Coronavirus : la Corée du Sud nouveau épicentre de l'épidémie

 |   |  801  mots
(Crédits : THOMAS PETER)
La Corée du Sud est devenue lundi le pays le plus touché par le coronavirus en dehors de la Chine, où la ville de Wuhan, coupée du monde depuis un mois, a annoncé en revanche un premier allègement des mesures de quarantaine.

Avec 161 nouveaux cas de contamination en 24 heures, la Corée du Sud dénombre désormais près de 800 patients contaminés, dont sept mortellement, soit plus que le Japon où le paquebot Diamond Princess constituait jusqu'à présent le premier foyer de contamination hors de Chine. Face au rythme de contagion, le président sud-coréen Moon Jae-in a proclamé dimanche l'état d'alerte maximale.

Dans le sud-est, Daegu, une cité de 2,5 millions d'habitants où ont été signalés un grand nombre de cas, prenait lundi des allures de ville morte. Seule une poignée de voyageurs, le visage recouvert d'un masque, entrait ou sortait de la gare de la quatrième ville du pays. "Aucun passager n'arrive à Daegu", a commenté un chauffeur de taxi, disant attendre les clients pendant près d'une heure au lieu de 5 à 10 minutes en temps normal.

Pèlerinage en Israël

Plus de la moitié des cas annoncés en Corée du Sud concernent des membres d'une secte d'inspiration chrétienne. Dix-huit d'entre eux rentraient d'un pèlerinage en Israël où deux cas ont été déclarés et où de nouvelles mesures d'interdiction d'entrée ont été prises. En Chine même, où le coronavirus est apparu en décembre sur un marché de Wuhan (centre), l'épidémie a fait encore 150 morts au cours des dernières 24 heures.

Lire aussi : Coronavirus : le bilan s'élève à 4 morts en Italie

Alors que les autorités se montrent ces derniers jours plus optimistes quant à l'évolution de la maladie, ce chiffre constitue une nette remontée du nombre de décès par rapport au chiffre annoncé la veille (97). Au total, près de 2.600 personnes ont succombé en Chine. Le nombre de nouveaux cas de contamination a en revanche reflué à 409 contre 648 annoncés dimanche. Malgré tout, Wuhan a annoncé de premières exceptions sous conditions aux mesures de quarantaine sous lesquelles la métropole de 11 millions d'habitants est placée depuis le 23 janvier -- mis à part les centaines de ressortissants étrangers qui ont déjà été évacués par leur pays.

Les non-résidents vont ainsi pouvoir quitter la ville du centre du pays s'ils ne présentent pas de symptôme de la maladie et n'ont jamais été en contact avec des porteurs du virus. Les candidats devront obtenir le feu vert des autorités et les départs devront se faire de façon échelonnée. Seules deux personnes seront autorisées à voyager à bord d'une automobile, dont le chauffeur. Une équipe d'experts de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) s'est rendue pendant le week-end à Wuhan, a rapporté le ministère de la Santé. Il s'agit de la première visite annoncée d'experts internationaux sur place depuis le début de l'épidémie. Selon le ministère, ils ont inspecté deux hôpitaux ainsi qu'un hôpital de fortune installé dans un centre sportif.

Fin de carnaval

Hors de Chine, le coronavirus a touché une trentaine de pays et territoires, y faisant 26 morts. L'Italie est devenu le premier pays européen à imposer des mesures de quarantaine dans une dizaine de communes du nord de la péninsule. Environ 52.000 personnes ont passé dimanche leur première journée dans des zones de confinement instaurées en Lombardie et Vénétie. Une femme âgée, atteinte d'un cancer et qui avait contracté le coronavirus, est morte dimanche, ce qui porte à trois le nombre de décès dans ce pays qui compte 149 personnes contaminées.

Le Carnaval de Venise, qui devait se terminer mardi, a été annulé dès dimanche. La France se prépare à une possible "épidémie" de Covid-19, selon le ministre de la Santé Olivier Véran, qui se dit "attentif à la situation en Italie" et estime "très probable" la possibilité de nouveaux cas en France. Au Moyen-Orient, plusieurs pays ont pris des mesures pour se protéger de la propagation rapide du virus en Iran. Inquiets de la multiplication des cas dans ce pays (43 au total) et des décès (huit), l'Arménie, la Turquie, la Jordanie, le Pakistan et l'Afghanistan ont fermé leur frontière ou restreint les échanges avec ce pays. Ces mesures sont présentées comme temporaires.

La République islamique a annoncé samedi la fermeture des établissements éducatifs dans 14 provinces, y compris Téhéran. Sur le plan économique, la directrice du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Georgieva, a averti que la crise "pourrait mettre en péril la reprise" mondiale, lors d'une réunion ministérielle du G20 en Arabie Saoudite. Le FMI a déjà abaissé de 0,4 point sa prévision de croissance pour la Chine en 2020, à 5,6%. La Chine étant la deuxième économie mondiale, ce repli devrait coûter 0,1 point de croissance au PIB planétaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/02/2020 à 21:24 :
Bonsoir,
Le problème c'est quoi les malheureux chinois morts ou que l'on met à l'ecart ou les milliards de dollars perdus par les grands groupes mondiaux et les risques économiques de la Chine.
a écrit le 24/02/2020 à 10:32 :
oui c'est sur c'est bcp, pour 50 millions d'habitants
bon, sinon en france l'an dernier il y a eu 3000 morts de la grippe, hein?..........
http://www.francesoir.fr/lifestyle-vie-quotidienne/grippe-combien-de-mort-en-france-en-2019

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :