Comment New York se prépare à un «9.11» de cyberattaques

 |   |  2078  mots
(Crédits : jdussueil)
REPORTAGE - La ville multiplie les initiatives pour protéger ses habitants et les sièges des grandes banques mondiales. Parmi ces projets, une alliance «historique» avec une société de capital-risque israélienne, en plein coeur de Soho.

« Vous n'avez plus besoin d'organiser le crash d'un avion sur un building. Désormais, il n'y a plus qu'à utiliser un clavier et un téléphone portable pour faire tomber une démocratie », annonce, en plein coeur de Manhattan, la ville meurtrie il y a dix-neuf ans par l'attaque terroriste visant les tours du World Trade Center, le Dr. Erel Margalit, un homme d'affaires et politique israélien à la tête du fonds JVP (Jerusalem Venture Partners), un poid lourd du capital-risque mondial. En ce début février, "l'ami d'Emmanuel Macron" - dont il est fier de montrer les échanges de SMS -, venu exprès de la capitale d'Israël, doit inaugurer le premier Centre de Cybersécurité dans le quartier huppé de Soho.

Pour l'occasion, avec la municipalité de New York - qui a apporté 30 millions de dollars d'argent public dans le projet en tant que partenaire - le fonds israélien a vu les choses en grand. Situé à un quart d'heure de Wall Street et du quartier financier -, devant le bâtiment flambant neuf, l'actrice Gwyneth Paltrow reconvertie en entrepreneure, avec une marque de bougie senteur vagin (« This Smells Like My Vagina !») qui a fait le buzz aux États-Unis, a été conviée pour inaugurer le Centre. « Gwyneth est là en tant qu'entrepreneure et parce que la cybersécurité, cela concerne tout le monde », affirme Erel Margalit à La Tribune. Le lien n'est pas évident mais qu'importe; dans la ville des théâtres, tous les moyens sont bons pour donner un écho au nouveau positionnement cybersécurité de la ville.

Depuis peu, avec «plus de 9.000 start-up et 333.000 emplois dans la tech», New York proclame son rang de nouvelle capitale de la tech, via le collectif Tech NYC. Mais désormais, la mégalopole la plus peuplée des Etats-Unis bétonne sa réputation en matière de cybersécurité. Et pour cause.

En première ligne de nouvelles attaques

Non seulement New York est l'eldorado des sièges sociaux dont 73 sont présents au classement Fortune 500, mais elle héberge aussi les principales banques mondiales - dont les groupes français; Société Générale, Natixis, Crédit Agricole CIB, BNP Paribas, tous classées sur les actifs dans le Top 15 établi par The Federal Reserve Board de 2018 -. C'est aussi la ville où 23 établissements bancaires stockaient à eux-seuls 52,2 milliards de dollars de dépôts en 2019, d'après une rapport du Federal Deposit Insurance Corporations.

Dans le même temps, ses conquêtes financières attisent grandement l'appétit des hackers. En 2016, le secteur financier subissait 65% de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/02/2020 à 9:03 :
Mauvais timing pour vendre une pseudo cyber sécurité tandis que c'est un virus bien réel qui a fait s'effondrer les cours de la bourse. Par ailleurs les cyber virus ont l'incroyable qualité de ne pas tuer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :