Covid-19 : la production de vaccins doit s'accélérer, insiste l'OMS

 |  | 536 mots
Lecture 3 min.
Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS (Organisation mondiale de la santé).
Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS (Organisation mondiale de la santé). (Crédits : Reuters)
L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a appelé vendredi à un "développement massif des capacités de production" des vaccins anti-Covid pour lutter efficacement contre la pandémie. Elle cherche à inciter les entreprises à mutualiser leurs lignes de production.

La production des vaccins contre le Covid-19 reste beaucoup trop lente, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Le patron de l'OMS a appelé vendredi "à un développement massif des capacités de production" des vaccins anti-Covid pour ne pas annihiler tous les progrès faits dans la lutte contre la pandémie.

Le directeur général, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a cité l'exemple du groupe pharmaceutique français Sanofi. Ce dernier a pris du retard dans le développement de son propre vaccin. En contrepartie, il a offert de produire à partir de cet été celui de son concurrent Pfizer/BioNTech, déjà largement autorisé et à l'efficacité prouvée. "Nous appelons d'autres compagnies à suivre cet exemple", a lancé le directeur général. Fin janvier, le Suisse Novartis avait aussi annoncé qu'il mettait à disposition des capacités pour mettre le vaccin de Pfizer/BioNTech dans des flacons.

Les enjeux financiers sont gigantesques. Pfizer a estimé que le chiffre d'affaires de son vaccin anti-Covid atteindrait en 2021 le montant astronomique de 15 milliards de dollars.

"Les fabricants peuvent faire plus: ils ont reçu d'importants fonds publics, et nous les encourageons tous à partager les données et technologies pour aider à un accès équitable aux vaccins dans le monde entier", a affirmé le directeur général de l'OMS.

Lire aussi : Sanofi augmente son dividende grâce à un bénéfice net annuel à +340%

Développer les licences de fabrication non-exclusives

Il a aussi suggéré de refaire ce qui avait fait ses preuves pour démultiplier la production de traitements anti-HIV et contre l'hépatite C, à savoir pour les groupes pharmaceutiques d'accorder des licences de fabrication non-exclusives à d'autres producteurs afin qu'ils puissent eux aussi produire le vaccin.

L'OMS a mis sur pied une plateforme d'échange (COVID-19 Technology Access Pool ou C-TAP) qui doit justement servir de moyen de partager du savoir-faire, de la propriété intellectuelle et des données. De l'aveu même de l'agence onusienne, cette plateforme n'est pas utilisée.

Mais Tedros Adhanom Ghebreyesus souligne que la plateforme pourrait justement aider à trouver des capacités de production qui ne sont pas encore utilisées. Cela pourrait également aider à construire des sites de production supplémentaires, en particulier en Afrique, en Asie et en Amérique latine.

"Augmenter la capacité de production à l'échelle mondiale rendrait également les pays pauvres moins dépendants des pays riches", a-t-il souligné.

Lire aussi : Covid-19 : les biotech françaises sont aussi dans la course aux vaccins mais manquent de moyens

Des pays défavorisés sans vaccin

Le directeur général a réitéré son appel à ces pays riches, qui ont vacciné les plus vulnérables et leur personnel soignant, à mettre les doses en trop à disposition des pays défavorisés.

Même si le nombre de vaccinations dans le monde a désormais dépassé celui des cas d'infection enregistrés, il a souligné que les trois quarts de ces vaccinations ont été faites dans seulement 10 pays qui représentent 60% du PIB mondial.

"Au moins 130 pays, qui comptent 2,5 milliards de personnes, n'ont pas injecté un seul vaccin", a-t-il déclaré. "Si nous n'éradiquons pas le virus partout, nous pourrions bien nous retrouver à la case départ."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/02/2021 à 9:13 :
Je n'arrive plus à prendre au sérieux dl'OMS; Pire, je me demande à quoi cette structure tentaculaire sert. Après cette crise, il va falloir redéfinir assez strictement les différentes missions, et réallouer les moyens considérables dont l'OMS, et ses cadres hors sol, bénéficient. Que ni les politiques, ni l'OMS qui ne nous aura rien apporté, en tous cas pas grand chose dans cette crise, se taisent, et laissent travailler ceux qui nous auront donné une solution, les vaccins, en un temps record, puis produit les dits vaccins, mettant là aussi, avec une efficacité extraordinaire, les chaines de productions dédiées et spécifiques (on ne parle pas de produire des boulons).. Merci aux sociétés pharmaceutiques et tous leurs cadres très impliqués, dont je ne doute qu'ils font leur max. Nous n'oublieront pas leurs actionnaires qui supportent les investissements considérables qui seront dépréciés sur 5 à 10 ans, et qui ne seront peut-être pas profitables, car conditionnés aux ventes des années futures dont nul ne peut savoir ce qu'elles seront. Rendons à César ce qui lui appartient, et reconnaissons que c'est bien le privé, et non la recherche publique, qui va nous sortir de la mouise (L'Inserm avec ses 14 000 "chercheurs" doit être restructuré aussi!). Cette pandémie va démontrer que les programmes nationaux sont has been, et que pour le moins, sur les sujets d'importance, il va falloir organiser des programmes de recherche publique européens avec les meilleurs (et virer ceux qui croient pouvoir bénéficier d'un camp de vacances à vie).
Réponse de le 07/02/2021 à 11:13 :
A quoi elle sert mais à pousser la vaccination! Quand la vie reprend ses droits en Italie, allez y faire un tour.
Les citoyens ont fait ce qu'il fallait pour et Macron et ses sbires tout ce qu' il fallait ICI pour suivre les consignes qui viennent précisément de l' oms et pour bloquer le pays.
a écrit le 07/02/2021 à 8:39 :
Mutua quoi ? Non mais hé ho ça va pas la tête ? Les milliards pour moi et moi tout seul oui !
a écrit le 07/02/2021 à 8:35 :
stop et ras le bol des variations de chaque medecin qu'ils de taise et soigne
c'est tout ce que l'on demande
un ans de cacophonie voir de délation entre confrere rien que cela c'est une honte
et ne revenez qu'avec la veritable solution
cela vaut pour le ministre de tutelle
a écrit le 06/02/2021 à 13:09 :
En france, si juju avait quelques choses qui se situent entre bouilles et douilles, il réquisitionnerait les moyens de production présents sur le territoire national pour faire produire des vaccins sous licences autres que ceux qui savent pas faire . Mais malheureusement, nous sommes en guère
Réponse de le 06/02/2021 à 14:10 :
"Réquisitionner" les moyens de production... ben voyons... la Wermarcht a essayé la methode en 1940, résultat bof-bof, les otages ça travaille pas très bien ... Les non coopératifs, on les colle au poteau, c'est ça ? Et puis pour produire sous licence, encore faut-il que le détenteur du brevet original accepte... faut le dédommager, eh oui... sinon, c'est de la copie illégale, du plagiat industriel... vous savez, ce que le quidam reproche aux chinois... Tiens alors, juju il en a peut être plus que l'on ne croit dans le ciboulot, mais bon, entre quenottes et longues oreilles, il n'y a peut être plus de place que pour le "yaka foquon"...?
Réponse de le 06/02/2021 à 14:54 :
@polaris

Ah, si j'avais vécu aux pires heures de notre histoire, que n'aurais je fait, je n'ose l'imaginer.
Des réquisitions l'état n'a pas hésité a en faire il y a un an pour mettre la main sur des masques, le dispositif légal existe
Après vérification, j'avais bien écrit "produire sous licences" et non pas sous le manteau, d'ailleurs le transfert de technologie serait difficile a obtenir sans. On doit pas parler le lapinois de la même région, c'est vrai que d'un village a l'autre, des fois, le même mot n'a pas le même sens, c'est fourchette mais en général on arrive a se comprendre. Mais ça c'est en général
Réponse de le 06/02/2021 à 16:52 :
a priori vous n'avez pas bien compris que la france ne fabrique plus rien, elle a mis le grand capital capitaliste dehors ( pour qu'il arrete d'exploiter des syndicalistes d'ultraneo paleo gauche) et decourage toute intitiative capitaliste
ca a ete remplace par le collectivisme technocratique, vous savez celui qui n'a pas reussi a avoir les masques que la grande distrib a eu tres rapidement
envoyer la SS pour requisitionner et liquider les gens, ca ne va rien resoudre, ca accelerera juste la rapidite des departs
eventuellement vous auriez des usines qui fabriqueraient autant de vaccins que les soviets ont eu de masques, ce qui ne fait pas bcp...
la france refuse de recolter ce qu'elle a seme en rigolant
a écrit le 06/02/2021 à 11:39 :
quand 8 milliards de personne veulent en meme temps le meme produit, certains politiciens decouvrent le management des operations
Réponse de le 06/02/2021 à 14:14 :
Ils découvrent surtout que dans un marché de pénurie mondiale, lorsque l'on n'a pas été capable de développer soit même ce dont on a besoin (masques, vaccin), on devient un client comme les autres; et le fabriquant a tendance à favoriser et à livrer prioritairement ceux qui paient sans barguigner (USA, UK, Canada, Israël), pas ceux qui essaient de négocier les prix à mort... pas facile de se réveiller dans un pays déclassé qui n'a plus les moyens de ses ambitions et plus d'argent...
a écrit le 06/02/2021 à 11:19 :
Plus de 2 millions de morts : le silence du Pape , de l’ONU , de l’OMS face à l’attitude des laboratoires :
36 milles vaccins «  en compétition » contre la lutte «  d’un virus » puissant puisqu’il mute méchamment suite à une perte de vigueur au printemps dernier (?)
Si c’est grave : pourquoi les Labos sont en «  compétitions « ?
Pourquoi il y a des passe- droits ?
Pourquoi il n’y a plus de solidarité et ni d’humanité face à un problème mondial ?
Toutes ces questions font que le plan actuel et les actions mondiales ; nous laissent vraiment sceptiques .
Le feu ne brule pas que dans les familles touchées ; ce feu peut atteindre aussi ceux d’en - haut car c’est une «  pandémie »!
A force de jouer avec le feu , les hommes ont ont un événement qui va les dépasser cette fois- ci.
Lla génétique sans le maitriser complètement : c’est vraiment de l’inconscience.
Inconscience définit l’homme d’aujourd’hui.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :