Un "revenu d'engagement" pour les jeunes, suffisant pour les embarquer dans la relance ?

"A notre jeunesse, qui a tant sacrifié alors qu'elle risquait peu pour elle-même". C'est en ces termes qu'Emmanuel Macron a abordé la question des jeunes, en première ligne de la crise Covid-19 suite aux confinements successifs. Dans la besace du président de la République, la prolongation de la "Garantie jeunes", en parallèle d'autres dispositifs déjà existants sur lesquels la Cour des comptes montrait pourtant des effets limités.

4 mn

Un des coûts de la crise de la Covid, c'est fabriquer un gros écart intergénérationnel, observait l'économiste Patrick Artus.
"Un des coûts de la crise de la Covid, c'est fabriquer un gros écart intergénérationnel", observait l'économiste Patrick Artus. (Crédits : Reuters)

Emploi, accès au logement, précarité, moral... les conséquences de la crise du Covid-19 pour les jeunes sont profondes mais plutôt qu'un revenu de solidarité ou "RSA jeunes" réclamé par certains députés de l'opposition, l'Elysée a finalement opté pour un "revenu d'engagement" pour les 16-25 ans sans emploi ou sans formation. Autrement dit, c'est la poursuite du dispositif de "Garantie Jeunes" qui doit généraliser la rémunération des parcours vers l'emploi, qu'aura retenu le président Macron.

"Pour nos jeunes adultes, nos étudiants comme nos jeunes actifs, ou nos jeunes qui sont peu formés, nous avons créé la plateforme « 1 jeune 1solution » (...) Pour amplifier cette dynamique, je présenterai à la rentrée le Revenu d'Engagement pour les jeunes, qui concernera les jeunes sans emploi ou formation et sera fondé sur une logique de devoirs et de droits," a annoncé le chef de l'Etat lors de son allocution lundi soir.

Le bilan médiocre des dispositifs

Or, dans un rapport publié en juillet, la Cour des comptes pointait le risque de "profusion de mesures à la rentrée 2021 au risque d'un certain éparpillement", estimant entre autres que le plan "un jeune, une solution" a déployé de nombreuses mesures "au risque d'une dispersion des moyens".

De même, sur le chômage, qui a le plus fortement progressé auprès des jeunes en avril 2021 (+3,2%) - alors que près d'un jeune de 15-24 sur cinq est sans emploi en France -, la Cour montrait encore que "le bilan s'avère médiocre faute d'un ciblage du dispositif en termes de publics et de contenus".

En 2020, pendant la crise, le taux d'emploi des 15 à 24 ans recule d'1,2 point, alors qu'il diminue seulement de 0,4 point pour les personnes âgées de 25 à 49 ans, indiquait la Dares-ministère du Travail.

Des conséquences sur l'emploi des jeunes, qui, au niveau mondial, risquent aussi de laisser "des séquelles durables", affirmait l'OCDE.

Malgré les aides, un "écart intergénérationnel"

Créée sous le quinquennat Hollande, la Garantie jeunes est un dispositif d'insertion qui assure actuellement aux 16 à 25 ans qui ne sont "ni en emploi, ni en études ni en formation" (baptisés +NEET+) une allocation mensuelle, d'un montant maximal de 497 euros. En contrepartie, les bénéficiaires s'engagent à suivre un parcours d'insertion intensif et collectif en mission locale. C'est la logique de "devoirs et de droits" reprise par Emmanuel Macron lundi soir.

De quoi réduire les inégalités pour cette génération ? "Un des coûts de la crise de la Covid, c'est fabriquer un gros écart intergénérationnel", observait l'économiste Patrick Artus, dans un entretien à l'AFP.

"Il y a un effet direct qui est que les jeunes ont du mal à trouver du boulot et un effet indirect, c'est que les politiques monétaires expansionnistes font monter les prix des actifs." En conséquence, "les vieux s'enrichissent et les jeunes ne peuvent plus acheter de logements", avait conclu Patrick Artus.

Une génération atteinte moralement

A cela s'ajoute un mal-être individuel provoqué par les confinements successifs. Dans une interview à La Tribune, Fabrice Yeghiayan, directeur du développement de l'Agence Nationale pour la Formation Professionnelle des Adultes (AFPA) affirmait que 62% des 25-34 ans envisagent une reconversion professionnelle suite aux périodes de télétravail et de restrictions.

Dans leurs logements, contraints de télétravailler suite à la fermeture des universités, les 18-26 ans se sont sentis moins efficaces à la tâche (27 % de la génération Z), selon une enquête de la chaire Workplace Management de l'ESSEC Business School.

Enfin, entre 2019 et 2020, avec notamment l'arrêt des petits boulots, la part des 18-29 ans qui jugeait que leur situation s'est dégradée a quasiment doublé pour passer de 15% à 28%, selon un baromètre paru en juillet 2020 du ministère de la Santé (Dress). "Les jeunes qui pensent que leur situation est pire que celle de leurs parents au même âge deviennent plus nombreux que ceux qui jugent que leur situation est meilleure que celle de la génération précédente" indiquent les auteurs de la note.

Lire aussi 3 mnLe sentiment de pauvreté grimpe en flèche chez les jeunes

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 14/07/2021 à 9:23
Signaler
Plus jeune, je "foutrai le boxon". Les raisons? 68.

à écrit le 13/07/2021 à 17:12
Signaler
Chaque gouvernement attend que les jeunes vieillissent pour les sortir des critères qu'ils ont établis pour passer à un autre plan pour d'autres jeunes et ainsi de suite.

à écrit le 13/07/2021 à 15:09
Signaler
Même illustration, mais pas même titre...! Mais..., j'aimerais savoir ce qu'est 'une relance' quand on part d'une erreur et que le problème n'est jugé que par rectification de ses conséquences?

à écrit le 13/07/2021 à 13:35
Signaler
Le problème est la politique de dumping social imposé par l'UE accompagné du chaomage de masse français c'est le massacre assuré. ET il va baisser leurs cotisations aux chomeurx afin qu'ils fassent maçons ou encodeur pour 1200 balles par mois tandis ...

le 13/07/2021 à 14:01
Signaler
c est pas l UE qui a force la france a taxer a fond le travail afin de payer des retraites elevees (a tel point qu eles retraités ont un niveau de vie superieur actifs) et des soins medicaux quasi gratuits aux retraités. L UE contraire agit comme un...

le 13/07/2021 à 14:20
Signaler
Le dumping social est issu directement du traité de Lisbonne, si tu étais dans la vie réelle tu te serais aperçus de ces vieilels camionettes polonaises d'il y a 15 ans qui sont dorénavant de beaux fourgons flambant neufs avec des roumains et des mol...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.