels et discothèques sont restés loin de leur niveau d'avant-crise, avec une activité estivale en recul de 20% par rapport à l'été 2019, selon les organisation syndicales. (Crédits : Jeenah Moon)

Le gouvernement débranche petit à petit les aides mises en place face aux dégâts du Covid mais, à l'aube de nouvelles négociations à venir avec les branches professionnelles, il tient à le faire progressivement. Parmi les secteurs touchés, celui de l'hôtellerie et restauration, auquel le ministère de l'Economie a d'ailleurs promis de nouveaux échanges sur les salaires et les conditions de travail.

Dans l'intervalle, et à quelques mois de l'élection présidentielle, l'Etat fait donc un nouveau geste en annonçant lundi la défiscalisation des pourboires payés par carte bancaire dans les cafés et restaurants. La mesure est censée redonner de l'attractivité à un secteur confronté à la pénurie de main d'oeuvre d'employés qui ont quitté le secteur avec la crise.

Une mesure qui ne "ne coûte rien"

Le secteur hôtellerie et restauration pèse d'ordinaire un million de salariés et 65 milliards d'euros annuels de chiffre d'affaires. A elle seule, la branche des cafés, hôtels, restaurants (CHR) compte quelque 612.000 salariés dans 107.000 établissements en France. L'Élysée a estimé à 110.000 emplois le nombre de postes à pourvoir dans la restauration.

"Nous avons décidé que les pourboires payés par carte bleue seraient sans charge pour les employeurs et sans impôts pour les salariés", avec une mise en œuvre "dans les prochains mois", a affirmé le président de la République lors d'une visite au Salon international de la restauration, de l'hôtellerie et de l'alimentation (SIRHA) qui s'ouvre à Lyon.

"Cela va permettre d'ajouter au pouvoir d'achat" des salariés du secteur. Cette mesure "ne coûte rien, car aujourd'hui ça ne marche pas", a-il ajouté, "parce qu'on l'a vu en sortie de crise, nos compatriotes utilisent de moins en moins de liquide".

"Cela va vous permettre d'attirer plus de jeunes et de moins jeunes pour leur dire : tu peux gagner plus que le salaire et le bonus que je te verse", a conclu le chef de l'Etat.

Les syndicats demandent une hausse de salaires

La mesure vient aussi répondre à un effet provoqué par a crainte de la contagion au variant Delta et à l'obligation du pass sanitaire pour consommer. Avec celle-ci, Bercy a bien constaté une augmentation des paiements par carte bleue pour maintenir la distance. "Dans les bars et les restaurants, les dépenses en carte bleue ont augmenté de 5% la semaine du 9 août", moment de la mise en place du pass, "et de 8% la semaine qui a suivi" par rapport à 2019, a constaté Bruno le Maire, le ministre de l'Economie.

De quoi calmer les revendications des organisations syndicales représentatives ? Rien n'est moins sûr. A la veille des négociations, la CGT Services a demandé la création d'un salaire minimum de 1.800 euros. L'organisation, qui estime à 1.500 euros le salaire médian, réclame aussi une augmentation de 10% des salaires et l'application d'un 13e mois.

"L'attractivité, ce n'est pas que le salaire", estimait Cécile Mkavavo, présidente de la CFE-CGC HCR. "Il faut réorganiser le temps de travail pour que l'amplitude horaire permette au salarié d'avoir du temps pour lui".

Des pourboires sur l'addition

Toutefois, la mesure a été applaudie par avance par la profession lundi matin. "C'est une excellente nouvelle, car le pourboire fait partie de l'attractivité de nos métiers. Mais maintenant que tout le monde paie par carte bleue ou via des applications, très souvent on n'a plus de monnaie pour rajouter 3 à 5 euros pour le service. Quand on aura la possibilité de laisser un pourboire sur la note, ce sera beaucoup plus facile", s'est félicité par avance lundi matin Didier Chenet, président du GNI, syndicat des indépendants de l'hôtellerie restauration.

La président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, s'était lui aussi prononcé lundi en faveur de cette mesure, afin que les pourboires puissent être ajoutés directement sur l'addition payée par carte bancaire sans être taxés.

Un modèle challengé par l'innovation

Mais la crise Covid a surtout accéléré de nouveaux usages numériques. Des startups se positionnent par exemple sur le paiement d'un repas au restaurant par QR code.

Aussi, le secteur doit fait face à la recrudescence des "cuisines fantômes", entièrement dédiées à la livraison de repas. Un marché qui pourrait croître de plus de 12% par an pour atteindre une valeur de 139,37 milliards de dollars en 2028, selon un rapport de Researchandmarkets.com.

Enfin, les changements d'habitudes liés à la distanciation sociale ou au télétravail, ont aussi généré une "bataille du lunch", qui, en France, a pour l'instant surtout profité aux boulangeries et aux commerces de bouche, selon une étude du cabinet Food Service Vision.

Pendant l'été, les cafés, restaurants, hôtels et discothèques sont restés loin de leur niveau d'avant-crise, avec une activité estivale en recul de 20% par rapport à l'été 2019, ont annoncé fin août le syndicat des indépendants de l'hôtellerie-restauration (GNI), l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih), le Groupement national des chaînes hôtelières (GNC) et le Syndicat national de la restauration thématique et commerciale (SNRTC). Ainsi, en août, seuls 40% des restaurants ont réalisé leur chiffre d'affaires habituel (soit équivalent ou supérieur à 80% de leur activité habituelle).

Lire aussi 7 mnPayer son repas par QR Code : la startup Sunday à l'assaut de la restauration mondiale

 (Avec AFP)

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 28/09/2021 à 9:54
Signaler
Un pourboire payé avec une carte de crédit ? A paris peut être ?

à écrit le 27/09/2021 à 18:57
Signaler
et laTVA? qui l'a mise dans sa poche?

à écrit le 27/09/2021 à 17:56
Signaler
"très souvent on n'a plus de monnaie pour rajouter 3 à 5 euros pour le service". Euh...

à écrit le 27/09/2021 à 17:24
Signaler
Monsieur Macron, c'est France Stratégie qui vous conseille des idées pareilles, pour votre campagne Présidentielle.

à écrit le 27/09/2021 à 16:35
Signaler
C'est curieux, les bars, restos ne me semble pourtant pas pleins. Une histoire de pass pass ?

à écrit le 27/09/2021 à 16:18
Signaler
C'est pas gagné : Le SMIC hôtelier n'a pas fait l'objet d'une nouvelle négociation en 2021. Les montant applicables depuis le 1er janvier 2019 s'appliquent donc toujours, il n'y a pas de nouveaux montants.Si vous relevez de la convention collecti...

à écrit le 27/09/2021 à 15:56
Signaler
Mais dans quel monde vivent-ils ? n'importe quoi ! Il y a bien longtemps qu'on ne laisse plus de pourboire ..... La plupart des gens sont devenus aussi cupides que les anciens payeurs de l'ISF.

à écrit le 27/09/2021 à 15:00
Signaler
"Une mesure qui ne "ne coûte rien"" La vache ils sont nuls en géographie, nuls en histoire, nuls en philosophie et en plus ils sont nuls en maths ! Sinon une très belle photographie encore. Ben oui ce sont les gens ordinaires qui font les plus belles...

à écrit le 27/09/2021 à 14:38
Signaler
1 er étape on fini d'éliminer l'argent physique et on trouve de nouveaux moyen pour garder les ancienne habitude 2 eme étape et quand tous est bien mis en place on taxera les pourboires des serveurs et des restaurateurs. C'est facile, c'est touj...

à écrit le 27/09/2021 à 14:32
Signaler
Dictature néolibérale: Privatisation des gains et nationalisation des pertes mais ils font encore pire ils nous font payer les salaires de leurs employés à leurs place, énorme ! J'ai vu une dépêche Reuters aussi sur un référendum populaire à Berlin q...

à écrit le 27/09/2021 à 14:24
Signaler
n'importe quoi, l'enfer est pave de bonnes intentions..........avant tu donnais un pourboire a la serveuse qui t'amenait l'apero fissa, n'oubliat pas le pain, et te ramenait 1/4 de vin quand tu levais la main......la, tu vas mettre ca electroniquemen...

à écrit le 27/09/2021 à 14:20
Signaler
les pourboires payés par carte bancaire ne seront plus taxés ... BOFF du baratin pour annoncer une usine à gaz de plus ... et plumer les salariés miséreux de la mal bouffe qui réchuaffe des plats sous vide ... SOUS VIDE d'idée chez macron, personne n...

à écrit le 27/09/2021 à 14:19
Signaler
Les restaurateurs hoteliers et bars se sont goinfrés avec le COVID . Tous riches avec 10000 € par mois detaxés et les salaires payés par l'Etat. Maintenant, pour ceux qui doivent avec leur travail fréquenter les restaurants, les prix ont augmenté de ...

le 27/09/2021 à 14:35
Signaler
Je dirai même plus. Les pharmaciens qui vous prennent sur les boites de médicaments, sur les ordonnasses et qui se sont enrichi avec la COVID. J'ai une pharmacie juste en bas de mon domicile. Je suis témoin.

à écrit le 27/09/2021 à 14:17
Signaler
On arrive au systeme US: les gens sont tellement mal payé qu on demande a client de rajouter de l argent pour que les employes puissent vivre ... Il vaudrait peut etre que les restaurateurs se decident a payer plus leur personnel au lieu de compter s...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.