Retraites : des avancées insuffisantes, estiment les syndicats

 |   |  726  mots
Durant son discours à Matignon, Édouard Philippe a notamment promis une prise en compte plus généreuse de la pénibilité.
Durant son discours à Matignon, Édouard Philippe a notamment promis une prise en compte "plus généreuse" de la pénibilité. (Crédits : Reuters)
À des degrés divers, les annonces faites par Édouard Philippe, jeudi, n'ont pas convaincu les syndicats. Une nouvelle journée de mobilisation interprofessionnelle est prévue le 9 janvier prochain.

Après deux jours de discussions à Matignon avec les partenaires sociaux, Édouard Philippe a affirmé, jeudi, que "des avancées sont actées" sur la réforme des retraites, mais les syndicats ont jugé ces "ouvertures" insuffisantes, qu'ils réclament le retrait de l'"âge d'équilibre" ou du projet dans son ensemble.

Pour le Premier ministre, ce nouveau round de concertation n'a pas été vain.

"Des avancées sont actées, des chantiers sont ouverts, des désaccords persistent mais nous avons la volonté de les surmonter", a-t-il déclaré à l'issue d'une table ronde de deux heures avec les leaders syndicaux et patronaux.

Main tendue

Il a ainsi promis une prise en compte "plus généreuse" de la pénibilité, en jouant sur les seuils du travail de nuit (110 nuits par an au lieu de 120 aujourd'hui) ou en "trois-huit" (30 nuits par an au lieu de 50).

Main tendue également sur la retraite progressive pour les fonctionnaires "à laquelle [il] souscrit totalement" et qui fera l'objet d'une concertation à part "dès le mois de janvier", de même que "l'aménagement des fins de carrière à l'hôpital".

Sur la pension minimum, d'autres "améliorations" sont envisagées: d'une part pour "aller au-delà" des 85% du Smic déjà promis à ceux qui auront travaillé "toute leur vie", d'autre part pour "offrir cette protection aux travailleurs précaires, dont le temps partiel est bien souvent subi".

Enfin, pour les régimes spéciaux, M. Philippe a évoqué un possible accord "dans les heures ou les jours qui viennent" à la SNCF afin de "favoriser la progressivité de la mise en oeuvre de la réforme", et affirmé que "le gouvernement en sera le garant".

Il a aussi énuméré les échanges en cours à la RATP, le secteur de l'énergie, et promis que "le futur système universel reconnaîtra les spécificités" des marins.

Lire aussi : Retraites : entre détermination et ouverture, le plan de bataille du gouvernement

"Ça reste insuffisant"

Autant de "nouveaux droits" auxquels "personne ne croira si nous ne disons pas comment nous les finançons", a nuancé le Premier ministre, défendant la création d'un "âge d'équilibre" en plus de l'âge légal de départ en retraite, avec un "bonus-malus" pour inciter chacun à travailler plus longtemps.

Cependant, "il y a des marges de manœuvre" pour parvenir à l'équilibre financier, a-t-il ajouté, laissant la porte ouverte à d'autre options permettant notamment "d'individualiser davantage les trajectoires de départ à la retraite" et "d'éviter le caractère aveugle" d'une borne d'âge uniforme.

Le patronat a accueilli ces propositions favorablement, Geoffroy Roux de Bézieux (Medef) se disant "ouvert à discuter des modalités de l'âge d'équilibre" et François Asselin (CPME) considérant que ce dispositif serait "une mesure plutôt de bon sens".

Lire aussi : Retraites : une majorité de dirigeants veut que le gouvernement revoit sa copie

Mais pour les syndicats favorables à la réforme, le compte n'y est pas. La CFDT reste ainsi "fermement opposée à cet âge d'équilibre", a rappelé Laurent Berger, pour qui la "recherche de l'équilibre à court terme" est "un point dur".

"Ça reste insuffisant", a résumé Cyril Chabanier (CFTC), à qui "l'âge d'équilibre ne convient pas", d'autant plus qu'"il y a d'autres moyens d'y arriver", comme l'utilisation du Fonds de réserve des retraites.

"L'équilibre doit se travailler", a insisté Laurent Escure, regrettant que le gouvernement n'accepte "pas de nouveaux critères" de pénibilité. Le secrétaire général de l'Unsa a néanmoins indiqué que sa fédération cheminote avait décidé d'une "pause pour les vacances" après deux semaines de grève dans les transports.

Nouvelle journée de mobilisation le 9 janvier

Philippe Martinez (CGT), lui, a au contraire affirmé que "la grève n'est pas levée pendant les fêtes" et annoncé une nouvelle journée de mobilisation interprofessionnelle le 9 janvier contre une réforme qu'il "ne partage pas".

Un appel lancé conjointement avec Yves Veyrier (FO), qui considère que "c'est au gouvernement d'appuyer sur le bouton stop" et de "mettre de côté cette très mauvaise idée" de système universel à points.

Un "mauvais projet", à la fois "inutile" et "dangereux", a renchéri François Hommeril (CFE-CGC), qui va lui aussi "peut-être appeler au 9 janvier".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/12/2019 à 19:31 :
On dirait un chef d'entreprise! Dans ce cas il faut demander a son drh ! ah ah ah

En tout cas, en terme ce consensus, le dg a ses faiblesses.... Négocier a partir du septième jour, c'est une drôle de façon de faire.

Économiquement, c'est incroyable!

Exemple : c'est comme si je construisais une centrale nucléaire, qui devait coûter exemple 8 milliards, et finalement elle est pas terminé et coûtera 18 a 20 milliards....
a écrit le 21/12/2019 à 16:45 :
les partis de gauche sont contre la réforme uniquement pour gérer leurs parts de marchés, ils se moquent donc éperdument du fait que les plus démunis vont rester dans la mouise, ils sont contre la justice d'un régime unique de cotisations, les améliorations sociales, la fin des privilèges exorbitants et pris d'autorité sur nos implots,
les syndicats exactement de même, ils défendent leur clientèle de privilégiés et surtout pas le privé, les agriculteurs, les artisan.. qui travailent dur pour un salaire et une retraites de misère.
Et pire pour ceux citoyens qui se disent de gauche et qui donc sont contre ces avancées sociales et pour la justice et la solidarité parce qu'ils préférent le clientélisme électoral de ceux qui profitent des régimes spéciaux.

les masques tombent, le coeur à gauche mais le portefeuille à droite comme dit le proverbe..,
l'égoisme corporatiste de riches privilégiés sur le dos des plus démunis comme valeur de gauche...
Réponse de le 22/12/2019 à 18:12 :
Pardon, mais les petits actuellement dans le temps présent subissent la situation, et comme moi comprenne d'ou vient cette situation.

Quant a faire croire que la réforme serait bien pour eux, la c'est un peu de la mystification, car il est certain que la perte sera entre 150 et 300 euros!

Du l'argumentaire sur la "gauche", franchement nous constaterons a la fin du macronisme, la destruction de valeur qu'il y aura derrière!

Si l'histoire de général électrique et alstom ne l'est pas......

Alors explique que depuis 7 ans ce monsieur est au pouvoir, mais il produit une politique qui est en totale rupture du pacte social.

Nous en avons les résultats, la stratégie du chaos. Deux ans de suite, l'année prochaine c'est quoi?

Pour la masse des gens qui vont connaître des périodes de chômage, si nous n'avons pas une politique d'emploi, (réels, car si c'est comme delevoye) disons qu'effectivement tout le monde peut porter la chose.

Mais des jobs marchant, qui auraient justement une portée de développement. Donc la question n'est pas la droite la gauche, mais la vision.

Et comme celle ci est la réduction de mes droits, ça c'est concret!

Et vouloir faire avaler le fait que cela n'est pas le constat de ceux qui sont censés nous vouloir du bien, bon c'est qu'il y a un problème.

Et je ne crois pas que cela soit la population le problème, les petits, mais ceux qui prétendent aux clefs tout en n'ayant finalement que des constats amers a fournir !
a écrit le 21/12/2019 à 16:36 :
s'auto-octroyer dans un monopole (dond sans risque de concurrence) des faveurs totalement hors normes par rapport aux employés qui font un travail équivalent ailleurs (routiers..), en prenant d'autorité l'argent dans la caisse publique, donc en créant des déficits, argent pris au contribuable sans qu'il ait un mot à dire et sans contrepouvoir, c'est littéralement du détournement d'argent public en bandes organisées.

Et ça représente 3 milliards pour le régime spécial de retraite de la SNCF, mais sans intégrer sans intégrer les avantages salariaux totalement hors normes (ils passent tous cadres..), et tout le reste (CE..), 7 milliards pour l'ensemble des régimes spéciaux.

il faudrait qu'un collectif de cytoyens porte plainte pour détournement d'argent public en bandes organisées (faute que la justice en prenne l'initiative, mais 7 milliards, elle ne voie pas...)
Réponse de le 22/12/2019 à 18:18 :
pour cela et tenir ce discours, il faudrait donc voir la drh de davos qui mélange des genres pourrait en faire une analyse comme ministre du travail..

C'est vrai que dans une entreprise il faut un drh au développement....

Sinon a la retraite, ou vous avez un ministre en dehors de la constitution, d'ou le trafic d'influence, qui a nommé les députés, c'est cela?

Quelles sont les retraites qui ne changent pas? Je rappels aussi que ce qui est droit est ainsi fait par l'histoire, donc finalement cela d'ou vous parlez cela aiderai au débat!

Parce que les droits supposé, voudrait que l'on regarde la probité de chacun, le carnet d'hortefeux peut le dire! ou peut être le président de l'assemblée nationale?

Sinon avec le premier ministre fillon, ou peut être bayrou.

Non, simplement ne pas mettre le rapport du volume d'individu, donc faire la ventilation serait aussi d'en faire une question mathématique, pour savoir ce que cela représente par individu.

Il serait intéressant de le faire dans la politique, non ?
a écrit le 21/12/2019 à 16:33 :
il y a vraiment la france du monde politique et administratif qui se gave d'argent public (l'argent pris au privé), en travaillant peu et avec l'emploi garanti par statut et renvois d'ascenseurs, et la france du monde du travail privé qui créé la richesse et l'emploi, qui travaille dur, avec risques sur l'emploi et est est saignée par la première qui transforment toute la richesse en deficits, dette et chomage de masse ..pour le privé...
comment on sort de cet esclavage ?
a écrit le 21/12/2019 à 10:22 :
Ce Macron c'est vraiment un anaqueur tout cela vise a raquetter en particulier les cadre du privé qui travaille deja largement plus que 35 heures et qui de surcroit devraient aller jusqu'a 64 ans sachant que plus de boulot a partir de 55 ans.
Et la retraite des presidents ministres deputés senateurs et tous les autres
quelle reforme?
a écrit le 21/12/2019 à 9:26 :
il faut arreter d'etre "c;;;;;;" soit disant beaucoup de gens ont le bac et donc sont plus intelligent on ne le voit pas dans les grevistes meme les dirigeant syndicaux n'ont plus la maitrises de leur troupe sans parler de l'agitateur chronique a la grosse moustache
on brasse de l'air mais on propose rien de constructif la preuve ( ouvert au dialogue) cela fait 2ans que l'on discute et cela n'avance pas alors le gouvernement siffle la fin de la partie et decide du programme et IL A RAISON maintenant on peut ne rien faire et decider comme en grece pour reflouer les caisses de reduire de 30 a 50% les retraites et la merci les syndicats et le"dialogue" sociale
Réponse de le 22/12/2019 à 18:22 :
créer de l'emploi (dans une révolution technologique, il y a des visibles, donc c'est une question de vision ).

Avec macron, nous avons le summum du clone qui ne voit que le passé et pas l'avenir, donc logique !

Mais il y a des clefs actuellement !

Un drh a l'emploi administratrice de davos et business france, vous pensez qu'il va y avoir de l'innovation!

L'obsolescence de l'élite est le problème !
a écrit le 21/12/2019 à 9:22 :
il faut arreter d'etre "c;;;;;;" soit disant beaucoup de gens ont le bac et donc sont plus intelligent on ne le voit pas dans les grevistes meme les dirigeant syndicaux n'ont plus la maitrises de leur troupe sans parler de l'agitateur chronique a la grosse moustache
on brasse de l'air mais on propose rien de constructif la preuve ( ouvert au dialogue) cela fait 2ans que l'on discute et cela n'avance pas alors le gouvernement siffle la fin de la partie et decide du programme et IL A RAISON
a écrit le 21/12/2019 à 8:48 :
Nous savons tous que la retraite à point est une escroquerie et vise à diminuer le montant des retaites : il est quasiment impossible pour la majorité des français de travailler jusqu'à 64 ans. Muriel Penicaud a été épinglée par la HATVP pour son emploi "bénévole" pour le forum de DAVOS (vous apprécierez) et comme je l'ai dit auparavant, elle dit (je cite) : la nécessaire régulation sociale de la mondialisation". ENcore une fois, ce n'est pas la régulation économique mais la régulation sociale, rien ne vous choque dans ces propos ? Donc preuve est faite (depuis longtemps) que ce gouvernement ne roule pas pour les français mais bien pour quelques uns, vive le libéralisme ! Si être un peu gêné par le manque de transport énerve plus les français que leur retraite diminuée de 10 à15%, je ne sais pas où va le peuple français...mais surement pas dans la bonne direction. A croire que les GAFAM et le téléphone portable ont fait leur travail de lobotomisation.
a écrit le 21/12/2019 à 7:51 :
"Le gvt en sera le garant". Ils osent tout.
Le mensonge erige en vertu.
a écrit le 21/12/2019 à 0:14 :
j' ai testé plusieurs scénarios- situations du "simulateur" du gouvernement..c' est drôle dans 89% des cas (40 tests) nous sommes tous perdants (privé-public) de 120-387€ jusqu' à 63 ans .. la tendance s' inverse un peu à 64 ans puis s'améliore à 67 ans ...c' est étrange non?
En fait le gouvernement cherche bien:
1/ à faire travailler tout le monde jusqu' à 64 ans voire vise les 67 ans comme dans la majorité des pays européens
2/ faire des économies sur le niveau de pension puisque il ne doit représenter que 14% DU PNB même s' il y 1 million de retraités sup d' ici 20 ans ...le "gâteau collectif" sera le même mais pour plus de gens bref la part individuelle trés diminuée..
Pourquoi ne pas respecter l' engagement présidentiel donné ?
pourquoi ne pas appliquer la réforme aux retraités vu que c' est la génération suivante qui payent pour une retraite qu' elle n' aura peu ou pas?
lrem , gare à l' effet Boomerang vous allez décevoir voire énerver une frange de la population qui vous a élue majoritairement...
au fait que viens faire le fond activiste " black rock" dans le sujet de la réforme des retraites ? quel est son rôle et son influence dans les rangs des lrem gouvernement... depuis quand un groupe économique dicte sa loi à une démocratie occidentale?
a écrit le 21/12/2019 à 0:13 :
j' ai testé plusieurs scénarios- situations du "simulateur" du gouvernement..c' est drôle dans 89% des cas (40 tests) nous sommes tous perdants (privé-public) de 120-387€ jusqu' à 63 ans .. la tendance s' inverse un peu à 64 ans puis s'améliore à 67 ans ...c' est étrange non?
En fait le gouvernement cherche bien:
1/ à faire travailler tout le monde jusqu' à 64 ans voire vise les 67 ans comme dans la majorité des pays européens
2/ faire des économies sur le niveau de pension puisque il ne doit représenter que 14% DU PNB même s' il y 1 million de retraités sup d' ici 20 ans ...le "gâteau collectif" sera le même mais pour plus de gens bref la part individuelle trés diminuée..
Pourquoi ne pas respecter l' engagement présidentiel donné ?
pourquoi ne pas appliquer la réforme aux retraités vu que c' est la génération suivante qui payent pour une retraite qu' elle n' aura peu ou pas?
lrem , gare à l' effet Boomerang vous allez décevoir voire énerver une frange de la population qui vous a élue majoritairement...
au fait que viens faire le fond activiste " black rock" dans le sujet de la réforme des retraites ? quel est son rôle et son influence dans les rangs des lrem gouvernement... depuis quand un groupe économique dicte sa loi à une démocratie occidentale?
a écrit le 20/12/2019 à 21:49 :
À des degrés divers, les annonces faites par Édouard Philippe, jeudi, n'ont pas convaincu les syndicats.

nous ne sommes pas syndiqués, Edouard Philippe ne nous a pas convaincus non plus

nous sommes de la France silencieuse qui ne supporte plus les mensonges les blas blas les basses manoeuvres la violence le mépris du gouvernement Philippe et des gamins immatures LaREM
Réponse de le 21/12/2019 à 7:11 :
C'est exactement mon sentiment .
a écrit le 20/12/2019 à 17:50 :
un habile subterfuge ! mais tous les français sont concernés. et ne sont pas dupe une embrouille dans cette carambouille! ..chez nos politiciens on est plus souvent dupé par la défiance que par la confiance . que de. mépris. de leur part . ou amteurisme
a écrit le 20/12/2019 à 17:50 :
un habile subterfuge ! mais tous les français sont concernés. et ne sont pas dupe une embrouille dans cette carambouille! ..chez nos politiciens on est plus souvent dupé par la défiance que par la confiance . que de. mépris. de leur part . ou amteurisme
a écrit le 20/12/2019 à 15:06 :
la retraite a points une escroquerie le retraite des cadres etant à points est bloqué depuis 6 ans alors lorsqu 'on dit que le point ne baisse pas avec une inflation a 1,8 en2018 on se moque de nous il faut améliorer le système actuel mais surtout pas la retraite à points même pour les couples avec 3 enfants actuellement mari et femme ont 10 pour cent chacun alors qu'avec le nouveau système c'est15 pour cent pour l'homme ou la femme donc perte de 5pour cent et en cas de divorce qui va en bénéficier ?
a écrit le 20/12/2019 à 12:56 :
vu qu'a cause des syndicats les gens sont obliges de prendre leur voiture, donc rechauffent la planete et tuent des ours blancs ( sans que Greta ne manifeste contre ses neo copains d'ultra gauche, hein), je suggere qu'on colle un impot ecolo aux syndicats pour lutter contre le rechauffement climatique
il faut leur confisquer leur argent, celui de leurs CE ainsi que tous leurs chateaux et parc immobilier!!!
ca , ca sera ecolo et solidaire donc moral!
Réponse de le 20/12/2019 à 14:14 :
C'est fou comme personne n'a rien compris aux enjeu qui sont en cours. Pour le CETA vous avez pas vraiement fait de commentaires sur ce sujet? mais des que ca touche votre petite personnes et que les services rendu du service public ne sont pas présent, ah bas sa commente lâchement derrière un clavier.
a écrit le 20/12/2019 à 11:34 :
Quand vous entendez la ministre du travail qui dit, je cite : "la nécessaire régulation sociale de la mondialisation, ajoute la ministre du travail", vous avez tout compris, non non il ne s'agit pas de la régulation économique mais bien de la régulation sociale, on pourrait traduire par "nécessaire paupérisation des populations".
a écrit le 20/12/2019 à 11:23 :
comme avec les 90 km / h il veut enfumer mais ne rien changer
a écrit le 20/12/2019 à 11:15 :
Je viens d'apprendre qu'un soutien de poids vient d'entrer en scène : Jeff Bezos peit milliardaire nécessiteux, il constate avc grand plaisir que ses affaires s'améliorent et il pourra avoir un peu de caviar à Noel Merci pour lui et merci aux grévistes d'avoir permis à Jeff de faire un bon reveillon et peut être le pere Noël le gatera aussi
Réponse de le 20/12/2019 à 17:33 :
Il n'a pas besoin de grévistes pour gagner ou perdre du pognon.

Six milliards d’euros. C’est la somme qu’a perdu en une soirée l’homme le plus riche du monde. La fortune de Jeff Bezos a dégringolé à 103,9 milliards de dollars (93,8 milliards d’euros) le 24 octobre dernier lui faisant perdre, durant quelques heures, sa couronne d’homme le plus fortuné de la planète au profit du cofondateur de Microsoft, Bill Gates (105,7 milliards de dollars). Un titre qu’il a cependant récupéré dès le lendemain, explique Forbes. Les pertes impressionnantes de Jeff Bezos sont dues aux mauvais résultats de son entreprise, Amazon, pour le troisième trimestre 2019.
Réponse de le 22/12/2019 à 18:32 :
l'inversion de la charge de responsabilité ne peut se faire dans le cas présent!

Témoins de la scène, le choix est fait sans aucune négociation, attendre 7 jours pour que le gouvernement le fasse, et fassent la pleureuse pour les enfants qui ne pourrons prendre le train.

Tout ça est minable, impactant économiquement, devant des impotents qui ne produisent que chaos!

Ceci est le présent, et a le croire, difficile d'imaginer l'avenir autrement !

C'est aussi la ou nous avons justement le vide de la vision, de ce qui devait être mais encore une fois, je ne crois pas qu'un gestionnaire de compte puisse disposer des clefs pour visualiser la révolution technologique devant nous.

Et si l'on ajoute le financement des starts up, qui est aussi vide que de croire que tout cela est visible pour une société qui ne se reproduit pas.

Disons que vouloir faire une réforme de la retraite, alors qu'il faut développer l'emploi dans cette révolution technologique, avec changement de paradigmes, que voyons nous?

Un type seul qui décide de faire baisser nos conditions, sachant qu'il ne s'agit économiquement pas d'un danger de l'immédiat.

Et puis choisir la date de sortie du texte 7 jours après le conflit, cela veut dire que rien n'a été négocié en fait.

Pire, le texte est de celui qui s'est exfiltré de la constitution!

Alors je crois surtout qu'il faut redonner a césar, la responsabilité du scénar ....


En tout cas pas
a écrit le 20/12/2019 à 11:09 :
Aprés ces discussions entre gouvernement et syndicats, le président de Flixbus remercie les cheminots grévistes il les soutient de tout son pouvoir il est de tout cœur avec eux. c'est un soutien très solide il se peut qu'il donne quelque chose au fonds de solidarité
Que les agents de la RATP ne s’inquiètent il ont eux le soutien du patron de G7 et aussi des patrons de VTC Lecab et kapten qui les remercient pour l'aide qu'ils apportent au succès de leurs entreprises, Hertz Europcar Avis et les loueurs de voitures ne sont pas en reste.
Mr Martinez propose de continuer le mouvement, les soutien à la greve ne manqueront pas ils en a même qui proposent de faire durer la greve jusqu'au 9 Janvier, les calendes grecques seraient encore mieux, je compte investir sur les actions des loueurs de voitures qui ont bien besoin d''un coup de pouce , Merci Mr Martinez
a écrit le 20/12/2019 à 10:24 :
J'ai parcouru le simulateur de retraite, celui ci est a peu près correct, pour les catégories C qui sont perdantes, et encore en incluant des primes à hauteur de 18% des revenus, ce qui est loin pour beaucoup de la catégorie C. Par contre, il sous estime les primes des hautes catégories A et au dessus pour éviter qu'on s'aperçoive de la hausse spectaculaire des retraites que ces catégories vont avoir si la réforme passe !!!!
a écrit le 20/12/2019 à 10:24 :
J'ai parcouru le simulateur de retraite, celui ci est a peu près correct, pour les catégories C qui sont perdantes, et encore en incluant des primes à hauteur de 18% des revenus, ce qui est loin pour beaucoup de la catégorie C. Par contre, il sous estime les primes des hautes catégories A et au dessus pour éviter qu'on s'aperçoive de la hausse spectaculaire des retraites que ces catégories vont avoir si la réforme passe !!!!
a écrit le 20/12/2019 à 9:39 :
"Il a ainsi promis une prise en compte "plus généreuse" de la pénibilité, en jouant sur les seuils du travail de nuit (110 nuits par an au lieu de 120 aujourd'hui) ou en "trois-huit" (30 nuits par an au lieu de 50)"

J'ai un ami qui vient de prendre un boulot qui consiste à déplacer et couper des blocs de pierre, puisque nos politiciens sont incapables de savoir ce qu'est la pénibilité je propose à chacun de nos LREM de venir le remplacer sur une journée, rien qu'une seule. Leur ignorance en la matière est scandaleuse une raison suffisante pour que tous démissionnent.

Les souris votent pour les chats.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :