Coronavirus : le nombre de morts baisse en Italie, en France et aux Etats-Unis

 |   |  608  mots
La maladie Covid-19 a déjà tué plus de 112.500 personnes dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, un chiffre qui a doublé en un peu plus d'une semaine.
La maladie Covid-19 a déjà tué plus de 112.500 personnes dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, un chiffre qui a doublé en un peu plus d'une semaine. (Crédits : Reuters)
L'Italie a annoncé dimanche sa journée la moins meurtrière en plus de trois semaines. La France constate une "légère baisse" du nombre de patients en réanimation comme du nombre de décès. La pandémie semble également approcher de son pic aux Etats-Unis. Mais dans le monde, la pandémie continue de progresser.

La pandémie du coronavirus poursuit sa sinistre progression, même si les mesures de confinement semblent commencer à porter leurs fruits dans certains pays, en Europe et aux Etats-Unis, où le rythme des décès journaliers ralentit. La maladie Covid-19 a déjà tué plus de 112.500 personnes dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, un chiffre qui a doublé en un peu plus d'une semaine.

Les Etats-Unis restent le pays le plus endeuillé avec au moins 22.020 décès pour plus de 555.000 cas confirmés. Avec un total de 75.011 morts (pour 909.673 cas), l'Europe demeure le continent le plus durement touché par la pandémie.

Ailleurs, situation est effroyable dans plusieurs pays, notamment en Equateur où hôpitaux et pompes funèbres sont complètement débordés. A Guayaquil, la capitale économique équatorienne, une équipe spéciale de policiers et militaires a été créée pour recueillir les cadavres qui ne peuvent être enlevés et qui restent parfois abandonnés dans les rues. Cette équipe a déjà récupéré plus de 700 corps dans les habitations à travers la ville.

"Les experts médicaux estiment malheureusement (...) que les décès dus au Covid atteindront dans les prochains mois entre 2.500 et 3.500 rien que dans la province de Guayas", celle de Guayaquil, a déclaré Jorge Wated, qui dirige l'unité.

310 morts en 24 heures en France

Mais le nombre quotidien de morts montre des signes de repli depuis plusieurs jours dans certains des pays les plus affectés, en Italie, en France et aux Etats-Unis. L'Italie a annoncé dimanche sa journée la moins meurtrière en plus de trois semaines, avec 431 morts en 24 heures (près de 20.000 morts au total). Depuis le 19 mars, le chiffre quotidien dépassait systématiquement 500 morts.

La France constate aussi "une très légère baisse" du nombre de patients en réanimation pour le quatrième jour consécutif, ainsi que du nombre de décès en une journée à l'hôpital (310 morts contre 345 la veille) pour un total de 14.393 morts. Le président Emmanuel Macron, qui doit s'adresser aux Français lundi, envisage néanmoins une prolongation du confinement au moins jusqu'au 10 mai.

La pandémie semble également approcher de son pic aux Etats-Unis où 1.514 nouveaux décès ont été enregistrés en 24 heures, un chiffre en recul pour le deuxième jour consécutif. L'expert en chef de la Maison Blanche, Anthony Fauci, a estimé que l'économie américaine pourrait redémarrer graduellement en mai. Alors que les principaux indicateurs de la propagation "ne sont pas seulement stabilisés mais commencent à redescendre", il a dit son "optimisme prudent". Le gouverneur de l'Etat de New York, épicentre de la maladie avec plus de 9.000 morts, a toutefois tempéré:

"On ne voit pas de baisse importante, c'est juste une stabilisation", a affirmé Andrew Cuomo.

Réouverture des entreprises lundi en Espagne

En Espagne, troisième pays le plus endeuillé du monde (16.972 morts), le bilan quotidien a en revanche rebondi après trois jours consécutifs de baisse. Malgré tout, nombre d'Espagnols reprennent lundi le chemin du travail : les entreprises non essentielles rouvrent après deux semaines d'"hibernation" économique. Face à la crainte d'un rebond des contagions, le gouvernement espagnol a annoncé qu'il allait distribuer 10 millions de masques aux personnes obligées d'emprunter les transports publics pour retourner travailler.

La Chine, où l'épidémie est globalement endiguée, a annoncé dimanche 97 nouveaux "cas importés" de contamination, principalement le fait de Chinois rentrant chez eux depuis l'étranger, un niveau jamais atteint depuis début mars et la publication de ce décompte.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/04/2020 à 8:45 :
moins de morts peut être.... mais ça ''repart'' en chine...manu le grand a t il une solution ? non....
a écrit le 13/04/2020 à 19:40 :
Déconfinons et les morts repartiront à la hausse, avons nous traité les malades, Non. La bonne solution est démontrée en Allemagne - des masques, du gel, on teste en masse et on protège les faiblards en attendant le remède sacré.
a écrit le 13/04/2020 à 16:34 :
Bonjour,
Avez-vous été sur le site de l'INSEE pour vérifier s'il y a plus de morts que d'habitude.
Moi j'y suis allé, on a moins de mort à fin mars 2020 que pour l'année 2018.
C'est une pandémie uniquement dans les médias.
Pourquoi toute cette comédie médiatique qui ruine nos pays ?
Il n'y a rien de plus grave cette année. Je m'appuie juste sur les chiffres.
Vous pouvez vérifier, l'INSEE c'est ouvert à tous.
Réponse de le 13/04/2020 à 22:10 :
Peut-être parce qu'on a confiné tout le monde?
Réponse de le 14/04/2020 à 7:49 :
Bonjour,
Grâce au confinement peut être 🧐?.
Réponse de le 14/04/2020 à 8:51 :
Il y a de fortes disparités régionales avec certains département (dans le Grand Est et l'Ile de France) qui enregistrent des surmortalités de plus de 50%...
a écrit le 13/04/2020 à 15:05 :
Aux usa, l'épicentre c'est New-york et le nombre de décés commence à y baisser, par contre certains états américains ont commencé à confiner très tardivement alors que le virus était déja présent ce qui laisse à penser que le nombre de décés pourrait repartir à la hausse rapidement...
a écrit le 13/04/2020 à 11:28 :
Comment peut-on croire qu'il n'y ait eu que quelque 3300 morts en Chine quand
On voit les dégâts dans les autres régions du monde à commencer par l'union européenne. Pour le reste, tous les européens devraient être masqués et testés avant de reprendre une vie normale. En priorité les industries essentielles pour l'économie bien sûr. Quant au deconfinemen, Il doit être progressif, région après région, puis la levée des restrictions entre états de l EU afin que la vie reprenne. Pour les étrangers, il faudra une concertation mondiale pour s'assurer que les passagers sont sains. On est pas sorti de la chienlit.
Réponse de le 13/04/2020 à 18:07 :
Sincèrement les chiffres tronqué de la Chine on s'en fiche quelques peu... Personnellement je préférerais connaître les "vrais" chiffres de notre pays qui lui aussi est tronqué... Combien de mort réellement si on prend tous ceux hors stats? On nous ramène juste ceux qui sont décédé dans les hôpitaux et depuis peu ceux dans les EHPAD quand ceux ci accepte de les communiquer... Et tout ces morts seulement pour a peine 10% de la population qui aurait eu la maladie?
Réponse de le 14/04/2020 à 8:56 :
Tant que le virus circule et en l'absence de vaccins il ne me parait pas judicieux d'encourager les mobilités des personnes dans l'UE et même à l'intérieur de la France où certaines régions sont quasiment indemnes de COVID-19. Par contre il faut lever toutes restrictions à la circulation des biens, services et capitaux pour ne pas entraver excessivement l'activité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :