Crash dans le Sinaï : l'Egypte résiste à la thèse d'un attentat

 |   |  439  mots
L'analyse des boîtes noires de l'Airbus A321 permet de privilégier fortement la thèse d'un attentat à la bombe, avaient indiqué vendredi des sources proches du dossier à Paris.
L'analyse des boîtes noires de l'Airbus A321 permet de "privilégier fortement" la thèse d'un attentat à la bombe, avaient indiqué vendredi des sources proches du dossier à Paris. (Crédits : © Mohamed Abd El Ghany / Reuter)
Le ministre égyptien des Affaires étrangères a indiqué samedi qu'aucune "hypothèse" ne ressortait à ce stade de l'enquête sur le crash de l'avion de la compagnie russe Metrojet le 31 octobre.

Le Caire résistait samedi à la thèse d'un attentat à la bombe dans le crash de l'avion de la compagnie russe Metrojet le 31 octobre, qui a entraîné des suspensions de vols vers l'Egypte, pour qui le tourisme est vital. Le ministre égyptien des Affaires étrangères a en effet indiqué samedi qu'aucune "hypothèse" en ce sens ne ressortait à ce stade de l'enquête. Une analyse spectrale d'un "bruit" enregistré avant la dislocation est à venir.

Lire aussi : Encore aucune conclusion sur la cause de la dislocation de l'avion russe

En attendant, l'analyse des boîtes noires de l'Airbus A321 permet de "privilégier fortement" la thèse d'un attentat à la bombe, avaient indiqué vendredi des sources proches du dossier à Paris.

Aucune possibilité écartée

"Nous n'avons écarté aucune possibilité mais il n'y a pas encore d'hypothèse avant que l'enquête soit finie et qu'un rapport complet soit prêt", a dit Sameh Choukri lors d'une conférence de presse au Caire.

Il a en outre ajouté que les renseignements qui auraient joué un rôle dans la décision de la Grande-Bretagne de suspendre ses vols vers et au départ Charm el-Cheikh n'avaient pas été fournis aux services de sécurité égyptiens.

"Nous nous attendions à ce que toute information technique soit partagée avec nous avant leur publication dans les médias", a-t-il dit.

Vols suspendus

La Grande-Bretagne avait annoncé mercredi avoir "de nouvelles informations" laissant craindre que la chute de l'avion ait été provoquée par un "engin explosif" et décidé de suspendre ses vols.

La Russie a ordonné vendredi la suspension de ses vols vers l'Egypte sur recommandation de ses services secrets.

Les deux pays rapatrient des milliers de ressortissants en vacances à Charm el-Cheikh par des vols spéciaux.

Moscou doit dépêcher samedi 44 avions vides en Egypte pour récupérer les touristes russes, a annoncé l'Agence fédérale chargée du transport aérien (Rosaviatsia). Au total, "30 avions des compagnies aériennes russes, sans passagers", seront envoyés à Hurghada et "14 avions à Charm el-Cheikh", deux stations balnéaires au bord de la mer Rouge, en Egypte, où se trouvent actuellement environ 78.000 touristes russes, a indiqué l'agence fédérale dans un communiqué.

Le crash de l'Airbus de la compagnie russe Metrojet, qui devait rallier Saint-Pétersbourg au départ de Charm el-Cheikh, a coûté la vie aux 224 personnes à bord, presque toutes des Russes.

Ce drame risque de porter un nouveau coup dur au tourisme en Egypte, un pays déjà affecté par des années d'instabilité depuis la chute de Hosni Moubarak à l'issue d'une révolte populaire en 2011.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/11/2015 à 5:00 :
Un satellite à détecté un éclair lumineux et un point thermique très important avant la dislocation de l'appareil.
L'attentat à la bombe est donc 100 %.
a écrit le 08/11/2015 à 13:39 :
Sans touristes Russes à Hurghada baptisé ironiquement Hurghadof par les Égyptiens il n'y aura bientôt presque plus personne dans les hôtels..Il est assez logique que le gouvernement Égyptien continue de démentir la présence d'une bombe dans la soute à bagages de l'avion le manque à gagner va peser sur l'économie de ce pays déjà bien fragile.
a écrit le 08/11/2015 à 9:35 :
La négation des autorités égyptiennes renforce la thèse de l’attentat !
a écrit le 08/11/2015 à 9:34 :
Si les "occidentaux" veulent participer au terrorisme ambiant, il n'ont qu'a continuer donnant de gros doute sur leur véritable intention!
a écrit le 07/11/2015 à 23:15 :
Si c’est un acte terroriste ce qui est extrêmement fort probable, il faut réfléchir à qui profite le crime. Les perdants dans cette histoire sont principalement l’Egypte et la Russie. L’Egypte est perdant principal, il risque de perdre tous les revenus de tourisme ce qui fera aggraver la situation économique déjà peu glorieuse. Indirectement l’Arabie Saoudite peut être impactée, car c’est elle qui finance actuellement l’Egypte (fort probable que les Mistrals aussi). Pour la Russie c’est un coup pour le prestige des autorités. L’acte terroriste montre que l’intervention en Syrie ne se passera pas sans conséquences, mais d’autre côté il force l’élargissement de l’action russe en Syrie. La branche Sinaï de l’EI se dit responsable de l’attaque, mais il faut être prudent : La déclaration est assez floue. De plus l’EI n’est pas si homogène, en particulier, dans ces branches hors la Syrie et l’Iraq. L’EI « central » n’est pas l’ami de la Russie, mais il faut rendre compte que la plupart (de loin) des bombes russes en Syrie tombent sur d’autres islamistes.
Si on pose quelques questions: qui est l’ennemi principal des autorités actuelles de l’Egypte? Le Qatar qui était derrière les Frères Musulmans renversés en 2013. Qui a des divergences importantes dans la politique étrangère avec l’Arabie Saoudite ? Surtout, l’Iran (à exclure dans ce cas) et le Qatar. Qui a de mauvaises relations avec la Russie dans la question de l’intervention russe en Syrie? Disons, plusieurs pays, mais le Qatar est en haut de cette liste. La branche de l’EI en Egypte est initialement les islamistes les plus radicaux des Frères Musulmans (Ansar Baït al-Maqdis), donc, leur liaison. Ainsi, dans ce qui concerne l’Egypte, le Qatar et ceux qui sont derrière eux sont les candidats principaux en tant que commanditaires. Je n’insiste pas, c’est juste une version probable construite à base des sources ouvertes. Dans ce qui concerne la Russie, la situation est moins évidente et bien plus de versions sont possibles.
a écrit le 07/11/2015 à 21:37 :
L'industrie égyptienne du tourisme est en faillite depuis environ 3 ans ...alors , nier les évidences, c'est un dernier réflexe (maladroit) de survie ...question subsidiaire : comment vont 'ils pouvoir honorer leurs obligations de paiements...suite à la vente à crédit , des bateaux et des Rafales ...par F.Hollande....?
a écrit le 07/11/2015 à 18:42 :
On sent que certain veulent un motif d'intervention, a leur plus grand profit, alors que c'est peut être eux les commanditaires!
a écrit le 07/11/2015 à 17:37 :
Merci Hollande ! Ç est le contribuable français qui va payer mes mistral et les rafales !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :