Congrès des maires : Macron promet un "changement de méthode"

 |   |  670  mots
(Crédits : POOL New)
Emmanuel Macron a promis mercredi à des maires de France "fatigués" et échaudés un "changement de méthode" de travail et de concertation qui doit permettre de tourner la page de seize mois de crispations et d'incompréhensions entre l'exécutif et les édiles qui dénonçaient des "mesures unilatérales".

A la veille du discours du Premier ministre Édouard Philippe au congrès annuel des maires à Paris, le chef de l'État a reçu sous les dorures de la salle des fêtes de l'Élysée quelque 2.000 élus avec lesquels il s'est livré à un jeu de questions-réponses.

"Je sais que votre quotidien n'est pas facile, celui du gouvernement ne l'est pas davantage", a-t-il déclaré dans ses propos liminaires. Face aux défis, "on a une responsabilité commune, c'est d'être ensemble. Si on n'est pas ensemble, alors on ouvre un formidable boulevard, non pas aux populistes, mais aux démagogues".

"Il faut un changement de méthode entre nous, c'est ce que j'ai voulu initier ce soir et ce qu'on va poursuivre ensemble dans les prochains mois, dans la manière de préparer les textes au niveau national et de les porter", a-t-il poursuivi, quelques heures après une rencontre avec le bureau de l'Association des maires de France (AMF) qui n'a pas mâché ses mots ces dernières semaines contre l'exécutif.

Selon l'Élysée, le chef de l'État a, au cours de cet échange avec les instances de l'AMF, appelé à mettre un terme à de "fausses polémiques" et "à la scénarisation des désaccords" et s'est dit prêt à "travailler ensemble" sur la taxe d'habitation et la dotation globale de fonctionnement (DGF), deux points de crispations. Il a également donné son accord à une méthode de concertation en amont sur les projets du gouvernement et sur la modification du fonctionnement de la conférence nationale des territoires, a précisé l'Élysée. Le chef de l'Etat s'est par ailleurs engagé à se rendre l'an prochain au congrès porte de Versailles.

Sa décision de ne pas s'y rendre cette année, contrairement à l'an dernier où il avait essuyé des sifflets, a été déplorée par certains maires qui ont décidé de boycotter en retour la réception à l'Élysée.

"Pas de retour en arrière"

Dans un communiqué publié un peu plus tôt dans la journée, l'AMF avait demandé à Emmanuel Macron et au gouvernement de s'engager dans "une vraie négociation" avec les communes pour rétablir la confiance entre l'État et les élus.

"Nous souhaitons la mise en place d'une méthode de travail avec un calendrier précis qui permette à l'État et à l'AMF de s'engager dans une négociation sincère afin de rétablir la confiance", avait indiqué l'association. "Il y a urgence à renouer le dialogue dans une vraie négociation".

Lors de l'échange avec les maires, Emmanuel Macron s'est dit "tout à fait prêt à ouvrir le chantier de la réforme des règles de la DGF", "favorable à confier aux élus la gestion de la fonction publique territoriale" et à "améliorer à la marge la loi Notre (nouvelle organisation territoriale de la République)".

"Ca ne veut pas dire revenir en arrière, mais (...) on peut améliorer des choses", a-t-il souligné. Quant à la suppression de la taxe d'habitation à l'horizon 2020, l'"engagement a été tenu", a-t-il ajouté, sans donner plus de précisions sur la compensation de la suppression de cette taxe, traditionnelle source de recettes pour les communes.

A l'issue du jeu de questions-réponses, qui a été suivi d'un échange plus informel hors presse, les avis étaient partagés.

Le maire Les Républicains (LR) de Toulouse et président de France Urbaine, Jean-Luc Moudenc, a estimé que "le dialogue était renoué".

"Il y avait des blocages, là je crois que c'est quelque chose qui est de nature à redonner de la confiance et surtout du positif, alors qu'on était dans une logique négative-négative", a-t-il dit à sa sortie de l'Élysée.

La maire de Planay, une commune de Côte d'Or d'une centaine d'habitants, Dominique Bouisson, s'est montrée quant à elle plus circonspecte. "Il a continué à nous dire 'je m'engage, je tiendrai mes engagements', mais c'est ce qu'il dit tout le temps."

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/11/2018 à 7:51 :
Si seulement il pouvait arrêter de dépenser l'argent qu'on n'a pas au lieu de nous annoncer la lune... Son rôle est de supprimer 30 000 communes, de tailler dans les effectifs du ministère de l'éducation nationale pour le remettre au travail efficacement au lieu de former des chômeurs analphabètes , de dégraisser Bercy et de remettre les comptes sociaux en ordre, pas de supprimer la taxe d'habitation sur une épiphanie soudaine sans savoir comment il va remplacer cette source de financement ...
a écrit le 22/11/2018 à 20:05 :
Le changement de méthode c est la démission du roi de La ruine tourbillon de kk voleur de retraitees créateur de misère
a écrit le 22/11/2018 à 18:24 :
"La maire de Planay, une commune de Côte d'Or d'une centaine d'habitants,".. Mais quelle blague.. Les belges ont fait la fusion des communes en 1977! Plus de la moitié de nos communes ont moins de 3000 habitants! Mais qu'attend-on? Une situation ridicule!
a écrit le 22/11/2018 à 16:26 :
En clair, " changer de méthode " c'est la Fable du Corbeau et du Renard : Couillonner et Enfumer Maires et Citoyens Autrement, SAUF QUE Taxo-Man s'adresse à des " Demeurés " ET EN MEME TEMPS " Demeurés de bon sens pratique, et sachant compter.
a écrit le 22/11/2018 à 16:04 :
Le chef des jacobins ferait-il un pacte avec l'assemblée des girondins élus locaux? La dernière fois qu'il y a eu changement de méthode, ce fut la dictature du jacobin Robespierre par la terreur de l'intelligence artificielle.
a écrit le 22/11/2018 à 16:02 :
Conseil du philosophe :Change de discours, la méthode suivra.
a écrit le 22/11/2018 à 14:48 :
un mal - être , sur LERM ? tiens une taxe sur le mal être !ils sont dépensier !!! facile avec l' argent des autres
a écrit le 22/11/2018 à 14:13 :
Il serait Juste pour financer " le revenu universel pour tous " d'assujettir à CSG-CRDS le Carbur, et de meme par dessus la Taxe Foncière.
a écrit le 22/11/2018 à 14:09 :
Bla-Bla-Bla…Bla.. on te Croit. Taxo-Man, épargne-nous alors par pitié, en " changement de méthode " tes " Meilleurs-Œufs " du 31 Déc, 4H avant le 1er Janv et ses punitions au martinet.
a écrit le 22/11/2018 à 12:27 :
Qui va le croire ? Il nous prend pour des Demeurés finis.
a écrit le 22/11/2018 à 12:18 :
Il en fait trop et veut masquer ses propres errements en matière budgétaire, les caisses sont vides et ne veut pas l'avouer aux Français ( trop de cadeaux fiscaux et surtout des dépenses jamais vues au paravant ) bref le budget n'est pas maitrisé depuis un an et demi et veut faire la morales aux collectivités . Son intrevention médiatique a été préparée comme le ferait un comédien voulant apparaitre comme un génie et applaudie par deux rangs de godillots de sa mouvance . A mon avis c'est un bonimenteur qui peut nous conduire au désastre , il veut couvrir ses erreurs de gestion du pays avec toutes ces taxes annoncées dont il ne peut désormais pas se passer. Laissons le tomber dans ce qu'il a creusé en matière budgétaire en continuant le mouvement des gillets jaunes . Le nerf du conflit c'est l'argent .
a écrit le 22/11/2018 à 11:50 :
La loi justice, très controversée par ceux et celles qui vont devoir la mettre en pratique, à savoir les magistrats et les avocats, est en cours de ébat à l'assemblée.

Mme Belloubet vient d'y adjoindre la refonte des lois de 45 protégeant les mineurs... mais elle sera décidée par ordonnance pour empêcher les députes d'y mettre leur nez.
Et pourtant LREM dispose d'une majorité écrasante à l'assemblée.

Quand on se comporte de cette façon avec sa propre majorité, on imagine ce qu'il reste aux oppositions légitimes comme marge de discussion, de négociation.

99% des amendements du sénat sur les textes législatifs sont retoqués par le gouvernement. C'est légal mais anormal et pas démocratique.

Elargissons le débat et on va en revenir aux gilets jaunes. Depuis 1995 les gouvernement successifs ont fait passer de force, par les ordonnances et les 49.3 des dizaines de lois dont les français ne voulaient pas et l'ont fait savoir par voie de manifestations et de sondages. Les lois Macron , El Khomri, sur le travail sont plus qu'impopulaires. Idem pour les reformes incessantes sur le chômage.

La 5eme république a un vice énorme, elle permet au PDR de violer la volonté populaire pendant toute la durée de son mandat. Le vice était caché tant que les présidents en place ont eu la sagesse de ne pas abuser de leur pouvoir.
Mais depuis qu'ils sont décomplexés c'est toute la structure démocratique qui s'effiloche.

Les français en veulent aux syndicats qui n'ont pas su les défendre, aux politiques qui les ont trahis quand ils ont été au pouvoir et ont été impuissants dans l'opposition.
Et assez stupidement,ils réclament des leaders encore moins respectueux de la pluralité du pays.
a écrit le 22/11/2018 à 11:44 :
il arrête pas de changer de méthode mais ça pas ça qu'on veut ! Oui il le fait exprès on sait bien hein...

"SI vous ne trouvez plus rien, cherchez autre chose." B. Fontaine
a écrit le 22/11/2018 à 11:15 :
Du jamais vu en ..république : contrairement à la promesse solennelle qu’il avait faite d’aller chaque année au Congrès de l’ AMF, Macron a décidé de se défiler et de ne pas s’y rendre cette année. Par pure lâcheté : il savait bien qu’il aurait été hué par des centaines de maires présents, et probablement même conspué et insulté, tant sa politique constante d’étranglement financier et de destruction des communes de France lui vaut désormais une animosité générale chez les maires, et plus spécialement chez les maires ruraux.
https://www.upr.fr/actualite/alors-que-macron-se-defile-lachement-francois-asselineau-se-rendra-ce-jeudi-22-novembre-2018-au-101e-congres-de-lassociation-des-maires-de-france-amf/
De son côté, François Asselineau s’y rendra le jeudi 22 novembre à partir de 10h00 (l’entrée se fait sur invitation).
a écrit le 22/11/2018 à 10:58 :
on attend toujours la réduction des parlementaires prévue , et même une réduction des collectivités locales qui doublonnent pour ne pas dire plus ; macron préfère s'en prendre au peuple plutôt qu'aux privilèges
a écrit le 22/11/2018 à 10:47 :
Une chose simple QUE MR MACRON RESPECT le parlement et que les deputes LREM EN PARTICULIER respectent leurs electeurs ne venez pas me dire que dans leur circonscription ils sont en accord avec leurs electeurs pour ce qui n'est rien d'autre qu'une autorisation de poluer pour les riches BATEAUX AVION 4x4 COURSE DE VOITURES ETX
a écrit le 22/11/2018 à 10:39 :
en devenant obtu et arrogant m macron pousse les Français
a voter populistes
et a rejeter ses polititiens qui refuse de prendre les revendications en consideration

et a privilegier la finance au travail
a écrit le 22/11/2018 à 10:29 :
MR Macron vous êtes complètement déconnecté de la réalité
Je ne sait pas si vous imaginer que vous adressez à des adultes et qui puis est responsable
Si vous ne donner pas l’exemple que restera t il ainsi
Chaque fois que vous parler on sent le mépris dans votre élocution
Soyez humble car sans humilité on arrive à rien
Réponse de le 22/11/2018 à 18:27 :
" En Meme Temps " " Forcez le naturel et il revient au galop ". Sa nature EST AINSI : la Suffisance. Nous lisons d'ailleurs alternativement deux Surnoms : " Sa Suffisance " et " Taxo-Man ".
a écrit le 22/11/2018 à 10:10 :
Congrès des maires : Macron promet un "changement de méthode"
Bayrou invite Macron à "réfléchir" ...

c'est d'accord, C'EST MAINTENANT

Macron peut dissoudre l'Assemblée Nationale pour que le Peuple de France s'exprime clairement sans équivoque
Réponse de le 22/11/2018 à 12:31 :
Ne lui dites surtout pas çà. Grace à la Cohabitation, il sera réélu à coup sùr dans 41 mois
a écrit le 22/11/2018 à 9:55 :
Le changement de méthode... ne changera rien ! Et surtout pas les chances de succès de Macron en 2022. Les hommes politiques n'arrivent jamais à comprendre qu'on leur demande non pas de changer la forme mais le fond !
a écrit le 22/11/2018 à 9:41 :
tout est dit.

qui veut trop prouver ne prouve rien !
a écrit le 22/11/2018 à 9:40 :
tout est dit.

qui veut trop prouver ne prouve rien !
a écrit le 22/11/2018 à 9:15 :
"la suppression de la taxe d'habitation..." c'est un leurre, on donne d'une main et on reprend de l'autre je le vois avec mon exemple. Taxe d'habitation 2017 : 435 € dont 138 € (soit 297 €) pour l'escroquerie de l'audiovisuel public; 2018 : 283 € (soit 14 € de moins) avec 1 € de plus sur l'escroquerie ; Taxe foncière 2018 : 716 € ; 2017 : 492 € soit 224 € de plus. Au final 210 € de plus et 1 € de plus pour engraisser tous les parasites du machin.
Réponse de le 22/11/2018 à 12:38 :
La " Suppression " de la T.H c'est l'Explosion à deux chiffres de la Taxe Foncière : oct 2020 21 22 23. Quant à la Taxe T.V pour ce Mammouth, à supprimer : décodeur et abonnement pour les volontaires.
a écrit le 22/11/2018 à 9:09 :
Macron c'est terminé ! Il a fait 3 erreurs et tout le monde a compris :
1 - Contrôle technique bidon pour imposer le remplacement des voitures
2 - 80 KM pour .. rien d'autre que les flashs
3 - Nous baratiner avec "le Diesel" qui sont tous équipés de filtres à particules "Obligatoire" depuis 2011, et qui polluent moins car ils consomment moins !
Alors "faire payer les pollueurs ?" Ha bon ?

Il faut réformer mais c'est quoi au juste le rapport avec ça !

On espérait un nouveau monde, plus de vert, des projets pour demain et se retape un minable juste prêt à nous ressortir la sauce, tolérance, effort, Europe, solidarité ... bref la ritournelle !
Réponse de le 22/11/2018 à 9:58 :
Tout a fait. Plus une erreur : celle de conserver un premier ministre qui a érigé l'intransigeance comme valeur suprême. Les "droirs dans ses bottes", on en a soupé. A se demander si Philippe ne continue pas de travailler pour l'opposition, histoire de bien planter Macron en 2022...
Réponse de le 22/11/2018 à 12:41 :
CSG, Désindexation des Retraites, Taxes en Rafale
Réponse de le 22/11/2018 à 12:46 :
Macron Taxo-man, c'est Juppé Déc 95 à l'envers, pour les memes conséquences.
a écrit le 22/11/2018 à 8:47 :
Nous n'avons plus besoin de discours, ni de "pédagogie". Il est devenu non crédible. Mais il faut enfin des actes de réduction du mille-feuilles administratif, des réglementations, du nombre de fonctionnaires territoriaux, donc faire des économies en vue de pouvoir enfin réduire taxes et impôts.
a écrit le 22/11/2018 à 8:45 :
J'aime bien la photo elle dit tout! Les promesses n'engagent que ceux et celles qui les écoutent. On sent la motivation du président des chefs de cordée pour faire évoluer vraiment les choses. de la com seulement Parole Parole parole!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :