Le réchauffement climatique s'accélère-t-il ? Réponse du GIEC le 9 août

Les prévisions de ce rapport - devenu une référence et qui doit être publié le 9 août - sont soumises à l’approbation de 195 pays afin de dresser un nouveau bilan. Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) met en lumière la hausse de la température mondiale, l'augmentation du niveau des océans, ou encore l'intensification des événements extrêmes.

5 mn

De Chine en Allemagne, des crues révélatrices de la vulnérabilité climatique.
De Chine en Allemagne, des crues révélatrices de la vulnérabilité climatique. (Crédits : THILO SCHMUELGEN)

Alors que l'Est de la Chine était balayé dimanche par le typhon In-Fa, et que les catastrophes climatiques s'enchaînent partout dans le monde, 195 pays commencent ce lundi l'adoption des nouvelles prévisions des experts climat de l'ONU, un rapport de référence qui devrait appuyer les appels à agir plus vite et plus fort face au changement climatique.

Sept ans après la dernière évaluation, ce nouveau rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) tombe au milieu d'une avalanche de catastrophes qui ont remis les impacts du dérèglement climatique au premier plan, des précipitations exceptionnelles en Chine et en Allemagne aux températures folles au Canada. Mais malgré le choc des images, certains craignent que ce regain d'intérêt ne soit que passager alors que des actions cruciales pour l'avenir de l'humanité sont réclamées aux dirigeants de la planète qui doivent se réunir en novembre pour la conférence climat COP26 à Glasgow (Ecosse).

Lire aussi 2 mnCOP26 : 51 pays réunis à huis clos pour préparer le sommet de novembre à Glasgow

"En ce moment, tout le monde parle de l'urgence climatique, et à juste titre. Mais dès que ces tragédies seront terminées, nous oublierons probablement à nouveau et continuerons comme avant", s'est inquiétée sur Twitter la militante Greta Thunberg, qui a entraîné des millions de jeunes dans les rues ces dernières années pour réclamer aux gouvernements de réduire drastiquement et immédiatement les émissions de gaz à effet de serre.

Le rapport du GIEC, qui doit être publié le 9 août, dont le "résumé pour les décideurs" va être négocié ligne par ligne à huis clos en virtuel pendant deux semaines, doit mettre à jour son évaluation et ses prévisions climatiques : hausse de la température mondiale, augmentation du niveau des océans, intensification des événements extrêmes. « Le pire est à venir » pour l'humanité, alertait le GIEC dans un résumé technique du rapport en juin.

Deux autres volets doivent être publiés début 2022. Celui sur les impacts, dont l'AFP a obtenu une version préliminaire, montre comment la vie sur Terre sera inéluctablement transformée d'ici à trente ans, voire plus tôt. Mais il n'arrivera qu'après la COP26.

"Les chiffres et les statistiques sont inestimables mais ce dont le monde a besoin maintenant, plus que tout, c'est d'action climatique. Les peuples à travers le monde l'exigent", a plaidé la semaine dernière la responsable climat de l'ONU Patricia Espinosa.

"Ils veulent un leadership audacieux et courageux qui nous éloigne du chemin actuel de destruction pour nous amener sur le chemin résistant au changement climatique que l'accord de Paris nous a promis", a-t-elle ajouté.

En signant cet accord en 2015, la quasi totalité des pays de la planète se sont engagés à réduire les émissions de CO2 pour limiter le réchauffement "bien en deçà" de +2°C par rapport à l'ère préindustrielle, si possible +1,5°C. Cette dernière possibilité ne devrait en fait pas être dépassée, selon les scientifiques. Faute de quoi « des conséquences graves » suivraient, « pendant des siècles, et parfois irréversibles ».

Lire aussi 3 mnClimat : comment le président de la COP21 juge les cinq années écoulées

Ne pas dépasser +1,5°C

Si certains doutent que le défi puisse être relevé, d'autres insistent pour dire que ce n'est pas impossible. "Limiter le réchauffement à +1,5°C est encore physiquement, techniquement et économiquement possible. Mais pas pour longtemps si nous continuons à agir trop peu et trop tard", estime Kaisa Kosonen, de Greenpeace.

Les pronostics sont pourtant mauvais : selon l'Organisation météorologique mondiale, la probabilité que ce seuil de +1,5°C sur une année soit dépassé dès 2025 est déjà de 40%. Pour espérer ne pas franchir ce seuil, il faudrait réduire chaque année les émissions de 7,6% en moyenne, entre 2020 et 2030, selon l'ONU.

Et si 2020 a vu une baisse de cette ampleur en raison de la pandémie de Covid-19, un rebond est attendu. Et l'Agence internationale de l'énergie prédit même des émissions record d'ici 2023, vu la faible part des plans de relance consacrée aux énergies propres.

Lire aussi 4 mnClimat : vers un nouveau record d'émission de CO2 en 2023, l'AIE dénonce le manque d'ambition verte des plans de relance

"Mais si on n'y arrive pas, si on peut arriver à 1,6°C c'est mieux que 1,7°C, et 1,7°C, c'est mieux que 1,8°C", note le climatologue Robert Vautard, un des auteurs du GIEC. "Chaque fraction d'un degré compte", avancent les experts du GIEC. Car en plus de ces bouleversements, une incertitude plane, et pas des moindres : le niveau de déclenchement de "points de bascule" - des éléments clés dont la modification substantielle pourrait entraîner le système climatique vers un changement violent et irrémédiable.

Par exemple, au-delà de +2°C, la fonte des calottes glaciaires du Groenland et de l'Antarctique de l'Ouest - qui contiennent assez d'eau pour provoquer une hausse du niveau de la mer de 13 mètres - pourraient entraîner un point de non retour, selon de récents travaux. Autre point de rupture possible : la transformation de la forêt amazonienne, l'un des poumons de la planète, en savane.

Mais l'humanité peut encore orienter sa destinée vers un avenir meilleur, en prenant aujourd'hui des mesures fortes pour freiner l'emballement de la deuxième moitié du siècle, affirme le GIEC. "Les confinements sur l'année 2020 ont donné une baisse d'émissions de 6 à 7%, si on veut arriver à une baisse des émissions de 40 ou 50% en 2030, on voit le travail qui reste à faire. C'est presque un Covid de plus par an, c'est évidemment pas comme ça qu'on le souhaite", indique-t-il à l'AFP. "Cet effort est colossal mais le jeu en vaut la chandelle".

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 26/07/2021 à 17:29
Signaler
Poser la question c'est déjà y repondre 😁

à écrit le 26/07/2021 à 16:54
Signaler
Pourquoi on ne demanderait pas l'avis de Trump, lui qui a envoyé valser les résolutions de la COP21 et a fait perdre 4 années de plus à la réduction des GES dans son pays, tout en minant le comportement d'autres pays, comme le Brésil ? L'humanité en...

à écrit le 26/07/2021 à 15:21
Signaler
Le réchauffement climatique est une réalité. l'utiliser à des fins partisanes n'est que qu'une tentative d'asservissement comme lest ou l'a été le marxisme, la religion... Les extrémistes verts ne sont que des extrémiste.

à écrit le 26/07/2021 à 14:12
Signaler
Le réchauffement climatique n’existe pas : Le dérèglement est due : Aux traitements des déchets ( mis sous terre et entassement sur les bords de mers , cachés par des routes ) La pollution électronique et magnétique dues aux nouvelles technologi...

à écrit le 26/07/2021 à 13:19
Signaler
Mieux Vautard que jamais !

à écrit le 26/07/2021 à 11:54
Signaler
Tout ça pour constater avec effroi que le climat change. Il n'a jamais cessé de changer, le climat. Et la seule chose dont on puisse être sûr en matière de meteo à long terme, c'est qu'il n'y a plus de saisons. Le GIEC : la nouvelle église pour le...

à écrit le 26/07/2021 à 10:06
Signaler
On peut leur faire confiance pour gérer les conséquences du problème a leur profit, mais... surtout pas de remise en cause qui risque de toucher aux rentes en cours!

à écrit le 26/07/2021 à 9:32
Signaler
Et toujours pas de vaccin contre la rénunionite aigüe ? Pourtant ça commence fortement à peser sur la santé du monde et de son humanité... L'empire des faibles et des grosses feignasses qui détruisent la planète en ronflant.

le 26/07/2021 à 14:09
Signaler
Le râleur il a quelque chose contre les grosses feignasses?

le 27/07/2021 à 9:19
Signaler
les grosses feignasses qui détruisent le monde en ronflant les autres je m'en tape. Tu ne sers vraiment à rien quand on ne peut pas être lièvre on reste lapin mais bon ça semble te convenir... Signalé

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.