Coronavirus : un week-end de Pâques sous cloche, des réponses attendues lundi

 |   |  682  mots
(Crédits : JDussueil)
Partout en France, les mesures de confinement se sont renforcées pour endiguer la propagation et éviter les rassemblements. Le chef de l'État interviendra lundi soir pour tenter de donner une ligne claire sur la stratégie du gouvernement face à la pandémie.

C'est inédit, la France va vivre un week-end de Pâques aux multiples interdictions, dont celle de se rassembler, en pleine épidémie du coronavirus. Dès vendredi, le confinement s'est durci dans certaines régions de France, avant ce rendez-vous pascal au terme duquel Emmanuel Macron détaillera les suites de ce dispositif amené à se poursuivre.

Vendredi saint, début de vacances pour certains, des préfets ont durci le confinement, alors que le bilan dépasse désormais les 12.000 morts dans le pays, même si le nombre d'admissions en réanimations freine fortement dans l'Hexagone.

Couvre-feu, restrictions, transferts de malades dans les régions

Pour ces trois jours, les déplacements des Français sont encore particulièrement encadrés. A Paris, en Alsace ou encore à Saint-Etienne, la pratique sportive individuelle est plus strictement encadrée.

A Nice, neuf quartiers parmi les plus pauvres sont soumis à un couvre-feu dès 20h au lieu de 23h, la mairie faisant valoir un "non-respect des règles".

De même, pas question de s'offrir une escapade sur la Côte bleue ou dans les Alpilles: dans les Bouches-du-Rhône, où les vacances débutent, les contrôles du confinement seront renforcés sur le littoral, sur l'autoroute et dans les massifs.

En Corse, "un seul adulte par famille" pourra faire ses courses pendant une heure par magasin, en plus de contrôles renforcés sur les plages et lieux de promenade.

Les sorties à plusieurs sont interdites en Ardèche.

Dans le même temps, sur le front sanitaire, près de 50 malades du coronavirus étaient transférés vendredi vers la Nouvelle-Aquitaine pour soulager les hôpitaux franciliens.

Les réponses attendues lundi soir

Entamé le 17 mars, déjà prolongé une fois, le confinement continuera après mardi prochain, a prévenu l'Elysée. Jusqu'à quand ? Le chef de l'État pourrait aborder la question dans son allocution lundi soir, sa quatrième depuis le 12 mars.

"Le confinement marche", a salué vendredi Arnaud Fontanet, épidémiologiste à l'Institut Pasteur et membre du conseil scientifique Covid-19, sur RMC.

"Il faut surtout, dans le mois qui vient, continuer cet effort avec la même intensité, parce qu'il ne faudra pas que ça redémarre". L'avis initial du Conseil scientifique, qui conseille Emmanuel Macron, était d'un confinement d'"au moins six semaines".

Quid du port de masques ? De l'hydroxychloroquine, des tests de dépistage ?

Outre la question du confinement, le Président de la République est attendu lundi soir sur la nécessité ou non du port généralisé du masque. Pour la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye, la question se pose uniquement "dans le cadre de la stratégie de déconfinement".

Il faudra aussi au locataire de l'Elysée éclaircir la question des tests de dépistage utilisés par certains pays, dont la Chine, dans leur stratégie de déconfinement.

Enfin, autre sujet sur lequel il est attendu, Emmanuel Macron a rendu visite jeudi au controversé professeur marseillais Didier Raoult, héraut d'un traitement à base d'hydroxychloroquine contre le Covid-19. Le spécialiste des maladies infectieuses lui a présenté la dernière étude de ses services qui confirme, selon lui, l'efficacité de ce médicament utilisé contre le paludisme, et qui se montrerait efficace dès l'apparition des premiers symptômes du coronavirus.

Lire aussi : Pourquoi sommes-nous aussi divisés sur la question de l'hydroxychloroquine

Un peu plus de 1.000 patients ont reçu ce traitement pendant "au moins trois jours". Dix jours après, plus de neuf sur dix avaient une charge virale nulle, selon l'institut de recherches à Marseille. Mais des épidémiologistes critiquent l'absence d'un groupe témoin recevant un placebo et un biais, des participants à l'étude ayant des formes moins graves de la maladie.

A ce jour, le bilan humain en France est d'au moins 12.210 morts depuis début mars, dont 8.044 à l'hôpital, soit 412 de plus de 24 heures, et le reste notamment dans les maisons de retraite médicalisées (Ehpad).

Lire aussi : Covid-19 : Emmanuel Macron confie aux armées l'opération Résilience

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/04/2020 à 18:30 :
Bien sur que "ça va recommencer" à la sortie du confinement : celui-ci n'a jamais eu pour objet d'empêcher que l'on soit malade mais de répartir dans le temps les entrées à l'hôpital puisque la France n'avait pas les moyens de soigner et de protéger ses citoyens. Donc de deux choses l'une : où on veut ne pas risquer de tomber malade (même si c'est une risque finalement très relatif) et on finira nos vies confinées parce que le virus est toujours là et pour longtemps, ou on sort du confinement, même progressivement, on se remet à vivre et on compte sur la dynamique de l'immunité collective. On n'est pas obligés de nous en remettre aux nouveaux ayatollahs du confinement qui professent en réalité que "tout homme bien portant est un malade qui s'ignore"...
a écrit le 12/04/2020 à 14:40 :
Moi je veux la date de fin du confinement, qu'ils arrêtent de tourner autour du pot .
Si c'est pour faire le discours "on attend 1 mois et après on avise", ça sert à rien.
Il y a un moment où il faut qu'on se mette d'accord sur le prix qu'on est prêt à payer pour éviter la pandémie, or j'ai bien l'impression que le gouvernement ne sait même pas.
a écrit le 12/04/2020 à 9:24 :
"alors que le bilan dépasse désormais les 12.000 morts dans le pays"

D'après les chiffres de l'Insee publié vendredi ,en mars la mortalité à domicile toute cause confondue a bondi de 9,8% sur l'ensemble du territoire.Il toussait depuis deux ou trois jours, mais n'avait pas de problème de santé connu de ses proches, qui n'ont rien vu venir. Le téléphone sonnait dans le vide, alors ils ont appelé la police, qui l'a trouvé mort dans son logement. Après un scanner des poumons, les légistes ont décelé des « lésions pulmonaires de pneumopathie liée au Covid ayant entraîné le décès ». Ce scénario s'est répété plusieurs fois en Ile-de-France, ces dernières semaines. Les défunts avaient soixante ans, à peine cinquante parfois, comme cette auxiliaire de vie en arrêt maladie, qui travaillait dans un Ehpad de l'Essonne.
a écrit le 12/04/2020 à 8:36 :
"Pour ces trois jours, les déplacements des Français sont encore particulièrement encadrés."

Alors que les Français sont appelés à rester chez eux et à ne pas se déplacer, la maire de Vaucresson est allée se réfugier dans sa résidence secondaire provoquant l'indignation de l'opposition."Restez chez vous", "Tous à la maison"... autant de slogans qui invitent les Français à rester confiner, et même en cette période de vacances. Aujourd'hui, les déplacements sont interdits, sauf dérogations, et ce, pour tout le monde. Ainsi, à Vaucresson (Hauts-de-Seine), l'opposition ne comprend pas la décision de leur maire de quitter la ville pour aller se réfugier dans sa maison de vacances, dans le sud de la France, rapporte Le Parisien.
a écrit le 11/04/2020 à 8:41 :
Ça eût payé :

Edouard Philippe a annoncé avoir confié la lourde tâche du déconfinement à Jean Castex, haut-fonctionnaire et conseiller à la Cour des Comptes. Et selon les informations de L'Obs, celui qui est aussi président d'une communauté de communes dans les Pyrénées-Orientales cumulerait plusieurs fonctions politico-administratives lui permettant de toucher environ 200.000 euros par an. Des sommes déclarées auprès de la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie publique (HATVP) le 14 janvier 2020.Jean Castex ferait ainsi partie des hauts fonctionnaires les mieux rémunérés de la République. En septembre 2017, le chef de l'Etat l'avait nommé délégué interministériel aux Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024. Pour cet emploi qu'il occupe encore, l'Énarque perçoit 160.000 euros net par an. À cela s'ajoutent ses trois mandats politiques. Depuis 2008, le haut-fonctionnaire de 54 ans est maire LR de Prades (Pyrénées-Orientales) et perçoit donc une rémunération de 22.000 euros brut par an. Il est également depuis 2015 conseiller départemental. Un poste pour lequel il touche 25.600 euros brut par an. Son troisième mandat est celui de président de la communauté de communes Conflent Canigo pour lequel en revanche il ne perçoit rien, détaille L'Obs. Au total, c'est donc environ 200.000 euros que percevrait annuellement Jean Castex.
a écrit le 11/04/2020 à 8:38 :
Interdit de s'arrêter pour discuter dans la rue :

Les Vosgiens vont devoir respecter de nouvelles mesures durant cette période de confinement. Comme l’explique la chaîne locale viàVosges, le préfet du département a pris trois nouveaux arrêtés, allant dans le sens du Christophe Castaner qui a autorisé les préfets à “durcir les mesures” en cas de relâchement. L’un de ces arrêtés interdit ainsi les “regroupements statiques”. Comprendre : il est désormais interdit de s’arrêter dans la rue pour par exemple flâner au soleil ou discuter avec une autre personne, ou même de s’asseoir sur un banc.

La seule exception concerne les files d’attentes devant les commerces ouverts en cette période particulière, toujours en respectant bien entendu la distance d’un mètre entre chaque personne. Les contrevenants sont passibles d’une amende de 38 euros en cas de non respect de cet arrêté. Le préfet a également interdit l’accès aux aires de jeux pour enfants dans tous le département, sous peine là aussi d’une amende de 38 euros. Le dernier arrêté pris est un rappel pour les moyennes et grandes surfaces ouvertes durant la période de confinement.
a écrit le 10/04/2020 à 23:52 :
En réalité, si M.Raoult n'est pas encensé, c'est parce qu'il a les cheveux gras et long. Dans la haute bourgeoisie, ça suffit à vous discréditer. Après, il parle fort, là, je doit avouer que ça m'embète un peu, je me moque de qui il est et de ce qu'il fait... Alors son opinion...

Cependant, si son traitement marche, il me semble qu'il y a déjà longtemps qu'ils auraient du s'en apercevoir... Il est inféctiologue, pas candidat aux municipal de Melun, on doit le juger sur son travail!

Si on se met, aujourd'hui à traiter les gens à la chloroquine, alors que l'inféctiologue aux cheveux long le répète depuis 4 mois, je pense que beaucoup de morts auraient pu être évités.

Et là, ils devront le payer cher, d'une manière ou d'une autre! Vont-ils admettre que 10 000 morts aurait pu être réduit à 1 000? J'en doute!
a écrit le 10/04/2020 à 21:18 :
Parce que le gouvernement a une stratégie ? Laquelle ? Ceux qui doivent aller travailler vont au travail sans moyens particuliers de protection, les autres sont confinés de façon arbitraire. Pas pour sauver des gens, mais pour soulager un personnel hospitalier dont ce même gouvernement n'a eu de cesse de réduire les budgets.
Résultat une chienlit dans nom, une navigation à vue et des décisions excessives dont le but ne semble être que de masquer l'incompétence des uns et l'ouverture de parapluie des autres.
Le jour viendra de solder les comptes.
Réponse de le 10/04/2020 à 22:39 :
Qui voudrait faire la guerre avec Macron ?
Réponse de le 10/04/2020 à 22:57 :
la réduction des budgets hospitaliers a commencé sous sarko en 2009, puis chaque année....donc la responsabilité est celle des politiques de droite comme de gauche pendant 8 années ...d' ailleurs nombreux de nos édiles de l' époque s' était moqué de ROSELYNE BACHELOT pour ces dépistages et vaccination....on connait la suite 10 ans plus tard! quels sont les hommes et femmes de pouvoirs qui ont accepté, validé la sous-traitance depuis 20 ans des molécules , des matériels et médicaments à la chine et l' inde ...ça c' est une vraie question et investigationde journaliste et de citoyen...les décisions que vous dites excessives ont fait leur preuve dans d' autres pays lisez la presse ouvrer les yeux sur la réalité du monde que de vous apitoyer sur votre nombril...vous êtes en vie c' est déjà l' essentiel...maintenant si vous cherchez une vraie responsabilité, demandez--vous pourquoi le gouvernement chinois a menti sur la date d' origine des premiers cas de covid19(mi-nov) , l' ampleur de la propagation et les chiffres de mortalité fantaisiste dans un pays à la densité de population parmi les élevée du monde? Qui nous vend su matériel et des masques? qui vante son modèle et nous casse du sucre sur le dos dans les pays émergents ou médias, qui est en guerre entre système économique et politique ? réveillez vous !
a écrit le 10/04/2020 à 21:17 :
Parce que le gouvernement a une stratégie ? Laquelle ? Ceux qui doivent aller travailler vont au travail sans moyens particuliers de protection, les autres sont confinés de façon arbitraire. Pas pour sauver des gens, mais pour soulager un personnel hospitalier dont ce même gouvernement n'a eu de cesse de réduire les budgets.
Résultat une chienlit dans nom, une navigation à vue et des décisions excessives dont le but ne semble être que de masquer l'incompétence des uns et l'ouverture de parapluie des autres.
Le jour viendra de solder les comptes.
a écrit le 10/04/2020 à 20:12 :
Coronavirus : un week-end de Pâques sous cloche, des réponses attendues lundi

Beh Lundi on aura une logorrhée de plus, suite des logorrhées précédentes ... toutes marquées par les mensonges et les fake news de l'Elysée matignon Place Beauvau ...
Réponse de le 10/04/2020 à 21:27 :
@Vanessa
Le danger de la façon dont sont prises certaines décisions sont grandement aussi dangereuses que le coronavirus.
Nos gouvernants tentent de "sauver leurs fesses" en empilant de la surenchère. Personne n'est dupe.L'heure des comptes sonnera et personnellement je serai impitoyable. Plus pour la façon d'agir et les calculs politiques que pour les décisions.
Réponse de le 10/04/2020 à 23:04 :
vous évoquez des fakes news du gouvernement...avez-vous fait des investigations? AVEZ VOUS DES PREUVES étayant votre commentaire ? Quel intérêt pour le gouvernement de mentir alors qu' il a d' autres chats à fouetter...à part la téorie du complot ,que proposez-vous? au moins en FRANCE VOUS POUVEZ VOUS EXPRIMER....En Chine vous seriez déjà en camp de rééducation pour des décennies ou disparaitriez...
Réponse de le 12/04/2020 à 9:28 :
@brehat : rien que le brouhaha sur le port du masque devrait vous suffire...
on peut ajouter l’absence de réaction en janvier ou encore l’inscription de la chloroquine sur la liste des substances vénéneuses au JO. Idem pour le confinement général inscrit le 5 décembre. Tout est voulu.
Cet État est devenu répressif, c’est un fait. Et le gouvernement est le premier propagateur de fake news avec son arme secrète : les médias.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :