Un an de crise : les plans sociaux explosent, les défaillances chutent

 |  | 359 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : LT)
UN AN DE CRISE - Épisode 2/5. En mars 2020, le choc du coronavirus paralyse brutalement le monde entier. Un an après, quel bilan économique tirer de cette crise qui n'a pas encore disparu ? Dans ce deuxième épisode, deux graphiques mettent en parallèle le nombre de plans sociaux qui illustre l'ampleur des dégâts, tandis que les défaillances, retenues par les aides gouvernementales, n'ont jamais été aussi peu nombreuses.

>> Episode 1 : Un an de crise : la dette publique s'envole, les entreprises sous oxygène

La crise frappe de plein fouet l'emploi depuis un an et entraine une déferlante de plans sociaux en France. Au total, 763 plans de sauvegarde de l'emploi (PSE) ont été initiés depuis mars dernier, contre 410 sur la même période en 2019, et plus de 80.000 ruptures de contrats liées à un PSE ont été envisagées, selon les données de la Dares.

L'accélération est plus marquée au troisième trimestre 2020 où le nombre de PSE initié dépasse les 300, soit plus du double qu'au trimestre précédent et trois fois plus qu'au troisième trimestre 2019.

Particulièrement touché, le secteur de l'industrie manufacturière concentre 37% des ruptures, suivi par le commerce et de la réparation automobile (19%), puis par le transport et l'entreposage, ainsi que par l'hébergement-restauration (9% chacun).

Made with Flourish

...Dans le même temps, le nombre de défaillances d'entreprises chute

D'un autre côté, le reflux des faillites est sans précédent. Elles ont en effet diminué de 30% en moyenne en 2020, selon un rapport publié le 18 février par l'OCDE. A noter que ce risque de voir déferler une vague de banqueroutes a, en particulier, été écarté pour les petites et les jeunes entreprises, observe l'organisation.

En France, en raison des mesures d'aides prises dans l'urgence, les défaillances ont chuté de 69% au pic de la crise en avril 2020 - par rapport à avril 2019 -, grâce à l'arsenal de mesures dégainé par le gouvernement.

Cependant, ces chiffres masquent des situations bien plus tendues. Pour 2021 et les années suivantes, la déflagration pourrait être immense. Selon l'OCDE, cette mise sous perfusion risque de fragiliser le tissu productif à moyen terme. De fait, beaucoup d'entreprises qui étaient déjà en difficulté avant la crise vont devoir se confronter au remboursement des prêts garantis par l'Etat pendant des années alors qu'elles étaient déjà à l'agonie. La montée de l'endettement multiplie les risques d'une hausse du nombre d'entreprises non viables (en vie mais trop endettées pour investir et croître), appelées entreprises zombies.

Made with Flourish

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/03/2021 à 10:02 :
pour les depots de bilan, ca sera a la fin des aides
a écrit le 16/03/2021 à 8:59 :
Et pourtant l'accès aux droits d'indemnisations des chômeurs a été durci par une complexifications des démarches, ce qui ne pourra que limiter les aillant droit à obtenir ce qui leur est promis. Pendant ce temps là, les multinationales subventionnées continuent leurs plans de restructurations comme avant : elles réinvestissent à l'étranger la richesse produite ici, ce qui leur permet d'échapper aux taxes, et au contrôle démocratique Français de leurs activités. Voir même de profiter de la souplesse juridique de diverses dictatures et autres paradis fiscaux.
a écrit le 16/03/2021 à 8:30 :
Notons quand même que nombreuses multinationales licencient sans connaitre de crise économique mais profitant de l'excuse covid pour faire plaisir à leurs actionnaires milliardaires. Multinationales dont on arrive de moins à moins à distinguer des sociétés financières au final.

"Partout où quelque chose ne va pas quelque chose est trop gros" Kohr

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :