Crash en Mer Noire : la principale boîte noire retrouvée

 |   |  257  mots
Le principal enregistreur de vol a été retrouvé à une distance de 1.600 mètres de la côte, à une profondeur de 17 mètres à 2 heures 42 GMT, a indiqué le ministère russe de la Défense.
"Le principal enregistreur de vol a été retrouvé à une distance de 1.600 mètres de la côte, à une profondeur de 17 mètres" à 2 heures 42 GMT, a indiqué le ministère russe de la Défense. (Crédits : REUTERS/Maxim Shemetov)
Le Tupolev Tu-154 avec 92 personnes à bord, parmi lesquelles 64 membres des chœurs de l'Armée Rouge et une figure humanitaire reconnue, s'était écrasé dimanche après son décollage de l'aéroport de Sotchi.

La principale boîte noire de l'avion militaire russe qui s'est abîmé dimanche alors qu'il était en route pour la Syrie, a été localisée. "Le principal enregistreur de vol a été retrouvé à une distance de 1.600 mètres de la côte, à une profondeur de 17 mètres" à 2 heures 42 GMT, a indiqué le ministère russe de la Défense, cité par les agences de presse russes.

Dans les prochaines heures, cette boîte noire doit être transportée à Moscou pour être déchiffrée, selon la même source. Le Tupolev Tu-154 avec 92 personnes à bord, parmi lesquelles 64 membres des chœurs de l'Armée Rouge et une figure humanitaire reconnue, s'était écrasé dimanche après son décollage de l'aéroport de Sotchi, sur les côtes de la mer Noire.

L'erreur humaine ou l'incident technique privilégiés

Il se rendait à la base aérienne de Hmeimim, près de Lattaquié en Syrie, utilisée pour lancer des bombardements aériens contre les rebelles syriens. "A ce jour, 12 corps et 156 fragments de corps ont été retrouvés", a précisé le ministère, cité par l'agence publique Ria-Novosti.

Les autorités cherchent toujours à déterminer l'origine de la catastrophe, mais semblent déjà écarter la thèse de l'attentat. Selon les services de sécurité russes (FSB), les pistes privilégiées sont l'infiltration d'un corps étranger dans le moteur, un carburant de mauvaise qualité entraînant une perte d'énergie, une erreur de pilotage ou une défaillance technique de l'avion.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/12/2016 à 10:52 :
Pour que les russes ne parlent pas du tout de terrorisme c'est que leur coucou devait être un beau tas de ferrailles.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :