Un an de crise : la dette publique s'envole, les entreprises sous oxygène

 |  | 366 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : LT)
UN AN DE CRISE - Épisode 1/5. En mars 2020, le choc du coronavirus paralyse brutalement le monde entier. Un an après, quel bilan économique tirer de cette crise qui n'a pas encore disparu ? La Tribune fait le point. Dans ce premier épisode, deux graphiques mettent en parallèle l'explosion des dépenses publiques qui fait plonger la dette française dans un trou sans fond, tandis que les entreprises sous perfusion contiennent leur dette nette.

La dette de l'Etat explose...

Face à la crise, le taux d'endettement des administrations publiques a explosé et s'établit à 116,4% du PIB français au troisième trimestre 2020, soit 16,4 points de plus qu'un an plus tôt - avant la crise. Le financement des mesures prises (chômage partiel, fonds de solidarité, exonérations de cotisations sociales) par l'Etat pour soutenir la structure économique "quoi qu'il en coûte", selon la formule d'Emmanuel Macron, justifie cette hausse.

Depuis un an, le gouvernement ouvre en effet les vannes à coup de milliards pour les plans d'aides des secteurs les plus touchés (culture, tourisme, automobile, aéronautique...), ainsi qu'un plan de relance de 100 milliards d'euros.

Lire aussi : Plan de relance : le gouvernement estime que "les 100 milliards sont suffisants"

Made with Flourish

Mais, le poids de la dette apparaît comme un frein au développement économique. D'où cette question qui se pose de manière de plus en plus récurrente : faut-il annuler ou rembourser, et alors comment, la dette publique issue de la crise sanitaire ? Le débat enflamme aujourd'hui les économistes français.

Lire aussi : Sortir du débat de la dette Covid-19

...mais, celle des entreprises est contenue

De l'autre côté, la dette nette des entreprises françaises n'a pas connu de "hausse marquée" en 2020 malgré la crise, selon des chiffres de la Banque de France. Un bilan général qui cache cependant de fortes disparités, certaines entreprises ayant vu leur situation financière se dégrader.

Atteignant 10.021 milliards d'euros en dette cumulée à décembre 2020 contre 9.937 fin 2019, la très faible hausse de l'endettement net s'explique par le recours aux prêts garantis par l'Etat (PGE) dits de "précaution" pour faire face aux conséquences de l'épidémie mais qui n'ont pas été dépensés, ainsi que par les paiements entre entreprises. Certaines ont en effet transformé leurs dettes auprès de leurs fournisseurs en emprunts bancaires grâce aux PGE, des PGE qui ont permis aux fournisseurs d'être payés et donc de récupérer de la trésorerie. Malgré la faible progression de l'endettement net, la situation de l'ensemble des entreprises n'est donc pas pour autant rassurante.

Made with Flourish

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/03/2021 à 19:12 :
Peut-on reprocher à l'état des dépenses "quoiqu'il en coûte" en cas d'urgence? Non et actuellement l'état joue pleinement son rôle.Mais comment admettre que ce même état soit pendant des décennies incapable d'avoir un budget en équilibre et accumule ainsi années après années des dettes colossales et soit obligé d'emprunter rien que pour régler les dépenses courantes et ce malgré des prélèvements obligatoires parmi les plus élevées du monde?
a écrit le 15/03/2021 à 8:25 :
Ce qui reste franchement étonnant c'est cette incapacité d'aller chercher de l'argent pour l'état, on dirait que nos dirigeants français enfoncent volontairement notre pays, à la grec, afin que les banquiers du monde puissent la dépecer.

Vite un frexit, quitte à terminer pauvres autant devenir libres.
Réponse de le 15/03/2021 à 17:25 :
Trop tard, mais vite un impeachment du petit poudré règlerait une grosse partie de la question. Le frexit nous couperait encore plus de notre famille européenne ce n'est pas pour tt de suite, il faut du temps.
Réponse de le 16/03/2021 à 9:33 :
Attention, il est bien évident que je propose un frexit mais avec des dirigeants compétents ! Parce que sinon cela n'a aucun intérêt ne faisant en effet qu'encore plus nous enfoncer.

J'en demande beaucoup oui je sais mais notre pays le mériterait, le devrait même, on est pas à notre place là.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :