Télétravail : quel impact économique et social ?

 |  | 1409 mots
Lecture 8 min.
(Crédits : Reuters)
Productivité, immobilier, disparités, organisation du travail... le recours au télétravail pour un grand nombre de salariés a profondément modifié le paysage économique et social de l'économie des grandes métropoles. Au printemps, des millions de salariés ont basculé en travail à distance souvent dans la précipitation. Même si le télétravail est moins répandu au cours de ce second confinement, les ressources humaines réfléchissent sérieusement à mettre en place un télétravail plus pérenne pour l'avenir.

La pandémie a bouleversé les modes d'organisation dans les entreprises. Au premier confinement, des millions de salariés ont basculé dans l'urgence en télétravail. Beaucoup d'entreprises et salariés ont alors été complètement déboussolés lors de cette mise sous cloche improvisée de l'économie tricolore au printemps. Si le second confinement a également entraîné une nouvelle massification du télétravail, les règles sont bien plus souples et les entreprises ont été mieux préparées pour affronter cette nouvelle décision. Il reste que les répercussions macroéconomiques du travail à distance sont loin d'être tranchées.

8 millions de travailleurs potentiels concernés

Il est difficile à ce stade d'avoir un chiffre fiable sur le nombre de personnes réellement concernées par le télétravail. Selon une estimation de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) réalisée au 30 mars dernier dernier, environ 8,4 millions d'emplois pourraient être concernés par la mise en place d'un télétravail généralisé, soit environ 30% des actifs.

À l'opposé, 18,8 millions de travailleurs ne pourraient pas bénéficier de cette forme d'organisation. Cela signifie qu'une large majorité de la population active ne peut pas travailler à distance et que la fin du "métro/voiture-boulot-dodo" n'est pas pour demain, même si la fréquentation des transports pourrait diminuer sur certains créneaux.

Plus récemment, un sondage commandé par le ministère du Travail indiquait qu'environ 36% avaient pu télétravailler durant la première semaine du mois de novembre. Là encore, il s'agit de nuancer ces chiffres. Sur ce total, environ 18% des...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/11/2020 à 3:29 :
les as de la clé à molette pourrons dans l'avenir de chez eux piloter le robot qui fera ça bien plus vite et mieux qu'eux en attendant que les robots soient autonomes . . .
a écrit le 20/11/2020 à 11:16 :
Toujours a confondre progrès avec innovation! Le progrès est ressentie, l'innovation s'impose!
a écrit le 16/11/2020 à 22:55 :
faut reconnaitre que les logiciels dont sont victimes les fonctionnaires créés par des développeurs fous ne permettent pas beaucoup d'aller vivre au loin, vaut mieux être proches des techniciens en attente du prochain plantage.
a écrit le 16/11/2020 à 12:56 :
Le télétravail va etre appelé à se développer car les salariés sont de plus en plus nombreux à acheter leur résidence principale ou à louer loin des grandes villes et des métropoles pour une meilleure qualité de vie surtout qu'ils en ont pris encore plus conscience avec le confinement, et de ce fait le teletravail est une aubaine et on le comprend.
a écrit le 16/11/2020 à 11:22 :
C'est surtout dans la fonction publique que le télétravail est bloqué par les directeurs d'administration qui ne peuvent pas se passer de la secrétaire qui présente les signataires. La signature électronique pourtant valide est refusée par nos énarques. C'est aussi une des raisons qui font qu'à l'heure de l'informatique en temps réel, on n'arrive pas à délocaliser en province les administrations qui n'ont plus besoin d'asphyxier le Grand Paris.
a écrit le 16/11/2020 à 8:19 :
Et comme on le constate le télétravail ne se généralise pas parce que les petits chefs idiots et improductifs sont trop frustrés de n'avoir personne sous la main pour expulser leurs ressentiments.

Dommage bien encadré cela aurait été vraiment intéressant le principe.
Réponse de le 16/11/2020 à 16:56 :
Je ne pense franchement pas que ce soit la raison majeure. Beaucoup de personnes préfèrent travailler en dehors de chez elles et retrouver les autres, y compris leur chef, petit ou grand!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :