Démission au sein de la Réserve fédérale américaine

Le départ surprise de Daniel Tarullo permet à Donal Trump d’y nommer des membres plus favorables à ses projets de démantèlement de la réglementation financière en vigueur.
Démission surprise d'un membre de la Fed américaine
Démission surprise d'un membre de la Fed américaine (Crédits : LARRY DOWNING)

Membre du conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale (Fed), nommé par Barack Obama en 2009, Daniel Tarullo a beaucoup oeuvré au renforcement de la réglementation financière aux Etats-Unis, notamment via des règles obligeant les banques de Wall Street à renforcer leurs fonds propres pour renforcer leur structure capitalistique.

Sa démission annoncée vendredi, à laquelle il n'a pas donné de justification, qui fait suite au décret signé par Donal Trum pour assouplir ce cadre réglementaire.

Si certains démocrates jugeaient qu'il n'était pas allé assez loin, le lobby bancaire l'accusait au contraire d'avoir affaibli les grands établissements avec une réglementation trop stricte et une trop grande intrusion du gouvernement dans leur activité.

C'est la position adoptée par le directeur du Conseil économique national à la Maison Blanche et ancien numéro 2 de Goldman Sachs Gary Cohn, soucieux de déverrouiller le système.

Trois sièges à pourvoir à la Fed

Suite au départ de M. Tarullo, trois sièges sont aujourd'hui vacants au sein de la Fed, ce qui ouvre à Donald Trump la possibilité d'y nommer des candidats sur la même ligne que lui en matière de politique monétaire et de régulation. Le nom de David Nason, ancien responsable au secrétariat aux finances actuellement PDG d'une filiale financière de General Electric, est évoqué pour remplacer Daniel Tarullo.

Pour autant, le démantèlement de la réglementation financière implique que le Congrès se saisisse des modifications et les vote avant que les les nouvelles règles deviennent applicables, après avoir été interprétées par les régulateurs. Ce qui pourrait prendre quelques années.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 12/02/2017 à 11:23
Signaler
La prochaine crise financière en marche....on connaît la suite et ceux qui passeront in fine à la caisse....l'histoire bégaie....

à écrit le 11/02/2017 à 19:12
Signaler
D'ailleurs , même le vice président de la FED , Fischer , le dit lui-même ... " Fed is clueless " à propos de ce qui va advenir. Pour un économiste , c'est gènant. J'en ai vu se faire seppuku pour moins que ça. Au fait , Juncker quitte le bateau a...

à écrit le 11/02/2017 à 17:40
Signaler
C'est juste parce que l'économie formatée aux quantitative easings ne fonctionne pas. Cela est maintenant reconnu , même à Washington , même si Paul Krugman cherche à le démentir. Si ça ne marche pas aux USA , je ne vois pas comment ça marcherait m...

à écrit le 11/02/2017 à 14:18
Signaler
La société civile reprend la main aux US. C'est un retour aux sources de la prospérité dans la culture américaine. Quant à la France, l'histoire nous dit seulement que les périodes de socialisme ont été dramatiques : commune de Paris, débâcle de 1940...

le 11/02/2017 à 16:09
Signaler
C'est une blague ? Il n'y aurait pas eu de débâcle en 40 s'il n'y avait pas eu la crise de Wall Street de 1929, elle aussi causé par une absence de réglementation. La crise d'aujourd'hui a aussi été causée par la déréglementation, fusion de la banque...

le 11/02/2017 à 16:30
Signaler
@dingo Purée mais c'est n importe quoi pourquoi pas la quatrième guerre mondiale tout de suite! Balaise

le 11/02/2017 à 19:41
Signaler
En 40 les socialistes n'étaient plus au pouvoir depuis deux ans.....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.