Allemagne : la production industrielle reste dans le rouge pour le sixième mois consécutif

L'industrie, pilier de l'économie allemande, souffre depuis plusieurs mois. Elle a été une nouvelle fois plombée en octobre par une demande intérieure atone, en raison de l'inflation, mais aussi des prix de l'énergie élevés.
Selon la dernière étude de l'Office de statistique allemand Destatis, au mois d'octobre, la production allemande a baissé de 0,4%.
Selon la dernière étude de l'Office de statistique allemand Destatis, au mois d'octobre, la production allemande a baissé de 0,4%. (Crédits : ANGELIKA WARMUTH)

La production industrielle allemande est toujours dans le brouillard. Selon la dernière étude de l'Office de statistique allemand Destatis, celle-ci a de nouveau baissé au mois d'octobre, pour le sixième mois consécutif. Ce, sur fond de coûts élevés de l'énergie et de conjoncture morose pour le secteur, plombant depuis plusieurs mois la première économie européenne.

L'indicateur a reculé de 0,4% sur un mois (en données corrigées des variations saisonnières et de calendrier) après une baisse révisée de 1,3% en septembre, souligne dans un communiqué l'institut de statistique. Le recul est plus fort qu'attendu par les experts de la plateforme d'analyse financière Factset, qui tablaient sur une légère baisse de 0,15%. Sur un an, la production industrielle chute de 3,5%, chiffre par ailleurs Destatis.

Dans le détail, la production de biens d'équipement a chuté de 1,0%, et celle des biens intermédiaires de 0,4%. La hausse de la production de biens de consommation, qui atteint 0,4%, ne suffit pas à compenser.

Inflation et prix élevé de l'énergie élevé

L'industrie allemande, pilier de la première économie européenne, souffre depuis plusieurs mois. Elle a été une nouvelle fois plombée en octobre par une demande intérieure atone, en raison de l'inflation et par les hausses de taux d'intérêt de la Banque centrale européenne (BCE).

Les prix de l'énergie restent en outre relativement élevés pour le secteur industriel. Certaines activités les plus énergivores, comme la chimie, peinent à retrouver leur niveau de production d'avant la guerre en Ukraine. Les branches les plus consommatrices d'énergie ont produit 7,1% de moins en août sur un an.

Lire aussiAllemagne : les ventes de voitures électriques chutent de nouveau en novembre

Les exportations sont également moins dynamiques, freinées par le ralentissement de la demande en produits allemands, notamment en Chine, un marché crucial pour l'industrie du pays.

Enfin, le bâtiment, qui tire lui aussi traditionnellement l'industrie, est en crise depuis plusieurs mois, plombé par la hausse des taux d'intérêt. En octobre, le bâtiment a connu une chute d'activité de 2,2% sur un mois. Aussi, le nombre d'autorisations délivrées pour de nouvelles constructions de logements a chuté de 27,2% au premier semestre de cette année par rapport à la même période en 2022. L'industrie allemande souffre ainsi de plus en plus du manque de main-d'œuvre qualifiée.

Récession

Résultat : le gouvernement s'attend à une baisse de 0,4% du PIB sur l'année 2023. D'après le FMI (Fonds monétaire international), l'Allemagne sera le seul pays du G7 en récession cette année.

Pour l'ensemble de l'année 2023, la plupart des instituts économiques de référence s'attendent à un recul du PIB allemand. Le Fonds monétaire international (FMI) table ainsi sur -0,3% et l'institut économique allemand IFO, dans ces prévisions d'automne, prévoit une récession de -0,4% sur l'ensemble de l'année, avant une reprise de 1,4% en 2024.

Lire aussiAllemagne : plombée par une faible demande et le coût de l'énergie, la production industrielle poursuit sa chute

« Le ralentissement se poursuit. Dans presque tous les secteurs, la tendance est à la stagnation », a déclaré le directeur des études conjoncturelles de l'institut économique IFO, Timo Wollmershäuser, lors d'une conférence de presse début septembre.

À ces difficultés conjoncturelles s'ajoutent les problèmes structurels du pays, entre lourdeurs bureaucratiques freinant les investissements et vieillissement démographique. Selon l'IFO, « 2025 sera la première année durant laquelle la crise démographique se fera sentir, avec une population active potentielle qui chutera », selon Timo Wollmershäuser.

L'emploi allemand aussi en difficulté

Les difficultés de l'économie allemande pèsent aussi sur l'emploi. En novembre, le taux de chômage allemand s'est établi à 5,9% en novembre en données corrigées des variations saisonnières (CVS), soit 0,1 point de plus qu'en octobre, selon l'agence allemande pour l'emploi.

Le nombre de chômeurs allemands a augmenté de 22.000 par rapport au mois précédent, toujours en données CVS. En données brutes, il a atteint 2,61 millions de personnes, soit environ 172.000 de plus par rapport au mois de novembre 2022.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.