63% des Islandais veulent le maintien de la candidature à l'Union européenne

 |   |  248  mots
Les Islandais contestent à 63% la décision du gouvernement de centre droit de retirer la candidature du pays à l'Union européenne. Le 15 mars, les Islandais ont manifesté comme jamais depuis le scandale de la faillite spectaculaire de la banque Icesave en 2008.
Les Islandais contestent à 63% la décision du gouvernement de centre droit de retirer la candidature du pays à l'Union européenne. Le 15 mars, les Islandais ont manifesté comme jamais depuis le scandale de la faillite spectaculaire de la banque Icesave en 2008. (Crédits : Reuters)
Une majorité d'Islandais contestent la décision du gouvernement de retrait de la candidature à l'Union européenne. Le gouvernement de centre-droit n'a ni consulté le parlement, ni mis en place le référendum qu'il avait pourtant promis...

Le coup d'éclat du gouvernement islandais ne passe décidément pas... Et pas seulement auprès des institutions européennes déçues de voir Reykjavik renoncer à sa candidature pour entrer dans l'Union européenne. Cette fois, ce sont les Islandais eux-mêmes qui sont mécontents.

Un sondage publié vendredi dans le quotidien Frettabladid montre que 63% des Islandais sont opposés au retrait de cette candidature. Dans le détail, 44% des sondés se déclarent "complètement opposés", et 19% "plutôt opposés".

Déjà, le 15 mars dernier, près de 7.000 islandais ont manifesté dans les rues de la capitale pour contester la décision du gouvernement. A l'échelle de ce pays de 325.000 habitants, cette mobilisation a sonné comme l'une des plus importantes depuis le scandale de la faillite spectaculaire de la banque Icesave en 2008.

La promesse non tenue d'un référendum

L'opposition emmenée par Arni Pall Arnason à la tête de l'Alliance sociale-démocrate reproche au gouvernement de n'avoir "même pas pris la peine de consulter le parlement ou la population sur cette question. Il a essayé de piéger l'UE pour qu'elle accepte un changement de statut de l'Islande", a-t-il ainsi déclaré.

Elu en 2013, le gouvernement de centre droit actuellement au pouvoir avait promis un référendum sur la question de l'adhésion à l'Union Européenne. Il n'a toutefois jamais réussi à rassembler une majorité de députés pour arrêter le processus d'adhésion.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/03/2015 à 16:37 :
Non ! Si 63% des Islandais veulent que la négociation aille à son terme, c'est à dire aborde les sujets cruciaux que sont la pêche et l'agriculture, seul, dans l'état actuel de leur information, un gros tiers veut entrer dans l'UE. Les manifestations actuelles portent, non sur l'adhésion, mais sur l'exigence d'être consultés, déjà refusée l'an passé malgré les promesses électorales !
a écrit le 21/03/2015 à 7:15 :
Ils doivent avoir les mêmes politiques que nous !!
Ce genre de décision ça doit être validé par un référendum

Comme en 2005 où nous avons dit non à l'agrandissement de l'Europe rires !!
a écrit le 20/03/2015 à 23:09 :
Petite propagande européïste, comme d'habitude..!
a écrit le 20/03/2015 à 19:33 :
Sondage effectué auprès de 994 personnes interrogées, comme d'habitude....
a écrit le 20/03/2015 à 19:18 :
Ce que l'article ne dit pas, c'est que le gouvernement (démocratiquement élu) a fait un bilan sur deux ans pour recenser les avantages et inconvénients d'une entrée dans l'UE. Et c'est au terme de ce bilan qu'ils ont décidé en toute connaissance de cause de ne pas poursuivre la demande d'adhésion.

1) Les sondages ne veulent rien dire et sont souvent orientés.
2) 7000 personnes sur 325000 habitants, ça ne fait que 2%, voilà de quoi relativiser ! Il y avait la même proportion de manifestants contre le mariage pour tous et là, point de journalistes scandalisés.
3) Les promesses électorales ? Bah, messieurs les journalistes, demandez plutôt à notre bon François ce qu'il a fait de celle de ne pas signer le TSCG !!!
a écrit le 20/03/2015 à 17:50 :
Il n'y a que les pays dit pauvres qui sont intéressés par l'intégration et ce n'est plus le cas de l'Islande! Mais voilà qui contredit la "paradisiaque" zone euro!
Réponse de le 20/03/2015 à 19:04 :
Les pays riches sont intéressés par le marché commun et la zone Schengen : L'Islande comme la Norvège et la Suisse font partie de tout cela.
Que l'Europe soit à la carte et qu'ils ne soient pas intéressés par plus est un autre problème qui ne durera probablement pas éternellement.
a écrit le 20/03/2015 à 16:26 :
Les islandais sont très attachés à leur démocratie participative. Ce sondage dit qu'ils veulent un référendum sur le sujet, quel en sera le résultat est une autre question. Et vu que leur économie va à nouveau bien, j'ai peur que leur réponse soit un refus.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :