Réforme des retraites : Delevoye remplacé par un novice en politique

 |   |  684  mots
Laurent Pietraszweski
Laurent Pietraszweski (Crédits : Facebook Laurent Pietraszweski)
Le gouvernement a désigné Laurent Pietraszewski, ce mercredi 18 décembre, secrétaire d'Etat chargé des retraites en remplacement de Jean-Paul Delevoye.

Le gouvernement a désigné, ce mercredi 18 décembre, celui qui doit remplacer Jean-Paul Delevoye à la barre de la très contestée réforme des retraites. Il s'agit de Laurent Pietraszewski, député LREM du Nord. Le nouveau secrétaire d'Etat a affirmé dans la foulée qu'il s'inscrirait dans la "continuité" de Jean-Paul Delevoye afin de "poursuivre le dialogue" avec les partenaires sociaux, qu'il a assuré de son "entière disponibilité", à quelques heures d'entretiens cruciaux à Matignon. M. Pietraszewski participera ce mercredi après-midi, aux côtés du Premier ministre Edouard Philippe, à une série de rendez-vous avec les leaders syndicaux et patronaux.

"Je veux leur redire mon entière disponibilité et mon attachement au rôle et à la responsabilité qu'ils ont à nos côtés pour réfléchir à la construction du futur système universel de retraite, dans une logique de démarche concertée", a déclaré l'ex-député du Nord lors de sa passation de pouvoir avec M. Delevoye.

Vantant "l'engagement sans borne" et "le travail immense de concertation" mené par son prédécesseur depuis plus de deux ans, le nouveau secrétaire d'Etat a promis de s'inscrire dans sa "continuité". Une garantie "indispensable pour poursuivre le dialogue social auquel je crois intimement et je suis profondément attaché", a-t-il ajouté.

Peu d'expérience politique

En gage de stabilité, M. Delevoye a indiqué que son successeur garderait la même équipe de conseillers, preuve selon lui qu'"il n'y a pas de rupture au moment où (le gouvernement est) en train d'écrire la loi". Le profil de Laurent Pietraszewsk contraste nettement avec celui de son prédécesseur.

Là où Jean-Paul Delevoye incarnait 40 ans de politique et les fonctions les plus prestigieuses de la République, Laurent Pietraszewski, 53 ans, est un nouveau venu, issu de la société civile, qui n'avait jamais été élu, ni encarté avant de découvrir En Marche !, le mouvement qui a accompagné l'ambition présidentielle d'Emmanuel Macron.

"J'ai rejoint En Marche le 6 avril 2016 le jour de l'ouverture de la plateforme", avait dit ce spécialiste des ressources humaines à l'AFP en 2017, après son élection, avec 67,17% des voix face à Nathalie Acs (FN), dans la 11ème circonscription du Nord. Né à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) en novembre 1966, M. Pietraszewski a grandi jusqu'à l'âge de 6 ans à Epinay-sur-Seine, avant de passer son adolescence à Lambersart, près de Lille.

Un ancien cadre d'Auchan

Après un DEA en économie appliquée à l'université Lille I, il travaille dans le management opérationnel chez Auchan pendant dix ans. Ensuite, il occupe un poste dans les ressources humaines pendant huit ans dans sept sites différents du géant de la grande distribution. Depuis 2010, il est spécialisé dans la gestion de carrière et le recrutement chez Auchan. Son collègue Christophe Itier loue d'ailleurs dans Le Monde le "profil managérial" de celui qui est parvenu à fédérer les comités En marche ! dans le secteur d'Armentières, en "rassemblant des talents de droite et de gauche".

Lire aussi : Retraites : plus de 435.000 manifestants dans 110 villes (hors Paris) selon la police

A l'Assemblée, il est membre de la Commission des affaires sociales. Il a été le rapporteur des lois travail, une fonction qui lui permet d'attirer l'oeil de l'exécutif. II s'illustre notamment lors des débats en commission et en séance publique. "C'est une réforme qui cherche à renforcer le dialogue social, je me sentais très concerné. J'ai donc postulé pour devenir membre de la commission des affaires sociales puis pour être rapporteur du texte", explique-t-il au Monde. En août dernier, il était décrit comme "celui qui connaît le mieux le sujet" des retraites, par un membre de la commission des affaires sociales cité par Le Figaro.

Depuis septembre 2019, il est également porte-parole du groupe des députés La République en Marche Il est engagé dans l'association "Force femmes", chargée d'aider les femmes de plus de 45 ans à trouver du travail. Il est aussi dans le conseil d'administration de l'Institut du marketing et du management de la distribution (IMMD) à Roubaix.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/12/2019 à 9:32 :
Mon nom est Sofia, des États-Unis.
Savez-vous que Dr.Pellar est comme un Dieu sur Terre? C'était comme un rêve pour moi quand mon mari m'a dit que c'était fini et que nous voulions divorcer, Alexis était l'amour de ma vie et nous nous aimons tant que nous ne pouvons pas trop nous éloigner les uns des autres , nous pour tout et notre vie conjugale a été merveilleuse et belle jusqu'à ce que j'entende un malentendu puis je me suis battu avec Alexis pour le divorce et il m'a dit que c'était fini, j'ai tout essayé pour l'arrêter sur sa décision qu'il n'a pas arrêté, mais il a refusé. J'étais déprimée, je pleurais et j'ai dit à mon amie Hannah la décision prise par Alexis lorsque mon amie m'a dit que le Dr Pellar avait réuni son mariage, alors j'ai immédiatement contacté le Dr Pella via son e-mail drpellar@gmail.com et il m'a dit ma situation. et il a répondu et a dit qu'il m'aidera avec son sort et je verrai le résultat dans 12-16 heures. J'ai fait exactement ce qu'il m'a dit et j'ai été tellement surprise quand mon mari m'a appelé et m'a dit que j'étais désolé et que j'avais annulé mon divorce. Dr.Pella est un Dieu sur Terre Contactez-le par email: drpellar@gmail.com
a écrit le 19/12/2019 à 14:06 :
tiens tiens un ancien qui vient du " NEGRIER"

et celui ci doit prendre en main ce dossier???? J'allucine, car je connais bien Auchan, ceux là même qui ont touché pendant des années l'aide de l'état pour les employés?????? Quelle honte. En plus pour ne plus payer les heures supp aux A.M. ils les ont mis cadre, mais toujours au bas de l'échelle. Bref un milliardaire radin et surtout des incompétents aux postes clés. Mais ils sont de la famille, donc compétent ou pas tu as ton poste, un peu comme dans le public......
a écrit le 19/12/2019 à 12:07 :
Hou, mes oreilles bourdonnent en entendant 70 000 euros d'indemnités de licenciement c 'est une somme astronomique que voilà ! quand ont voit le montant du smic, des salaires et des pensions. C'est inacceptable. Auchan grande surface, qui ne sait plus quoi inventer pour faire des profits, dans les bouches du Rhône un Auchan qui se distingue : dans les rayons un petit prix, sur le ticket de caisse le prix a doublé. Une promotion mais voilà à la caisse, ce n'est plus une promotion. Et bien quand le ticket de caisse aura disparu, je n'irai plus auchan
a écrit le 19/12/2019 à 9:34 :
Un "novice en politique", ça veut dire quoi ? Un type honnête et pas trop stupide ?
Un naif en tout cas pour accepter ce travail.
a écrit le 19/12/2019 à 8:41 :
LE gars qui a viré une caissière alors que pour une erreur de comptabilité de 80 centimes ? SI c'est vrai c'est tout simplement inacceptable qu'il soit à ce poste là. Quand on méprise les travailleurs, ceux qui font que l'oligarchie soit grassement entretenue à rien faire, on ne peut pas être dirigeant.
Réponse de le 19/12/2019 à 10:21 :
C'est l'abbé Pierre ce DRH .
a écrit le 19/12/2019 à 1:20 :
On a a peine le temps d'apprendre son nom que déjà la presse se rue sur ce pauvre type : une histoire de pain au chocolat et de plus diffuse et fait diffuser, par ailleurs de fausses nouvelles, qualifiant d'appointements & salaire MENSUELS de plus de 70.000 €  une somme qui n'en est pas puisque s'agissant d'une indemnité de licenciement versée par auchan.
Calomniez, calomniez.... il en restera toujours quelque chose.
Réponse de le 19/12/2019 à 7:31 :
Vous avez raison, non seulement la presse ne fait plus son boulot de vérification et de mise en perspective des informations, mais elle est de plus en plus souvent à la remorque des rumeurs et amalgames colportés sur les réseaux sociaux.
Réponse de le 19/12/2019 à 9:42 :
L'histoire du pain au chocolat est malheureusement vérifiée. Pour les 70.000 € les explications fournies posent question et méritent des investigations/justifications complémentaires. (Un licenciement économique n'est pas une démission).On est donc dans la suspicion mais pas dans la calomnie.
Réponse de le 19/12/2019 à 10:00 :
La presse ne fait que reprendre les postions de l' "AFP propagande d' état" et de faire ensuite un coloriage par clivage. Quand tous sont d' accord sur ce préalable, maintenir la politique de Bruxelles sur la pays via la feuille de route des GOPE s' adressant une fois l' an à leur représentant choisi par une presse subventionnée fabriquant l' opinion.

Nous devons urgemment revenir à une presse de convictions et de débats qui respecte enfin la charte de Münich du journalisme ce qui est notoirement au programme de l' UPR,
Heureux anglais, Frexit, vite..
CQFD-
a écrit le 18/12/2019 à 19:55 :
Ce gouvernement fait les fonds de tiroirs!!
a écrit le 18/12/2019 à 19:31 :
Novice ou pas, il aura les GOPE de Bruxelles à Macron comme les autres. J' en ai une bonne à partager entre amis, voyez les positions initiales de notre héraut des GOPE à la seule fin de sa faire élire qui sont à rapprocher des positions boostées, gopettées d' aujourd'hui.
"Protéger les retraités ? Macron a menti ! La preuve" Vous allez rire mais ..jaune!
Heureux anglais, UPR, Frexit vite..
a écrit le 18/12/2019 à 17:29 :
Le cabinet de mr Laurent Pietraszewski expliquerai que les 72 500 € touchés en 2019 correspondent à une prime de licenciement économique payée par Auchan ;

c'est une drôle d'explication, pour rappel mr Laurent Pietraszewski était responsable ressources humaines

DONC es-qualité d'expert ... il connait le code de la sécurité sociale et le code du travail en matière de licenciement économique

Mr Laurent Pietraszewski a été élu Député LaREM et il a du démissionner de son poste à Auchan

comment les organes de la Sécurité Sociale et de Pole Emploi auraient-ils pu admettre cette transgression ...*** transformer une démission en licenciement économique***

Est-ce tolérable ?
Réponse de le 18/12/2019 à 17:54 :
Il peut aller aux prud'hommes s'il est pas content. Ah ces patrons voyous qui se croient tout permis.

Laulau, te laisse pas faire, les lapins sont avec toi
Réponse de le 18/12/2019 à 19:54 :
Il y a comme un problème. Ca ressemble à un accord entre Auchan et l'individu.
le problème est qu'un licenciement économique ouvre des droits (chômage...) que n'offre pas la démission. Ça pourrait être considéré comme une forme d'escroquerie sociale.

Ce que je ne comprends pas c'est pourquoi ils n'ont pas fait jouer la rupture conventionnelle. C'était tout bénéfice pour les deux parties.... a moins que les relations avec son ex-employeur aient été exécrables et que l'employeur n'ait pas voulu lui faire le "cadeau" d'une rupture conventionnelle, sans toutefois vouloir risquer un contentieux aux prud'hommes en cas de licenciement sec.
Réponse de le 19/12/2019 à 7:37 :
@Effectivement : j'imagine que Pietraszewski, élu député, n'a pas ouvert un dossier de demande d'indemnisation du chômage, et que même s'il l'avait fait, que Pôle emploi l'aurait refusé... il sera toujours temps de lui verser des indemnités de chômage à la fin de la législature s'il ne retrouve ni un poste de ministre ni un siège de député.
Réponse de le 19/12/2019 à 10:14 :
Rien ne semble très clair autour de ce Monsieur Laurent Pietraszewski,

TOUT RESTE A ECLAIRCIR avec force détails en partant du début de sa carrière politique et de son financement,

y a t-il eu cumuls de revenus, lesquels, légaux ou en contravention avec le droit et les obligations morales d'un élu de la République "EXEMPLAIRE" de Macron

en même temps,

c'est aussi le plus grand trouble dans le projet porté par son prédécesseur Monsieur DELEVOYE moralisateur invétéré lui même surpris de totale mauvaise foi ;

Voici UN TRAVAIL INDISPENSABLE pour les vrais journalistes de la presse écrite,

(l'on a bien comprit que les journalleux des radios et de la presse télévisuelle d'actualités en continu n'ont jamais sorti aucune affaire, préférant lire docilement les prompteurs de l'elysée et matignon plutot que de faire leur vrai travail d'enquête)
a écrit le 18/12/2019 à 17:22 :
directeur des ressources humaines = fossoyeur des plans sociaux .....
a écrit le 18/12/2019 à 17:00 :
Sa photo me fait penser au film Hellraiser, mais sans les clous.
a écrit le 18/12/2019 à 16:10 :
Le gouvernements fait les fonds de tiroirs. Il va bientôt être obligé de s'adresser à une société d'intérim !
a écrit le 18/12/2019 à 16:05 :
ON connait les méthodes de dessalage des Mulliez/AUCHAN...lorsque un cadre ne plaît plus on ne le met pas à la porte loyalement ...on le nomme gardien de la porte jusqu'à qu'il s'en aille...c'est beaucoup moins cher...alors bon courage pour la nouveauté....AUCHAN Hénin-Beaumont a aussi de bons conseillers à sa porte...!
a écrit le 18/12/2019 à 15:28 :
attendons de voir les slogans!!! bien malin le greviste qui arrivera a prononcer "Pietraszewski demission"!
a écrit le 18/12/2019 à 14:35 :
Ne me dites pas que son passage au gouvernement lui donnera droit a des bonus lors de sa retraite?
a écrit le 18/12/2019 à 13:45 :
Un amateur de défis de haut vol ?
a écrit le 18/12/2019 à 13:32 :
Un ancien DRH (directeur des ressources humaines) de la grande distribution. Enfin un homme de terrain qui connait bien la frontière entre les assistés profiteurs malgrè eux, et les travailleurs pauvres. Clairement, la réforme va prendre un nouveau visage qui risque de plaire au peuple, mais peut-être pas aux employés de l'Etat.
Réponse de le 18/12/2019 à 14:26 :
C'est sûr que le type qui a prononcé une mise à pied contre une employée pour une erreur de caisse de 80 centimes est l'homme de la situation.
Tout enclin au dialogue et à l'apaisement qu'on le devine.
L'employée d'Auchan qui on le notera fût placée en garde à vue.
Nul doute que la justice, indépendante et impartiale, sera aussi sévère avec Delevoye par exemple.
Réponse de le 18/12/2019 à 18:10 :
C'est un assisté qui a tourné à plus de 65 K€ de salaire NET chez Auchan ces dernières années et qui n'a pas laissé de bons souvenirs a ses interlocuteurs.

Socialement c'est un neo-con pur jus. Autant dire que la dialogue promet d'être plus âpre que productif.

A l'évidence Macron veut passer en force. La constitution permet toute sorte de viol de Marianne mais il y aura un prix à payer dans les urnes ensuite pour LAREM.

Et aussi un prix en matière de soutien des députés. je ne serais pas surpris que le 1/3 des députés LREM lâchent le pouvoir après les municipales.
Macron va connaître les délices de la fronde.
a écrit le 18/12/2019 à 13:29 :
Un ancien DRH (directeur des ressources humaines) de la grande distribution. Enfin un homme de terrain qui connait bien la frontière entre les assistés profiteurs malgrès eux et les travailleurs pauvres. Clairement, la réforme va prendre un nouveau visage qui risque de plaire au peuple, mais peut-être pas aux employés de l'Etat.
Réponse de le 18/12/2019 à 17:12 :
Il a liquidé près de 900 personnes à Auchan qui était loin de la retraite à 62 ans d'ailleurs,
Réponse de le 18/12/2019 à 20:37 :
C'est du second degré?
a écrit le 18/12/2019 à 13:00 :
Ce mosieur a peut être déjà des casseroles ... des déclarations incomplètes ou ... cachotières sur ses activités des 5 années précédentes à celle de son élection comme député ;

une somme de 72 500 € ... pour 2 mois de travail au service d'un gentil donateur industriel... durant son mandat de député ... que luxe EN MÊME TEMPS -)
a écrit le 18/12/2019 à 12:32 :
70000euros c'est ce qu'aurait perçu ce monsieur de la part d'Auchan l'année dernière mais à quel titre?; il était déjà député. mais sans doute est-ce une basse manoeuvre destinée à salir ce remplaçant d'un autre "honnête" homme le delevoye.
Réponse de le 18/12/2019 à 13:44 :
Vous n'êtes pas sans savoir que le groupe Auchan fait bénéficier ses salariés d'un intéressement sous la forme d'un fonds (ValAuchan devenu ValFrance) dont les salariés sont actionnaires. Evidemment Pietraszweski , qui faisait partie du top management du groupe, devait en détenir un nombre substantiel de parts, et les 70k€ perçus en 2018 correspondent probablement à son intéressement sur l'exercice 2017, au cours duquel il était employé d'Auchan pendant les 6 premiers mois. De toutes façons sa déclaration d'intérêt permettra certainement d'éclairer cette question.
Réponse de le 18/12/2019 à 13:56 :
Finalement après vérification : après avoir été élu député, Pietraszweski a demandé du groupe Auchan une suspension de son contrat de travail plutôt que de démissionner, c'est une saine précaution car un nouveau député est toujours susceptible de faire l'objet d'une invalidation par le CC de son élection (voir le cas d'Isabelle Quoy-Muller dans la 1è du Val d'Oise, élue députée LREM en juin 2017 puis invalidée parce que son suppléant était inéligible, car il avait exercé les fonctions de président de tribunal prud'homal moins de 6 mois avant l'élection, et qui, suite à une partielle, n'a pas retrouvé son siège). Le groupe Auchan a finalement décidé de le licencier économiquement et les 70k€ correspondent à son indemnité.
Ceci étant, apparemment, c'est bien le "tueur" dont on a besoin pour mener cette réforme...
Réponse de le 18/12/2019 à 14:14 :
un nouveau fusible ? pour eux le sens commun n existe pas
a écrit le 18/12/2019 à 12:08 :
Un stagiaire de plus.
Les syndicats vont avoir en face d'eux un type qui ne connaît pas l'ABC du droit social, ni personne, et encore moins le contenu de la réforme.
Soit c'est un génie, mais s'il y en avait au gouvernement on s'en serait rendu compte, soit c'est une marionnette qui est là pour faire semblant de... pendant que Philippe fait passer SA réforme au parlement.

A ce rythme les vraies négociations ne démarreront pas cette année... et les usagers des transports en commun continueront de marcher.
Réponse de le 18/12/2019 à 12:28 :
@bref... 18/12/2019 12:08
On peut se demander si vous avez lu l'article avant de commenter ....
Citation
"il occupe un poste dans les ressources humaines pendant huit ans dans sept sites différents du géant de la grande distribution"
et
"Il a été le rapporteur des lois travail"
Il faut espérer qu'il n'y a pas de casseroles..
Cordialement
Réponse de le 18/12/2019 à 13:37 :
Je le re- redis comme disait le grandJacques.
Une occasion inesperee de discrediter micron et sa bandenmarcheonsaitpasouBloquez tout pendant un mois. Il dechantera, fera comme ses predecesseurs et perdra toute son aura de petit roitelet qui se prend pour Cesar
Réponse de le 18/12/2019 à 13:45 :
en termes de connaissance du droit social ce n'est assurément pas un perdreau de l'année.
Réponse de le 18/12/2019 à 18:29 :
A mon avis il a liquidé plus de salariés que de retraites et il n'a jamais eu a dealer avec les syndicats de la fonction publique et à ce niveau.

Donc les subtilités des 42 régimes de retraite, leur histoire, leur légitimité (ou pas), il ne les connaît pas.
Delevoye était une encyclopédie sur patte, lui c'est un béotien qui en plus traine une sale réputation de tueur. Les syndicats ne lui feront aucune confiance, ce qui veut dire pas de concession et réforme au point mort.
a écrit le 18/12/2019 à 11:59 :
Quelqu'un a t il déja consulté ses déclarations de patrimoine et d'intéret auprès de la HAVP????

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :