Retraites : des rassemblements contre le 49-3, la permanence de Philippe caillassée au Havre

 |   |  569  mots
Edouard Philippe a annoncé samedi son choix de recourir à l'article 49.3 de la Constitution pour valider sans vote le projet de loi ordinaire sur la réforme des retraites, contestée dans la rue depuis trois mois.
Edouard Philippe a annoncé samedi son choix de recourir à l'article 49.3 de la Constitution pour valider sans vote le projet de loi ordinaire sur la réforme des retraites, contestée dans la rue depuis trois mois. (Crédits : CHARLES PLATIAU)
A Paris, Lille, et Bordeaux quelques centaines de personnes se sont rassemblées samedi soir après que le Premier ministre ait annoncé qu'il aurait recours à l'article 49.3 de la Constitution pour valider sans vote le projet de loi sur la réforme des retraites. Au Havre, le local de campagne d'Edouard Philippe, tête de liste aux municipales, a été vandalisé.

Quelques centaines de personnes opposées à la réforme des retraites se sont rassemblées dans le calme samedi soir à Paris près de l'Assemblée nationale pour dire "non au 49.3", a constaté une journaliste de l'AFP. Au Havre, le local de campagne d'Edouard Philippe, tête de liste aux municipales, a été tagué et caillassé par des manifestants qui ont laissé éclater leur colère après la décision du Premier ministre de recourir au 49.3.

Quelque 140 personnes selon la police, parties de l'hôtel de ville, avaient commencé à battre le pavé à la nuit tombée dans les rues du Havre. Arrivés devant sa permanence, des manifestants ont commencé à taguer le local et jeté des pierres sur la vitrine qui a été en partie brisée. Des poubelles ont été déversées et une voiture a également été dégradée. "49.3 Philippe prend la fièvre", "Mettons le en quarantaine", "Déni de démocratie", pouvait-on lire sur des inscriptions fraîchement peintes à la bombe.

Rassemblement dans le calme à Paris

A Paris, le rassemblement spontané, lancé sur les réseaux sociaux, se déroulait dans une ambiance calme, et les manifestants ont été maintenus à distance sur le pont de la Concorde par les forces de l'ordre, à environ 200 mètres de l'Assemblée. Au milieu de quelques slogans anticapitalistes, ils scandaient notamment "Tout le monde déteste Édouard Philippe", ou encore "On est là, même si Macron ne veut pas, nous on est là".

Karine et Aurélia, deux enseignantes mobilisées "depuis des mois" contre la réforme des retraites, sont venues "spontanément" pour dénoncer le "mépris du gouvernement". "C'est pitoyable, on hallucine", ont-elles déclaré. "Je suis venu immédiatement", a également expliqué Pascal Brocard, un "gilet jaune" de 39 ans, dépité de "l'annonce" mais aussi de "la méthode", un "samedi soir" et en pleine crise sanitaire. Il a dit craindre "des interdictions de manifestations sous prétexte du coronavirus". "Ce serait jouer un jeu très dangereux".

D'autres manifestants refusent en rigolant de se faire la bise à cause du coronavirus, même si "la vraie épidémie, c'est le 49.3". Vers 22h00, certains manifestants quittaient progressivement les lieux, par petits groupes.

Manifs à Bordeaux, Lille

A Bordeaux, environ 200 personnes, selon la préfecture, ont pris part à un rassemblement spontané qui a déambulé dans des rues du centre-ville. La préfecture a fait état de quelques feux de poubelles, mais pas d'autres incidents, ni heurts.

Philippe Poutou, candidat NPA à la mairie de Bordeaux en tête d'une liste "Bordeaux en luttes", a indiqué sur son compte Twitter avoir participé à la manifestation, d'où il a posté  une vidéo, dénonçant la "violence sociale" du gouvernement, et annonçant une "riposte" dans les jours à venir.

"On est dans un week-end ou on ne discute que du coronavirus, (...) d'une épidémie qu'il faudrait contenir et ce gouvernement-là, il trouve quand même le temps, la préoccupation de s'occuper des retraites pour nous envoyer le 49.3 (...)  On sait que c'est le début, que les jours qui viennent, certainement, il y aura l'organisation d'une riposte".

À Lille, plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées en soirée devant la préfecture après l'annonce du recours au 49-3. "49,3 on n'en veut pas", "Lille soulève toi" scandaient-elles, talonnées par de nombreux membres des forces de l'ordre, a constaté une journaliste de l'AFP.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/03/2020 à 14:23 :
Havrais, Havraise, vous aurez la possibilité dans 15 jours de dégager ce c.., ne la loupez pas !!
a écrit le 03/03/2020 à 8:58 :
Quand on engage sa responsabilité, c'est que l'on accepte de devoir rendre des comptes sur les résultats; or quel gouvernement accepterait de rendre des comptes sur des choix faits par ses prédécesseurs. A-t-on vu une Cour de Justice de la République saisie pour juger un ministère?
a écrit le 02/03/2020 à 17:51 :
Berger a vendu les retraités à Macron ils vas signer un vrai bronze
a écrit le 02/03/2020 à 16:22 :
Peut on interdire le semi marathon de Paris et en même temps autoriser les manifestations syndicales ? Temps de mettre un peu de cohérence dans ce bazar.
a écrit le 02/03/2020 à 13:24 :
Les députés devraient arrêter de siéger, ils ont la fièvre, 49,3 , c'est trop.
a écrit le 02/03/2020 à 13:10 :
L'année dernière a la même date, nous avions les mêmes qui commentaient avec les mêmes outrances sur le Prélèvement a la Source : C'est la fin de la démocratie, l'inquisition fiscale, nous allons être matraqués, le chaos , etc..
Depuis, plus rien, nada, silence radio, le ciel ne leur est pas tombé sur la tete après trois ans a nous prédire la fin du monde.
Il en sera de même pour la retraite a point. Nous resterons le pays avec le plus fort taux de redistribution social du monde et une retraite a répartition avec juste un peu plus d'équité entre le privé et le publique.
Ne nous leurrons pas, les idéologues et les médias trouveront un autre os a ronger.
Réponse de le 02/03/2020 à 15:43 :
Les médias ont bien fait leur nettoyage et vous êtes vraiment clean du cerveau mais continuez a participer cela permet de vérifier les progressions!
Réponse de le 02/03/2020 à 16:48 :
le problème du pays est simplement visible par le 49.3.

Et faire croire qu'un type qui fait 20% d'une population pourrait changer un système sans le consentement, sans le vote, avec un texte qui change, des trous dans le texte et des gens qui le porte en conflit d'intérêt.

Donc le problème est a mon avis plus profond, et comment fonctionne l'état le gouvernement et son président sont a cette image.

Et si pour le coup venir expliquer que la régression sociale que l'on appel autrement dit "la réforme" ne s'assume pas de ceux qui prétendent a la mauvaise foi des autres, pendant qu'ils ne respectent visiblement par autre chose que des objectifs économiques dictés non par ceux qui l'on élu, mais par ceux qui le finance.....

Et oui la démocratie n'est pas une entreprise, les actionnaires sont les citoyens!
Réponse de le 04/03/2020 à 10:40 :
Le fait que le PAS ne se soit pas soldé par un fiasco majeur n'en fait pas une grande réforme. On peut d'ores et déjà parier qu'il y aura des cris d'orfraie lors des premières régularisations d'impôts (sur les revenus 2019) en aout-septembre prochain, du fait de la progressivité démentielle de l'impôt beaucoup auront des rappels importants et pas mal d'autres s'apercevront qu'ils ont été en fait beaucoup trop fortement prélevés.
Réponse de le 04/03/2020 à 10:49 :
@Gonzague : je ne comprends pas le procès en illégitimité fait à Macron au prétexte qu'il n'aurait recueilli que 24% des inscrits au 1er tour, faut-il vous rappeler que c'était le cas de pas mal de ses prédécesseurs élus (notamment Chirac, les 2 fois où il a été élu, était à peine à 20% au 1er tour, et Mitterrand, en 81, a eu 25% au 1er tour).
Il est vrai que la gestion de la réforme, lui, a été désastreux. Une question d'assurance, fût-elle vieillesse, doit être gérée par des spécialistes des assurances, pas par des politiques. J'avoue personnellement que je ne suis pas convaincu par le système à points, la simple suppression des régimes spéciaux les plus injustifiables par rapport au droit commun et la remontée à 65 ans de l'âge de départ (avec une clause d'indexation de cet âge de départ sur l'espérance de vie) aurait largement suffi.
a écrit le 02/03/2020 à 9:43 :
Le 49-3 permet de faire passer des lois baclées et d'empêcher les députés de faire leur travail législatif convenablement. Cette loi sur l'avenir des seniors qui n'a rien d'urgent aurait pu être le plus grand succès du quinquénat en instaurant la vieillesse tranquille pour tous. Elle ne va fournir qu'un tissu juridique et des costumes taillés pour les fonctionnaires. Tout le travail de confection pour les salariés du secteur privé et les travailleurs indépendants reste à faire.
a écrit le 02/03/2020 à 8:39 :
si en FRANCE nous avons ce fameux 49-3 c'est pour une bonne raison, qui consiste à contrer des minoritaires agissantes ! et de plus, défendant plus LEURS intérêts personnels que celui de la Nation!. Comme d'habitude et depuis des "lustres" tout doit se faire "aux forceps" dans ce PAYS de la gouaille !. Le manque de maturité politique de beaucoup de nos concitoyens et d'une tristesse infinie ! préférant "boire" les idioties de certains politiciens (qui pensent à EUX !), des médias qui doivent absolument "faire du chiffre" et maintenant des réseaux sociaux , un "dévidoir ne n'importe quoi" !!. J.J ROUSSEAU avait bien raison en disant que la "démocratie n'est pas faite pour les hommes pour les dieux". Il nous manque un certain raisonnement personnel de Sagesse et de bon sens. Quant à cette réforme beaucoup de nos concitoyens reconnaîtront à moyen terme que c'était la bonne solution pour eux mêmes quoi qu'en en disent et surtout pour les générations futures !!! dont on se soucie peu !! DUR DUR de gouverner ce Pays !!!...
Réponse de le 02/03/2020 à 8:49 :
oh ! personne d'une infinie connaissance, pouvez vous m'indiquer la valeur du point retraite ainsi que son mode de calcul ? je remercie sa sérénissime, lumière de ce pays, de prendre un temps précieux pour une réponse concise et courte....
Réponse de le 02/03/2020 à 16:54 :
La minorité semble être celle du président, puisqu'il ne passe pas par l'assemblée et le vote?

Après parler de majorité d'un parti politique qui n'existait pas il y a deux ans, qui représente 2O% des votants (et non des citoyens).

Essayer de faire croire a moyen terme que cela serait bon pour les citoyens?

Je n'ai jamais vu qu'une réforme qui fait baisser tes revenus de 30% serait bon pour les gens concernés!

Et puis, faut crorie que si l'on regarde 2019, les plus pauvres moins 250 euros et les plus riches plus 2500....

Alors lorsque l'on est ultra libéral, que l'on a des choix qui visiblement sont fait pour des intérêts qui ne sont pas ceux de citoyens, et ensuite expliquer qu'ils (les citoyens) comprendrons que c'est pour leur bien, franchement, le mieux est que vous fassiez une dictature, vous pourriez le dire , mais tant que les pauvres sont la, ils aurons la parole et qualifierons le président du pays de ce qu'il est, un absolutiste autoritaire...
a écrit le 02/03/2020 à 7:23 :
L'attitude ultra violente de la gauche Mélenchon en dit long sur la volonté de débattre de ce groupuscule
a écrit le 01/03/2020 à 19:40 :
Selon George Orwell : Les intellectuels sont plus portés vers le totalitarisme que les gens ordinaires". Dont acte.
a écrit le 01/03/2020 à 18:30 :
Bah répète son commentaire...Parait il que les GJ vont devenir légèrement plus démonstratif, mais... qui doit s'en étonner?
Réponse de le 02/03/2020 à 15:19 :
Bah, il y en a encore qui vont se plaindre de leurs bobos après avoir jeter des pavés sur les FDO. Qui doit s'en étonner ?
La France est le seul pays a héberger des révolutionnaires en culottes courtes qui rêvent encore de Pol Pot et du grand soir marxiste en oubliant volontairement les 25 millions de morts de faim et dans les goulags de leur idéologues ( URSS, Chine, Cambodge, etc.. ).
a écrit le 01/03/2020 à 18:28 :
Je pense que ce projet a montré d’un côté un gouvernement autocrate avec cette conviction qu’il a forcément raison une majorité en caisse de résonnance sans grande compétence mais rapporteur des cours « du soir » du gouvernement pour la briffer et une opposition LFI tout aussi médiocre. J’ai voté pour cette majorité avec une certaine conviction de voir la politique avec une certaine noblesse et dans le respect des citoyens et surtout dans la compétence, cette conviction n’est plus. En 2022 il sera difficile pour des citoyens comme moi de mettre un bulletin pour un président, un gouvernement et surtout des députés au niveau de ce pays. Le Président son gouvernement et sa majorité confondent le mot démocratie et autocratie. En dehors d’une presse libre et d’un pays qui peut sans aucune restriction défiler dans la rue notre pays sur le plan de la gouvernance n’a rien a envier à la Russie, la Turquie, le Venezuela….. dans ces pays la gouvernance ne s’encombre pas comme en France actuellement de l’avis des citoyens. La Suède à mis en place al retraite par points après des années de consultation mais nous nos politiques sont plus intelligents cela se passent en quelques semaines avec toute cette hypocrisie sur les consultations. Honte à vous M. le Président, M. le Premier Ministre Mmes et Mrs du gouvernement et des élu(e)s de la majorité pour ce mépris que vous avez pour cette France qui se déplace pour mettre un bulletin dans une urne, bulletin que vous foulez des pieds même pour ceux qui ont voté pour vous et qu’aujourd’hui vous refusez d’entendre. Oui 2022 sera peut-être l’année d’un basculement d’une France qui politiquement autocrate tombera dans une France de dictature oui le président, le gouvernement et la majorité actuelle en seront les responsables.
Réponse de le 02/03/2020 à 17:01 :
Oui il suffit de regarder la définition du mot dictature pour avoir compris qu'ilk y est ! la violence d'état n'en est que le reflet !
a écrit le 01/03/2020 à 18:25 :
200 personnes ici,150 là: c'est fou la France insurgée contre un article de la Constitution, utilisé 28 fois par Rocard!
Réponse de le 01/03/2020 à 21:55 :
Pas sûr de comprendre ce commentaire, faut il des.morts et des enlèvements pour s insurger? Ou bien faire des prières satanique sur les champs Elysées afin de demander la plus sordide des mésaventures à la première dame, un drame signé Corona... Oh oui, toute la macronie en noir devant son leader despote en dépression ?
Réponse de le 01/03/2020 à 23:53 :
Vous avez connu Michel Rocard? C'etait une autre dimension. IL respectait les hommes et les idées. Macron et Phillipe sont pitoyables et sans sens politique (tres fort en math pour passer les examens). En plus Michel Rocard n'avait qu'une majorité relative à l'assemblée. Il n'avait pas le choix. Les années Rocard ont ete de tres bonnes années pour la France et la droite et la gauche le respectait au contraire de ce que l'on vit actuellement; Alors camembert comme dirait...et surtout la comparaison n'est pas possible, une autre dimension Michel Rocard
Réponse de le 02/03/2020 à 6:16 :
Ici la situation est très différente , en effet , puisque LERM a la majorité absolue le gouvernement était assuré de voir acceptés ses projets .

D'autre part le 49.3 était utilisé pour des lois - qui sans être forcément négligeables - n'avait pas l'ampleur d'un bouleversement comme celui
proposé par ce gouvernement .

Enfin il y a presque une unanimité contre ces textes . Aucun syndicat ne les soutient , le patronat qui n'en était pas vraiment demandeur
s’inquiète des lacunes et imprécisions et dans les rangs de LERM même bon nombre commence à réaliser que c'est un énorme gâchis qui se profile .

Moi même ayant voté Macron me retrouve dégouté .
a écrit le 01/03/2020 à 18:20 :
Les vociférations des oppositions sont à l'image de leur impuissance à proposer une alternative à la réforme des retraites. Celle-ci était dans l'agenda du candidat Macron. Les oppositions depuis deux ans avaient de quoi faire bouillir la marmite à idées. Rien n'est venu, sauf l'obstruction systématique dans la rue et au Parlement avec 20.000 amendements.Ce n'est pas la majorité qui est en panne de projets, c'est l’extrême gauche qui veut la peau de la Ve République!
a écrit le 01/03/2020 à 17:12 :
Pendant ce temps :

Michel Amiel, sénateur La République en marche (LaRem) des Bouches-du-Rhône, a annoncé dimanche à la presse sa décision de quitter le parti présidentiel pour marquer son désaccord avec la décision du gouvernement de faire adopter sans vote son projet de loi sur la réforme des retraites.
Le sénateur a déclaré au Figaro se sentir "extrêmement déçu" par ce recours à l'article 49.3 de la Constitution qui permet au gouvernement d'engager sa responsabilité sur un texte, lequel est considéré comme adopté en l'absence de censure de l'exécutif.
"Pour moi, faire cela au milieu du week-end, en pleine épidémie de coronavirus (...) c'est nul, tout simplement. Je ne sais pas comment le dire autrement".
a écrit le 01/03/2020 à 15:45 :
Ils ne s'en doute pas mais cela , va changer la suite su quinquennat leur fin de parcours.
Déjà mal élu par les errements du conseil contitutionnel qui comptablilise les bulletins blancs en grand nombre pour faire une élection non voulue par une grande majorité de Français car beaucoup se sont détournés des urnes dégoûtés de tel programme uniquement tourné vers les banques .
a écrit le 01/03/2020 à 14:22 :
Parait il que les GJ vont devenir légèrement plus démonstratif, mais... qui doit s'en étonner?
a écrit le 01/03/2020 à 13:55 :
le 49.3 passé en pleine crise du coronavirus est un crime contre l'humanité
les gens vont se réunir pour manifester et le virus se propager
les transports seront bloqués et les soins ne pourront etre prodigués a temps
macron est un criminel
a écrit le 01/03/2020 à 13:21 :
le49/3 est un gros virus est edouard philippe est le point 0 il faut le sanctionner dans les urnes
a écrit le 01/03/2020 à 10:20 :
Vous avez désider de détruire nos avenir, annoncer l'utilisation du 49.3 au lieu d'un référendum? Laissons les citoyens utiliser leur 49.3 lors des municipales puis à la présidentiel de 2022 !!! Bye bye...
a écrit le 01/03/2020 à 10:12 :
"On est dans un week-end ou on ne discute que du coronavirus"

Bah justement les gars ils peuvent pas gérer deux trucs à la fois, une réforme des retraites et une crise sanitaire.

Déjà que leur force de communication est en surrégime depuis plusieurs semaines, c'est bon hein si on pouvait arrêter d'entendre cette rivière de conneries se déverser dans nos médias ce ne serait pas du luxe.
a écrit le 01/03/2020 à 9:59 :
un cri immense fusa vers le ciel

- Ils ont violé Marianne !
Réponse de le 01/03/2020 à 15:55 :
Le 49-3 ayant été utilisé 45 fois depuis 1988, Marianne semble être habituée... sinon même consentante. A titre perso je suis favorable à la suppression du 49-3, mais en même temps à interdire qu'un groupuscule puisse empêcher le travail parlementaire par des batailles d'amendements stériles, à 99,9% de pure forme et n'apportant rien au fond du texte en discussion. Par exemple en limitant le dépôt d'amendements à un par député et par texte de loi.
Réponse de le 01/03/2020 à 18:19 :
"....Marianne semble être habituée... sinon même consentante..."

Argument de soudard récidiviste et en l’occurrence irrecevable.

Les syndicats sont contre depuis le début (à part la CFDT, minoritaire), les français manifestent et sont en gréve depuis des mois en gros comme en détail contre cette réforme.
Le conseil d'état en souligne l'aspect vague et dangereux.
Les sondages indiquent semaine après semaine l'hostilité générale à ce texte.
Impossible de soutenir que le viol était recherché.
Réponse de le 02/03/2020 à 16:09 :
Que voulez-vous qu'il arrive quand un groupuscule de 17 députés déposent 40000 amendements bidon (ce qu'on peut générer en quelques minutes avec un traitement de texte) de manière, non à enrichir le travail parlementaire ou même infléchir le texte, mais à l'empêcher ? Si ces députés avaient VRAIMENT voulu faire la loi, ils auraient déposé quelques dizaines d'amendements avec un contenu.
Moi je considère qu'un tel comportement est indigne d'élus responsables.
Je n'aime pas les 49-3, je n'aime pas particulièrement le système à points (une réforme plus simple aurait consisté en une trajectoire de suppression des régimes spéciaux introduisant des privilèges injustifiables comme celui des cheminots -les cheminots allemands partent à 67 ans, les locomotives allemandes sont elles moins pénibles à conduire ? Dans ce cas il faut d'urgence remplacer les machines françaises par des machines Siemens...- et de retarder l'âge de départ à 64 ans pour tous pour rééquilibrer rapidement les comptes) mais je hais les attitudes d'obstruction que je considère comme puériles.
L'assurance-vieillesse est une assurance comme une autre, elle doit être gérée par des actuaires, pas par des politiques.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :