Stagnation de la consommation des ménages en août (+0,0%)

 |   |  325  mots
(Crédits : Eric Gaillard)
Les économistes espèrent sur un redémarrage de ce moteur traditionnel de l'économie française au deuxième semestre.

La consommation des ménages français en biens est restée stable en août sur un mois, marquant le coup après son rebond de 0,4% en juillet, selon les données publiées vendredi par l'Insee. Les économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur une hausse de 0,3% des dépenses de consommation le mois dernier.

Dans le détail, la stagnation des dépenses de consommation des ménages en biens en août recouvre une nette progression des achats de biens fabriqués (+1,1%), qui a été contrebalancée par la baisse des achats alimentaires (-0,9%) et de la consommation d'énergie (-1,3%). L'augmentation des achats de biens fabriqués a été soutenue par la hausse des achats de biens durables, notamment grâce au dynamisme des ventes de matériel de transport (+2,4%), dopées par l'anticipation d'une deuxième vague de nouvelles normes d'homologation des voitures neuves en septembre, souligne l'Insee.

Consommation poussive depuis le début de l'année

Les achats de biens représentent près de la moitié de la consommation totale des ménages qui contribue à son tour à un peu plus de la moitié du produit intérieur brut français. La consommation des ménages est restée poussive depuis le début de l'année, progressant de 0,3% au premier trimestre et de 0,2% au deuxième, les Français faisant preuve d'un certain attentisme et privilégiant l'épargne sur la période malgré la progression de leur pouvoir d'achat liée aux mesures prises par le

Les économistes tablent sur un redémarrage de ce moteur traditionnel de l'économie française au deuxième semestre, d'autant plus que la confiance des ménages a désormais surmonté le creux enregistré sur fond de mouvement des "Gilets jaunes" et renoué avec ses niveaux de début 2018.

___

ANNEXE

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/09/2019 à 15:21 :
Les 55 millions de Français titulaires d'un Livret A pourraient avoir une mauvaise surprise l'année prochaine. Alors que le taux de rémunération de ce placement phare a déjà atteint un niveau historiquement bas (0,75% depuis août 2015), il pourrait de nouveau baisser à compter de février 2020. Si le gouvernement a décidé de geler le taux de rémunération jusqu'au 31 janvier 2020, une nouvelle règle de calcul sera applicable à partir du 1er février. Cette formule fixera le taux de rémunération à partir de la moyenne semestrielle du taux d'inflation et des taux interbancaires à court terme (Eonia). L’arrondi se fera au dixième de point le plus proche, et non plus au quart de point comme c'est le cas aujourd'hui.
a écrit le 28/09/2019 à 9:56 :
A l'occasion de la publication du projet de loi de finances pour 2020, il a été confirmé que la nouvelle grille de malus serait adaptée aux nouvelles normes d'homologation des véhicules. En conséquence, à une date indéterminée dans le courant du deuxième trimestre 2020, toutes les valeurs du barème seront revues à la hausse de 24,8 %.
a écrit le 28/09/2019 à 8:47 :
On devrait se féliciter de la baisse de la consommation des ménages, c'est excellent pour la Planète, non?
a écrit le 28/09/2019 à 2:57 :
La menagere de plus de 50 ans fait attention a ses depenses.
Pas comme l'etat qui lui depense sans compter.
a écrit le 27/09/2019 à 17:19 :
"et privilégiant l'épargne" réflexe de base, même à 0,75%.
Le gaz va baisser en octobre (-2,4% qq chose comme ça), rien ne va plus, déconsommation en euros. Suis curieux de voir en octobre sur ma facture si la TICGN a monté la marche supérieure (40€ HT/tonne CO2 en 2018, plafond envisagé en France 150, une marche par an, 60€ en 2019 ? 80 en 2020 ? (j'en dégage 1,1 tonne/an en chauffant à 18°)), c'est la taxe carbone du gaz (collectée par les douanes) mais pas indiquée en tant que telle, le gel annoncé c'est la taxe carbone sur les carburants, pas les autres variantes.
Croissance nulle, pente nulle de la courbe, on dépense donc autant que le mois d'avant, un peu normal si les gens jettent moins de nourriture même encore emballée, ils mangent ce qu'ils ont payé et donc achètent moins "pour rien". La bBox va prendre 3 euros par mois fin octobre, ça ça va faire remonter les dépenses à service constant. Une bonne nouvelle fiscale ?
Si les gens gagnaient tous 10% de plus dépenseraient-ils ces 10% ? Pas sûr. L'avenir incertain, dangereux, oblige à épargner. Voire se jeter sur l'or pour certains (!).
Réponse de le 28/09/2019 à 9:23 :
"et privilégiant l'épargne" réflexe de base, même à 0,75%"

Une nouvelle règle de calcul applicable au 1er février 2020 pourrait faire passer le taux de rémunération du Livret A de 0,75% à 0,5%. La Caisse des dépôts assure que l'impact pour les épargnants "serait modeste".
a écrit le 27/09/2019 à 17:02 :
3Les économistes espèrent sur un redémarrage de ce moteur traditionnel de l'économie française au deuxième semestre. 3

Pourrait on enfin nous dire à quoi servent les économistes svp ? Parce que espérer on peut tous le faire ! Facile ! On y est même particulièrement habitués, de véritables professionnels de l'espoir...
a écrit le 27/09/2019 à 14:44 :
Le mot stagnation est trop négatif : Une stagnation, ça voudrait dire une consommation nulle, or, ce n'est pas le cas. Une consommation constante, c'est la stabilité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :