Brexit : Londres ne veut pas prolonger la période de transition avec l'UE

 |   |  605  mots
J'ai formellement confirmé que le Royaume-Uni ne prolongerait pas la période de transition, et le moment pour demander une extension est désormais passé, a déclaré le ministre Michael Gove sur Twitter après une réunion en ligne avec le vice-président de la Commission européenne chargé des relations institutionnelles, Maros Sefcovic. Le 1er janvier 2021, nous reprendrons le contrôle et retrouverons notre indépendance politique et économique, a-t-il ajouté.
"J'ai formellement confirmé que le Royaume-Uni ne prolongerait pas la période de transition, et le moment pour demander une extension est désormais passé", a déclaré le ministre Michael Gove sur Twitter après une réunion en ligne avec le vice-président de la Commission européenne chargé des relations institutionnelles, Maros Sefcovic. "Le 1er janvier 2021, nous reprendrons le contrôle et retrouverons notre indépendance politique et économique", a-t-il ajouté. (Crédits : Reuters)
C'est officiel! Londres a signifié à Bruxelles ne pas vouloir prolonger la période de transition au delà de la fin décembre, quelque soit le résultat des négociations sur les relations entre Londres et l'UE.

Le Royaume-Uni "a confirmé formellement" vendredi à l'Union européenne ne pas vouloir prolonger la période de transition expirant fin décembre pendant laquelle ils doivent s'accorder sur leur relation post-Brexit, avant un mini-sommet consacré à ces négociations lundi.

"J'ai formellement confirmé que le Royaume-Uni ne prolongerait pas la période de transition, et le moment pour demander une extension est désormais passé", a déclaré le ministre Michael Gove sur Twitter après une réunion en ligne avec le vice-président de la Commission européenne chargé des relations institutionnelles, Maros Sefcovic. "Le 1er janvier 2021, nous reprendrons le contrôle et retrouverons notre indépendance politique et économique", a-t-il ajouté.

Discussions dans l'impasse

Sorti de l'Union européenne le 31 janvier, le Royaume-Uni négocie désormais avec Bruxelles pour définir leurs relations commerciales à la fin de la période de transition mais les discussions sont jusqu'à présent dans l'impasse. Le gouvernement britannique peut demander une prolongation des pourparlers à condition de le faire d'ici à la fin juin, mais il s'est toujours refusé à cette option, comme il l'a confirmé vendredi.

Michael Gove "n'aurait pas pu être plus clair", a constaté Maros Sefcovic devant la presse. "Je le prends comme la conclusion définitive de cette discussion". Sur Twitter, le négociateur européen Michel Barnier "a pris note de la décision britannique de ne pas prolonger". "Nous devons maintenant faire des progrès sur le fond", a-t-il averti.

Une rencontre virtuelle au sommet aura lieu lundi entre le Premier ministre Boris Johnson et les dirigeants européens. Des sessions de négociations entre Londres et l'UE sont prévues pour juillet, août et septembre. Sans accord, les seules règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), avec leurs droits de douane élevés, s'appliqueraient aux relations commerciales entre ces anciens partenaires.

Pour ne pas pénaliser les entreprises britanniques déjà victimes des effets économiques de la pandémie de nouveau coronavirus, le gouvernement a décidé d'imposer des contrôles frontaliers moins rigoureux que prévu avec l'UE à partir du 1er janvier prochain, selon plusieurs médias.

"Un régime provisoire plus léger"

Selon le Financial Times, un "régime provisoire plus léger" est prévu pour les biens importés de l'UE dans les ports d'entrée comme Douvres (sud), qu'il y ait ou non un accord conclu avec l'Union européenne. En revanche, il est toujours prévu que les biens exportés du Royaume-Uni vers l'UE soient soumis à des contrôles complets.

"Nous avons conscience de l'impact que le coronavirus a eu sur les entreprises britanniques et lorsque nous reprendrons le contrôle de nos lois et de nos frontières à la fin de cette année, nous adopterons une approche pragmatique et flexible pour aider les entreprises à s'adapter aux changements et aux opportunités (créées par le fait) d'être en dehors du marché unique et de l'union douanière", a dit une source gouvernementale à l'AFP.

Deuxième pays le plus endeuillé par la pandémie, avec plus de 41.000 morts, le Royaume-Uni a aussi subi de plein fouet son impact économique, avec un chute de 20% du PIB en avril, le premier mois complet du confinement.

Les chefs des gouvernements écossais et gallois ont écrit une lettre commune à Boris Johnson vendredi pour le prier de demander à l'UE une prolongation de la période de transition, afin de soutenir les entreprises.

"Nous pensons que sortir de la période de transition à la fin de l'année serait extraordinairement imprudent", ont écrit la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon et son homologue gallois Mark Drakeford.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/06/2020 à 20:03 :
bien
mais je pense qu'il faut quand meme d'ores et deja mettre des controles sur les biens aussi, faut etre ferme des le debut
des controles vers les biens expoertes vers le uk, avec des controles tatillons bien sovietiques, histoire de mettre un peu la pression
comme ca les brits seront prives de marmite et de plein d'uatres choses, ca deviendra rigolo
bojo veut jouer la montre et mettre la pression , mais s'il se rate, il va avoir un merdier qu('il n'ose meme pas imaginer
a écrit le 14/06/2020 à 5:31 :
On se doute de l'issue des ces négociations : le RU va retrouver les avantages d'etre dans l'UE sans le carcan de cette usine a gaz !
a écrit le 13/06/2020 à 9:32 :
UK ne pouvait continuer à être croupion de l'Europe. Beaucoup d'entreprises anglaises sont passées sous pavillon indien. Ces Indes qui font peu parler d'elles mais n'en sont pas moins le 5ème pays par le PIB et possèdent des entreprises mondiales dominantes sur leur marché comme Tata, Mittal ou HCLtechnologies.
a écrit le 13/06/2020 à 9:01 :
Comme d'habitude, les britanniques veulent le beurre et l'argent du beurre et pourquoi pas la crémière.
Réponse de le 13/06/2020 à 19:08 :
C'est justement le programme de l'UE mais il n'ont visiblement pas réussit! Ou plutôt, pour ne pas être catégorique, n'ont pas encore réussit!
a écrit le 13/06/2020 à 8:23 :
Je parie que l Europe va céder aux demandes anglaise à la dernière minute

On ne laissera pas faire le no deal comme d habitude on va être trouillard et lacher
Réponse de le 14/06/2020 à 5:32 :
"ON ..." Pourquoi on vous demande votre avis ???
Réponse de le 14/06/2020 à 20:05 :
je ne pense pas que les allemands aient envie d'avoir un singapour a la porte de l'europe, a la botte des etats unis, et sans respecter aucune regle
le uk voulait faire entrer la turquie, les allemands etaient contre, et la turquie va rester dehors, ce qui est la moindre des choses vu que le moyen orient, c'est pas l'europe
a écrit le 12/06/2020 à 21:33 :
les anglais tirent les premiers . ils ont l'avantage . l'Allemagne va (ou a déjà commencé à ) négocier en douce . la France portera la responsabilité d'un probable échec des négociations . triste .
Réponse de le 13/06/2020 à 12:21 :
L' Allemagne ,comme tous les autres États membres de l'Union ,ne peut pas accepter que la Grande Bretagne devienne une passoire .Les biens provenant de GB ,originaires ou tiers ,devront être dédouanés, en frontière ,ports ou aéroports ,ou à destination .Idem pour les marchandises en transit ,par exemple vers la Turquie .Elles ne circuleront pas librement .Il n'est pas possible de détruire l'Union Européenne pour les rêves des nationalistes anglais .
a écrit le 12/06/2020 à 20:53 :
Les Brits vont vite cavaler dans les bras des USA et autres membres du Commonwealth. Ca va les changer. Washington, Ottawa et Canberra ne seront pas des tendres, à côté de Bruxelles... Mais bon... ils accepteront mieux la pilule venant de la Wasp family.
Réponse de le 14/06/2020 à 20:07 :
les brits veulent devenir la porte d'entree sans aucune regle pour effectivement recuperer tous les investissements d'uncle sam
quand ca ne sera pas le cas, ils vont se rettrouver comme grosjean, a ne plus etre dans l'europe et a n'avoir d'utilite pour personne, en particulier pas pour uncle sam qui ira mettre ses boites en irelande
a écrit le 12/06/2020 à 20:19 :
La période est propice aux brexiteurs.

Ils vont pouvoir attribuer tous les maux qui accablent les anglais au virus, et tenter de faire oublier les 10 à 12% de chute de PIB supplémentaires imputables au brexit et à la politique foutraque de Johnson.

Ailleurs en Europe la chute du PIB sera en moyenne de 8% (sauf la France 12% min). Le différentiel avec le RU a forcément un lien avec la sortie désordonnée du pays. La trajectoire d'isolationnisme économique ressemble fortement à un confinement perpétuel.
a écrit le 12/06/2020 à 18:53 :
Bravo les Anglais ! On a vécu une mascarade totale, absolue, un gag délirant pour un simple coronavirus qui aura fait nettement moins de morts qu'en 2017 ! Frontières fermées, chacun pour sa gu...., ursula présidente de je ne sais quoi ... complètement bidon, maintenant les médias vont remettre la purée et c'est reparti pour ce pipo intégrale ! Bon vent les brits et chapeau d'avoir quitté cette "DESUNION EUROPEENNE ! "
a écrit le 12/06/2020 à 18:31 :
Il était temps qu'ils partent. Le peuple Britannique va souffrir tandis que les milliardaires britanniques eux font s'en mettre plein la panse avec la dérégulation qui va suivre. Dans 2 ans nous compterons les points.
a écrit le 12/06/2020 à 17:44 :
Excellente nouvelle. Depuis 2016, l UE na cessé de perdre son temps. Toutes nos entreprises devraient se préparer pour un no deal car ce qui n'a pas pu être réglé en 4 ans, ne le sera pas en 6 mois. Les britanniques doivent pouvoir clairement se rendre compte de la vie d'après.
a écrit le 12/06/2020 à 15:39 :
Et les dirigeants européens vont encore nous jouer les gros bras pour s'écraser lamentablement en novembre parce qu'ils ne sont pas en mesure de faire quoi que ce soit puisque l'UE est totalement dénuée de puissance politique.

Vite un frexit.
Réponse de le 12/06/2020 à 17:06 :
Il y a bien un sujet ou l'UE est unie c'est bien sur les discussions du Brexit.
Réponse de le 12/06/2020 à 18:55 :
C'est clair !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :