Vot'action à la SNCF : 94,97% des votants sont contre la réforme ferroviaire

 |   |  304  mots
(Crédits : Reuters)
Les cheminots se sont prononcés à 94,97% contre le projet du réforme du ferroviaire, d'après les résultats de la vot'action annoncés ce mercredi par l'intersyndicale de la SNCF.

Le rejet est massif. Près de 95% des cheminots ayant participé à la consultation "vot'action" organisée par les syndicats de la SNCF, se sont prononcés contre "le pacte ferroviaire porté par le gouvernement", selon les chiffres avancés ce mercredi par l'intersyndicale du groupe (CGT, UNSA, SUD et CFDT).

Pour autant, cette consultation, organisée du 14 au 22 mai et qui a fédéré 61,15% des cheminots actifs, du personnel des comités d'établissement et du comité central d'entreprise, n'a pas de valeur légale. Car contrairement à Air France, la direction du groupe ferroviaire n'a pas cautionné cette initiative et a rétrogradé ce référendum au rang de "pétition", le patron de la SNCF Guillaume Pépy considérant que le sujet est essentiellement législatif.

Les sénateurs s'emparent en commission du dossier de la réforme ferroviaire

De leur côté, les sénateurs de la commission de l'Aménagement du territoire et du Développement durable ont examiné ce mercredi le projet de loi de réforme ferroviaire. Au total, 169 amendements ont été déposés sur ce texte qui arrivera en séance publique au Sénat à partir du 29 mai, avant un vote solennel prévu le 5 juin.

Lire aussi : Réforme de la SNCF : ce que le Sénat vient de changer au projet de loi en commission

Également à retenir : le lancement de l'examen des dossiers de demande de soutien financier de grévistes par l'association qui va gérer la cagnotte des intellectuels (dotée de plus de 1,1 million d'euros) et le rendez-vous, vendredi, des syndicats avec le Premier ministre Édouard Philippe. Comme le 7 mai, il s'agira de réunions bilatérales, les syndicats étant reçus à tour de rôle, et non autour d'une table ronde, a précisé Matignon à l'AFP.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/05/2018 à 2:20 :
Le contribuable(collectivités territoriales) et les entreprises paient déjà , puisque 80% du coût du transport public en France,est financé par eux. La dette vient surtout de la construction, l'entretien des voies ferrées et de l'achat des trains.L'infrastructure ferroviaire,partout dans le monde,est financée par l'état. Pas en France où par un artifice comptable,on a fait porter la dette à la SNCF, en la fragilisant et en deteriorant le service au passage. L'état ne fait que récupérer son dû, en reprenant la dette.
a écrit le 24/05/2018 à 9:22 :
Nos cheminots ( le monde de Zola ...) se foutent de savoir si l'entreprise est déficitaire et de faire des propositions concrètes pour que les trains arrivent à l'heure ! Ils s'en fichent bien de l'usager avec leur grèves à répétition qui sont devenues une spécialité ....
Croyez vous que cela se passerait comme cela dans le privé ??????
Ils peuvent donc tout se permettre, le contribuable va payer !
a écrit le 23/05/2018 à 20:35 :
Oui, mais comme 60% des francais sont pour la réforme, s'est la majorité qui l'emporte.... Ensuite comme s'est nous qui payons les dettes.... La réforme est imperative....
a écrit le 23/05/2018 à 18:27 :
Et si l'on faisait voter les 67 millions de français qui payent de leurs impots les confortables avantages et retraites des agents sncf ??
Là , ça serait un vote qui a de la valeur et signification .
a écrit le 23/05/2018 à 16:30 :
Si ce n'est pas "un vote à la soviétique" ça y ressemble fortement !
Réponse de le 23/05/2018 à 17:33 :
"un vote à la soviétique"

2013 :Medef : victoire sans surprise de Pierre Gattaz
Le président de Radiall a été élu avec 95 % des voix à la tête de l'organisation patronale.
Réponse de le 24/05/2018 à 9:09 :
Qu'est ce que tu en sais, as-tu participé au vote ?
a écrit le 23/05/2018 à 16:05 :
Quel bénéficiaire d'un statut ultra-privilégié et protégé accepterait que celui-ci disparaisse, même en douceur ? Les cheminots ne sont en rien propriétaires de leur entreprise. Donc pure gesticulation syndicale que le législateur doit traiter par le mépris qu'elle mérite.
a écrit le 23/05/2018 à 15:51 :
QUITTE A MECONTER LES USAGEZ LE RESULTAT DU VOTE QUE NOS CHEMINAUX SAVENT POUR QUOI IL SE BATTENT. ? NOUBLIEZ PAS QUE SI VOUS NE LES SOUTENEZ PAS LE JOUR OU CELA VOUS ARRIVERAS AVEC LA MONDIALISATION IL NI AURAS PERSONNE POUR VOUS AIDEZ A VOTRE TOURS???///PRESQUE TOUJOURS EN POLITIQUE LE RESULTAT EST LE CONTRAIRE DE LA PREVISION/// FRANCOIS RENE DE CHATEAUBRIANT///
Réponse de le 23/05/2018 à 18:29 :
94.97 % de fautes de français et d'orthographe !!!
a écrit le 23/05/2018 à 14:05 :
VOT'français à la société civile : 100% des votants sont pour la réforme ferroviaire. Il serait temps que Jupiter Macron fasse rentré dans les rangs cette caste de cheminots qui plombent l'économie !
Réponse de le 23/05/2018 à 14:17 :
"VOT'français à la société civile : 100% des votants sont pour la réforme ferroviaire"
Parle en ton nom ce sera déja pas mal.

Sinon, un autre sondage :

La grève à la SNCF, à raison de deux jours sur cinq depuis début avril, est sans conséquence sur la vie personnelle des trois quarts des Français, selon un sondage BVA pour Orange publié mercredi dernier.

Selon cette enquête, 74% des personnes interrogées déclarent que la grève des cheminots n'a "pas de conséquences sur leur vie personnelle", 21% "des conséquences négatives" et 4% des conséquences positives (1% de non réponse). Le pourcentage de personnes évoquant des conséquences négatives montent à 35% en Ile-de-France.
a écrit le 23/05/2018 à 13:22 :
Staline voit rouge !
a écrit le 23/05/2018 à 12:51 :
les cheminots ne sont pas cogestionnaires de l'entreprise publique .
ils n'ont aucune légitimité légale à décider de son devenir .
les syndicalistes cheminots doivent démissionner , mais aucun n'en aura le courage .
a écrit le 23/05/2018 à 12:15 :
Le contraire m'aurait étonné.
a écrit le 23/05/2018 à 11:57 :
En voilà une surprise... le suspense était insoutenable !!
On aurait pu aussi leur demander s'ils préféraient être riches et bien portants, plutôt que pauvres et malades; ou toute autre question de ce tonneau là.
Et maintenant, so what ???
Réponse de le 23/05/2018 à 12:58 :
Maintenant ? La suite est simple.
Aucuns changements ou presque, et la dette aux francais.
Plus de taxes, d'impots et j'en passe.
Bon courage a tous les contribuables.
a écrit le 23/05/2018 à 11:46 :
De toute façon, on ne leur demande pas leur avis : ceux qui ne veulent pas obéir peuvent toujours s'en aller. Personne n'est indispensable.
Quel gag de voir des syndicats pseudo-révolutionnaires se comporter en propriétaires.
Et l'ouverture du marché est déjà faite : Thalys et Eurostar Gare du Nord, DB Gare de l'Est, etc...
a écrit le 23/05/2018 à 11:40 :
Il faut que ça change.................mais pas pour nous, les autres DOIVENT s'adapter, mais pas le "service publique" non mais alors, bossez, payez pour nous et laissez nous tranquilles, c'est le "service publique" au profit exclusif des "titulaires" économie communiste revenus capitalistes tout va bien "pour nous" les autres ils bénéficient du "service publique" veinards.
a écrit le 23/05/2018 à 11:14 :
Le résultat de cette pétition était à prévoir puisque : d'une part seuls les salariés de la SNCF étaient consultés et, que d'autre part l'objet était leurs propres intérêts au mépris de l'intérêt général. Comme d'habitude c'est le moyen utilisé par la CGT pour essayer de remotiver ses affidés. Le corporatisme va tuer notre pays !
a écrit le 23/05/2018 à 11:09 :
Une petite piqure de rappel dont il serait quand même particulièrement pertinent d'en retenir la leçon:

"Le gouvernement britannique renationalise une ligne de chemin de fer" https://www.latribune.fr/depeches/reuters/KCN1IH1X9/le-gouvernement-britannique-renationalise-une-ligne-de-chemin-de-fer.html

"C'est la troisième fois depuis 2007 que les autorités britanniques sont contraintes de reprendre l'exploitation de cette liaison de 632 km, confirmant les difficultés pour des opérateurs privés de gérer une concession ferroviaire."

"L’intérêt général à la casse: Il paraît que les petites lignes de chemin de fer coûtent trop cher" https://www.monde-diplomatique.fr/2018/04/DUTEURTRE/58542 (article gratuit)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :