Brexit : quelles sont les prochaines étapes avant le grand départ ?

 |   |  452  mots
(Crédits : HANNIBAL HANSCHKE)
La sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne le 31 janvier ne marque pas pour autant la fin du long et tortueux processus du Brexit. Voici les dates clés des étapes à venir.
  • 29 janvier : passage devant le Parlement européen

Pour entrer en vigueur, le Brexit doit aussi être ratifié par les députés européens. Ils attendaient de voir ce que Londres allait décider, échaudés par trois ans et demi d'atermoiements, mais devraient approuver l'accord deux jours avant la date fatidique.

  • 31 janvier : Brexit

Le Royaume-Uni doit quitter l'Union européenne le 31 janvier, une date déjà reportée trois fois depuis le référendum de juin 2016.

Le pays entrera dans une phase de transition dans laquelle ses relations resteront inchangées avec les 27 Etats membres jusqu'au 31 décembre 2020. Par contre, il ne pourra ni siéger dans les institutions européennes ni avoir son mot à dire sur leurs décisions.

Ce délai doit permettre aux deux parties de nouer une nouvelle relation en termes de commerce et de sécurité.

  •  Février/mars : début des négociations commerciales

Londres se dit prêt à lancer ses négociations commerciales dès le 1er février mais les membres de l'UE discutent toujours pour déterminer leurs objectifs pour ces négociations.

Dans un discours prévu début février, le Premier ministre Boris Johnson doit présenter ses ambitions d'arriver à un accord de libre-échange du même type que celui signé par l'UE avec le Canada récemment, sans alignement avec les règles européennes.

Le mandat européen devrait être approuvé au niveau ministériel d'ici au 25 février, selon des responsables européens, permettant aux pourparlers de démarrer autour du 1er mars.

Outre le commerce, le Royaume-Uni et les 27 ne manquent pas de sujets sur lesquels ils devront s'accorder : la sécurité et la coopération judiciaire, l'éducation, l'énergie... Parallèlement, Londres compte lancer des négociations avec d'autres pays, Etats-Unis en tête, pour arriver à des accords de libre-échange.

  • 1er juillet : date butoir pour prolonger la période de transition

Le Royaume-Uni peut prolonger la période de transition au-delà de fin 2020 pour un ou deux ans, mais doit informer l'UE de sa demande avant le 1er juillet.

Boris Johnson insiste : il ne compte pas demander d'extension. Mais la Commission européenne juge le délai de la période transitoire très serré. Sa présidente Ursula von der Leyen a averti qu'il serait impossible de s'accorder sur "tous les aspects" et qu'il faudrait choisir des "priorités".

  • 31 décembre : fin de la période de transition

C'est en l'état la fin des liens entre l'Union européenne et le Royaume-Uni tels qu'ils auront existé pendant 47 ans. Sans nouvel accord ou extension de la période de transition, commerce et transports, entre autres, risquent des perturbations majeures.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2020 à 9:53 :
A en lire certains ici qui prennent fait et cause pour quitter l'UE sans rien comprendre, ni jamais avoir vu comment les anglais vivent, ni avoir un niveau de réflexion supérieur à des discussions de bistrot.....C'est génial ! Les anglais vont avoir enfin le "droit démocratique" de manger du poulet à la chlorine, des tomates géantes OGM importés des USA et même de ré-exporter tous ces produits fabuleux et fantastiques vers l'UE !
La France et l'UE étant des horribles dictatures...
Réponse de le 28/01/2020 à 22:30 :
"même de ré-exporter tous ces produits fabuleux et fantastiques vers l'UE ! " je doute que l'UE, qui n'est pas née de la dernière pluie, laisse le UK jouer le cheval de Troie pour le pire des productions US.
a écrit le 27/01/2020 à 9:58 :
La fin du dictat de UE par le respect du vote democratique
a écrit le 27/01/2020 à 8:50 :
Johnson a déjà prévenu qu'il utiliserait certainement du protectionnisme.

Bref si les politiciens veulent avoir le droit de gérer leurs citoyens ils doivent quitter l'UE. IL n'y a pas d'alternative c'est soit le frexit soit la mort définitive de notre nation.
Réponse de le 28/01/2020 à 22:33 :
Si protectionnisme britannique il y a, il y sera répondu évidemment par du protectionnisme européen. Et de sera fort gênant pour le "formidable accord" promis par Donald Trump dont le seul objet est de tenter de transformer le Royaume-Uni comme un cheval de Troie en Europe.
Réponse de le 29/01/2020 à 10:09 :
@ moulin à vent

" il y sera répondu évidemment par du protectionnisme européen. "

AH parce que toi t'as déjà vu l'europe "répondre" ?

Ton harcèlement est signalé.
a écrit le 27/01/2020 à 1:19 :
De Gaulle qui connaissait bien les UK pour les avoir côtoyés de longues années, ne les voulait pas dans l' UE ; il avait bien raison, 47 ans, ils n'ont fait que trainer des pieds sur chaque sujet, nous emm***r quoi!
Bon débarras !!
Au fait que va t il advenir de tous les pauvres que les anglais nous ont envoyés pour se faire soigner à coup de CMU, RMI etc ; tous ces casocs anglais qui sont chez nous... quid ? (j'en ai pas mal dans ma campagne)
Parce que, d'un autre coté, la chose sure, est que nos riches français installés chez eux, , eux ils vont rester.. afflelou, goldman .....
Réponse de le 27/01/2020 à 8:51 :
Vous savez l'UE de Bruxelles a toujours cherché des motifs pour ne pas avancer dans le sens démocratique et un trublion lui faisait parfaitement l'affaire pour excuser l'imposition de ses vues ou dogme!
a écrit le 26/01/2020 à 19:49 :
la prochaine etape c'est qu'il y ait un accord en urgence avant le 31 janvier sinon bjo va hurler.............
voila, tout le monde sait que ca va prendre 10 ans, alors 31 janvier ou 31 decembre c'est pareil
la regle de droit commun de l'omc pouvant s'appliquer, y a aucune urgence, sauf pour que le uk ne voit pas toutes les multinationales demenager en irelande!
a écrit le 26/01/2020 à 13:33 :
Il est libre Max fini la dictature de Bruxelles UE a perdu les fake new des Medias sur la volonte des britannics a sortir le vote a ete respecte dans une vraie democratie dont les 16.58 % de la LREM avec leur 308 Deputes devraient s'inspirer
Réponse de le 26/01/2020 à 15:00 :
On verra si les britanniques se sentiront beaucoup plus libre en devenant un nouveau Porto-Rico pour les USA... ou un nouveau comptoir commercial aux portes de l'UE pour les chinois.
Réponse de le 26/01/2020 à 19:53 :
bruno a raison
le seul ' accord fanttastique ' que trump veut accorder au uk, c'est s'il a acces au marche commun; ca ne sera pas le cas
le dumping c'est penible venant de gens a l'interieur qu'on peut remettre a leur place, mais venant de gens externes...
le uk va alors devoir negocier avec uncle sam et uncle chang, en etant un pays que quelques dizaines de millions d'ahbitants qui a perdu toute influence, face a des pays qui en ont des centaines, et font les regles
c'est plus facile de tordre le cou quand les pays sont petits, les uns apres les autres..........
a écrit le 26/01/2020 à 13:31 :
Enfin! La Grande-Bretagne tire les conséquences de sa politique de un pied dedans, un dehors. Depuis 1973, cela fait 47 années de tiraillements et de jérémiades. La nouvelle Union sera plus petite de quelque 66 millions de citoyens, mais elle gagnera en efficacité. Prochaine étape, l'Irlande qui devra choisir cet on ne peut éternellement avoir un pied dedans via l'euro et vivre du temps de l'empire Britannique en préférant la zone CTA à la zone Schengen. Bon vent...non, je ne regretterai pas la grande Bretagne car pour nous européens rien ne change.
Réponse de le 27/01/2020 à 4:01 :
Helas pour vous, bcp de choses vont changer.
La contribution brit en particulier que les europeens vont devoir se partager.
En bref des impots encore plus lourds pour vous.
Merci l'europe.
Réponse de le 27/01/2020 à 12:06 :
@matins calmes : la contribution nette du RU était d'environ 9 milliards. En fonction de son niveau d'accès au marché unique, il devra verser, comme la Norvège ou la Suisse, une contribution (nulle si n'accède pas au marché unique, de l'ordre de 8 milliards s'il y accède au même niveau que la Norvège, la réalité sera certainement entre les 2). Donc il s'agira de se répartir entre 1 et 9 milliards de manque à gagner entre les 27, et encore, compensés au moins en partie par les droits de douanes à l'importation dans l'UE des biens et services importés du Royaume-Uni s'il fait le choix d'un accès nul ou partiel au marché unique (donc d'une contribution nulle ou faible). Bref, le problème de la contribution britannique m'apparait comme un problème assez mineur, voire un faux problème agité une fois de plus par la secte UPR dans son fear project.
a écrit le 26/01/2020 à 11:58 :
Ce qui est assez interessant, c'est la position aujourd'hui du FMI qui admet que le scénario tant redouté par les Européens, celui d’un Brexit qui tourne à l’avantage du Royaume Uni est désormais probable. Pas d'Apocalypse en vue ! Le FMI a ainsi publié
,ce 20 janvier, ses nouvelles perspectives économiques mondiales qui prévoient une croissance britannique supérieure pour le Royaume-Uni que pour la zone euro.

Alors, le Brexit bonne ou mauvaise chose pour les le peuple britannique ??? Je pense qu'il est difficile de répondre à court terme : nous verrons dans 10 ou 20 ans !

Par contre à court terme, L'UK est un débouché économique important pour la France et l'Allemagne. En période de stagnation économique, c'est un problème de court terme.
a écrit le 26/01/2020 à 10:46 :
En prévision du Brexit, Bruxelles demande plus d’argent aux autres Etats européens et comme l' anticipait l' UPR.

La hausse crispe l’Allemagne, plus gros contributeur de l’UE. Le programme de dépenses de la Commission divise aussi. Mais la France de Macron l' européiste pavlovien en train de fumer la retraite des français n'a tjrs pas répondu, F. Asselineau si ..

Nous allons vers une explosion de la contribution nette de la France.

Évidemment, il va y avoir un retour en France d’une partie de cette hausse de budget, la seule différence non négligeable est que nous n’aurons pas le choix de son emploi ! C’est un peu comme si je prenais 500 euros à quelqu’un et que je lui en rendais 300 en lui disant qu’avec ces 300 euros il devra acheter obligatoirement tel et tel produit, et qu’il devrait me dire merci ! Le fonctionnement de l’UE, c’est exactement cela.

Rappelons qu’en 2016 la France a donné 20,5 milliards d’euros à l’UE (19,5 milliards d’euros directement et au minimum 1 milliard d’euros de droits de douanes qui ont été ponctionnés pour faire baisser artificiellement la contribution apparente des États membres), laquelle lui en a restitué 11,3. Cela donne une perte nette de 9,2 milliards d’euros. Pour donner un ordre de grandeur qui parle mieux, c’est 26 millions d’euros par jour donnés en pure perte à l’UE !

Avec un budget en hausse de 30 %, la contribution va mécaniquement passer de 9,2 milliards d’euros à 12 milliards d’euros.

Avec la sortie du Royaume-Uni, la contribution va passer de 17,4 % à 20 % du budget européen, et la réception de fonds de 9,6 % à 10,1 %. Le déficit fiscal annuel se situera entre 15 et 18 milliards d’euros, soit entre 41 et 49 millions d’euros par jour!

Il n' y aura pas de solution sans FREXIT, UPR, vite ..
Réponse de le 26/01/2020 à 14:55 :
Comme d'habitude votre secte et son gourou désinforment. Les 20,5 milliards de 2016 sont ce que la France contribue (elle est second contributeur), mais vous vous gardez bien de rappeler que la France reçoit aussi (3è bénéficiaire), et de donner le montant de la contribution NETTE de la France. Je vais vous aider, en 2016 cette contribution nette était de 9,2 milliards. Asselineau=enfumeur.
Réponse de le 27/01/2020 à 8:02 :
Une secte ? Un gourou ? Si vous le dites c’est que ça doit être vrai:..
Mais une chose est certaine : Gédéon dit précisément ce qu’on donne et ce que l’on reçoit. Or, on donne beaucoup plus à l’Europe qu’on n’en reçoit. Et en prime on doit s’estimer heureux. Mais heureux de quoi ? Le lien social français est brisé, la croissance n’a jamais été aussi faible, la monnaie commune bride. Amen. L’UE c’est fantastique.
a écrit le 26/01/2020 à 10:16 :
L'avenir pourrait sembler tortueux mais cela évite tout retour en arrière donnant l'impression de faire du sur place!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :