TVA alimentaire à 0% : l'idée "anti-inflation" de Marine Le Pen aiderait peu les ménages les plus précaires

Le pouvoir d'achat des ménages les plus modestes pourrait être amputé de 2,1% si l'inflation alimentaire atteignait 10%, comme le prévoient les scénarios les plus pessimistes. Mais une suppression de la TVA sur les produits alimentaires de premières nécessité n'améliorerait leur pouvoir d'achat que de 0,07%, calcule une étude.
Giulietta Gamberini

4 mn

L'histoire montre qu'en cas de baisse de la TVA, sa plus grand part est captée par les entreprises et leurs salariés, avec comme conséquence un impact réduit sur les prix de vente. Seulement 10% d'une baisse de la TVA des produits alimentaires bénéficiera donc effectivement aux consommateurs.
L'histoire montre qu'en cas de baisse de la TVA, sa plus grand part est captée par les entreprises et leurs salariés, avec comme conséquence un impact réduit sur les prix de vente. Seulement 10% d'une baisse de la TVA des produits alimentaires bénéficiera donc effectivement aux consommateurs. (Crédits : Hani Amara)

L'ensemble des analystes en conviennent: l'inflation va continuer de grimper tout au long de 2022, et toucher aussi de plus en plus les produits alimentaires. Les prévisions les plus optimistes tablent sur +4% à la fin de l'année. Mais des scénarios bien plus pessimistes commencent à voir le jour.

C'est le cas de ceux publiés le 13 avril par Asterès. Le cabinet de conseil économique estime que, malgré les incertitudes concernant l'impact de la guerre en Ukraine sur la production et les exportations de Kiev, ainsi que sur les restrictions à l'exportation de la Russie, elle "devrait conduire à un choc important sur les prix de l'alimentation" non seulement au niveau mondial, mais aussi en France.

Lire: La Russie accusée à l'ONU d'avoir provoqué une crise alimentaire mondiale aux conséquences incalculables

Les ménages les plus modestes davantage affectés

Cet impact, qui se fera sentir plus tard dans l'année, en raison du décalage temporel entre les variations des prix des matières premières alimentaires et ceux pratiqués par les industriels et les distributeurs de l'agro-alimentaire, pourrait impliquer une inflation alimentaire allant jusqu'à 10% en 2022, si la France devait suivre le rythme des Etats-Unis.

En fonction aussi des choix des entreprises de l'agro-alimentaire - entre reporter leurs hausses de coûts sur le client final ou bien réduire leurs marges -, l'inflation pourrait être contenue à 6% (comme lors de la crise alimentaire de 2007 et 2008), voire à 4%, calcule le cabinet.

L'impact sur le pouvoir d'achat des ménages français serait de -1,1% selon l'hypothèse la plus pessimiste, de -0,7% selon le scénario médian et de -0,4% selon le scénario le plus optimiste. Mais l'effet serait bien plus fort pour les ménages modestes que pour les ménages aisés: leur pouvoir d'achat serait amputé respectivement de 2,1%, de 1,3% et et de 0,9%.

La baisse de la TVA captée surtout par les entreprises

Or, la proposition de supprimer la TVA sur les produits alimentaires de première nécessité, formulée par Marine Le Pen, est non seulement incompatible avec les traités de l'Union européenne. Mais encore, elle ne soulagerait que très modestement ces ménages les plus précaires, selon Astères. La candidate à la présidentielle n'ayant pas précisé les produits qui seraient concernés par la mesure, le cabinet en a estimé l'impact sur le pain et les aliments à base de céréales, le lait, le fromage, les œufs, les huiles et les graisses, les fruits et les légumes.

Il conclut que si un passage de la TVA de 5,5% à 0% se répercutait intégralement sur les prix, les ménages français économiseraient en moyenne 133 euros, avec une progression de leur pouvoir d'achat de 0,3%. Les ménages les plus modestes gagneraient, eux, 90 euros, et leur pouvoir d'achat profiterait d'une amélioration de 0,7%.

Une mesure coûteuse pour un effet dérisoire

Mais l'histoire montre qu'en cas de baisse de la TVA, sa plus grand part est captée par les entreprises et leurs salariés, avec comme conséquence un impact réduit sur les prix de vente, rappelle Astères. Le cabinet cite notamment une étude de l'Insee, étant parvenue à cette conclusion à propos de l'effet en 2015 de la baisse de la TVA dans la restauration décidée en 2009, permettant d'estimer que seulement 10% d'une baisse de la TVA des produits alimentaires bénéficiera effectivement aux consommateurs.

Selon cette hypothèse, le gain de pouvoir d'achat moyen serait alors de 13 euros, soit de 0,03 % par ménage. Pour les ménages les plus modestes, il serait de 9 euros et 0,07%. Les ménages les plus aisés gagneraient moins en pouvoir d'achat (0,02%), mais davantage en euros (19 euros).

Le versement d'une aide directe, plus efficace ?

L'impact serait donc dérisoire par rapport au coût de la mesure, estimé par Marine Le Pen entre 3,5 et 4 milliards d'euros, et par Astères à 3,8 milliards d'euros.

Alors que si une telle somme était versée directement aux 10% des ménages les plus modestes, ces derniers bénéficieraient d'une hausse de leur pouvoir d'achat de plus de 10%, suggère le cabinet. Une solution qui n'est pas sans rappeler les chèques alimentaires proposés par Emmanuel Macron, dont le modèle reste toutefois encore indéfini et discuté.

Lire: Alimentation durable pour tous : les chèques alimentaires sont-ils la solution?

Giulietta Gamberini

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 15/04/2022 à 19:56
Signaler
Aujourd'hui enfin depuis Lundi maintenant les adversaires d'E-Macron font tout pour décrédibilisé Marine Le PEN , et pour cause il y a cinq ans en arrière le coude à coude était mince mais Marcon avait été Elus , Aujourd'hui on se retrouves dans la m...

à écrit le 15/04/2022 à 5:07
Signaler
Voilà pourquoi le système américain ou canadien de proposer les prix hors taxes est pertinent car cela permet de voir immédiatement le coût de la tva. Di la tva baisse, le prix final baisse automatiquement sauf à changer les prix. De toute manière, ...

le 15/04/2022 à 7:24
Signaler
Aux usa il y a 2 tva qui s additionnent: celle de l’état et la fédérale… selon les états c est un Royal pour le consommateur de 15a 25%.. donc pas si différent de la France in fine

le 15/04/2022 à 7:24
Signaler
Aux usa il y a 2 tva qui s additionnent: celle de l’état et la fédérale… selon les états c est une tva pour le consommateur de 15a 25%.. donc pas si différent de la France in fine

à écrit le 15/04/2022 à 0:04
Signaler
Le pen c est bonux et son cadeau inutile .. par contre comme elle risque la prison pour les détournements des fonds européens .. elle a intérêt à gagner lex élections .. comment va t elle gouverner un pays dont 74% des gens ne l aime pas voir la déte...

le 15/04/2022 à 5:10
Signaler
Elle ne sera jamais élue....c'est un repoussoir et d'une incompétence grasse tant ses propositions sont débiles. Je ne comprends même pas que 22% de bons citoyens bien blancs puissent voter pour elle et ses idées qui transformeraient la France en une...

à écrit le 14/04/2022 à 23:25
Signaler
Marine le Pen! Comment une "co...ne" pourrait produire autre chose que des "conneries". Le RN, c'est TOUJOURS le FN de JM le Pen. C'est Racisme et Nationalisme. C'est un Impérialisme d'opérette, n'est pas Poutine et la Russie qui veut. En gros Marine...

à écrit le 14/04/2022 à 18:20
Signaler
En attendant, c'est la seule à proposer quelque chose. Ahhh, le grand débat national post-gilets jaunes. D'après Micron et l'inénarrable hypocrite Philippe, on allait voir ce qu'on allait voir 😁

le 15/04/2022 à 5:13
Signaler
Ah, pauvre France....pétain vous manque à ce point?

le 15/04/2022 à 5:14
Signaler
Ah, pauvre France....pétain vous manque à ce point?

à écrit le 14/04/2022 à 16:22
Signaler
Elle est comme sont électorat complètement à l'ouest

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.