Carnage au Sri Lanka : au moins 207 morts dans des églises et des hôtels

 |   |  1026  mots
Le président sri-lankais Maithripala Sirisena s'est dit choqué par les explosions dans les églises et les hôtels
Le président sri-lankais Maithripala Sirisena s'est dit choqué par les explosions dans les églises et les hôtels (Crédits : Reuters)
Le bilan des attentats, qui ont frappé dimanche des hôtels de luxe et des églises catholiques célébrant Pâques, s'est aggravé à 207 morts et plus de 450 blessés.

Le bilan des attentats, qui ont frappé dimanche des hôtels de luxe et des églises catholiques célébrant Pâques, s'est aggravé à 207 morts et plus de 450 blessés, a annoncé la police. Ce bilan prend en compte les victimes des huit déflagrations survenues sur l'île, a indiqué le porte-parole de la police, Ruwan Gunasekera, en conférence de presse. "Nous ne pouvons pas confirmer si c'étaient des attaques suicide", a-t-il dit, ajoutant que des personnes avaient été arrêtées. Au moins 35 étrangers ont été tués. Le bilan pourrait s'aggraver encore car on dénombre des dizaines de blessés dans cette vague d'attaques d'une violence rare, selon des sources hospitalières.

"La France condamne de la manière la plus ferme les attaques épouvantables perpétrées ce dimanche 21 avril au Sri Lanka contre des églises, où était célébrée la messe de Pâques, ainsi que plusieurs hôtels à Colombo. Nous adressons nos plus sincères condoléances aux proches des victimes et exprimons notre solidarité avec les autorités et le peuple sri-lankais dans cette tragédie", a expliqué dimanche le ministère des Affaires étrangères français.

Un responsable de la police a indiqué sous couvert de l'anonymat qu'au moins 64 personnes avaient été tuées à Colombo dans la capitale, où trois hôtels haut de gamme et une église ont été frappés dans la matinée. Soixante-sept personnes ont aussi péri dans l'église Saint-Sébastien de Negombo, une localité juste au nord de la capitale. Et 25 autres ont trouvé la mort selon la police dans une explosion dans une église de Batticaloa, dans l'est de l'île. Au moins neuf étrangers ont péri dans ce que le Premier ministre Ranil Wickremesinghe a qualifié d'"attaques lâches".

L'ombre du mouvement islamiste NTJ

La nature exacte de ces déflagrations demeurait inconnue dans l'immédiat et aucune revendication n'a été faite. Mais le chef de la police nationale, Pujuth Jayasundara, avait alerté ses services il y a dix jours en indiquant qu'un mouvement islamiste appelé NTJ (National Thowheeth Jama'ath) projetait "des attentats suicides contre des églises importantes et la Haute commission indienne". Le NTJ s'était fait connaître l'an passé en lien avec des actes de vandalisme commis contre des statues bouddhistes. Le bouddhisme est la religion majoritaire de l'île.

Le président sri-lankais Maithripala Sirisena s'est dit choqué par les explosions. De son côté, le ministre des Finances Mangala Samaraweera a déclaré sur Twitter que les attaques avaient tué "de nombreux innocents" et semblaient "une tentative coordonnées pour provoquer des meurtres, le chaos et l'anarchie". Les premières explosions qui ont été rapportées se sont produites à l'église Saint-Anthony, dans la capitale, et à l'église de Negombo. Des dizaines de blessés de l'explosion de Saint-Anthony ont été admis à l'Hôpital national de Colombo.

"Attentat contre notre église, s'il vous plaît, venez nous aider si des membres de votre famille s'y trouvent", peut-on lire dans un message en anglais posté sur le compte Facebook de l'église Saint-Sébastien de Katuwapitiya, à Negombo.

La police a précisé qu'au total six lieux avaient été le théâtre d'explosions dont, dans la capitale, trois hôtels de luxe et une église. Au moins une des victimes a péri dans le Cinnamon Grand Hotel de Colombo, situé près de la résidence officielle du Premier ministre, a indiqué à l'AFP un responsable de cet établissement, qui a précisé que l'explosion s'était produite dans un restaurant. Un responsable de l'hôpital de Batticaloa avait affirmé que 300 personnes avaient été blessées.

"Réunion d'urgence dans quelques minutes. Les opérations de secours sont en cours", a tweeté de son côté le ministre des Réformes économiques Harsha de Silva. Il a fait état de "scènes horribles" à l'église Saint-Anthony et dans deux des hôtels visés où il s'est rendu. "J'ai vu des morceaux de corps éparpillés partout", a-t-il tweeté, ajoutant qu'il y avait "beaucoup de victimes dont des étrangers". "S'il vous plaît restez calmes et à l'intérieur", a-t-il ajouté.

Les catholiques visés

Environ 1,2 million de catholiques vivent au Sri Lanka, dont la population totale est de 21 millions d'habitants. Le pays compte environ 70% de bouddhistes, 12% d'hindouistes, 10% de musulmans et 7% de chrétiens. Les catholiques sont perçus comme une force unificatrice car on en trouve chez les Tamouls comme chez la majorité cinghalaise. Certains chrétiens sont cependant mal vus parce qu'ils soutiennent des enquêtes extérieures sur les crimes de l'armée sri-lankaise contre les Tamouls pendant la guerre civile qui s'est achevée en 2009. Selon les Nations unies, le conflit de 1972 à 2009 a fait de 80.000 à 100.000 morts.

Deux décennies après Jean Paul II, le pape François avait effectué une visite dans l'île en janvier 2015 au cours de laquelle il avait célébré une messe devant un million de participants rassemblés à Colombo. La police de la capitale, donnant le chiffre d'un million, avait estimé qu'il s'agissait de la foule la plus importante rassemblée lors d'une manifestation publique. Le Vatican avait parlé pour sa part de plus de 500.000 personnes. Dans son sermon, le pape avait insisté sur la liberté de croire sans contrainte dans un pays blessé par les tensions ethniques et inter-religieuses. Avant l'élection de François en mars 2013, le cardinal sri-lankais Malcolm Ranjith avait été cité comme un candidat possible au pontificat.

Le pape François a condamné dimanche les attentats au Sri Lanka, qui ont visé entre autres trois églises chrétiennes, et il s'est dit au côté des chrétiens frappés par "le deuil et la douleur" en ce dimanche de Pâques. Le pape prononçait à la mi-journée au Vatican sa traditionnelle bénédiction pascale "Urbi et orbi" (A la ville et au monde). La série d'explosions survenues au Sri Lanka dans des églises et des hôtels a fait selon le dernier bilan 138 morts et dans les 400 blessés. Ces actes n'ont pas été revendiqués pour le moment.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/04/2019 à 11:12 :
Les médias d habitude si pront se gardent bien de parler des islamistes
a écrit le 22/04/2019 à 11:12 :
Les médias d habitude si pront se gardent bien de parler des islamistes
a écrit le 22/04/2019 à 11:05 :
Espérons que les autorités fassent le ménage de ces sectes criminelles qui vont rendre ce petit pays encore plus pauvre.
a écrit le 22/04/2019 à 8:46 :
La négation de l'humanité. La négation de la religion: qui peut croire plaire à son Dieu en perpétrant de telles atrocités?
a écrit le 21/04/2019 à 21:40 :
ce genre d'acte fait beaucoup moins pleurer dans les chaumieres de gauche que les Rohingyas.......
j'entend aucune pleurnicherie, aucune indignation, , que dalle.....
bon, d'un autre cote, les chretiens c'est pas leur electorat, alors autant avoir la lecon de morale baveuse bien selective
Réponse de le 22/04/2019 à 3:57 :
Une victime innocente d'actes terroristes et toujours une victime innocente.

Elle peut-être juive, noire, musulmane, catholique... elle touche toujours le coeur du peuple de gauche.

Je comprends à votre commentaire que vous pleurez plus les victimes innocentes blanches et catholiques que les noires musulmanes et vous supposez que les autres pensent comme vous et auraient une hiérarchie (différente de la votre a priori).

Un être éduque selon les valeurs de gauche ou de droite, catholiques ou musulmanes... ne sombre pas dans de telles hiérarchies totalement ignobles.
a écrit le 21/04/2019 à 19:31 :
Des islamiques ont organisé le massacre de Chrétiens et de touristes occidentaux (en somme des mécréants pour l'islam) pendant la fête de Pâques !

La vérité est simple et implacable !

Au Skri Lanka et partout ailleurs, Résistons !
Réponse de le 22/04/2019 à 3:57 :
Vous voulez fédérer les touristes dans une armée?
Réponse de le 22/04/2019 à 10:58 :
Résister n'est pas une bonne méthode.
a écrit le 21/04/2019 à 18:48 :
Toutes nos pensées aux victimes et familles de ces attentats.
Il est loin le temps des Horaces et des Curiaces où pour régler un litige, les humains étaient capables de désigner quelques soldats pour les représenter.
Il est vrai qu'affronter à armes égales un ennemi au grand jour nécessite du courage, alors qu'attaquer par surprise des gens désarmés est à la portée du premier lâche venu.
a écrit le 21/04/2019 à 15:49 :
Quand on voit la violence des règlements de compte entre sri lankais à Paris, on n'est hélas pas étonné de ce type d'attaque.
Réponse de le 21/04/2019 à 18:39 :
Quand vous voyiez les règlements de comptes en région parisienne et à Marseille ou sur la Côte d'Azur, vous n'avez pas été surpris par les attentats du Métro Saint Michel, du Bataclan,... c'est bien ça ?
a écrit le 21/04/2019 à 12:01 :
Une pensé à tous ceux qui sont tombé dans ces attentats.
Çà me désole et fait réfléchir sur l’incendie de Notre Dame.

Nous sommes en période électoral et tel Aznar après le 11 Mars 2004, la piste accidentel parait évidente à privilégier pour éviter le vote des extrêmes.
Mais ce nouvel évènement jette le doute (le doute, hein, et seulement ça, pas de théorie douteuse n'est ce pas)
a écrit le 21/04/2019 à 11:34 :
L’ignorance et la débilite de certains « humains » ( faudrait une preuve scientifique pour affirmer cet état d’humanité )a encore semer souffrance et barbarisme
Courage à toutes les familles et au Sri Lanka.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :