Retraites : 23e jour de mobilisation avant un nouveau week-end compliqué

Désormais plus long que les grèves de 1995, le mouvement contre la réforme des retraites en est à son 23e jour, avec des syndicats déterminés et des voyageurs qui se préparent à un nouveau week-end compliqué dans les transports.

4 mn

(Crédits : Jean-Paul Pelissier)

Malgré un taux de grévistes à la SNCF au plus bas depuis le début du mouvement (8,5%), le trafic demeurait "très perturbé" avec en moyenne 6 TGV sur 10, 1 Transilien (RER SNCF et trains de banlieue parisienne) sur 5, et 4 circulations de TER sur 10, dont une grande partie assurée par des cars de substitution. A la RATP, cinq lignes du métro parisien restent fermées mais les RER A et RER B circulent une grande partie de la journée, une première depuis le début du mouvement.

A quelques jours d'une nouvelle vague de départs pour le réveillon de la nouvelle année, la SNCF a d'ores et déjà annoncé que le trafic ferroviaire resterait perturbé avec "45% à 50%" des TGV en moyenne en circulation lundi 30 et mardi 31, 35% le 1er janvier et 50% le 2 janvier. Le conflit, désormais plus long que celui de 1995 dans les transports (22 jours), semble bien parti pour dépasser le record de 28 jours atteint en 1986-1987 à la SNCF, également sans trêve de Noël, pour les salaires et les conditions de travail.

Un mouvement qui "traîne"

Aucune trêve n'est intervenue, malgré les appels d'Emmanuel Macron et de membres du gouvernement, mais aussi du secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, qui soutient le principe d'un système universel de retraite même s'il s'oppose à l'instauration d'un âge pivot assorti d'un bonus-malus, tout comme la CFTC et l'Unsa. Tôt vendredi matin, Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, s'est rendu auprès de grévistes dans un dépôt de bus RATP à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne). Réclamant le retrait du projet de l'exécutif, qui prévoit de remplacer les 42 régimes de retraites existants par un système par points, il a dénoncé "la fébrilité du gouvernement".

Lire aussi : Retraites : l'exécutif se défend de laisser "pourrir" le mouvement

A l'appel de la CGT-Cheminots et de SUD-Rail, 400 personnes se sont rassemblées à Lyon à la mi-journée, selon la CGT, et quelques dizaines devant le CHU de Clermont-Ferrand. D'autres rassemblements sont prévus samedi. Dans un communiqué, Force ouvrière a salué ce vendredi les premiers fruits de la grève et des manifestations, citant le décalage de l'application de la réforme aux personnes nées après 1975, voire au-delà. En outre, "des décisions semblent indiquer que certains régimes ou dispositions spécifiques puissent demeurer (militaires et gendarmes, navigants du transport aérien, police, marins, professions libérales...)", s'est félicitée FO, pour qui toutefois "l'heure est encore et toujours à la mobilisation".

Lire aussi : Retraites : la mobilisation désormais aussi longue que celle de 1995

Les actions vont se poursuivre la semaine prochaine, à un rythme ralenti vacances oblige, FO annonçant notamment des opérations de distribution de tracts sur les marchés, dans les centres commerciaux, aux péages d'autoroute... Dans ce contexte, la prise de parole du président de la République le 31 décembre, pour ses voeux aux Français, est très attendue. Damien Abad, patron des députés LR, a appelé Emmanuel Macron à "clarifier" ses intentions. Le secrétaire général du PCF Fabien Roussel a, lui, réitéré sa demande que le président "retire sa réforme" lors de cette adresse aux Français pour que le pays "retrouve la voie de l'apaisement".

"Hold-up d'État"

Dès le 3 janvier, les initiatives devraient reprendre en intensité. Le collectif SOS Retraites, qui regroupe 16 professions libérales disposant de régimes autonomes, appelle à la grève à partir de cette date. Dans leurs rangs: les infirmiers libéraux, orthophonistes, avocats, kinésithérapeutes, experts-comptables... Il dénonce un "dogmatisme du gouvernement" et un "simulacre de concertation". La réforme reviendrait à "faire un hold-up d'État" sur les réserves, voire à "doubler les cotisations" versées par certaines professions, sans garantie sur le maintien des pensions, estime le collectif.

Le 9 janvier, une quatrième journée de grèves et de manifestations interprofessionnelles est prévue à l'appel de la CGT, Force ouvrière, la FSU et Solidaires, et des organisations de jeunesse. Deux jours plus tôt, le 7, des concertations auront repris entre le gouvernement et les organisations syndicales et patronales, avant la présentation du projet de loi en Conseil des ministres le 22 janvier.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 28/12/2019 à 12:10
Signaler
On devrait envoyer tous ces syndicalistes dans leurs goulags en tant que tout bolcheviques qui se respectent...ca remettrait les choses au claires, en perspectives et tempérerez leurs ardeurs

à écrit le 28/12/2019 à 11:59
Signaler
On s'attaque aux "conséquences" parce que l'on ne maîtrise plus les "causes" que sont le chômage et, on n'autorise pas l'utilisation d'une parti de la TVA pour rendre la France compétitive... donc l’appauvrissement sera général !

à écrit le 28/12/2019 à 11:54
Signaler
Ca tombe bien pour des responsables syndicaux d' opérette, Je rappelle avec l' UPR que les principaux syndicats sont tous financés par la CES, confédération européenne de syndicats et très, trop souvent à l' insu de leur base. A l' exception notable ...

à écrit le 28/12/2019 à 11:52
Signaler
Ce conflit vient de loin, il peut durer longtemps ; Delevoye expliquait qu'il avait "travaillé" plus de 2 ans sur le sujet des retraites ... finalement au gré des péripéties tumultueuses, les Français ont bien comprit qu'il avait travaillé de façon...

à écrit le 28/12/2019 à 10:20
Signaler
Il faut espérer que notre Gouvernement ne va pas baisser son froc, comme en 1995. Pourquoi pas des élections législatives ? Cordialement

à écrit le 28/12/2019 à 10:06
Signaler
Personne n'est dupe, le projet Delevoye pour les retraites est mort né ; Les membres du gouvernement ont raconté et racontent encore tout et son contraire ; Les statuts spéciaux de retraite ont été rebaptisés "status particuliers" d'exceptions ...

à écrit le 28/12/2019 à 8:14
Signaler
Contre quelle réforme au juste ? Les syndicats veulent ils le statut quo ? Le système actuel qui ne permettra pas à la génération future de percevoir une retraite décente est il donc satisfaisant ? Femmes d'agriculteurs, de commerçants, précaires ...

à écrit le 28/12/2019 à 7:18
Signaler
Concours d'intoxication entre la CGT, LFI et même les socialistes qui se montrent. Qui peut bien alimenter cette cagnotte? Les russes?

à écrit le 28/12/2019 à 7:06
Signaler
Il y a de moins en moins de grévistes, seuls les services publics des transports en commun, en situation de monopole, connaissaient une grève, à part des originaux comme à l'Opéra de Paris.... Les syndicats, dont la CGT, gèrent paritairement l'AGIRC...

à écrit le 28/12/2019 à 1:56
Signaler
L'art de contourner et de marginaliser une grève. Car en somme quel est le gd perdant, sachant que bcp de voyageurs se st tournés vers la rte ( non bloquée par des transporteurs ou des agriculteurs ou des GJ en colère) via co voiturage, bus Macron o...

à écrit le 27/12/2019 à 20:27
Signaler
pauvre Martinez, le 1er ministre a repris le slogan à son compte.

à écrit le 27/12/2019 à 20:09
Signaler
Ce n'est pas au gouvernement de retirer son projet, c'est à la CGT de se retirer et de partir à l'étranger, par avion ou par train, comme elle le souhaite. Mais qu'elle dégage ! Vite !

à écrit le 27/12/2019 à 19:51
Signaler
L'agirc et l'arco sont des régimes par points. Où est le problème ? Les syndicats ne veulent plus s'en occuper ? Les partis politiques l'ont oublié ? Les médias ne le savent pas ? Mais on se moque de qui ?

le 28/12/2019 à 9:57
Signaler
ayant une retraite a points cela fait 6ans qu'il n 'y a pas eu d'augmentations voila le probleme d'autre part quand les paysans auront compris le texte c'est a dire 1000 euros pour une carriere COMPLETE soit42 ans combien ont une carriere complet...

le 29/12/2019 à 9:55
Signaler
@papiencolere : mais c'est pareil pour tout voyons : si vous n'avez pas répondu à toutes les questions, vous n'avez pas le permis de conduire, ni votre bac ou diplôme, ni votre commande en ligne... Quant au fait que vous n'êtes pas revalorisé depuis ...

à écrit le 27/12/2019 à 18:19
Signaler
Au stade des désordres dans lesquels la France est plongée par le gouvernement, il est conseillé aux vacanciers de rester sur leurs lieux de vacances ou de séjour de réveillon le 31 décembre ; le lendemain, les transports seront à nouveau bien ...

le 27/12/2019 à 19:06
Signaler
@ Prolongement ; Mon fils travail à Tignes , c' est blindé et les autres stations aussi d' ailleurs tu ne les entends pas pleurer à la télé.....Joyeuses Fêtes .

à écrit le 27/12/2019 à 17:14
Signaler
nos politiciens optent pour le pourrissement ! mais les français se réveillent dupés par la défiance que des paroles voir discours calomnieux - ( les APL et malus des motos reportès la liste est longue

à écrit le 27/12/2019 à 16:57
Signaler
Si seulement on décrochait autant de médailles aux jeux olympiques! Les Français ont inventé un nouveau job (rénumérateur si on en croit les congés maladie des grévistes et les cagnotes): la grève!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.